Tag: sports

RAY JUNIOR COURTEMANCHE : en piste une dernière fois en série NASCAR Pinty’s cette saison, le 4 et 5 septembre pour un programme double au mythique circuit «Mosport»

Reprendre le volant sur les circuits professionnels le temps de quatre courses en moins de 30 jours, c’est le défi que s’était lancé l’homme d’affaires et promoteur immobilier Ray Junior Courtemanche. Deux courses au Québec dont une à la maison, au Complexe ICAR à Mirabel, mais aussi, son vrai défi personnel : un programme double sur l’un des circuits les plus difficiles au Canada, le Motorsport Park à Bowmanville en Ontario.

« J’adore ce circuit, rapide et très technique, où tout peut arriver. Il nous donne des sensations fortes à chaque occasion avec des vitesses de pointe dépassant les 250 km/h. Des pilotes que j’admire tels Gilles Villeneuve, Niki Lauda et James Hunt ont également couru sur la piste du Mosport dans le cadre du Grand Prix de Formule 1 du Canada, » affirme l’entrepreneur qui, malgré ses 51 ans, semble toujours infatigable. Avec un calendrier comme le sien, chaque journée est utilisée à son plein potentiel.

« J’ai plus de 30 compagnies, donc oui, je dois travailler beaucoup. Les journées commencent à 5 heures du matin et s’étirent souvent jusqu’à minuit. J’y arrive en étant discipliné, mais aussi, parce que je m’amuse à faire ce que je fais. Si un projet m’allume, je trouve le temps pour le faire, c’est aussi simple que ça. On ne peut pas ajouter des heures à une journée, mais on peut toujours les utiliser plus intelligemment. C’est ce que j’essaie de faire, » note Ray Junior, qui partage d’ailleurs sa vision et son parcours professionnel dans sa biographie Le Bâtisseur visionnaire, publiée plus tôt cette année.

Rappelons que c’est sur ce même circuit que le pilote enregistrait en 2014 son premier top-10 en carrière d’une façon mémorable de reculons, dans une voiture détruite juste avant de traverser la ligne d’arrivée.

www.investissementrayjunior.com

Le grand retour du pilote Nascar le plus populaire au Canada!

RAY JUNIOR COURTEMANCHE : LE COUREUR VISIONNAIRE

En 2012, il remporte le concours « Pilote le plus populaire » dans la série NASCAR Canadian Tide (Cats) ! Neuf ans plus tard, l’homme d’affaires de 51 ans, Ray Junior Courtemanche annonce son grand retour ! Il sera sur la ligne de départ des courses NASCAR PINTY’S du Grand Prix de Trois-Rivières (13, 14, 15 août), du Complexe ICAR de Mirabel (28 août) et du Canadian Tire Motorsport Park de Bowmanville, Ontario (4 et 5 septembre) au sein de l’écurie Team 3 Red/Ed Hakonson Racing. Ray Junior Courtemanche n’est pas un coureur comme les autres : il est de ceux qui carbure aux défis et on le retrouve toujours là où on ne l’attend pas.  « On doit être comme des artistes et se créer des rêves. Les visualiser est déjà un succès pour les emmener à la réalité,” affirme le natif du quartier Ahuntsic de Montréal.

Cinq ans après avoir arrêté la course automobile afin de se concentrer sur les projets de son entreprise Investissement Ray Junior, dont le spectaculaire projet immobilier à haute densité Cité Mirabel situé entre la sortie 28 et 31 de l’autoroute 15, l’entrepreneur en série s’offre de nouveaux défis à relever. Afin d’atteindre le sommet de sa forme physique, Ray Junior Courtemanche a suivi un programme intensif de remise en forme express et a perdu10 livres en huit semaines. « Tu ne peux pas débuter une course en voulant finir 10e. C’est une mauvaise mentalité. Ceux qui déjouent les pronostics, c’est ceux qui, malgré leur âge, malgré leur voiture, vise toujours la première place, » dit-il.

Pour ses quatre courses avec l’équipe Team 3 Red/Ed Hakonson Racing, sa voiture 8 sera identifiée aux couleurs des nombreuses entreprises dont Ray Junior Courtemanche est propriétaire ou copropriétaire (parmi celles-ci notons RE/MAX Bonjour et son plus récent projet Moana Parc Aquatique). « J’ai plus de 30 compagnies, donc c’est vraiment difficile de décrocher. Dans une course, ça va vite. Tu n’as tout simplement pas le temps de penser à autre chose. Pour moi, c’est la meilleure façon de décrocher un peu de tout le reste que j’ai à accomplir. » 

www.investissementrayjunior.com

https://umd.ca/boutique/batisseur-visionnaire-le/

3 nouveaux concours pour la relève équestre sur le site en plein ébullition du Parc Olympique de Bromont !

L’équipe de CSO Québec et Gabriel Bélanger, organisateur de concours hippiques au Québec additionne au calendrier 2021 du Parc équestre de Bromont ses 3 compétitions.

Les dates des compétitions sont : Du 22 au 27 juin, du 29 juin au 4 juillet et du 19 au 22 Août 

Ces compétitions sont composées d’épreuves pour tous les niveaux, des obstacles pour poney de 0.60 mètres de hauteur jusqu’aux sauteurs de niveau élite 1 mètre 40. Les participants viennent des différentes régions du Québec, de l’Ontario et des Maritimes. 

Motivé par la collaboration et la vision des nouveaux repreneurs du site, Gabriel Bélanger n’a pas hésité à se joindre à la nouvelle équipe de Marc-Antoine Samson, qui compte insuffler un vent de renouveau dans le monde équestre au Canada :

‘’Depuis plus de 30 ans dit Gabriel, notre famille est impliquée dans le développement des sports équestres au Québec. Nous avons toujours souhaité faciliter l’accès aux sports équestres, les démocratiser. Il existe autour du cheval différentes disciplines et métiers souvent inconnues du public.  Nous désirons en faire la promotion, les faire découvrir. C’est aussi un sport d’équipe ou hommes et femmes compétitionnent à armes égales. C’est en organisant plus de concours que nous pourrons toucher plus de personnes et donc, susciter plus d’intérêt, d’emplois et, offrir à nos jeunes talents un avenir sur la scène internationale. Il est aussi très important pour nous de supporter et de perpétuer la réputation d’un site qui a fait rayonner notre pays à travers le monde entier durant les Jeux Olympique de 1976. C’est pourquoi nous sommes heureux de collaborer avec un entrepreneur aussi qualifié et passionné que Marc-Antoine Samsom’’ :

« Nous souhaitons dit Marc-Antoine faire du Parc Équestre Olympique de Bromont un incontournable des compétitions hippiques et, faire briller Bromont au firmament des villes hôtes. Nous aspirons à créer des événements de calibre international, et mettrons tout en œuvre pour y parvenir. Nous prévoyons des retombées économiques directes et indirectes d’environ 50 millions de dollars par année pour la région de Bromont en termes de visibilité́ médiatique au niveau local, national et international’’

 Calendrier événements 2021 :   Dix-sept événements figurent déjà au calendrier 2021 sur une période de 22 semaines. Tous les événements sont ouverts au grand public suivant les règles sanitaires en vigueur.

A propos de Gabriel Bélanger :  Bachelier en design de l’environnement UQAM en 2012. Il possède plusieurs cordes à son arc. Ancien cavalier impliqué dans les sports équestres depuis le berceau. Il est issu d’une famille impliqué dans les sports équestres depuis 3 générations. Officiel et dessinateur de parcours depuis 2014, il est notamment reconnu par la Fédération équestre internationale (FEI), comme dessinateur de parcours de niveau 1. D’ailleurs, il a été récipiendaire du trophée de l’officiel de l’année du sport équestre ayant contribué le plus au rayonnement à l’international. Sa passion, ainsi que son talent pour cette discipline l’ont amené à travailler avec certains des plus grands course designers du monde. Il a participé́ à titre d’officiel à une multitude d’événements internationaux tel que les Jeux Olympiques de Rio au Brésil et la finale de la Coupe des Nations tenu à Wellington en Floride. Il est invité à participer annuellement à titre d’officiel au prestigieux MASTER de Spruce Meadows de Calgary considéré́ au niveau équestre mondial comme étant le SUPER BOWL de notre sport.

Il est le fondateur / CEO de Horse Show Services Co, compagnie de services aux organisateurs de concours hippiques qui œuvre au Canada et aux Usa depuis 2011. Directeur général de CSO Québec qui organise des compétitions équestres depuis 2017. Il est impliqué́ à différents niveaux dans l’International Bromont à tous les ans, sans exception, depuis 1998 

Faits apparaissant au communiqué du 1er février :  Bromont, le 1er février 2021 (Communiqué) – Productions White Horse (PWH) est fière d’annoncer qu’elle prend les rênes du Parc Équestre Olympique de Bromont. Dès l’été 2021, les Productions White Horse et son président 

La passation du flambeau

La Société agricole du comté de Shefford (SACS), qui gérait jusqu’à maintenant les activités du Parc, en cède la gestion à Productions White Horse et à son président Marc-Antoine Samson.

La SACS a aussi consenti à monsieur Samson une option d’achat exclusive sur la totalité de ses actifs qui devrait se réaliser d’ici l’automne 2022.

Faits saillants de l’entente entre les deux parties

La SACS a fixé certaines conditions sine qua non :

  1. Assurer la pérennité du site Olympique et sa vocation équestre
    1. Renforcer la situation financière de la SACS
    1. Permettre à une génération plus jeune et engagée de prendre la relève opérationnelle

Ces conditions sont également les motivations de M. Samson, qui y voit une chance unique de faire progresser le sport qu’il a chéri toute sa vie tout en revitalisant une région qu’il affectionne particulièrement : « Nous voulons d’abord et avant tout redonner ses lettres de noblesse au Parc Équestre Olympique de Bromont, évoque l’entrepreneur ‘’

À propos de Marc-Antoine Samson :  titulaire d’un baccalauréat en marketing sportif de l’Université Bishop, ainsi que d’une maîtrise en administration des affaires de l’Université de Sherbrooke et de diplômes de deuxième cycle post-MBA des prestigieuses Harvard Business School et Oxford Saïd Business School, Marc-Antoine Samson est l’actuel président & chef de la direction de la boutique White Horse, spécialisée en importation de vêtements d’inspiration équestre. Il est également président et chef de la direction d’Eastern Townships Acreages, une entreprise qui offre le meilleur de la nutrition équine sur le marché international. Avec l’acquisition du Parc Olympique Équestre de Bromont, il entreprend sa troisième aventure dans le monde équestre. Grâce à sa vaste connaissance du domaine, il a tout pour réussir!

À propos de la Société Agricole du Comté de Shefford : la SACS est un organisme à but non lucratif qui veille à la préservation du Parc Équestre Olympique de Bromont. Fondée en 1843, elle a été réactivée en 1993 en raison d’une volonté de soutenir les activités du Parc Équestre. L’organisme poursuit des objectifs de promotion et de développement des sports équestres, en plus de promouvoir la vie rurale en général.

On invite les amateurs canadiens de hockey mineur à mettre en candidature leur association de hockey mineur préférée pour la #PasseALaReleve de Kruger à PasseALaReleve.ca.

Produits Kruger obtient une #PasseALaReleve de Kruger avec un fonds de plus de 100 000 pour soutenir les familles de hockey mineur au Canada

On invite les amateurs canadiens de hockey mineur à mettre en candidature leur association de hockey mineur préférée pour la #PasseALaReleve de Kruger à PasseALaReleve.ca.

L’aide est en route pour les familles canadiennes de joueurs de hockey ayant besoin de soutien financier! Produits Kruger, fier fabricant des produits Cashmere, Purex, Scotties et SpongeTowels, a annoncé aujourd’hui La passe à la relève, une initiative nationale de financement de plus de 100 000 $ ayant pour but d’aider les associations canadiennes de hockey mineur à couvrir le coût de l’inscription pour les familles de joueurs de hockey ayant besoin d’une mention d’aide hors de la patinoire.

On invite les amateurs de hockey mineurs des quatre coins du Canada à proposer leur association de hockey locale préférée la plus méritante à PasseALaReleve.ca jusqu’au 31 janvier 2021. Un jury d’élite choisira dix gagnants méritants à l’échelle du pays, qui seront annoncés en mars prochain, puis 5 autres en juin 2021. 

Permettre, améliorer, perfectionner, encourager.

« Le hockey ne serait pas le même sans les mentions d’aide », affirme Susan Irving, directrice générale du marketing à Produits Kruger. « C’est ce que le sport a de mieux à offrir. Qu’il s’agisse d’une passe sur la patinoire, d’aide pour attacher les patins dans le vestiaire ou de covoiturage aux pratiques, les mentions d’aide permettent de rapprocher les équipes, la collectivité et le pays. Elles font du hockey le sport national du Canada et c’est la raison pour laquelle nous nous engageons à aider le hockey mineur », explique-t-elle.

Pour proposer une association canadienne de hockey mineur comme candidate pour La passe à la relève de Kruger, on encourage la population à visiter le site PasseALaReleve.ca. Les mises en candidature se font par écrit ou par vidéo et doivent référer au moins un des quatre engagements de Produits Kruger : donner (la chance aux jeunes de jouer), améliorer (l’expérience sportive de ses membres), rayonner (les jeunes à avoir un impact dans la communauté), et encourager (la participation des communautés multiculturelles aux parties de hockey).

Aucun rêve de hockey d’un enfant ne doit rater une saison

« Nous sommes nous-mêmes des parents de hockey et nous savons à quel point faire évoluer son enfant dans le hockey mineur peut être dispendieux », affirme Dino Bianco, chef de la direction à Produits Kruger. « Nous savons que les Canadiennes et Canadiens sont maintenant confrontés à des contraintes financières sans précédent, surtout en raison de la pandémie. En tant qu’amateurs, joueurs et parents de hockey, nous souhaitons collaborer pour prêter main-forte aux familles canadiennes de joueurs de hockey dans le besoin. »

La mention d’aide est plus importante que le sport

En plus de parrainer La passe à la relève, Produits Kruger est le partenaire officiel de papier-mouchoir de la Ligue nationale de hockey, et a l’intention de célébrer chaque mention d’aide de la saison régulière 2020-21 de la ligue en faissant des dons additionnels pour chaque mention d’aide enregistrée. Plus de détails à suivre.

La passe à la relève d’aide accueille les soumissions en appui aux associations canadiennes de hockey mineur jusqu’au 31 janvier 2021. Les dix associations gagnantes seront annoncées en mars 2021, puis 5 autres seront annoncées en juin 2021. Pour plus d’informations ou pour faire une mise en candidature, veuillez visiter PasseALaReleve.ca.

Serge Savard

SERGE SAVARD FOREVER CANADIEN

La biographie de Serge Savard, Canadien jusqu’au bout, est publiée en anglais Parution : 21 octobre 2020

Après l’immense succès de la biographie de Serge Savard, Canadien jusqu’au bout, publiée il y a un an, KO Éditions est fière d’annoncer la parution de Forever Canadien le 21 octobre. Écrite par le journaliste Philipe Cantin, l’ouvrage revient sur le parcours professionnel de l’ancien joueur, capitaine et directeur général du Canadien de Montréal sur fond d’histoire politique et sportive québécoise.

La biographie qui s’est déjà écoulée à plus de 30 000 copies au Québec, a su gagner le coeur des Québécois et des médias, et ce, même au-delà des tribunes sportives, comme en témoignent ces extraits critiques aussi diversifiés qu’élogieux.

Parions que Forever Canadien captivera les Canadiens anglais en les replongeant – entre autres – dans les moments enlevants de la série du siècle de 1972 et la conquête de nombreuses Coupe Stanley.
Traduit du français par Christopher Korchin.

« J’ai parcouru ça comme un roman. »
– René Dumais Beaudoin, ICI Radio-Canada


« À travers la plume du journaliste Philippe Cantin, Serge Savard nous parle de sa vie et de son parcours. Ce maître du hockey est généreux dans ce livre comme il l’est avec ses amis. »
– Luc Lavoie, Les Libraires

« Un livre formidable ! »
– Paul Houde, 98,5 fm

« Le journaliste Philippe Cantin parvient à bien rendre toutes les facettes du grand numéro 18 dans une biographie qui se lit d’un trait. »
– Benoit V Nadeau, Le journal Métro

« C’est savoureux. C’est rempli d’anecdotes. »
– Denis Lévesque, TVA

« C’est une oeuvre importante. »
– Martin Leclerc, C’est samedi et rien d’autre, Ici Radio-Canada

« Un livre remarquable. Passionnant. Incontournable. Serge Savard s’y dévoile comme jamais avant. »
– Alexandre Pratt, La Presse


« … très intéressant à lire et, si vous manquez d’idées pour vos cadeaux de Noël, en voilà une ! »
– Michel Bergeron, Le Journal de Montréal


« …une biographie franchement intéressante… »
– Claude Bernatchez, Ici Radio-Canada Québec


« …c’est un bon livre Serge Savard, vous pouvez être fier… »
– Marie-Louise Arseneault, Ici Radio-Canada


« … une brique de presque 500 pages que j’ai dévorée. J’ai adoré ! »
– Guy A Lepage, Tout le monde en parle, Ici Radio-Canada

DAVID SAVARD-GAGNON ET CATHERINE LEMIRE REMPORTENT L’ULTRA-TRAIL HARRICANA DU CANADA

L’athlète de Charlevoix David Savard-Gagnon et l’athlète de Québec Catherine Lemire ont remporté ce week-end le 125 km de l’Ultra-Trail Harricana du Canada (UTHC), le premier événement sportif à se tenir au Québec depuis le début de la pandémie, avec le feu vert de la Santé publique.

Une édition historique
Cette 9e édition de l’UTHC a été organisée dans des conditions exceptionnelles, dans le respect d’un protocole sanitaire rigoureux et exigeant pour les participants des trois courses de longue distance à travers l’arrière-pays de Charlevoix. Les départs se sont déroulés par vagues de 6 à 12 personnes. Le masque était obligatoire sur les sites de départs et d’arrivées ainsi qu’aux stations de ravitaillement, de même que le gel hydro-alcoolique, que les coureurs devaient avoir sur eux en tout temps. Les membres des équipes d’assistances étaient limités et les rassemblements n’étaient pas  permis, y compris à l’arrivée, lieu habituellement festif.

Sur place, les coureurs, qui avaient été abondamment informés sur les règles sanitaires, se sont montrés très respectueux des consignes. D’ailleurs, plusieurs participants ont fait prévaloir leur droit de retrait en remplissant le formulaire d’engagement anti-COVID, parce qu’ils étaient un peu enrhumés. Dans le doute, ils n’ont pas pris de risque, tel qu’on leur demandait. Tous ont d’ores et déjà un dossard offert pour 2021.

Seules trois épreuves ont été organisées cette année, le 125 km, qui est une course du circuit Ultra-Trail World Tour, le 80 km qui a lieu une année sur deux en alternance avec le 42 km, et le 65 km. Toutes les autres courses ont été annulées en 2020. Les parcours de 5, 10 et 28 km avaient cependant été balisés tout l’été afin que les traileurs puissent venir les courir ou tenter d’améliorer leur chrono en solo.

« Cette édition de l’Ultra-Trail Harricana du Canada a été un défi de taille à relever. Jusqu’au dernier moment, l’incertitude a plané quant à la tenue de la compétition, qui pouvait être annulée par les autorités publiques. Nous étions confiants de pouvoir tenir la course dans les règles de l’art et le résultat nous l’a confirmé. Nous sommes très satisfaits du déroulement de la compétition à tous les égards et particulièrement au niveau du respect des règles sanitaires », explique Marline Côté, directrice générale.  

La quatrième tentative a été la bonne pour David Savard-Gagnon
Ce n’était pas un mystère, David Savard-Gagnon avait coché le 125 km de l’Ultra-Trail Harricana, chez lui dans la région de Charlevoix, depuis ses débuts dans la course en sentier, en 2017, année où il a été contraint à l’abandon, comme l’an dernier. En 2018, il était parvenu à monter sur la troisième marche du podium, aux côtés de Jean-François Cauchon (record de l’épreuve) et de l’Américain Colton Gale. Mais son objectif était de gagner et il voulait plus que jamais la victoire cette année. Il s’est préparé fort dans cette perspective, en s’entraînant fréquemment dans les montagnes de la Traversée de Charlevoix.

Au départ à la Zec des Martres, à 2 h du matin, dans la nuit de vendredi à samedi, David s’est naturellement positionné dans la première vague, dans laquelle prenaient place tous les favoris, notamment le champion en titre, Guillaume Barry, et le double vainqueur et détenteur du record du 125 km, Jean-François Cauchon. Quand le « go » a été lancé, il est parti à toute allure, prenant immédiatement la tête et ses distances sur un chemin forestier de 4 km sur lequel les meilleurs athlètes vont généralement extrêmement vite.

Au sommet du Mont Morios, point culminant du parcours, situé à moins de 30 km de course, le Charlevoisien comptait 4 minutes d’avance sur ses poursuivants. Dans la descente, boueuse et très glissante en raison de la pluie qui était tombée abondamment les jours précédents, un groupe de quatre athlètes de haut niveau s’est constitué, avec Jeff Cauchon, Guillaume Barry; Elliot Cardin et le jeune Gabriel Sanfaçon. David ne comptait plus que deux minutes d’avance au ravitaillement suivant, laissant penser qu’il aurait bien du mal à empêcher la meute de revenir sur lui.

Mais un seul coureur est parvenu à s’accrocher, Elliot Cardin, vainqueur du 65 km en 2018. Jean-François Cauchon a pour sa part décroché, déplorant un manque d’entraînement en raison d’un travail très prenant dans le Grand Nord, et souffrant de maux intestinaux. Guillaume Barry, quant à lui s’est trompé de chemin, perdant environ 20 min dans sa mésaventure, qui lui aura plombé le moral, d’autant qu’il a lui aussi souffert de problèmes gastriques.

Durant près de 125 km, le Bromontois Elliot Cardin a chassé David Savard-Gagnon. Il n’a jamais lâché, mais n’est jamais parvenu à le rattraper. Le champion 2020 a passé la ligne après 13 h 58 min 57 s d’effort, libérant sa joie dans les bras de son petit garçon.

Elliot est arrivé un quart d’heure plus tard au Mont Grand-Fonds. Le Français Benoit Gaillard, qui réside désormais au Québec, est venu compléter le podium à son grand étonnement, suivi par Mike Néron, Charles-Olivier Laporte et Gabriel Sanfaçon.

Jean-François Cauchon a passé la ligne d’arrivée à la 8e place (16 h 28) et Guillaume Barry à la 21e place (18 h 49). Plutôt que d’abandonner, le chef cuisinier de Québec a préféré attendre un ami pour l’accompagner et aller jusqu’au bout. Sa victoire cette année, dit-il, aura été de finir cette épreuve transformée en calvaire et de faire prendre conscience à ses enfants que gagner n’est pas la seule des victoires possibles.

Première grande victoire pour Catherine Lemire
Chez les femmes, l’athlète Alicia Woodside partait favori et a assumé son statut en prenant les devants, mais la fatigue semble avoir eu raison d’elle. Arrivée la veille de Squamish, en Colombie-Britannique, elle n’est pas repartie de la base de vie au parc des Hautes-Gorges, située à mi-parcours du 125 km, où elle s’était pourtant présentée en tête.

C’est Catherine Lemire, qui avait terminé 5e du 65 km l’an dernier et qui courait là sa plus longue distance à vie, qui a su en profiter et garder une avance confortable sur ses premières poursuivantes. Catherine est arrivée, très heureuse, dans la soirée au Mont Grand-Fonds, après 20 h 10 passés dans les sentiers, avec 2 h d’avance sur Renée Hamel et 3 h 20 sur Sylvie Ménard.

Près de la moitié des participants du 125 km ne sont pas allés au terme de leur course (98 finissants, 91 DNF) en dépit d’une météo idéale, entre soleil et douceur.

Des entrevues sont possibles dès maintenant avec la directrice générale Marline Côté et les principales têtes d’affiche.


PODIUMS — 125 KM

HOMMES
1. David Savard-Gagnon — 13 h 58 min 57 s
2. Elliot Cardin — 14 h 14 min 15 s
3. Benoit Gaillard — 15 h 26 min 25 s

FEMMES
1. Catherine Lemire — 20 h 10 min 13 s
2. Renée Hamel — 22 h 12 min 28 s
3. Sylvie Ménard — 23 h 30 min

169 athlètes ont pris le départ du 125 km
171 hommes et 18 femmes

PODIUMS — 80 KM

HOMMES
1. Antoine Jolicoeur-Desroches — 7 h 6 min 40 s
2. Johan Trimaille — 7 h 21 min 1 s
3. François Simon — 7 h 40 min 11 s

FEMMES
1. Claudine Soucie — 8 h 2 min 21 s
2. Mary Thompson — 9 h 32 min 21 s
3. Leila Poucet — 9 h 42 min 41 s

145 athlètes ont pris le départ du 80 km
115 hommes et 30 femmes

PODIUMS — 65 KM

HOMMES
1. Martin Dagenais — 5 h 32 min 52 s
2. Victor Larocque — 5 h 35 min 35 s
3. Alexandre Sauvageau — 5 h 46 min 41 s

FEMMES
1. Sarah Bergeron-Larouche — 6 h 4 min 36 s (NOUVEAU RECORD)
2. Jeanne Larichelière-Banken — 6 h 52 min 30 s
3. Véronique Giroux — 6 h 53 min 26 s

329 athlètes ont pris le départ du 65 km
240 hommes et 89 femmes

L’UTHC lutte contre la sclérose en plaques
Depuis les tout débuts, l’Ultra-Trail Harricana supporte la Société canadienne de la sclérose en plaques. Cette année, les généreux participants ont recueilli 39 732.50$, ce qui porte à plus de 260 000 $ le total amassé pour la cause de la sclérose en plaques depuis 9 ans.

harricana du canada

L’UTHC MAINTIENT LE CAP POUR LES LONGUES DISTANCES EN SEPTEMBRE

Les athlètes du 28 km, 20 km, 10 km et 5 km sont invités à adhérer au club « Harricana tout l’été » 

Après plusieurs semaines de réflexion et à la lumière des plus récents développements de la COVID-19 au Québec, l’équipe de l’Ultra-Trail Harricana™ du Canada maintient le cap pour la tenue des longues distances de 65 km, 80 km et 125 km les 11 et 12 septembre prochain. 
La distanciation sociale et les règles sanitaires étant beaucoup plus difficiles à mettre en place sur les plus courtes distances dans les délais qui sont encore impartis, les participants inscrits au 28 km, 20 km, 10 km et 5 km sont invités à réaliser leur épreuve tout au long de l’été en transférant leur inscription pour devenir membre du club « Harricana tout l’été ». 
L’équipe souligne que la tenue des longues distances dépendra cependant toujours des autorisations officielles de la Santé publique, lesquelles ne sont pas confirmées à ce jour. 


Une décision réfléchie et responsable 
L’équipe de l’Ultra-Trail Harricana™ du Canada est confiante de pouvoir tenir un événement qui soit conforme aux règles sanitaires qui seront probablement toujours imposées en septembre. Le nombre d’athlètes sur chacune des distances a déjà été limité par rapport aux éditions précédentes et de nombreux protocoles seront mis en place pour faire respecter la distanciation sociale et limiter les interactions entre les coureurs, les bénévoles et les gens de l’équipe. Des exigences seront également imposées afin d’éviter au mieux la propagation du virus dans la région de Charlevoix. 
« Nous prenons la situation très au sérieux et la santé de tous est notre priorité », explique Marline Côté, directrice générale de l’Ultra-Trail Harricana™ du Canada, pour faire suite à la décision officielle qu’a prise le conseil d’administration des Événements Harricana. « Nous avons une équipe rodée et professionnelle et nous avons confiance de pouvoir réaliser cet événement de façon éthique et responsable ». 


Des mesures sanitaires annoncées le 20 juillet 
Plusieurs solutions techniques et logistiques ont été envisagées au sein des équipes, de même qu’avec la collaboration d’autres organisations de course sur route et de trail. « Les solutions existent et il y en a même plusieurs. Au cours des prochaines semaines, nous aurons des choix à faire avec les différentes équipes et ces choix seront communiqués aux coureurs d’ici le 20 juillet », explique Marline Côté. Les participants doivent évidemment s’attendre à un événement fort différent de ce qu’ils ont peut-être déjà connu. La priorité sera accordée à la sécurité, la logistique et le chronométrage. 
« Nous savons que les coureurs inscrits en ce moment ont surtout envie d’avoir une opportunité de courir et de se dépasser dans un cadre sécuritaire et encadré. L’ambiance sera moins festive qu’à l’habitude, mais nous souhaitons quand même rester l’événement chaleureux que nous avons toujours été », poursuit la directrice. 
L’organisation en appelle aussi à la collaboration des participants et des bénévoles afin de pouvoir réaliser l’événement de la bonne façon. « Il sera très important que tous collaborent et prennent au sérieux les mesures mises en place. Notre dernier souhait est de voir l’événement devenir une source de propagation du virus qui existe toujours et fait encore des ravages ici et ailleurs dans le monde », insiste Marline Côté. 


De nombreux bénévoles recherchés 
Un appel à tous est d’ailleurs lancé pour recruter rapidement de nombreux bénévoles pouvant aider à la réalisation de l’événement. « Le recrutement de bénévoles a été mis sur pause depuis le mois de mars dernier et nous devons rapidement trouver des ressources qui ont envie de vivre cette aventure avec nous », continue la directrice de l’événement. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire sur le site web de l’événement et l’organisation communiquera avec eux pour leur assigner une tâche qui convient à leur horaire et à leurs intérêts. 


Les participants du 28 km, 20 km, 10 km et 5 km invités à réaliser leur épreuve tout l’été 
Les participants des distances de 28 km, 20 km, 10 km et 5 km ne sont pas laissés pour compte. Au contraire, ils pourront transférer leur inscription pour devenir membre du club « Harricana tout l’été » et ainsi avoir accès une multitude d’activités qui sont organisées tout au long de l’été en fonction de l’évolution de la pandémie et du déconfinement autorisé. 
Parmi ces activités se retrouvent des entraînements guidés, des compétitions amicales, des journées de découvertes sur certaines parties du 125 km, du 80 km et sur de nouveaux parcours encore inédits de l’UTHC! Un calendrier d’activités, de promotions et d’avantages sera bâti au fil de l’été pour les membres du programme de l’Ultra-Trail Harricana™. 


Le défi «Loup solitaire Harricana Lone Wolf » 
Une des principales activités proposées dans ce programme estival sera de venir réaliser le tout nouveau défi « Loup solitaire Harricana Lone Wolf ». Les coureurs pourront faire leur meilleur temps possible sur les parcours du 28 km et du 10 km qui sont balisés pendant toute la saison estivale. Ils se mesureront ainsi aux autres athlètes de l’Ultra-Trail Harricana™ en petits groupes (selon le nombre maximal autorisé et dans le respect des mesures de distanciation sociale) ou au moment de leur choix tout au long de l’été. 
Les participants pourront enregistrer leur temps avec une montre GPS ou une application telle que Strava et un classement officiel sera mis à jour. Pour les plus motivés, des classements seront compilés pour ceux et celles qui réaliseront plus d’un tour (56 km et 84 km). 
« Bref, on pense que tout le monde y trouvera son compte dans ces solutions et alternatives qui ont été mises en place par notre équipe. C’est important pour nous de rester présents et solidaires avec notre communauté. Plus que jamais, les coureurs ont besoin d’activités et d’initiatives originales pour rester motivés et alignés sur leurs rêves de coureurs en sentier », conclut Marline Côté.

harricana du canada

L’Ultra-Trail Harricana confirme son engagement dans l’Ultra-Trail World Tour

L’Ultra-Trail World Tour (UTWT) a annoncé, hier soir le 12 décembre, lors de la cérémonie de clôture annuelle à Paris, les détails du circuit 2020, dont fera de nouveau partie l’Ultra-Trail Harricana du Canada. L’épreuve continue ainsi de faire partie de la même famille compétitive que 27 autres courses de calibre international très prestigieuses telles que la Vibram® Hong-Kong 100, la Transgrancanaria HG, la Madeira Island Ultra-Trail®, l’Ultra-Trail Australia®, la Lavaredo Ultra Trail, la Western State®100-Mile Endurance Run et l’UTMB® Mont-Blanc (UTMB®, TDS® and CCC®).

La course québécoise, qui est l’unique course du circuit international au Canada, réitère ainsi son positionnement à l’international et son engagement à agir comme leader pour la discipline de la course en sentier au Canada.

« C’est un honneur pour nous de poursuivre notre engagement avec le circuit de l’Ultra-Trail World Tour, explique la directrice générale de l’événement, Marline Côté. L’UTWT c’est une porte d’entrée pour communiquer avec un très large réseau de coureurs des quatre coins de la planète, mais c’est aussi et surtout un circuit de courses qui souhaitent collaborer et créer des synergies pour développer le sport à son plein potentiel ».

Des nouveautés pour l’UTWT

L’Ultra-Trail World Tour a profité de l’occasion pour annoncer quelques nouveautés qui seront mises en œuvre dès le 1er janvier 2020. Par exemple, un passeport électronique sera créé dès l’été 2020 et offrira aux participants du circuit de l’UTWT de nouveaux avantages, tel que celui de pouvoir cumuler des « rolling stones » pour accéder plus facilement à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, sans passer par la loterie. Le nombre de points ITRA de chaque course correspondra au nombre de « rolling stones » cumulés par les athlètes.

De plus, la méthode actuelle de classement des élites du circuit du circuit sera unifiée et simplifiée. Leurs résultats seront basés sur leur quatre meilleures performances sur le circuit de l’UTWT sur une période de 24 mois. Les bourses attribuées chaque année aux 10 meilleurs athlètes hommes et femmes seront également triplées.

Le pointage des courses a aussi été réduit à quatre niveaux plutôt que cinq, soit UTWT 500, UTWT 1000, UTWT 1500 et UTWT 2000, des nombres qui correspondent au nombre de points offerts aux vainqueurs. Ainsi, l’Ultra-Trail Harricana figure parmi les UTWT 500 avec la Patagonia Run, la VVX Volvic-Volcanic Experience, la Val d’Aran by UTMB, Golden Ring Ultra-Trail®, Trans Jeju en Corée, l’Ultra-Trail® Ninghai en Chine, la Javelina Jundred aux États-Unis et l’Oman by UTMB®. Seule l’UTMB® est classée dans la catégorie supérieure UTWT 2000.

Pour en savoir plus sur les nouveautés de l’Ultra-Trail World Tour, contactez-nous pour avoir le communiqué de presse officiel en anglais.

À PROPOS DE L’ULTRA-TRAIL HARRICANA

Depuis sa création, il y a neuf ans, l’Ultra-Trail Harricana s’est imposé comme chef de file de la course en sentier au Québec. L’événement offre aux coureurs des décors à couper le souffle dans l’arrière-pays de Charlevoix, ainsi qu’un défi stimulant sur le plan physique. L’épreuve de 125 km fait partie du prestigieux circuit de l’Ultra-Trail World Tour, positionnant l’événement au niveau international comme nulle autre course du genre au Québec.

le hockey sur youtube

Le hockey sur Youtube

L’arrivée de l’automne est, au Québec, synonyme du retour de notre sport préféré : le hockey ! La semaine prochaine marque d’ailleurs le commencement du camp d’entraînement des Canadiens de Montréal et le début officiel de la saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).
Mais avec le retour de ce sport sur glace, plusieurs se demandent quel est le meilleur moyen de se préparer à la nouvelle saison. Que ce soit pour s’abreuver des derniers potins concernant nos joueurs vedettes préférés ou pour améliorer notre lancer frappé, YouTube est le guide de survie tout indiqué pour se préparer au retour de la saison du hockey.
Les Canadiens de Montréal sont devenus la première équipe de la LNH à franchir le cap des 100 000 abonnés sur leur chaîne YouTube ! Grâce à leur chaîne, on trouve enfin les réponses aux grandes questions dont comment s’entraîner comme un pro et quel est l’effet du slapshot de Jeff Petry contre un melon d’eau?
La chaîne Le Trio hockey a partagé une multitude de vidéos pour nous aider à choisir le meilleur équipement de hockey pour un adulte ou un enfant. Par exemple, on peut y trouver des informations utiles sur la façon de choisir le casque, les gants ou les jambières de son jeune hockeyeur.
Est-ce que vous vous ennuyez des Canadiennes de Montréal ? Même si la Ligue canadienne de hockey féminin a mis fin à ses activités au printemps dernier, les jeunes hockeyeuses peuvent quand même bénéficier des conseils de pro de l’équipe montréalaise sur leur chaîne YouTube. Elles nous montrent notamment comment améliorer nos feintes ou nos passes soulevées.
De nombreux autres exemples de chaînes YouTube sont également très utiles dont celle de Hockey Canada et celle de la LHJMQ.