Étiquette : politique Québec

Gabriel Nadeau-Dubois devant l’UMQ: « Imaginez ce qu’on pourrait faire ensemble! »

Gabriel Nadeau-Dubois a profité de son allocution aux assises de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) pour prendre des engagements auprès des maires et des mairesses du Québec afin d’aider les villes à développer de manière responsable leur territoire. 

« La nouvelle génération d’élus municipaux veut développer des milieux de vie à échelle humaine, nous allons les aider. Québec solidaire veut donner les clés de la transition écologique aux élus locaux au lieu de les ralentir comme le fait le gouvernement caquiste », déclare Gabriel Nadeau-Dubois. 

Québec solidaire prend deux engagements pour les villes et villages du Québec afin de les aider à prendre le virage écologique et régler la crise du logement : réformer la loi sur l’expropriation pour permettre aux villes de développer le logement social ou protéger des espaces verts pour moins cher, et élargir le droit de préemption pour que les besoins des villes et des citoyens passent avant ceux des promoteurs. À noter que ces modifications entraîneraient de grandes économies pour les villes.

« L’urgence climatique et la crise du logement, ça fait longtemps qu’on les reconnaît et on est prêts à s’y attaquer avec les villes. Les maires et les mairesses peuvent nous faire confiance », déclare Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire. 

Nouveau pacte fiscal 

Gabriel Nadeau-Dubois s’est également engagé à conclure un nouveau pacte fiscal avec les municipalités, afin de diversifier leurs sources de revenus et de les libérer de l’emprise de l’impôt foncier.

« Il faut diversifier les sources de revenus des municipalités. Il faut changer de modèle. Et au lieu de l’imposer, on va l’inventer avec vous. Ça va demander du travail, ça ne sera pas facile, mais au sortir d’un mandat de Québec solidaire, l’impôt foncier ne sera plus la base du financement des villes et des villages », a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois devant les maires et mairesses.

Québec solidaire relance sa machine électorale sur des bases solides

Réunis en Conseil national numérique, les membres de Québec solidaire ont jeté de solides bases pour relancer la machine électorale du parti en vue de la campagne de 2022. 


Manon Massé a annoncé aux membres que lors du prochain Congrès du parti, elle appuiera Gabriel Nadeau-Dubois comme candidat au poste de premier ministre pour les élections de 2022. Rappelons qu’avant chaque élection, le parti a pour habitude de déléguer en Congrès un ou une de ses deux porte-parole pour participer au débat des chefs et aspirer au rôle de chef d’État. Mme Massé a tenu à spécifier que tous deux se représenteront au Congrès de novembre prochain comme porte-paroles du parti. « Ce que je veux faire, c’est retourner sur le terrain, créer des liens avec les jeunes et les embarquer dans le mouvement pour lutter contre les changements climatiques. Gabriel est la meilleure personne pour faire face à François Legault, il sera premier ministre un jour, je le sais depuis que je l’ai rencontré la première fois », affirme Mme Massé. 


M. Nadeau-Dubois a annoncé du même souffle qu’il acceptait le flambeau donné par sa collègue et qu’il se porterait candidat à ce poste lors du congrès de novembre 2021. Les membres de Québec solidaire seront alors appelés à voter pour leurs porte-paroles.


« Le premier ministre Legault se définit comme le champion de la gestion. Nous, à Québec solidaire, ce qu’on veut proposer, c’est une vision pour le Québec. Nous devons retrouver notre ambition, notre fierté, et pour ça, nous avons besoin de grands projets. Je veux créer avec Manon un mouvement intergénérationnel pour affronter la crise environnementale. La pandémie ne doit pas être une excuse pour retarder la lutte aux changements climatiques », déclare M. Nadeau-Dubois.


Les délégués solidaires ont également voté sur les thèmes prioritaires qui structureront la prochaine plateforme électorale. « Une chose est sûre, l’environnement sera la colonne vertébrale de notre plateforme. Les propositions que nous ferons à la population nous permettront de prendre à bras le corps les grands bouleversements de notre époque et jeter les bases pour un Québec plus vert, plus juste et plus libre », conclut Gabriel Nadeau-Dubois.
Le parti a également adopté une politique nationale d’investitures, un Code d’éthique et une politique de résolution de conflits. 

Déficit de 1272 places en services de garde au Centre-du-Québec

« La CAQ demande aux parents en détresse d’attendre » – Christine Labrie 

Lors de l’étude des crédits budgétaires à l’Assemblée nationale, la porte-parole de Québec solidaire en matière de Famille, Christine Labrie, a questionné le ministre de la Famille, qui a avoué qu’il n’y aurait pas d’engagement de la CAQ pour résorber le déficit de places avant la fin de leur mandat.

« Malgré l’ampleur de la crise dans le réseau de services de garde et la détresse des parents, le gouvernement de la CAQ persiste à leur demander d’être patients. Le ministre dit qu’ils vont un jour compléter le réseau, sans indiquer quand. La CAQ abandonne à leur sort des dizaines de milliers de parents qui se privent en ce moment de salaire en attendant une place. Le ministre Lacombe refuse même de réfléchir à des solutions d’urgence jusqu’à ce que les places annoncées se concrétisent, pour éviter que les familles tombent dans la précarité financière. Il refuse de leur lancer une bouée en attendant le canot de sauvetage», se désole la députée de Sherbrooke.   

Alors que le déficit est évalué à 1272 places au Centre-du-Québec, le gouvernement ne vise à en développer que 266 dans la région. Pour la députée solidaire, ça témoigne du manque d’empressement de la CAQ à répondre aux besoins réels des parents, des enfants et des employeurs.

« La CAQ refuse d’autoriser plus de projets, malgré la volonté manifeste des communautés, qui ont déposé des projets totalisant plus de 17 000 places, dans un appel se limitant à 4300 places pour le Québec entier. C’est un refus qui ne s’explique pas. Les parents vivent avec le stress de ne pas avoir de place, le stress de ne pas savoir s’ils seront en mesure de retourner travailler, et de devoir quand même payer leur loyer ou leur hypothèque. Et la CAQ va refuser des projets dans leur région? C’est un manque d’ambition qui a des conséquences terribles pour ces familles », ajoute Christine Labrie. 

Rappelons que le ministre a catégoriquement refusé de donner une réponse à la députée lorsqu’elle lui a demandé quel était son horizon pour compléter le réseau, se bornant à répéter que ce serait annoncé plus tard.


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top