RAY JUNIOR COURTEMANCHE : en piste une dernière fois en série NASCAR Pinty’s cette saison, le 4 et 5 septembre pour un programme double au mythique circuit «Mosport»

Reprendre le volant sur les circuits professionnels le temps de quatre courses en moins de 30 jours, c’est le défi que s’était lancé l’homme d’affaires et promoteur immobilier Ray Junior Courtemanche. Deux courses au Québec dont une à la maison, au Complexe ICAR à Mirabel, mais aussi, son vrai défi personnel : un programme double sur l’un des circuits les plus difficiles au Canada, le Motorsport Park à Bowmanville en Ontario.

« J’adore ce circuit, rapide et très technique, où tout peut arriver. Il nous donne des sensations fortes à chaque occasion avec des vitesses de pointe dépassant les 250 km/h. Des pilotes que j’admire tels Gilles Villeneuve, Niki Lauda et James Hunt ont également couru sur la piste du Mosport dans le cadre du Grand Prix de Formule 1 du Canada, » affirme l’entrepreneur qui, malgré ses 51 ans, semble toujours infatigable. Avec un calendrier comme le sien, chaque journée est utilisée à son plein potentiel.

« J’ai plus de 30 compagnies, donc oui, je dois travailler beaucoup. Les journées commencent à 5 heures du matin et s’étirent souvent jusqu’à minuit. J’y arrive en étant discipliné, mais aussi, parce que je m’amuse à faire ce que je fais. Si un projet m’allume, je trouve le temps pour le faire, c’est aussi simple que ça. On ne peut pas ajouter des heures à une journée, mais on peut toujours les utiliser plus intelligemment. C’est ce que j’essaie de faire, » note Ray Junior, qui partage d’ailleurs sa vision et son parcours professionnel dans sa biographie Le Bâtisseur visionnaire, publiée plus tôt cette année.

Rappelons que c’est sur ce même circuit que le pilote enregistrait en 2014 son premier top-10 en carrière d’une façon mémorable de reculons, dans une voiture détruite juste avant de traverser la ligne d’arrivée.

www.investissementrayjunior.com

sport automobile, sports