Author: mononews

Femmes en affaires : quand croissance et valeurs se complètent

Andrea Gomez et Rachelle Séguin (M.Sc), ayant toutes les deux un bagage d’expérience de plusieurs années dans l’industrie des cosmétiques étaient découragées de constater la discrimination présente dans leur milieu. Les femmes plus âgées payent toujours plus pour leur crème que les plus jeunes; les produits pour hommes sont toujours moins dispendieux que ceux pour femmes. De plus, elles ont réalisé que les gens gaspillent entre 50 et 300 000$ en cosmétique au cours de leur vie, car ils n’arrivent pas à trouver le produit qui convient à leur peau et à leurs goûts. C’est pour se confronter à cette discrimination et pour réduire le gaspillage en cosmétique qu’elles ont fondé Omy Laboratoires.

Omy Laboratoires est la première entreprise canadienne à se spécialiser en dermocosmétiques personnalisables. Une entreprise qui offre des crèmes et sérums et qui adapte le produit à plusieurs problématiques simultanées, à un prix unique. Elles vont même jusqu’à permettre de sélectionner l’odeur et la texture des produits. Leurs produits personnalisés sont 100% végans et faits dans leur laboratoire de Québec par leur équipe de scientifiques. Elles se sont démarquées avec l’intelligence artificielle, SkinIA, développée en collaboration avec des dermatologues. SkinIA effectue une analyse de peau à l’aide d’un ”selfie” et de quelques questions. Cette technologie leur permet de déterminer la combinaison idéale pour chaque peau parmi plus de 4000 formules.

L’entreprise spécialisée dans les produits de soins de la peau personnalisés peut désormais employer une trentaine de personnes grâce à ce procédé. Rachelle Séguin et Andréa Gomez incarnent le secret du succès grandissant que connaît maintenant Omy Laboratoires.

L’impressionnante popularité de leurs produits est liée à leur qualité, mais aussi la méticulosité mise en place par ce duo de femmes d’affaires déterminées. Leur mission : connaître les besoins et les goûts de chaque personne pour leur offrir des soins de peau sur mesure, et ce tout au long de leur vie. Elles savent que la peau change, avec les saisons, les grossesses, le stress, et s’assurent d’effectuer un suivi permettant de toujours avoir le produit adapté. L’énergie déployée pour atteindre l’excellence des formules personnalisées permet au projet de connaître une croissance remarquable de 500% en un an.
Rachelle Séguin, originaire de Pincourt, dans l’ouest de l’île de Montréal, avait déjà imaginé une gamme de produits de beauté dans un projet scolaire à l’âge de 16 ans. Aujourd’hui Madame Séguin, qui détient une maîtrise en sciences pharmaceutiques où elle a étudié le psoriasis et les maladies cutanées, et effectué ses études en chimie cosméceutique, est présidente d’Omy Laboratoires.

Andréa Gomez, cofondatrice et directrice générale d’Omy Laboratoires, à été couronnée gagnante au Gala des Grands Prix de la relève d’affaires 2021 du regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec dans la catégorie des Entrepreneur(e)s issu(e)s de la diversité.  Cette catégorie vise à souligner l’importance des entrepreneurs ethnoculturels québécois au parcours inspirant et ayant réussi à s’affirmer avec brio dans leur domaine d’activité. Elle est aussi finaliste pour le concours de pitch de la coupe des startups organisée par le même regroupement.

En plus d’avoir été sélectionnées par Femmessor parmi les 100 femmes qui changent le monde en 2020 et 2021 grâce à leur incroyable ténacité et un travail acharné, les deux associées cumulent une impressionnante liste de grands prix et de reconnaissances.
Rappelons que l’équipe a été récipiendaire de la bourse d’honneur du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, la finale régionale de la coupe des startups 2021 et la personnalité inspirante de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval en 2020.

Soulignons quelques faits marquants dans la jeune histoire    d’ Omy Laboratoires. L’entreprise québécoise a été fondée en janvier 2018 et les ventes ont démarré en mai 2019. Depuis près d’un an, l’intérêt des clients n’a jamais cessé de croître. Très populaire, la plateforme en ligne représente la majorité des achats. Andréa est enthousiaste face à l’avenir, en nous assurant que tout est en place et qu’aucun effort ne sera négligé pour atteindre les objectifs.

«Nous gardons en tête de liste l’importance de s’investir dans notre communauté. Chez Omy Laboratoires, nous poursuivons notre engagement à réduire notre empreinte écologique. Cet effort est important et nous permet d’entrevoir l’avenir en innovant pour développer de nouveaux produits exclusifs, testés sous contrôle dermatologique, végans et respectueux de l’environnement», complète Rachelle. Omy Laboratoires vient d’ailleurs de lancer son tout nouveau lait nettoyant pour peau sensible dans un contenant recyclable fait à 100% de canne à sucre.

L’équipe vise un chiffre d’affaires de 5 millions de dollars pour célébrer sa troisième année, soit le double de l’année précédente.

Un été au goût d’ici avec le mouvement Mangeons local plus que jamais!

16 personnalités parcourront nos régions pour inviter la population à visiter les fermes du Québec

En vue de la belle saison, 16 personnalités publiques se joignent à l’Union des producteurs agricoles (UPA) pour convier les Québécoises et les Québécois à rencontrer les femmes et les hommes qui nous nourrissent. Pour participer à ce mouvement de solidarité, les citoyens sont invités à télécharger l’application Mangeons local plus que jamais!
Cet outil numérique, présenté par Desjardins, est disponible dans l’App Store et sur Google Play, ainsi que sur le Web. Il permet de s’approvisionner en produits locaux, ou de planifier une virée gourmande à travers les magnifiques régions du territoire québécois. Pour sa deuxième année d’existence, l’application a été bonifiée par de nombreuses nouveautés.
Un dialogue précieux entre citoyens et producteurs L’UPA organise depuis près de 20 ans l’événement des Portes ouvertes sur les fermes du Québec, un rendez-vous qui rassemble annuellement autour de 100 000 personnes. Devant l’impossibilité de tenir une telle activité pendant la pandémie, l’idée est venue d’outiller les citoyens pour qu’ils puissent visiter les producteurs agricoles à l’année, que ce soit à la ferme, au marché public ou dans les entreprises de transformation.
« L’application favorise les échanges directs entre les citoyens et les producteurs, qui sont intimement liés au quotidien. On parle beaucoup d’autonomie alimentaire depuis quelque temps. Si le Québec aspire à ce projet de société, il est primordial que ces deux maillons de la chaîne se côtoient et se comprennent de plus en plus. Il n’y a rien de plus significatif pour un producteur que de rencontrer ceux et celles qui consomment ses produits. Et cette rencontre est tout aussi gratifiante pour le consommateur qui fait le choix de soutenir le dynamisme régional et de réduire son empreinte environnementale. »Marcel Groleau
Président général de l’Union des producteurs agricoles
Un outil numérique amélioré, compagnon gourmand de tous les instantsAyant connu une popularité instantanée lors de son lancement à l’été 2020, l’application a été bonifiée en vue de la prochaine saison, notamment avec l’ajout de nombreux points de vente et fonctionnalitésDes circuits thématiques élaborés avec les forces vives de chaque milieu sont maintenant suggérés et d’autres s’ajouteront au cours des prochaines semaines.En outre, alors que les derniers mois ont été difficiles pour l’industrie de la restauration, on pourra dorénavant utiliser l’application pour repérer des restaurants participant au programme Aliments du Québec au menu.À l’instar de l’été dernier, les vacances estivales seront l’occasion de se lancer dans le tourisme interrégional, d’autant que l’horizon sanitaire s’éclaircit. C’est une période idéale pour découvrir l’application et en faire un compagnon de tous les instants. Il sera d’ailleurs possible sous peu de paramétrer les notifications de son profil pour recevoir des suggestions de visites au fil de ses déplacements interrégionaux et, ainsi, favoriser les découvertes et les escapades spontanées.
« Je suis heureux de voir grandir l’application Mangeons local plus que jamais! qui s’inscrit en continuité avec les efforts de notre gouvernement pour promouvoir les aliments d’ici. Le mouvement initié par l’Union des producteurs agricoles est un bon moyen de sensibiliser les consommateurs à l’achat local et de les inviter à soutenir nos producteurs, nos transformateurs et nos restaurateurs. Chacun de nos achats locaux contribue à notre autonomie alimentaire ainsi qu’à notre relance économique. »M. André Lamontagne 
Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
Un nouveau programme de fidélité et des Locaux dollars Desjardins à récolter 
Afin d’encourager les Québécoises et les Québécois à adopter de nouvelles habitudes d’approvisionnement, l’UPA a ajouté un programme de fidélité à son application. En numérisant les codes QR affichés dans les fermes participantes, les utilisateurs accumulent des Locaux dollars Desjardins échangeables dans la Boutique en ligne de l’UPA. Plus ils visitent de nouvelles fermes, plus ils récoltent de Locaux dollars.La Boutique en ligne de l’UPA offre notamment des vêtements et accessoires aux couleurs du mouvement Mangeons local plus que jamais, ainsi qu’un coffret de produits du terroir concoctés spécialement pour accompagner les pique-niques estivaux. D’autres items s’ajouteront au cours de l’été.
« Desjardins est fier partenaire présentateur de l’application Mangeons local plus que jamais! Le nouveau programme de fidélité récompense, au moyen de Locaux dollars Desjardins, les consommateurs qui soutiennent les entreprises d’ici. »Sylvain Morel
Vice-président Marchés agricole et agroalimentaire chez Desjardins
Un coffret savoureux, aussi local que solidaireLe coffret Mangeons local plus que jamais! est disponible exclusivement sur la Boutique en ligne de l’UPA. Il comprend des produits imaginés et préparés par La Tablée des Chefs et certains de ses collaborateurs. Les profits réalisés seront réinvestis dans les programmes de l’organisme qui visent à lutter contre l’insécurité alimentaire, et à offrir une éducation culinaire aux jeunes de manière à développer leur autonomie.→ Découvrir le contenu du coffret et l’histoire de ce projet rassembleur
La création de ce coffret est rendue possible grâce à la générosité des partenaires suivants :Bleuets Mistassini, Cidre du Québec, Domaine Lafrance, Érable du Québec, Les herbes gourmandes, Mirabel, Serres Toundra et Signé Caméline.
Merci aux partenaires de l’application!Desjardins (partenaire présentateur), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Sollio Groupe Coopératif, La Financière agricole du Québec, Promutuel assurance, la Fédération québécoise des municipalités, Aliments du Québec, La Tablée des Chefs, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, Bonjour Québec, Terroir et Saveurs, la Société du réseau ÉCONOMUSÉE, le Conseil de la transformation alimentaire du Québec, le Conseil des industriels laitiers du Québec, l’Association des marchés publics du Québec et les Tables de concertation bioalimentaire du Québec.

LES SIFFLEUX: UN NOUVEAU BREUVAGE TORRÉFIÉ 100% LOCAL QUI A DU RYTHME

Un breuvage et de la musique, c’est ce que Marie-Hélène Dufour, herboriste, voulait proposer en créant son entreprise de breuvages torréfiés: Les Siffleux. Né d’une passion pour les plantes et du désir de trouver des alternatives locales, saines et goûteuses au café. Ces breuvages visent à satisfaire ceux, qui comme elle, sont sensibles à la caféine, mais qui adorent ses arômes.
Composés de baies et de racines, Les Siffleux sont des breuvages torréfiés offerts en deux gammes de produits : une faite d’ingrédients locaux, et l’autre de superaliments. Dans les deux cas, les saveurs se multiplient avec des goûts de café, de chocolat, de plantes herbacées, et encore plus. Ils sont faits d’ingrédients grillés au four de façon artisanale, sans pesticide ou saveurs ajoutées.
Boire des plantes qui goûtent le café, est-ce que c’est possible ? Oui et Marie-Hélène est fière de pouvoir parler de ses produits comme d’un breuvage grillé qui a du rythme. ¨Je me suis mise à explorer les plantes et leurs saveurs, jusqu’à ce que je réussisse à composer des recettes uniques de breuvages qui ont des arômes grillés un peu comme le café. Je voulais créer quelque chose de nouveau, sans rien imiter aux breuvages de chicorées. Je ne prétends pas le remplacer, mais offrir une alternative originale ¨.
Cette entrepreneure pour qui la cause de la santé mentale tient à cœur, place la bonne humeur et le positivisme au centre de la mission de son entreprise et désire faire sourire un siffleux à la fois. La musique aide à garder le moral et la bonne humeur. Associer la musique au plaisir de savourer une boisson chaude, froide, pétillante ou alcoolisée, c’est le défi qu’elle s’est donné.
Si l’on écoute une musique que l’on apprécie, notre cerveau va libérer de la dopamine, un neurotransmetteur  qui procure une sensation de plaisir et permet de réduire le stress et l’anxiété. C’est pour cette raison que tous les noms de ses breuvages sont associés à des styles musicaux.
« Le Bachata », est fait de bleuets et de chanvre grillés alors que « Le  Pop » est fait à base de canneberges grillées. 

Nouvelle station de phytotechnologies au jardin botanique de Montréal

La maîtrise des plantes envahissantes

Espace pour la vie est fier de présenter officiellement la station de phytotechnologies La maîtrise des plantes envahissantes située à l’étang de la Maison de l’arbre Frédéric-Back, au Jardin botanique de Montréal. Une occasion de découvrir des technologies respectant la nature dans un environnement enchanteur!

Les phytotechnologies utilisent les plantes pour solutionner des enjeux environnementaux, comme épurer l’air, l’eau et le sol, contrôler l’érosion et le ruissellement ou restaurer des sites dégradés. Elles représentent des solutions alternatives aux approches d’ingénierie conventionnelles. Appréciées pour leur faible coût d’investissement, elles ont un taux de réussite élevé et offrent de multiples services écosystémiques.

Afin de régler concrètement des problématiques auxquelles le Jardin botanique est confronté, comme celle des plantes envahissantes, les scientifiques du Jardin botanique et de l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV) ont collaboré à la mise en place d’une série de stations de phytotechnologies. Des éléments éducatifs destinés à expliquer le fonctionnement et le rôle des plantes ont été intégrés dans les installations pour éveiller l’intérêt du public. En intégrant harmonieusement ces stations au cœur de l’expérience du Jardin botanique, Espace pour la vie associe les phytotechnologies à sa mission de préservation de la biodiversité et d’éducation pour en faire bénéficier les visiteurs et visiteuses.

Les stations de phytotechnologies d’Espace pour la vie démontrent tout le potentiel des plantes pour la transition écologique, un des objectifs principaux du plan stratégique Montréal 2030. Les installations de la station La maîtrise des plantes envahissantes ont été conçues afin de maîtriser l’implantation d’espèces végétales envahissantes, tout en assurant un milieu adapté à une diversité de plantes indigènes. L’objectif est de créer un milieu diversifié, naturel et respectueux de l’environnement qui se maintiendra avec un minimum d’entretien.

C’est le temps de découvrir le pouvoir des végétaux, en plus de constater comment les plantes contribuent efficacement et joliment à générer de nombreux bénéfices environnementaux!

À découvrir – Liens connexes

Les phytotechnologies au Jardin botanique

Blogue de Michel Labrecque : « Combattre les plantes envahissantes »

Ô merde! l’exposition la plus audacieuse de l’heure au Musée de la civilisation

C’est le 17 juin que le Musée de la civilisation ouvre l’exposition la plus audacieuse de l’heure : Ô merde! À la fois sérieuse et ludique, cette exposition inédite explorera sous toutes ses facettes le sujet de la ressource inépuisable la plus sous-estimée du monde. Dans cette approche muséologique pluridisciplinaire par laquelle le Musée de la civilisation se démarque depuis plus de trois décennies, les visiteurs découvriront nos rapports complexes avec les excréments, les enjeux de la gestion des matières fécales dans le monde, au Québec comme ailleurs, de même que les crises sanitaires, les enjeux d’insalubrité et l’espoir que représente la revalorisation des déjections humaines.

Le visiteur découvrira qu’au-delà de ses perceptions, les excréments peuvent être valorisés et redevenir une ressource durable pour l’avenir de la planète. Par les regards croisés de la microbiologie, de l’anatomie, de l’histoire sociale, de l’anthropologie, mais aussi de l’art, de l’ingénierie et de l’écologie, il sera ultimement emmené à se questionner sur son propre rapport au corps, à l’intimité, au dégoût et au tabou liée à la merde. Et si celle-ci n’était pas un déchet mais une ressource? : Ô merde!, c’est du sérieux…

Une exposition excrémement riche

Ô merde!, est conçue et réalisée par le Musée de la civilisation, présentée par H₂O Innovationavec la collaboration de RECYC-QUÉBEC et Cascades, ainsi que la participation de Les Cabinetset du Fairmont Le Château Frontenac à titre d’hôtel officiel. Le Musée de la civilisation est très fier d’oser présenter cette exposition qui allie parfaitement l’audace et l’intelligence nécessaires pour traiter de ce sujet, hautement pertinent et d’actualité. Encore une fois, les visiteurs seront transportés dans un parcours qui les amusera, certes, mais qui suscitera également une réflexion importante, notamment sur les questions environnementales et sociétales qui y sont soulevées. Cette exposition est une idée originale (c’est le cas de le dire!) du Musée de la civilisation, qui en assure l’entière création, conception et production, présentée du 17 juin 2021 au 26 mars 2023.

Le parcours guide le visiteur à travers une série d’espaces didactiques, immersifs et participatifs. La diversité des contenus contribue à découvrir les pratiques d’autres époques ou cultures et à développer un sens critique sur la gestion des matières fécales dans les pays développés avec la surutilisation de l’eau. Surtout, ceci permet un état des lieux dans les pays en proie à d’urgentes crises sanitaires (pollution de l’eau par les matières fécales, inégalité d’accès aux toilettes, notamment).

Plusieurs propositions au long de ce parcours invitent au jeu, à l’humour, à la découverte. La CACArcade, réalisée par la firme montréalaise CREO, offre une expérience artistico-ludique et interactive autour des enjeux sanitaires liés à la gestion des matières fécales par le jeu vidéo. À l’autre bout du spectre technologique, les visiteurs pourront également vivre l’expérience très immersive d’un lieu d’aisance collectif de l’Antiquité romaine : neuf trous taillés dans un banc de pierre, avec bâtons de nettoyage en prime. Une reconstitution d’époque authentique, tout à fait instagrammable!

Par cette exposition jamais vue, le visiteur reconsidérera tout ce qu’il pense savoir sur la merde et découvrira cette étonnante et insoupçonnable matière, que nous côtoyons quotidiennement mais que nous évitons de regarder, vraiment.

QUALITÉ DE L’AIR DANS VOTRE ENTREPRISE: FAITES UN TEST AVEC MONITEUR

Dernièrement, vous avez entendu l’importance d’une bonne qualité de l’air afin d’éviter la propagation de la Covid 19 ou toutes autres problèmes de santé comme maux de tête, problème de respiration etc etc.

Les écoles ont testé les classes par exemple et chaque jour des études  scientifiques internationales nous démontrent l’importance de la ventilation et qualité de l’air. 

Le ministère de l’éducation va d’ailleurs aller de l’avant avec l’achat de 48 000 moniteurs d’air.

Lisez article complet ici

Il est important de tester l’air de votre environnement de travail et vérifier le niveau de qualité de l’air puisque la transmission se fait par différents moyens, soit par contact, par aérosol, par gouttelettes.

Pour vérifier la qualité de l’air, on suggère de mesurer le taux de CO2 entre autres présent dans l’air qui est un marqueur de la qualité de l’air. Un taux trop bas indiquerait un problème de ventilation par exemple.

Nous avons été étonné des résultats que nous avons obtenu dans des tests faits à nos bureaux et dans nos maisons. Malheureusement surpris …. Cela nous a porté à améliorer ventilation, ouvrir les fenêtres pour voir amélioration rapide..

Nous vous présentons aujourd’hui le meilleur moniteur d’air rapport qualité-prix pour un détecteur sur le marché. Celui-ci vous indiquera des données essentielles sur la qualité de l’air dans votre environnement de travail et ce de façon contante à la seconde près.

CARACTÉRISTIQUES

  • CAPTEURS AVANCÉS: Ce moniteur intègre un capteur infrarouge très performant.
  • Pictogrammes faciles à interpréter. On recherche valeur COS entre 400 et 2000 ppm.
  • Vous donne aussi température et humidité.
  • PORTABLE ET FACILE À UTILISER: La petite taille vous permet de l’emporter n’importe où. Il se recharge via un port USB intégré.
  • Prix de lancement 159,95$.

Bloc Solutions vient en aide aux propriétaires et aux locataires depuis le début de la crise du logement.

Bloc Solutions, une entreprise en technologie immobilière et spécialisée dans la production et la signature de baux électroniques, vient en aide à la fois aux propriétaires immobiliers, mais aussi aux locataires depuis le début de la crise du logement. En effet, les solutions technologiques qu’offre l’entreprise de Québec permettent aux locataires de sécuriser leur logement, et ce, même pendant la crise.

« Depuis le début de la crise, notre offre aide réellement les propriétaires à proposer un service à la clientèle exemplaire à leurs locataires ou futurs locataires. Par exemple, de nombreux locataires ont réussi à pallier la rareté des logements en signant leur bail à distance. Cette possibilité qu’offre Bloc Solutions a en effet permis à des milliers de locataires de réduire leurs contacts en temps de pandémie, mais surtout de signer plus rapidement le logement qui les intéresse. Nous avons reçu des témoignages de locataires qui, grâce à la technologie de Bloc Solutions, ont pu louer rapidement le logement de leur rêve malgré les difficultés de la situation actuelle », mentionne Mathieu Loiselle, cofondateur de Bloc Solutions.

Ces nouveaux locataires sont d’avis qu’avec les processus traditionnels, le délai typique entre la visite et la signature du bail leur aurait fort probablement fait perdre le logement convoité. Bloc Solutions veut autant faciliter la vie des propriétaires immobiliers que des locataires tout en encourageant de saines relations. En effet, offrir la possibilité de prendre rendez-vous en ligne pour une visite et même la possibilité de signer un bail en ligne sans déplacement sont un gain de temps majeur pour les locataires. De plus, la plateforme favorise les communications bidirectionnelles entre le gestionnaire et le locataire. En centralisant les échanges au même endroit et en rendant disponible aux deux parties l’historique des messages, le gestionnaire comme le locataire auront intérêt à agir de bonne foi. Bloc Solutions permet aussi de centraliser les demandes de location à l’aide d’un formulaire numérique. Toutes les demandes provenant des différentes plateformes en ligne sont rassemblées dans une seule boîte de réception. Par la même occasion, ceci aide les propriétaires à répondre plus rapidement aux demandes et à n’oublier personne, particulièrement en cette période de renouvellement de baux.

« Notre vision est de créer une solution technologique qui est utile et efficace autant pour le propriétaire ou le gestionnaire immobilier que pour le locataire et qui les aide à maintenir de saines relations. Notre plateforme est réellement en train de transformer l’immobilier locatif, tout en prônant les meilleures pratiques de l’industrie pour le bien des deux parties », ajoute Jean-Christophe Caron, vice-président de l’entreprise.

Soucieux du bien-être des locataires, Bloc Solutions possède une équipe de support dédiée, qui aide les locataires en cas de besoin, que ce soit pour leur accès au portail ou pour signer certains documents. Les services sur le portail sont variés et offrent même aux locataires de les aider à obtenir une assurance habitation. Décidément, avec les déménagements qui arrivent à grands pas, l’entreprise technologique de Québec souhaite rendre cette période moins laborieuse pour tous!

DES PRODUITS 3D VIRTUELS D’UN LOGICIEL QUÉBÉCOIS SOUTIEN LES MANUFACTURIERS DANS LEUR RELANCE POST-PANDÉMIQUE

Visao, une entreprise spécialisée dans la démonstration interactive de produits en 3D incubée au Centech de Montréal, annonce aujourd’hui le lancement officiel de leur toute première visionneuse 3D 100% québécoise destinée aux entreprises manufacturières. 

En 2017, l’idée a commencé à germer dans l’esprit de son fondateur, Thomas Paquin-Lamontagne, et PDG, lorsqu’il réalisait des mandats d’exportation et de mise en marché en Allemagne pour différentes entreprises manufacturières. Il avait constaté les défis de prospecter et communiquer les renseignements de produits à partir des médias traditionnels comme les images, vidéos et brochures imprimées.

C’est de ce constat qu’est née l’idée de développer une solution numérique interactive, simple et efficace qui offrirait aux équipes de ventes et de marketing la possibilité de communiquer le savoir-faire de l’organisation et des solutions qu’ils représentent fièrement. 

En effet, la modélisation 3D et la réalité augmentée laissent place à une infinité de possibilités pour toutes les industries. À partir d’un lien URL unique, les acheteurs peuvent interagir avec le produit afin de mieux comprendre ses dimensions, ses facettes intérieures et sa configuration, chose que l’image et la vidéo sont incapables de reproduire. De plus, il est clair qu’il existe un véritable engouement pour ce type de services puisque, d’après une étude réalisée auprès de consommateurs, 95 % des acheteurs préfèrent les images 3D interactives aux vidéos.

Cette technologie novatrice vient au secours des entreprises manufacturières québécoises qui doivent maintenant repenser leur modèle d’affaires pour s’adapter aux nouveaux besoins post-pandémiques. En autre, des manufacturiers québécois ont fait appel à Visao afin de leur permettre de présenter leur produit en 3D pour des expositions commerciales et présentations virtuelles.  

Selon une étude menée par McKinsey & Company, plus de 70 % des acheteurs industriels préfèrent et prévoient poursuivre leurs activités de vente en ligne une fois la pandémie terminée, en raison de ses avantages, tels que la sécurité, la réduction significative des frais de déplacement, la commodité et même la rapidité. Non va sans dire que les entreprises qui réussiront à traverser cette période de changement sont celles qui sauront optimiser leur expérience client numérique.

« Vu l’urgence de la situation, nous avons réussi à conclure des ventes avec des clients en moins de 30 jours et parfois même en deux semaines. C’est impressionnant sachant qu’en moyenne dans le secteur B2B dans lequel nous œuvrons, le cycle de vente prend en moyenne entre 3 à 9 mois à conclure », mentionne Thomas Paquin-Lamontagne, PDG de Visao.

Visao prévoit accélérer la cadence pour les prochaines années avec le soutien de l’un des incubateurs les plus performants au monde, le Centech à Montréal. Ce centre est dédié aux entreprises ” deep tech ” à fort potentiel de croissance et permet à Visao d’accélérer son développement et la mise au point de sa plateforme web 3D.

Visao développe également une solution plus enrichissante aux manuels d’instruction traditionnels en intégrant des modèles 3D dans le processus d’apprentissage. L’entreprise travaille de plus sur des fonctionnalités qui permettront aux entreprises de donner des formations accélérées et efficientes à l’aide de leur plateforme web. 

L’équipe est très heureuse d’accompagner les entreprises dans leur transition vers des supports de ventes et de marketing plus technologique pour leur permettre de s’adapter à la nouvelle réalité, mais aussi de se différencier et d’augmenter leurs ventes . Constatant l’intérêt croissant pour leur offre, l’entreprise compte redoubler d’efforts pour aider le plus grand nombre de manufacturiers dans leur transition vers le numérique et ouvrir une infinité de possibilités d’utilisation pour leur outil.

Le Festival International du Film sur l’Art souligne les deux expositions-événements du MNBAQ par une programmation spéciale qui célèbre le corps et la diversité.

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de s’associer au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) pour proposer une programmation spéciale, en lien avec les deux nouvelles expositions Picasso. Figures et Ouvrir le dialogue sur la diversité corporelle, présentées à Québec, du 12 juin au 12 septembre 2021.

Ce programme se compose du documentaire Picasso, l’inventaire d’une vie de Hugues Nancy et de deux courts-métrages, Enracinée d’Annie Leclair et Lady of the Horizon de Sue Healey. Le premier film fait écho à l’œuvre du géant de la modernité tandis que les deux autres célèbrent la diversité corporelle et la danse. Ces trois oeuvres seront disponibles en ligne sur ARTS.FILM, la plateforme récemment lancée par Le FIFA, du mardi 15 juin à 00h01 au dimanche 20 juin à 23h59 (HE).

« Dans le cadre de sa programmation à l’année, Le FIFA est fier de s’associer à la programmation du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) pour souligner ces deux expositions-événements de l’été 2021. Cette collaboration renouvelée et de longue date avec le Musée marque notre volonté commune de promouvoir des créateurs·trice·s et des réalisateur·trice·s d’exception, en misant sur un espace de webdiffusion optimal et des publics convergents. Depuis son lancement en mars dernier, ARTS.FILM est fondamentalement propice à ce partage de contenu de qualité.», a indiqué Philippe U. del Drago, directeur général et artistique du Festival International du Film sur l’Art.

INFORMATIONS PRATIQUES

Visionnement au prix de 7,99$* via ARTS.FILM.
Du mardi 15 juin à 00h01 au dimanche 20 juin à 23h59 (HE). 
Accès en ligne :  https://arts.film/
*Taxes incluses, frais de billetterie en sus.

Cœur d’étain disponible dès vendredi sur toutes les plateformes numériques Alexandra Willett à la conquête du Québec

L’auteure-compositrice-interprète native de la région de la Mauricie, Alexandra Willett, présente au grand public, à compter de ce vendredi 18 juin, un tout nouvel album intitulé Cœur d’étain. Bien connue dans l’Ouest canadien ainsi que dans la grande région de Toronto, la Shawiniganaise désire maintenant conquérir le public québécois avec, cette fois-ci, un album francophone.

«Avec l’album Cœur d’étain, un album entièrement francophone, je souhaite renouer avec mes racines et faire connaître ma musique ici, au Québec. Après avoir roulé ma bosse pendant plusieurs années dans l’Ouest canadien, entre autres à Victoria en Colombie-Britannique, ainsi qu’à Toronto, j’avais la volonté de faire découvrir ma musique ici, chez moi »,mentionne d’emblée l’artiste.

Fidèle à son image, la Shawiniganaise présente un album au style folk-pop, teinté d’influences jazz, indie et rock. Vocaliste remarquable, Alexandre Willett fait découvrir, par le biais de ses cinq chansons, son énergie, son style unique, tout en laissant transparaître l’immense passion de la musique qui l’habite.

Disponible sur les plateformes de musique en ligne à compter de vendredi, Cœur d’étain sera également disponible en version physique via son site officiel, ainsi que lors de son lancement, prévu le 18 juin prochain au Studio Nomad.tv, situé au Digihub de Shawinigan.

La scintillante artiste de la région, qui a d’ailleurs étudié la musique au Cégep de Trois-Rivières, s’est également adjointe du vidéaste Normand Flageole pour la réalisation de la vidéo de musique de son premier extrait « Un million d’éclats ». Celle-ci est disponible au https://youtu.be/crrBv7lBjRk.

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top