NOUVEL OUTIL DE PRÉVENTION CONTRE LES DROGUES DU VIOL

Alco Prevention Canada vous offre un test afin de prévenir les crimes reliés aux drogues du viol. Ce test permettra à coup sûr d’éviter plusieurs incidents. Cette réalité à laquelle nous faisons face avec les drogues du viol, est sans contredit un fléau.

Les crimes liés aux drogues du viol sont une préoccupation croissante partout où les gens consomment de l’alcool et surtout pour les jeunes adultes. Par ailleurs, un bar du Saguenay (Appartement Ambiance) a récemment mis de l’avant une promotion en offrant à sa clientèle des sous-verres qui permettent de détecter les 2 principales drogues du viol soit, le GHB et la kétamine. Selon le propriétaire Mathieu Roy, les réactions sont très positives et augmentent le sentiment de sécurité chez ses clients.

Le fonctionnement est  simple, on dépose des gouttes de sa consommation sur les DEUX tests en utilisant une paille.

2 CERCLES BLEUS FONCÉS DANS LES ZONES A ET B 🔵

RÉSULTAT POSITIF AUX 2 DROGUES

Une enquête récente a révélé qu’une femme sur quatre pense avoir déjà été victime d’un verre contaminé par une drogue au moins une fois dans sa vie. Le Drink Détective™ est le seul test au monde qui détecte les drogues les plus communément utilisées pour droguer les boissons dans le but de violer, de voler ou de porter atteinte à la personne.

Les policiers sont généralement incapables de résoudre les crimes causés par les drogues du viol. Les souvenirs des victimes sont très flous ou inexistants quant aux événements qui ont pu se dérouler. La police de Guelph et Charlottetown ont d’ailleurs ouvert des enquêtes majeures il y a quelques jours sur des incidents reliés aux drogues du viol. 

Lien police de Guelph enquête

Tout le monde à déjà entendu parler d’un cas relié à la drogue du viol. Maintenant avec le Drink Détective™, vous aurez la certitude qu’aucune de ces drogues, GHB ou KÉTAMINE ne se retrouveront dans votre verre.

Si vous êtes vigilant et avez ce petit test à la portée de la main, chaque fois que vous buvez, vous allez envoyer un message clair aux criminels qu’ils pourraient se faire prendre. «Nous devons faire cesser ce fléau et aider à prévenir les crimes reliés aux drogues du viol» de mentionner Stéphane Maurais, directeur général d’Alco Prevention Canada. Le test se veut un outil de prévention exceptionnel pour tous.

Restaurants Canada exhorte le Parlement à élargir 
les programmes de soutien fédéraux

Maintenant que le Parlement est de retour en session, Restaurants Canada a hâte de se remettre au travail avec les élus pour s’assurer que les entreprises de restauration durement touchées auront suffisamment de soutien fédéral pour passer l’hiver.

« Les restaurants sont essentiels pour raviver les rues principales partout au Canada et pour alimenter la reprise économique de notre pays, mais ils doivent d’abord survivre », déclare Todd Barclay, le président et PDG de Restaurants Canada. « Les programmes de soutien fédéraux sont actuellement trop restrictifs et laisseront dans le froid beaucoup trop de restaurateurs assidus, alors qu’ils continuent à faire face à la pandémie en cours. Pendant que notre gouvernement était en pause, les 90 000+ petites et moyennes entreprises qui composent le secteur essentiel de la restauration se sont battues pour garder leurs portes ouvertes. Ces entreprises méritent des programmes de soutien fédéraux qui les aideront à continuer de contribuer au tissu social et économique de leurs communautés. »

Les résultats de sondage révèlent un écart entre le soutien disponible et le niveau de besoin

Selon les dernières données de sondage de Restaurants Canada :

  • 90 % des entreprises de restauration ont compté sur les subventions fédérales d’aide salariale ou pour le loyer pour les aider à survivre à la pandémie, mais seulement 20 % sont admissibles au nouveau Programme de relance pour le tourisme et l’accueil.
  • La grande majorité des restaurants fonctionnent à perte ou rentrent à peine dans leurs frais depuis tout le long de la pandémie ; 8 opérations sur 10 soit perdent de l’argent de manière constante depuis la fin de la première vague d’isolements l’année dernière, soit s’en sortent avec une marge bénéficiaire de 2% ou moins.

Sans un meilleur accès à un soutien financier, la plupart des entreprises de restauration auront du mal à continuer à payer leur personnel, et beaucoup devront envisager de fermer définitivement sous le poids d’une dette écrasante.

Recommandations de Restaurants Canada

Restaurants Canada demande les changements suivants aux programmes de soutien fédéraux, afin d’aider les entreprises de restauration à continuer de contribuer à la création d’emplois, à la croissance économique et aux quartiers dynamiques à travers le pays :

  •   Un seuil d’admissibilité commençant à 10 % (au lieu de 40 %) de baisse des revenus pour le nouveau Programme de relance pour le tourisme et l’accueil, avec un taux de subvention salariale qui est calculé à 1,2 fois le pourcentage de baisse des ventes, jusqu’à un maximum de 75 %, pour garantir que les restaurants peuvent survivre à la pandémie en cours.
  • Une plus grande exonération du remboursement de tous les prêts commerciaux garantis par le gouvernement et une prolongation des délais de remboursement des prêts par le biais du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).
  • Des crédits d’impôt ou autres sources de financement pour couvrir les coûts exorbitants engendrés par les dépenses de sécurité reliées à la pandémie.

Pour de plus amples informations sur ce dont les restaurants du Canada auraient besoin pour survivre alors qu’ils continuent de faire face à la pandémie en cours, visitez : SupportRestaurants.ca

brown white and blue wooden board

Les logements abordables de plus en plus inaccessibles

En raison de la folie immobilière qui fait rage au Québec depuis plusieurs mois, Bloc Solutions souhaite apporter une nouvelle vision des données disponibles au Québec sur le marché immobilier et de leur impact réel sur le terrain.

Les logements abordables de plus en plus inaccessibles

Les données de Bloc Solutions, jumelées à celle de Société d’habitation du Québec, montrent clairement que les logements sont de moins en moins abordables. Ce faisant, les données de la Société d’habitation du Québec indiquent qu’en moyenne, le loyer médian pour un logement d’une chambre, toutes régions confondues, est de 750 $. En comparaison, les données rendues disponibles par Bloc Solutions révèlent que le loyer médian, pour un logement d’une chambre signé sur sa plateforme, est de 875 $ par mois, soit plus de 15 % supérieur aux données publiées par la Société d’habitation du Québec. 

En effet, rappelons qu’une personne rémunérée au salaire minimum devrait consacrer environ 30 % de son salaire brut aux frais de logement mensuel. Le montant recommandé est donc de 702 $/mois (incluant loyer, électricité, chauffage, assurances, internet, etc.). Trouver un logement abordable se révèle irréalisable pour de nombreux travailleurs précaires qui doivent en réalité consacrer jusqu’à 50% de leur budget au logement. Étant donné la part de marché détenue par Bloc Solutions de 15 % des logements résidentiels locatifs québécois, ainsi que les données fournies par La Société d’habitation du Québec, on constate qu’il est de plus en plus difficile de trouver un logement abordable dans la province.


Une augmentation du prix des loyers plus de 2 fois supérieure à l’inflation

Nous sommes en mesure de savoir, grâce aux données de Bloc Solutions, que le loyer moyen signé sur la plateforme est de 1 246 $ par mois, ce qui représente une hausse de 7 % par rapport aux baux entrant en vigueur au trimestre précédent. Elles révèlent aussi que le loyer médian est de 1 150 $ par mois, soit une hausse de 15 % par rapport aux baux entrant en vigueur au trimestre précédent. 

À titre comparatif, le loyer moyen sur la plateforme Bloc Solutions pour la même période en 2020 était de 1 063 $ et le loyer médian était de 940 $. Nous observons donc une hausse du loyer moyen de plus de 16 % et une hausse du loyer médian de plus de 22 %, alors que l’indice des prix à la consommation des 12 derniers mois se terminant en octobre 2021 s’est fixé à 7,1 % au Québec. L’augmentation du prix moyen des loyers au cours de la dernière année serait donc plus de 2 fois supérieure à l’inflation. Ces chiffres risquent de donner des munitions aux groupes qui réclament davantage de logements abordables.
 

Les outils numériques propulsés par la pandémie

Rappelons que Bloc Solutions représente actuellement plus de 15 % des logements résidentiels locatifs québécois, soit 189 000 logements, pour 35 000 locataires. Les 3546 baux électroniques entrés en vigueur d’août à octobre soulignent que Bloc Solutions a toujours le vent dans les voiles et confirment la pertinence des données divulguées.

« Nous sommes ravis de l’impact qu’a Bloc Solutions sur la transformation numérique de l’immobilier locatif au Québec. C’est aussi une fierté de voir que notre plateforme a pu aider à freiner la propagation de la COVID en éliminant des dizaines de milliers de rencontres uniquement pour la signature de documents », se réjouit François-Xavier Ratté, fondateur de Bloc Solutions.

Pour rappel, les inscriptions sur la plateforme avaient augmenté de 400 % dès les premiers mois du début de la pandémie. En conséquence, et depuis la déclaration d’urgence sanitaire le 13 mars 2020, plus de 41 500 rencontres non essentielles ont été évitées grâce à Bloc Solutions, contribuant au contrôle de la transmission du virus au Québec. 

Plan d’action national pour les personnes proches aidantes : les proches aidants de Montréal seront mieux accompagnés grâce à l’Appui 

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a dévoilé ce 27 octobre son plan d’action national pour les proches aidants. L’Appui est au cœur du dispositif d’intervention pour répondre aux besoins des aidants. Dans ce contexte et dès le 1er novembre, les services de l’Appui s’ouvrent officiellement à toutes les personnes proches aidantes. L’offre numérique se déploie également.
L’Appui pour les proches aidants d’aînés s’ouvre à tous les proches aidants : Montréal concernée
« L’Appui est présent partout et désormais il sera présent pour tous », présente Guillaume Joseph, directeur général de l’Appui pour les proches aidants. 

Depuis sa création en 2009, l’organisme était dédié aux proches aidants d’aînés exclusivement. Il s’ouvre maintenant à tous les proches aidants, quel que soit le profil des personnes qu’ils accompagnent.  « Au fil du temps, nous avons développé notre expertise. Tout en continuant de soutenir les proches aidants d’aînés, nous allons désormais pouvoir aider tous les autres aussi, du parent d’enfant en situation de handicap au conjoint dont le partenaire souffre de cancer », précise Guillaume Joseph. 

Vieillissement, maladie neurodégénérative, spectre de l’autisme, dépendance, soins palliatifs… : quels que soient la situation et l’âge de la personne aidée, tous pourront bénéficier d’un accompagnement. L’ambition est de pouvoir apporter un soutien de qualité à tous les proches aidants du Québec, dont le nombre augmente et qui sont particulièrement éprouvés.

Cette ouverture sera effective à compter du 1er novembre. Elle découle de la Politique nationale des personnes proches aidantes dévoilée au printemps 2021, et du plan d’action présenté ce 27 octobre.
Plan d’action national : le numérique au service des personnes proches aidantes
Alors que le soutien de l’Appui est offert dans chacune des régions du Québec, pour aller plus loin et toucher tous les proches aidants, le plan d’action prévoit un élargissement de l’offre de soutien grâce aux services numériques. « Nous pourrons ainsi accompagner même les proches aidants à l’extérieur des grands centres urbains ou ceux qui ne disposent pas d’un horaire flexible », précise Guillaume Joseph. 

Ce besoin des personnes proches aidantes s’est en effet confirmé avec la pandémie : par exemple, Info-aidant a été contacté près de 15 000 fois en un an, soit +36 % de demandes d’aide reçues par rapport à l’année précédente. « Pour répondre à cette demande, Info-aidant a été ouvert 7 jours sur 7. Nous avons réellement pu constater à quel point les services téléphoniques et numériques sont d’une aide précieuse pour les proches aidants »,précise Guillaume Joseph. 

L’Appui supportera ainsi de nouvelles initiatives qui se tournent vers les services numériques. L’objectif est de mettre en place des projets qui soutiennent l’optimisation des services déjà offerts et d’encourager l’innovation ainsi que l’acquisition et le transfert de connaissances. 
40 000 proches aidants d’aînés accompagnés chaque année
L’Appui soutient chaque année plus de 300 organismes et investit 20 millions de dollars en services directs pour les personnes proches aidantes. Parmi les 500 000 heures d’intervention annuelles, beaucoup concernent les services de répit, qui permettent aux personnes proches aidantes de se libérer temporairement des responsabilités rattachées à leur situation. Ce sont ainsi 40 000 proches aidants qui sont accompagnés tous les ans par le biais de ces projets. La ligne Info-aidant, quant à elle, a réalisé 25 000 contacts annuels. Or, ces chiffres augmentent d’année en année. « Alors qu’1 personne sur 4 est proche aidante au Québec, notre élargissement était une nécessité, surtout dans les circonstances actuelles », précise Guillaume Joseph. 

À Montréal, entre janvier 2021 et novembre 2021, Info-aidant a été sollicité par 2751 Montréalais et Montréalaises. Nul doute que les résidents de la grande région de Montréal continueront d’être bien accompagnés avec l’ouverture de l’Appui. 

Une campagne pour inciter les proches aidants à se reconnaître

Pour aider les proches aidants à se reconnaître, l’Appui pour les proches aidants lance une nouvelle campagne de communication. Basée sur le jeu Proches aidants! Un jeu des 7 familles illustré par Michel Rabagliati et produit par l’Appui, cette campagne présente les différents visages de la proche aidance : la mère qui gère le quotidien de son père et sa vie de famille, la femme qui jongle entre travail et accompagnement de sa conjointe malade, le fils qui s’inquiète pour son père après une mauvaise chute, les parents qui envisagent l’avenir de leur fils handicapé… 

SAVIEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ RECYCLER VOS MASQUES?ET EN PLUS POUR UNE BONNE CAUSE?

Des milliards de masques sont fabriqués chaque année. Savoir en disposer de façon responsable est une priorité pour l’environnement. En participant à notre programme de recyclage de masques, vous aiderez à redonner à notre planète et en plus, vous répondrez à un besoin exprimé par vos clients et employés.

On estime que 63 000 tonnes d’Équipement de Protection Individuelle (EPI) jetables ont été importées au Canada durant la pandémie. Selon l’Organisation des Nations Unies, «on pourrait s’attendre à ce qu’environ 75 % des masques utilisés, ainsi que d’autres déchets liés à la pandémie se retrouvent dans des décharges ou flottent dans les mers».

Mais heureusement, donner une deuxième vie à vos masques usés est possible!

Nous vous présentons un programme de recyclage de masques. Nous vous offrons un programme CLÉS EN MAIN.  Vos masques usés seront transformés en pastilles de plastique recyclées qui seront ensuite utilisées pour créer du textile non tissé pour les masques. Ces articles peuvent être recyclés à la fin de leur vie, formant ainsi un cycle de vie circulaire. Une façon accessible de contribuer au respect de la planète ainsi qu’à son développement durable.

Comment ça fonctionne?

Vous n’avez qu’à commander votre boîte de recyclage, puis nous vous offrons un service complet, allant de la livraison de la boîte, à la récupération et au recyclage des masques. Vous aurez également  une certification de récupération ainsi qu’un bilan annuel des résultats obtenus.

Une solution simple pour disposer de vos masques de façon responsable.

Combattre les infections intestinales contribue à prévenir la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse

Une équipe de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) a démontré que des gènes présents dans certaines cellules intestinales protègent contre le développement des maladies inflammatoires de l’intestin (MII). Publiés aujourd’hui dans le journal scientifique Genome Medicine, les résultats de l’étude démontrent que plus d’une douzaine de ces gènes, qui contribuent au développement de la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, aident à lutter contre les infections virales et bactériennes.

Connues sous le nom de maladies inflammatoires de l’intestin, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse se caractérisent par une inflammation du tube digestif. En effectuant un criblage de 145 gènes associés au risque de MII dans des cellules humaines du système digestif, appelées cellules épithéliales intestinales, l’équipe de recherche a révélé que bon nombre de ces gènes sont importants pour aider les cellules épithéliales à détecter les bactéries ou les virus et à mettre en place la réponse défensive appropriée pour contrôler de telles infections. Ainsi, les chercheurs ont identifié des gènes qui, lorsque perturbés par des variantes génétiques, rendent les individus plus susceptibles de développer l’inflammation chronique de l’intestin, caractéristique des MII.

« La plupart des thérapies médicales actuelles utilisées pour traiter la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ciblent les fonctions des cellules du système immunitaire. », souligne Dr John D. Rioux, chercheur à l’ICM, professeur titulaire de médecine à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique et médecine génomique de l’inflammation. « Cette étude démontre l’importance de développer des approches thérapeutiques visant à renforcer les fonctions protectrices du système digestif pour le plus grand avantage des patients atteints de maladies inflammatoires intestinales. »

Les maladies inflammatoires de l’intestin

Au Canada, plus de 270 000 personnes souffrent d’une MII et l’on dénombre près de 10 000 nouveaux cas par année, entrainant des coûts économiques annuels de 2,6 milliards de dollars. Les MII sont caractérisées par le fait que leur propre système immunitaire du corps attaque des parties du tube digestif. Les causes exactes de ces maladies restent encore inconnues et il n’existe actuellement aucun traitement pour les vaincre. 

Des études génétiques antérieures avaient déjà identifié certaines différences dans le code génétique humain associées au développement des MII, mais aucun gène responsable n’avait été trouvé. « Le défi était de savoir comment utiliser ces informations génétiques pour mieux comprendre les voies biologiques qui mènent aux MII. », a déclaré Jessy Carol Ntunzwenimana, doctorant du laboratoire Rioux et co-auteur principal de l’étude. L’équipe de recherche a donc développé une nouvelle approche afin de déchiffrer quels gènes sont susceptibles d’être impliqués dans les MII et de révéler leurs fonctions biologiques.

« Les résultats de cette étude fournissent une pièce importante du casse-tête pour comprendre comment les interactions du corps avec la flore intestinale peuvent prédisposer une personne à développer une MII. », a déclaré Kate Lee, vice-présidente, recherche et programme patients de Crohn et Colite Canada. « C’est un excellent exemple de la façon dont la recherche génomique peut faire progresser notre compréhension de la santé et de la maladie, avec un impact potentiel sur les patients qui seront traités à l’avenir. », a déclaré Stéphanie Lord-Fontaine, vice-présidente, Affaires scientifiques de Génome Québec. 

Les données complètes de l’étude peuvent être consultées au : https://doi.org/10.1186/s13073-021-00996-7

L’étude a été rendue possible grâce au soutien financier de Génome Québec, de Génome Canada, du gouvernement du Canada, du ministère de l’Enseignement supérieur, des Instituts de recherche en santé du Canada (avec des contributions de l’Institut des maladies infectieuses et immunitaires, de l’Institut de génétique et de l’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète), de Genome BC et de Crohn et Colite Canada. Ce travail a également été soutenu par une subvention des National Institutes of Diabetes, Digestive and Kidney Diseases, Calcul Québec, Calcul Canada et la Fondation canadienne pour l’innovation.

À propos de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM)

Fondé en 1954, l’Institut de Cardiologie de Montréal vise constamment les plus hauts standards d’excellence dans le domaine cardiovasculaire par son leadership en recherche clinique et fondamentale, en soins ultraspécialisés, en formation des professionnels et en prévention. Il abrite le plus grand centre de recherche en cardiologie, le plus grand centre de prévention cardiovasculaire ainsi que le plus grand centre de génétique cardiovasculaire au Canada. L’ICM est affilié à l’Université de Montréal et compte plus de 2 000 employés, dont 245 médecins et plus de 85 chercheurs. www.icm-mhi.org

À propos de Crohn et Colite Canada

Crohn et Colite Canada s’efforce sans relâche de trouver des remèdes à la maladie de Crohn et à la colite ulcéreuse, et d’améliorer la vie tant des enfants que des adultes touchés par ces maladies chroniques. Nous sommes le plus important organisme composé de bénévoles du pays à nous acquitter de cette mission et nous sommes l’un des deux principaux donateurs caritatifs au monde dans le domaine de la santé à financer la recherche sur la maladie de Crohn et la colite. Nous avons investi plus de 135 millions de dollars dans la recherche à ce jour. Nous repoussons les limites pour les personnes touchées par la maladie de Crohn et la colite grâce à la recherche, à des programmes à l’intention des patients, à la défense des droits des patients et à la sensibilisation aux MII. Pour obtenir plus de détails, consultez crohnetcolite.ca et suivez-nous @ayezducran sur TwitterFacebook et Instagram.

Donnez bonheur et chaleur

Depuis 3 ans, Chlorophylle récolte des manteaux de seconde main dans le cadre de son événement Don de manteau. En 2020, ce sont près de 350 manteaux qui ont été remis à des organismes communautaires locaux et cette année, si la tendance se maintient, nous dépasserons le cap des 1000 manteaux remis à des personnes dans le besoin.

À travers la province, ce sont douze organismes communautaires qui se recevront les manteaux pour les remettre à leur communauté. Vous trouverez la liste de ces derniers à la fin du communiqué.

Une collecte au cœur de l’automne
Ainsi, du 5 novembre au 19 décembre 2021, nous invitons les consommateurs à prendre part à l’événement en apportant dans une boutique Chlorophylle leur ancien manteau, peu importe la marque, en échange d’un rabais de 75 $ sur un nouveau. En plus du don de vêtements, nous inviterons également cette fois la clientèle à offrir un don en argent à la caisse ou en ligne. Un chèque sera remis aux organismes participants en plus des manteaux. 

Une initiative qui inspire
Grâce à cet événement, notre compagnie souligne l’importance d’aider les gens dans le besoin tout en encourageant la réutilisation de vêtements usés. « Les intervenants des différents organismes sont toujours enthousiastes de voir que l’événement revient d’une année à l’autre et c’est un plaisir partagé par toute notre équipe », explique l’instigatrice de l’événement et directrice du marketing Claudie Laroche. 

De vibrants témoignages 
Au cours des prochaines semaines, vous verrez circuler deux montages vidéo dont le tournage a été réalisé à la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi. Michel St-Gelais, directeur de l’établissement nous explique l’importance de ces dons sur sa communauté tandis que Maxime Bouchard, qui a trouvé du soutien auprès des intervenants de l’organisme nous partage sa touchante histoire.
 
Pour les visionner, c’est par ici… 
Michel St-Gelais: 
https://youtu.be/N_SoII4gl4Q (V.F.)
https://www.youtube.com/watch?v=ZLhxVQtYDs0 (V.A.)

Maxime Bouchard:
https://youtu.be/1Vi9CAdtK-0 (V.F.)
https://youtu.be/3BFC8yqNX6M (V.A.)

Une belle collaboration
Qui plus est, l’artiste Sara Dufoura également tenu à faire sa part, elle qui a rapporté le manteau de sa mère décédée il y a quelques mois à la boutique de Chicoutimi.

Vous la verrez en action dans cette vidéo pour laquelle elle n’a reçu aucun cachet : https://youtu.be/sNcDYPlXGrk .
Pour plus de détails concernant l’événement, n’hésitez pas à visiter notre page : www.chlorophylle.com/dondemanteau
Réduire l’impact environnemental
Depuis 40 ans, Chlorophylle se positionne comme l’allié des québécois pour leurs activités de plein air et de nature. Dans ce contexte pandémique, bien bouger, pour la santé physique et mentale, se trouve au cœur de nos motivations. Qui plus est, cet événement s’inscrit dans notre mouvement de réduction de l’impact environnemental. Chaque vêtement réutilisé réduit la consommation de textile et l’utilisation d’eau potable (utilisée dans la coloration du tissu), mais qui plus est permet ainsi d’aider une personne dans le besoin.

La Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec dévoile des mesures pour soutenir davantage les proches aidants

Dans le cadre de la Semaine nationale des personnes proches aidantes qui se tiendra du 7 au 13 novembre, la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FFMSQ) réitère son engagement à améliorer de manière concrète la vie des proches aidants. Elle annonce que le soutien financier aux organismes leur venant en aide a été doublé en 2021 pour faire face à la pandémie alors qu’en 2022 des outils facilitant la collaboration des proches aidants, des médecins spécialistes et des patients seront créés.

« Les médecins spécialistes du Québec souhaitent s’engager davantage socialement et contribuer au bon fonctionnement du réseau. Nous souhaitons non seulement offrir plus de répit aux proches aidants, mais également collaborer et partager nos expertises respectives », a souligné le docteur Vincent Oliva, président du conseil d’administration de la Fondation de la FMSQ.

La Fondation de la FMSQ œuvre depuis le début de l’année à la mise en place de trois mesures importantes pour mieux soutenir les proches aidants. Ces mesures s’inscrivent dans la lignée du Plan d’action gouvernemental en proche aidance, dévoilé la semaine dernière. 

Renforcer le trio patient, aidant, médecin

La FMSQ offrira à ses membres une formation développée en partenariat avec les organismes l’Appui pour les proches aidantsProche aidance Québec et le Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public afin d’outiller les médecins spécialistes à mieux interagir avec ces alliés importants du système de santé. 

« La FMSQ souhaite renforcer la collaboration avec les proches aidants et l’expertise des organismes les représentant, ainsi que les patients afin de permettre aux médecins spécialistes d’identifier les enjeux vécus par les proches aidants pour ensuite mieux y répondre et ainsi maximiser les relations du trio patient, aidant, médecin », a renforcé le Dr Oliva.

Démystifier le réseau et la médecine pour les proches aidants 

Les médecins spécialistes développeront des capsules d’information destinées aux proches aidants pour démystifier certaines conditions médicales et le réseau de la santé et ainsi faciliter les communications avec les médecins et les professionnels de la santé. 

« Les proches aidants jouent un rôle fondamental dans la réussite d’un traitement médical et le bien-être d’un patient. Pour faciliter leur apprentissage, les médecins spécialistes souhaitent offrir des outils leur permettant de mieux comprendre les maladies de leur proche, la médecine spécialisée et le fonctionnement du réseau de la santé », a mentionné le Dr Oliva. 

Bonifier le soutien financier en pandémie

Ces initiatives sont complémentaires aux activités de financement de projets de répit que mène la Fondation depuis près de 10 ans. La pandémie a affecté les organismes bénéficiaires et par conséquent les proches aidants. Pour remédier à cette situation, la Fondation de la FMSQ a octroyé une somme record de 2 millions $ à 41 organismes pour la réalisation de 45 projets de répit dans 12 régions en 2021.

« Les médecins reconnaissent que la pandémie a pu engendrer une demande de support accrue aux proches aidants, alors que plusieurs services dans le réseau ont été au ralenti. Nous avons doublé le financement annuel octroyé aux organismes leur venant en aide pour 2021 afin de permettre à ces alliés du réseau de recharger leurs énergies en ces temps difficiles », a ajouté le Dr Oliva. 

Faits saillants

  • Au Québec, environ une personne de 15 ans et plus sur cinq (21,1 %) est un proche aidant
  • 30,6% des proches aidants sont âgés de 45 à 64 ans
  • Près la moitié des proches aidants consacre une à trois heures par semaine au soutien de la personne aidée (45 %), tandis qu’environ 17 % y allouaient 20 heures ou plus
  • 57,5% des proches aidants sont des femmes

À propos de la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec 

La Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec a été créée en 2012. En soutenant financièrement divers projets de répit, elle améliore de façon très concrète la vie des personnes proches aidantes au Québec. Ces gens s’investissent entièrement pour soutenir un proche souffrant d’une incapacité liée à une maladie permanente ou dégénérative, ou à un handicap

Campagne de financement annuelle des Ateliers Speech

C’est aujourd’hui qu’est lancée la campagne de financement annuelle des Ateliers Speech, 30 jours pour 30 jeunes, qui se tiendra jusqu’au 30 novembre sur les réseaux sociaux. Speech soutient les jeunes avec un parcours scolaire particulier à travers la création musicale, en misant sur leur potentiel artistique et créatif. Depuis ses débuts en 2015, Speech a aidé plus de 200 jeunes, tant dans leur cheminement scolaire que musical, et parmi lesquels on retrouve plusieurs artistes émergents du Québec.« Marianne venait me retirer quelques heures pour composer de la musique j’avais de la difficulté à me concentrer à l’école. Si ce n’était pas d’elle, je n’aurais jamais su comment écrire de la musique et encore moins être intéressé à en faire. », mentionne l’artiste Skiifall, figure montante sur la scène hip-hop internationale, qui a bénéficié du soutien des Ateliers Speech lorsqu’il fréquentait l’école secondaire Saint-Luc à Montréal.

Pour la troisième année consécutive, le mois de novembre se veut un mois de partage, de rayonnement et de financement pour assurer la pérennité des activités de Speech et ainsi permettre aux jeunes de bénéficier des ateliers de création musicale mis en place par l’organisme. Cette année, l’objectif de la campagne est d’amasser 25 000 $ en 30 jours afin de soutenir 30 jeunes dans leur programme de réussite éducative.

#30jourspour30jeunes

Concours 100 ans de recherche : 2 chercheurs reçoivent 500 000$ et s’attaquent au cancer du sein métastatique 

La Société de recherche sur le cancer (la Société) et la Fondation cancer du sein du Québec (la Fondation) ont lancé conjointement le concours « 100 ans de recherche » à l’automne 2020 et annoncent aujourd’hui les deux (2) chercheurs qui recevront 500 000$ chacun pour leurs projets de recherche sur le cancer du sein métastatique. 

Le cancer métastatique est considéré comme incurable et la majorité des personnes vivant avec ce diagnostic sont sous traitement continu pour limiter la progression de la maladie et atténuer les effets secondaires. D’où l’importance de maximiser les efforts en recherche et en soutien pour développer les traitements les plus novateurs qui soient. 

Dr Mark Basik compte examiner les cellules qui entourent la tumeur lorsqu’elle se propage à l’extérieur du sein (vers le foie, les poumons, la peau ou le cerveau) puisque dans ces cas, les cellules forment un environnement autour de la tumeur qui la protège contre les traitements et les rend inefficaces. 

C’est grâce à une nouvelle technologie que le Dr Basik examinera séparément les cellules entourant et soutenant la tumeur ainsi que les cellules de la tumeur afin de mieux comprendre leur fonctionnement. 

« Sans des subventions comme celle-ci, nous ne serions pas en mesure de poursuivre et de mener des recherches de pointe susceptibles d’améliorer la survie de ces femmes. Avec votre aide, nous espérons pouvoir diminuer l’impact du cancer du sein sur leur vie et celle de leur famille. » – Dr Mark Basik, récipiendaire 

Dr Morag Park, appuyée par Anne-Marie Fortier, Geneviève Deblois et Francis Rodier, se concentre pour sa part sur les cellules du cancer du sein triple négatif (CSTN), le type le plus agressif, plus précisément sur les tumeurs résiduelles qui développent une résistance à la chimiothérapie néo adjuvante (CNA) et augmentent les risques de métastases. 

Concrètement, cette équipe de chercheurs cherche à mieux comprendre la transition qu’effectuent les cellules qui les rendent résistantes aux traitements afin de mieux prévenir et contrer cette résistance. Cette proposition de type « double-coup » permettra aux chercheurs d’utiliser des médicaments approuvés et émergents, appelés thérapies anti-sénescence et épigénétiques, pour cibler les vulnérabilités créées par les traitements existants de CNA dans les cellules tumorales résiduelles du cancer du sein triple négatif.

« Notre équipe est constituée de chercheurs ayant des expertises complémentaires afin de relever ce défi de taille. Sans cette subvention, nous n’aurions pas pu réunir cette équipe, il s’agit d’une opportunité unique! Merci à tous les donateurs de croire au pouvoir de la recherche sur le cancer » – Dr Park

Les projets de recherches choisis ont fait l’objet d’un processus d’évaluation et de sélection rigoureux ; nous comptons sur l’évaluation par les pairs, une méthode reconnue et éprouvée pour assurer la qualité et l’excellence en recherche scientifique. Ainsi, un comité constitué de 10 chercheurs et de cliniciens ont généreusement donné de leur temps afin d’attribuer les subventions aux projets les plus prometteurs.

« La Société de recherche sur le cancer est très fière de joindre ses efforts avec la Fondation cancer du sein du Québec afin de financer ces deux projets qui auront des retombées positives pour les patientes et les patients atteints du cancer du sein, mais également au niveau de l’avancement de la recherche. » 
– Dajan
O’Donnell, directeur, affaires et partenariats scientifiques à la Société de recherche sur le cancer
« Les personnes vivant avec un cancer du sein métastatique font face à des défis incroyables en raison du caractère incurable de leur maladie, mais la Fondation cancer du sein du Québec est fière de collaborer avec la Société de recherche sur le cancer pour développer des traitements ciblés et novateurs et ainsi améliorer le pronostic de cette communauté » 
– Fanny Guimont-Desrochers, directrice des investissements et de la promotion de la santé à la Fondation cancer du sein du Québec

Il est possible de lire le profil complet des chercheurs sélectionnés en ligne sur le site de la Société; recherchecancer.ca

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top