Dominique Primeau et Paul Mallette de nouveau réunis pour célébrer les musiques du monde

La production de l’album Mahiné est issue d’une longue complicité musicale et amicale ainsi que de la volonté de rendre hommage à une jeune femme disparue au printemps de sa vie.

Tout commence à la fin des années 1980, lorsque la chanteuse, flûtiste et percussionniste Dominique Primeau et le guitariste Paul Mallette décident de former un duo et d’explorer les diverses couleurs des musiques du monde, avec un fort penchant pour les airs brésiliens.

Après avoir bourlingué pendant une dizaine d’années sur les scènes d’ici et d’ailleurs, les deux artistes s’accordent une pause, Dominique donnant naissance à Camille Mahiné et Paul mettant au monde le charmant Café de la Gare, à Sainte-Adèle.

Mais en 2013, un drame bouleverse la vie de Dominique : une femme s’endort au volant et fauche la vie de sa fille, alors enceinte de cinq mois. La musique devient un besoin viscéral et réunit le duo, qui entreprend de produire un album.

Réalisé par Blanche Baillargeon, Mahiné est un vibrant hommage à cette jeune femme qui adorait la vie et la portait fièrement. Interprétées en portugais, en espagnol et en français, les chansons puisent dans le répertoire brésilien d’hier et d’aujourd’hui, de Pixinguinha à Ana Caram, en passant Chico Buarque, Guinga, Djavan, Paulo César Pinheiro et João de Barro. On y trouve aussi deux pièces originales, dont la pièce-titre, une pièce de Piazzola, une autre de la Capverdienne Mayra Andrade et une chanson traditionnelle de la Tanzanie. Mahiné, c’est la poésie et la chaleur des musiques du monde livrées avec sensibilité et virtuosité par deux artistes passionnés.

Les pièces de Mahiné ont été arrangées par Blanche Baillargeon et Paul Mallette. Le duo est appuyé par Guillaume Bourque (clarinette, clarinette basse), Sacha Daoud (percussions), Lex French (flugelhorn), Sheila Hannigan (violoncelle), Catherine Léveillé (chœurs), José Paradis (chœurs), Paul Picard (percussions) et Blanche Baillargeon (contrebasse, chœurs). Vem a primavera em flor brotar na palma da mão
(Que vienne le printemps en fleur pousser dans la paume de la main)
Extrait de la pièce Renovacão

dominiqueprimeau.com

COLOSSALE PRÉSENTE BEAUCOUP SON APPELÉS MAIS PEU SONT CHOISIS VOLUME 1 : L’APPEL

Ayant sorti plusieurs singles dans les derniers mois, le rappeur Colossale dévoile un premier EP intitulé « Beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis/Volume 1 : L’appel ». Ce projet est l’aboutissement de plusieurs années de travail et présente l’artiste sous différentes facettes. En plus d’écrire et de rapper, Colossale est également le compositeur des instrumentaux de cet opus sauf la chanson numéro 3 qui a été produite par Matt Murphee.
 
Cet Ep est le récit du jeune Colossale, rebelle et spirituel, à la recherche de son identité dans le monde. Conscient d’avoir une « mission » et d’être porteur de messages visant les gens à s’ouvrir sur certaines réalités, l’artiste a malgré les obstacles sur son chemin, réussi à avancer et à accomplir ses objectifs. 
 
« Beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis/Volume 1 : L’appel » se veut varier dans les sonorités tout en ayant une trame boombap des années 90. En effet, le rappeur a su évoluer et adapter son style aux sons d’aujourd’hui. On y retrouve également du chant, des mélodies, des flows avec des énergies vocales différentes tout au long des 8 morceaux. Un projet avec des textes engagés et empreints de soul qui vaut assurément le détour. 
 
ÉCOUTER ICI

Le retour de l’expérience en direct, en salle et ensemble

Le moment attendu est arrivé et voici enfin les premiers artistes confirmé·e·s de cette 22e édition. Du mardi 24 août au dimanche 29 août, ce sont près d’une soixantaine de créateur·trice·s en musiques électroniques et en art numérique qui se produiront en salle pour notre plus grand bonheur.

Les 28 performances en direct, qui se tiendront à la Cinquième salle de la Place des Arts et au MTELUS, mettront en lumière les talents du Québec mais aussi de cinq autres provinces canadiennes. Que ce soit à travers la série expérientielle Play ou les soirées rassembleuses Nocturne, attendez-vous à des propositions artistiques éclectiques, à la fois expérimentales et stimulantes.

Les billets individuels sont en vente dès maintenant ainsi que deux offres spéciales pour nos festivalier·ières les plus passionné·e·s. Ne tardez pas car les capacités sont limitées.

En parallèle au Festival, la 7e édition virtuelle de MUTEK Forum s’intéresse aux pratiques artistiques les plus novatrices tout en stimulant la réflexion sur les enjeux éthiques et politiques liés aux technologies et au numérique. Les premier·ère·s thématiques et intervenant·e·s ont été dévoilés et vous pouvez également vous procurer des passeports accessibles à partir de 40$ seulement.

Nous avons hâte de vous retrouver pour vivre de nouvelles émotions musicales ensemble. Restez à l’affut pour de prochaines révélations sur notre programmation montréalaise et en ligne. Bonne découverte à tous·tes ! 

+ détails
+ programmation
+ billetterie

Le Festival International du Film sur l’Art lance son appel à soumissions pour sa 40e édition

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) annonce l’ouverture de sa période de soumissions en vue de sa 40e édition qui se tiendra en salle et en ligne, du 15 au 27 mars 2022. Les activités et rencontres pour les professionnel·le·s se tiendront majoritairement du 16 au 20 mars, l’an prochain.Cet appel à soumissions s’adresse aux réalisateur·rices, producteur·ices, distributeur·ices, qui ont terminé ou termineront prochainement un film sur l’art, une fiction sur l’art, un film biographique, un documentaire, une captation, une vidéo d’art ou de l’art médiatique. Ces derniers pourront ainsi présenter leur(s) œuvre(s) en première à Montréal. Le formulaire de soumission doit être complété à cet effet avant le 30 octobre 2021.

CONDITIONS D’ADMISSIBILITÉLa programmation du FIFA se concentre sur le film sur l’art. Le Festival présente des documentaires, des films sur l’art, des fictions sur l’art, des films biographiques, des vidéos d’art, des vidéoclips, des captations et englobe tous les arts, de toutes les époques et de tous les styles.

Le FIFA accepte ainsi les soumissions des types d’œuvres suivants : courts-métrages (moins de 30 min.), moyens-métrages (31-59 min.) et longs-métrages (60 min. et plus).Les informations relatives aux conditions d’admissibilité et de soumission des œuvres, de même que les renseignements portant sur frais d’inscription et règlements sont disponibles en ligne via ce lien.

Un rabais «lève-tôt» est offert pour toute soumission de film avant le 31 août 2021.

À PROPOS DU FIFA

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA), fondé par René Rozon, se consacre à la promotion et au rayonnement international du film sur l’art et des arts médiatiques. Depuis près de quatre décennies, il propose un événement annuel au mois de mars, qui permet de découvrir les derniers documentaires sur l’art. Avec une programmation et différentes activités tout au long de l’année à travers un vaste réseau de diffusion culturelle et scolaire, Le FIFA s’engage à accroître la connaissance et l’appréciation de l’art auprès du public, à promouvoir le travail des artistes œuvrant dans les domaines du cinéma, de la vidéo et des arts visuels, ainsi qu’à encourager la production et la diffusion de films sur l’art. Sa 40e édition se déroulera du 15 au 27 mars 2022. Il est également à souligner que Le FIFA a récemment lancé ARTS.FILM, un nouveau centre d’art virtuel qui rend des films sur l’art accessibles partout au Canada, en tout temps et toute l’année.

Salah Khaïli Nouvel album Rock Da House

Le batteur Salah Khaïli annonce la sortie de son album Rock Da House qui devrait réveiller les amateurs de rock. Son jeu puissant et explosif, à la signature unique, sidère tout au long des dix titres de l’album.Après avoir multiplié les sessions aux côtés d’artistes comme Etienne Daho, Tchéky Karyo, Lucky Peterson, Elli Medeiros et bien d’autres, Salah Khaïly lance son album sous son nom, enregistré avec la complicité du producteur Fred Lafage.
Premier extrait, Trees In My Head qui sort aujourd’hui en clip fait monter l’adrénaline. Le titre est un hommage au rock anglais avec des guitares tranchantes sur un rythme envoûtant. Amateurs de Led Zeppelin, de The Who, des Faces, ou des Arctic Monkeys vous devriez être séduits par la flamme mélodique de ce single.
On y retrouve une impulsion purement instinctive, sans contraintes. Le vertige de la liberté et de l’amour qui nous mène au-delà des limites de notre corps. Trees In My Head est le premier extrait de cet album résolument rock sur lequel, aux côtés de Salah Khaïli alternent huit chanteurs anglo-saxons, et un argentin et cubain. A écouter avec le volume à fond. 
Pour regarder et diffuser le clip de Trees In My Head :https://youtu.be/UcdXyWamf3o

PETE FORTIER LANCE SON PREMIER ALBUM

Après le succès aussi inattendu que fulgurant de son premier extrait, « La 25e bannière », Pete Fortier se lance dans le vide. Sa passion pour la musique transcende enfin les limites de ces nombreux feux de camp autour desquels ses proches lui répétaient à quel point ses compositions avaient du potentiel. Bon joueur, l’auteur-compositeur a entrepris en 2020 d’enregistrer ses chansons au studio The Audioworkshop avec son bon ami Joël Côté Bergevin, qui signe la réalisation, le mix et le mastering. Il en résulte Perdre le contrôle, un album de 10 titres entre punk rock et folk où la voix rauque, authentique et maîtrisée de Pete Fortier nous dévoile un talent de mélodiste trop bien caché jusqu’ici.
 
Contrôler sa perte de contrôle
Il faut faire preuve de beaucoup de courage pour enfin assumer sa passion de toujours. De son propre aveu, Pete Fortier a vu son plongeon en musique comme une réelle perte de contrôle, mais à mesure que les chansons de son album se suivent, c’est plutôt un artiste en pleine possession de ses moyens qu’on découvre peu à peu. L’album s’ouvre sur « Y commençait à être temps » et déjà, la mélodie contagieuse donne le ton avec un rock assumé et des lignes de guitare électrique bien appuyées. L’élan se poursuit avec « Nostalgie », un appel à se remémorer les belles années, non sans quelques regrets, et qui nous ramène par la bande au meilleur du punk rock des années 1990. « Juste pas de sens » poursuit dans la même lignée avant de laisser place à « La 25e bannière », premier succès incontesté de l’album qui a déjà percé le top 50 du palmarès BDS. La suite s’inspire davantage du folk rock et du nouveau country avec « Ceux qui nous aiment »« Les échafauds » et « Le bon Jack » où sont introduits ukulélé et même banjo, mais sans jamais perdre l’énergie rafraîchissante du chanteur. Pete Fortier a tout ce qu’il faut pour maintenir la cadence, mais il fait aussi preuve de sensibilité avec « Mon vieux » puis « Ma fille », un touchant hommage qui nous dévoile un homme de famille investi et heureux. Finalement, l’album se termine sur « Me sentir vivant », véritable ver d’oreille qui résume bien ce que l’artiste a vécu dans les dernières années avant d’assouvir son besoin de sortir des sentiers battus.
 
En attendant une tournée à venir en 2021, Perdre le contrôle sera disponible dès aujourd’hui sur toutes les plateformes numériques.
 
Qui est Pete Fortier ?
Originaire de la région de Vaudreuil-Soulanges, Pete Fortier écrit et compose ses chansons depuis des années. Inspiré entre autres par les Cowboys Fringants et Vilain Pingouin, il vit une vie bien rangée avant d’enfin se lancer dans le vide en 2020. Son premier extrait, « La 25e bannière », réalisée par Joël Côté Bergevin, confirme son talent en se taillant une place de choix dans les palmarès dès sa sortie. À 28 ans, l’électromécanicien et père de deux enfants décide de donner toute l’attention qu’il faut à son projet musical et lance son premier album en juin 2021.

JO & LAZY LANCENT LAST CALL

Jo & Lazy sont enfin prêts à lancer leur tout premier album à titre de duo après une année passée à composer et enregistrer Last Call, une fresque de 12 titres originaux teintés d’échantillonnages typiquement québécois. Les deux premiers extraits radio de l’album, « Disparaître (sur un train) » et « Incendiaire », ont déjà mis la table pour découvrir leur rap tantôt planant tantôt festif qui flirte entre pop et hip-hop, le tout ficelé de textes habiles et syncopés. 
 
Du rap accessible et authentique
Sur une base très rythmée et une ambiance festive, l’intensité de l’album évolue au fur et à mesure que les titres défilent. Le style de Jo, à mi-chemin entre le rap et le chant pop, forme une parfaite symbiose avec le flow hip-hop moderne et la plume soignée de Lazy. L’album s’ouvre sur « Rêver », une ode au moment présent et à saisir l’occasion qui se présente où guitare et basses rythmées donnent l’élan en rendant hommage au passage au groupe Capitaine Révolte. S’ensuit la planante « Revenir en arrière », où la guitare acoustique s’invite sur la basse et la batterie, ce qui donne un ensemble très organique. Jo & Lazy n’ont pas peur d’assumer leurs influences et « Disparaître (sur un train) » en est un bon exemple. Inspiré du mégasuccès de Vilain Pingouin, ce troisième titre fait lever d’un cran l’intensité de l’album avant la sensuelle « Incendiaire », dans laquelle on retrouve la voix unique de Chloé Doyon. Vient ensuite « Paradoxe sale », véritable clin d’œil aux années 1980 et au succès de Joe Bocan, qui était d’ailleurs honorée et agréablement surprise par cette nouvelle version. « Pyramide » prend le contrôle avec un rap classique où Jo & Lazy martèlent leur désir de s’imposer sur la scène, puis c’est le retour de la guitare sur « Everyday », un portrait de cette routine qui nous assaille. Dans « Rôle », une pièce à grand déploiement portée par le piano de Jonathan Harbec, le duo aborde l’importance de se mettre à la place du négligé pour comprendre toute l’horreur du racisme, entre autres. Le duo possède un vocabulaire instrumental impressionnant, mais laisse toujours la place au texte. Avec « Dans ma tête » et « Zen », on goûte à des arrangements majoritairement programmés; une autre corde à leur arc qui fonctionne à merveille. Pour finir, on crinque l’intensité avec « Brouillard » avant de clore les livres avec la festive « Last Call », dans laquelle l’harmonica (Léandre Monette) et la guitare acoustique (le solo est joué par Jean-Michel Soudre de Vilain Pingouin) nous invitent à lever notre verre pour fuir le temps qui court bien trop vite. 
 
Une bière et des vidéoclips
Jo & Lazy ne font pas les choses à moitié. Leur vidéoclip pour « Disparaître (sur un train) » où on retrouve Rudy Caya de Vilain Pingouin a été visionné près de 30 000 fois. Ils ont également mis en image leur collaboration avec Chloé Doyon dans le clip « Incendiaire » et prévoient sortir plusieurs autres clips dans les prochains mois. Jo & Lazy ont aussi collaboré avec la microbrasserie Farnham pour produire une bière à leur nom offerte en quantité limitée à l’achat de leur premier album. Last Call est disponible sur toutes les plateformes numériques dès aujourd’hui.
 
QUI SONT JO & LAZY ?
Jo Harbec et Fred Proulx ont chacun leur carrière distincte et font partie du paysage hip-hop québécois depuis de nombreuses années. Ils ont tous deux fait partie du groupe L.D.F. (Ligne de Front), fondé en 2005, avant de produire un album de part et d’autre. N’ayant pas peur de sortir des sentiers battus, ils décident de se réunir pour présenter Last Call, un premier album authentique et accessible lancé le 18 juin 2021 sous l’étiquette de Faces Productions, et dont les premiers extraits « Disparaître (sur un train) » et « Incendiaire » se sont hissés dans les palmarès radio et de téléchargement dès leur sortie. Ils ont également créé une version rap très appréciée de la chanson-thème de l’émission Ça rentre au poste à Radio Énergie.

UN PREMIER SINGLE POUR MARCO EMA!

Un nouvel artiste fait son apparition dans la scène indie pop québécoise : Marco Ema! Il nous présente son single Janvier vient te reprendre, accompagné d’un vidéoclip (réalisation Julien Falardeau, production Rosemarie Records). Sous la réalisation de Simon Pednault (Lou-Adriane Cassisdy, Gabrielle Shonk, Tire le Coyote), Marco propose un premier single aux allures de récit initiatique, à la fois chaleureux et nostalgique, brossant le tableau d’une soirée au bar entre amis où règne le sentiment d’être invincible le temps d’une nuit. Sur un mélange harmonieux de guitares et de claviers, le texte évoque l’urgence de vivre, le désir de cette jeunesse pour qui le passage du temps n’est pas encore une menace de rendre la nuit éternelle.

Originaire de Thetford Mines, Marco Ema (Marc-Antoine Beaudoin de son vrai nom) quitte sa petite ville à l’aube de sa vingtaine pour se lancer dans une carrière musicale qui le propulsera dans la métropole. Grand gagnant de Ma première Place des Arts en 2017, il se classe parmi les cinq finalistes du Festival international de la chanson de Granby la même année, récoltant de nombreuses critiques élogieuses au passage. Avec une esthétique à la fois indie, pop et rock, Marco brode des récits empreints de nostalgie, où les soirées bien arrosées servent de trame de fond aux amours, tantôt permanents, tantôt éphémères, d’un jeune adulte en quête de nouveaux repères.

En primeur, nous vous annonçons la sortie du premier album de Marco Ema à l’automne 2021!



À découvrir sans plus attendre, ICI MÊME!

RYTHMES ET DÉCONFINEMENT

8 SPECTACLES GRATUITS À LAVALTRIE 

La Caisse Desjardins de D’Autray, Musicaction et le O103,5 présentent une série éphémère de spectacles gratuits pour les citoyens de Lavaltrie. Après avoir été contraint d’annuler l’édition 2020 des événements Rythmes et courant au Parc Gérard-Lavallée, Philippe Cyr-Pelletier, directeur artistique du Café culturel de la Chasse-galerie, ne pouvait s’imaginer une deuxième année sans offrir ce moment de plaisir estival à la communauté. C’est avec enthousiasme que le Café culturel présente 8 spectacles gratuits à l’église Saint-Antoine et en webdiffusion. Les événements ont été rebaptisés pour l’occasion : Rythmes et déconfinement.

Comme il y a un nombre limité de 100 places, une loterie sera faite parmi les personnes inscrites. Pour être éligible, il faut s’être inscrit en ligne ou par téléphone et être résident de Lavaltrie. Les inscriptions sont ouvertes 7 jours à l’avance et les chanceux seront contacté 48h avant l’évènement. Toutefois, l’accès à la webdiffusion est ouverte à tous. Les inscriptions pour celle-ci sont prises en continu. Tous les détails au chasse-galerie.ca
2 JUILLET 2021
Brian Tyler and the Bluestorm

9 JUILLET 2021
Marie-Pierre Arthur

16 JUILLET 2021
Bleu Jeans Bleu

30 JUILLET 2021
Mathieu Provençal

6 AOÛT 2021
Kirouac & Kodakludo / Vendou / Emma Beko

13 AOÛT 2021
Papagroove

20 AOÛT 2021
2Frères

27 AOÛT 2021
Les Grands Hurleurs
Après avoir été durement éprouvé par un incendie et la pandémie, le Coopérative du Café culturel de la Chasse-galerie s’est relocalisée de manière permanente à l’église Saint-Antoine. Avec un nouvel espace et un service de captation en direct, la Coopérative poursuit sa mission de diffusion des arts de la scène et continue de s’adapter afin de mieux servir sa communauté.

La Société d’histoire du Lac-Saint-Jean et cadabra lancent la toute nouvelle expérience immersive 360 degrés La mer intérieure

La Société d’histoire du Lac-Saint-Jean et la firme de création multimédia cadabra lancent le tout nouveau film 360 degrés, La mer intérieure. Cette expérience immersive inédite est présentée dès aujourd’hui dans le château d’eau de l’Odyssée des Bâtisseurs à Alma.

Inspirée par la richesse du territoire du Lac-Saint-Jean et de ses habitants, La mer intérieure est une expérience immersive inédite qui délaisse le format documentaire multimédia traditionnel en faveur d’une œuvre de fiction dramatique et poétique. Venues d’une île du Pacifique à la suite d’une catastrophe naturelle ayant emporté leur maison, une mère et sa fille transportent les visiteurs dans leur extraordinaire voyage vers la splendide région du Lac-Saint-Jean.

Les visiteurs débutent leur aventure par une expérience interactive dépeignant les souvenirs de ce long périple. Naviguant à travers les pages du carnet de bord de Kaori, ils découvrent les précieuses images qu’elle garde en mémoire depuis son départ. Le film immersif les transporte ensuite dans un univers métaphorique d’une beauté touchante, où ils sont guidés par les mots bienveillants d’une mère partageant à sa fille ses espoirs d’une vie meilleure.

Cette œuvre immersive a été réalisée au moyen de techniques du dessin à la ligne, de l’aquarelle, de l’animation image par image et des tournages en 360 degrés. Elle a vu le jour grâce à la collaboration de créateurs de divers horizons, dont l’artiste visuelle Carine Khalife, la boîte de production régionale Canopée Médias, l’autrice pekuakamishkueu Marie-Andrée Gill et le compositeur musical Robert Pelletier.

Le projet a nécessité un investissement de plus de 630 000 $. En plus de la Société d’histoire du Lac-Saint-Jean, plusieurs partenaires financiers ont appuyé le projet : Développement économique Canada, Rio Tinto, la ville d’Alma, le ministère de la Culture et des Communications du Québec, Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi que la CIDAL.

Le château d’eau

Le château d’eau de l’Odyssée des Bâtisseurs est une structure industrielle construite en 1937 et haute de 80 pieds. À l’origine, elle servait à alimenter en eau la ville de compagnie d’Isle-Maligne. Aujourd’hui reconverti en salle de projection, le château d’eau est un véritable lieu d’expression artistique.