Montréal célèbrera, en musique, le 35e anniversaire de ses Nuits d’Afrique

Du 2 au 7 novembre, Montréal célèbrera, en musique, le 35e anniversaire de ses Nuits d’Afrique. Dix groupes se succèderont, tous les soirs de la semaine, sur la mythique scène du Club Balattou*, là où tout a commencé.
Petite histoire d’une grande Histoire
Lamine Touré, président-fondateur de Nuits d’Afrique et du Club Balattou, se rappelle de l’effervescence des débuts :

« On a ouvert le Club Balattou en 1985 et, dans la foulée, on a créé le Festival international Nuits d’Afrique et les Productions Nuits d’Afrique. Les gens affluaient. Ceux de la diaspora, bien sûr, qui trouvaient là un endroit où se reconnecter à leurs racines, mais aussi de nombreux québécois, avides et heureux de découvrir les rythmes d’Afrique, des Antilles et d’Amérique Latine. Tout de suite, on a senti que quelque chose se passait, que l’alchimie opérait. Bal à tous. Bal pour tout le monde. C’est de là que vient le nom Balattou. C’est exactement ça que j’espérais dès le jour 1, une rencontre, un échange entre les cultures ».Des débuts au Club Balattou et sur la petite scène coin St-Laurent / Marie-Anne, aux plus grandes salles de la Métropole et au Parterre du Quartier des spectacles pour la portion gratuite du Festival, Nuits d’Afrique a cheminé droit devant, toujours croissant, à la mesure de l’affection du public, mais aussi des artistes.

Si on ne compte plus les vedettes internationales passées par Nuits d’Afrique, de même que les belles découvertes, on retient aussi son immense contribution à l’émergence et au succès de groupes d’ici, notamment par le biais des Syli d’or de la musique du monde.
Nuits d’Afrique : une ouverture sur le monde
Ainsi, de manière générale, on peut affirmer que Nuits d’Afrique a participé à la construction de cette culture d’ouverture sur le monde qui fait la réputation de Montréal…  Et ça, dans une ambiance de feu, marquée de sonorités chaudes oscillant sans complexe du traditionnel à l’électro.   Pour ce qu’il a fait pour le développement et le rayonnement de la musique du monde, Lamine Touré a été fait Chevalier de l’Ordre national du Québec, en 2013, et Membre de l’Ordre du Canada, en 2018.

Et si Nuits d’Afrique a pris de l’ampleur, que le Balattou est connu largement au-delà des frontières, son essence reste préservée, certaines choses étant immuables : tous les soirs, vous pouvez encore trouver celui qu’on surnomme affectueusement Touré, aussi appelé le “baobab de nuit”, assis devant son Club Balattou, toujours à l’écoute des artistes et du public. Cette authenticité, c’est la signature de Nuits d’Afrique.
UNE RICHE PROGRAMMATION MUSICALE
du mardi 2 au dimanche 7 novembre 2021
À l’occasion de cette semaine spéciale, pas moins de 10 groupes d’horizons divers sont invités à célébrer les 35 ans de Nuits d’Afrique au Club Balattou avec en tête d’affiche Daymé Arocéna, de Cuba, première artiste internationale à participer à Nuits d’Afrique depuis le début de la pandémie.

événment, Musique

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top