Author: Rdac

« Contre vents et marées » Un nouvel album de Paul Daraîche & Renée Martel

Paul Daraîche et Renée Martel ont célébré leur 74e anniversaire cette année. En plus de partager près de 40 ans d’amitié et de complicité, ils s’offrent un cadeau et dévoilent aujourd’hui un tout premier album en duo intitulé Contre vents et marées, sous l’étiquette MP3 Disques, en partenariat avec Productions Martin Leclerc. Cet album évoque la fraternité unique qui les lie. Comme s’ils étaient frère et sœur cosmiques. Nés le même jour, la même année et à la même heure : le destin de Paul Daraîche et Renée Martel était tracé.

L’album Contre vents et marées, revisite les plus grands classiques de la musique country qui ont marqué toutes les générations ! Nous on aime la musique country (Jocelyne Berthiaume / Barry Joseph Brown), Je pars à l’autre bout du monde (Isabelle Fiset / Paul Daraîche), Que la lune est belle ce soir (Yvon Durand), Aimer, souffrir, pardonner, oublier (Paul Daraîche / Rubby Moody), J’ai un amour qui ne veut pas mourir (Renée Martel / D Bramlett), Bonsoir mon amour (Marcel Martel), Si on pouvait recommencer (Renée Martel / Eugene Gibson), À ma mère (Paul Daraîche), Une croix sur ton nom (Paul Daraîche), J’ai besoin de ton amour (Lévis Bouliane), Les deux pionniers du country nous offrent même 2 nouvelles chansons originales; Nés le même jour (Nelson Minville / Paul Daraîche) & Contre vents et marées (Paul Daraîche).

« Faire un album en duo, on y pensait depuis des années  ! Cet album, c’est vraiment une fierté pour nous, on y a mis tout notre coeur et notre amour ! On y va jusqu’au bout.  On veut aller à la rencontre du public, ensemble ! On s’offre sincèrement le plus beau cadeau du monde avec cet album. » – Paul Daraiche & Renée Martel

Cumulant à eux deux plus de 60 ans de carrière, Paul Daraîche et Renée Martel entretiennent toujours une grande passion pour leur métier. Dès le printemps 2022, les deux légendes québécoises de la musique country voyageront à travers le Québec lors d’une tournée baptisée Contre vents et marées. Une nouvelle aventure pour les complices, qui profiteront de cette occasion pour mettre en lumière les plus gros succès de leurs répertoires respectifs.

Réunis pour la première fois sur disque et sur scène, Paul Daraîche et Renée Martel sont très fébriles à l’idée de retrouver leur public de la première heure ! Pour les faire patienter, ils offrent aujourd’hui le vidéoclip de leur chanson titre de l’album.

FIDÈS LANCERA SON PREMIER EP, OASIS,
AU AUSGANG PLAZA LE 12 NOVEMBRE

Après le dévoilement du premier single Cendrillon, La Shoebox est fière de présenter le lancement du premier EP de FIDÈSOASIS, le 12 novembre prochain au Ausgang Plaza. Au programme : un DJ set du beatmaker et multi-instrumentaliste aux influences hip-hop, R&B et électronique KOLA (Nicolas Lajeunesse), une performance des sept titres d’OASIS, par FIDÈS et ses deux musiciens, et une dernière partie par le DJ unique en son genre Truwayz, qui transportera le public dans son univers jusqu’à la fin de la soirée.

FIDÈS (Marilou Lavoie) est une auteure-interprète québécoise de Montréal-Est. Accompagnée de ses acolytes KOLA et Jeff Lauber, elle propose une plume qui déchire l’âme, un rap fondamentalement engagé célébrant la résilience humaine. Autodidacte, celle-ci compte parmi ses inspirations une grande diversité d’artistes, passant du répertoire québécois aux classiques du R&B américain. Habitée par le désir d’offrir une poésie percutante, elle souhaite rassembler le public autour d’un lieu commun, un cri étouffé : « Allo ? ». Entre violence et résilience, chacune de ses pièces traite de problèmes de société tels que l’exploitation sexuelle et les dépendances. En 2020, FIDÈS enchaîne les concours tels que le Festival de Granby et Ma Première Place des Arts et produit ce premier EP aux influences hip-hop, jazz et électronique qu’elle aura le bonheur de présenter au public le 12 novembre prochain.

Les billets sont de 15$ tout inclus et sont disponibles en ligne sur lepointdevente.com! Ceux-ci sont limités, ne ratez pas cette opportunité!

David Linx

Nouvel album Be My Guest, The Duos ProjectSortie le 12/11/2021 chez Cristal Records
David Linx est de retour le 12 novembre 2021 avec son nouvel album Be My GuestThe Duos Project, avec de nombreux invités comme Tigran Hamasyan, Ran Blake, Hamilton de Holanda, Theo Bleckmann, Nguyên Lê, Magic Malik, Eric-Maria Couturier et bien d’autres.Avec ce pannel impressionnant d’invités, David Linx transcende les genres avec sa voix d’or au phrasé inimitable. Vocaliste incontournable de la scène internationale, David Linxrevient avec 15 duos inédits qui lui permettent d’étendre encore son répertoire et de poursuivre son exploration de l’art du chant.
Ces duos sont une façon de continuer à évoluer encore et toujours et me rappellent ma jeunesse, lorsque je me ruais sur tout ce que je ne connaissais pas, avec une curiosité qui est toujours intacte” explique David Linx.Premier extrait, c’est Round Midnight à l’honneur, avec le pianiste Tigran Hamasyan à découvrir en clip. 

Pour regarder le clip de Round Midnight :

https://youtu.be/-GW15yxnfmc

SABLIER

«Perdu», «Ma Way», «Sablier», «Magot», «Karma», «Fin», «Pus de gaz» et «Noyade». S’ajoutant aux accrocheuses «Backdoor» et «Assez» (ft. Mike Clay) sorties depuis juin, elles cristallisent ce qui s’avère pour Miro la prochaine étape d’un parcours déjà radieux. 

Entouré par une dream team formée de Pierre-Luc Rioux (musique, co-réalisation, prise de son, guitare), Philippe Besner (paroles), Chase Worrell (co-réalisation), Realmind(co-réalisation), Mike Clay (Feat.), Georgette (Feat.), Lemind (Feat.) Tim Buron (mixage) et Philip Gosselin (matriçage), l’artiste — qui est aussi la future star iHeartRadiod’octobre à Rouge FM — renoue ici avec ce son ludique et inimitable, à la fois hip-hop, R&B, pop et soul, qui fait son charme. 

«Cet album représente un nouveau chapitre, tant au niveau personnel que professionnel. Comme une suite logique au premier dans la forme et dans le style, Sablier revisite certains thèmes récurrents chez moi, comme le passage du temps et l’importance de faire la paix avec celui-ci», mentionne-t-il à l’aube de son lancement. 

Pour souligner la parution de Sablier en grande pompe, ce dernier s’offre d’ailleurs rien de moins que le MTELUS. À l’image de ses vidéoclips toujours éclatants et élaborés, l’artiste promet d’en mettre plein la vue. Mouvement, effets spéciaux et projections… Dans une mise en scène épique et immersive signé Pestacle se joindront à lui des invités de marque. MIRO au MTELUS (première) : 23 octobre 2021. Porte : 19h. Spectacle : 20hBilletterie ici | RSVP Médias iciÀ NOTER : l’événement sera également retransmis en ligne le 28 octobre :

19h – Diffusion sur le site de l’ADISQ dans le cadre de Rampe de lancement, initiative faisant la promotion des sorties et lancements de la rentrée 2021 et à laquelle Miro s’associe. 
20h – Diffusion sur la page Facebook de Miro, ainsi que d’autres partenaires annoncés bientôt.
RESERVEZ VOTRE PLACE AU CONCERT DU 23 OCTOBRE @ METLUS 

FRAME OF A FAUNA 

LA PRODUCTRICE, DJ ET COMPOSITRICE MONTRÉALAISE D’ORIGINES FRANÇAISE ET AFRO-CARIBÉENNE DÉVOILE SON PREMIER LONG JEU FRAME OF A FAUNA VIA BORN TWICE.

Ouri dévoile enfin son premier album Frame Of A Fauna. À travers son premier album, Ouri s’affranchit du caractère soumis et froid qu’on attribue davantage à la musique ambiante pour enfin accroître sa présence et plonger dans son expérience personnelle. Les extraits instigateurs;«Felicity»«High & Choking»Pt.1. et Chains» et «Ossature» ont été hautement applaudis par la critique internationale.

Avec Frame Of A Fauna, l’artiste explore la création complexe de formes. L’intangible apparaît malléable et l’invisible se chante désormais, alors que s’inspecte ici la structure du corps.  Ouri s’appuie sur sa connaissance en matière de grandes musiques orchestrales pour créer sa propre signature, en ponctuant la dimension classique de sa genèse d’abrasions industrielles et de nuances électroniques. Les ballades et l’usage d’échantillons de tambour contribuent à faire sortir ses mélodies de leur lit. La musicienne trouve sa place dans ce nouveau terrain hybride, tout en s’assurant d’étirer sa structure originelle pour se frayer un passage. 

ÉTIENNE COPPÉE | ET ON PLEURERA ENSEMBLE

Étienne Coppée dévoile Et on pleurera ensemble, un premier album qui résume quelque peu sa vie jusqu’à date. D’une part, parce qu’il y intègre autant certaines de ses premières compositions que d’autres toutes neuves, et aussi parce qu’il y raconte son vécu des dernières années. C’est une épopée d’émotions à échelle humaine dans laquelle les larmes abondent, passant des lourdes aux belles, et, en tant qu’auditeur.trice, on en ressort renouvelé.e. Vibrant ode à l’amitié.

Tenant de l’émotion et de l’amitié devant toute chose, Étienne Coppée se raconte, lui, ses alentours, ses affections, ses aléas, pour nous rassembler. Sa musique – une chanson chorale alliant folk pastoral et soul idyllique – est une introspection, un journal intime transparent d’honnêteté, une envie d’être en contact avec vous, pour vous donner envie de chanter avec lui. Il vient tout juste d’arriver – mais c’est comme si ça faisait 26 ans qu’il préparait ses chansons dans sa tête. Sa proposition est déjà probante tout en restant naïve et ouverte : l’émotion prime, les relations – amicales, amoureuses, familiales – se racontent, les chants et les ami.e.s s’enlacent, la vie suit son cours. Les textes se partagent entre des images impressionnistes et des bribes narratives – une écriture riche de personnes, de relations, d’endroits. Le jeu des instruments est naturel, appuie et complémente les voix, belles, à la fois fragiles et franches. L’intime proposé rend l’auditrice.teur perméable – il y a ici quelque chose de rare et de cathartique, qui fait vivre. 

Et on pleurera ensemble est composé de douces prises de risques autodidactes, menées par un piano passager et des voix à la fois sensibles et vibrantes. Impressionniste, vaste mais succinct, ce premier album a permis à Étienne Coppée de clore une étape de sa vie – lui a permis de se documenter et de se comprendre, de s’accepter et de s’ouvrir davantage. Sincères et bienveillantes, intimes et invitantes, les pièces qui le constituent créent une proximité – avec Étienne, et entre auditeurs.trices. Et on pleurera ensemble, c’est une traversée de l’abattement au renouveau, passant de l’hiver d’une peine d’amour au printemps de l’amitié. Et, ah oui : on y retrouve une reprise de Je voudrais voir New York – simplement parce qu’elle rappelle à Étienne une belle soirée entre ami.e.s passée à chanter ce succès de Daniel Lavoie.

Co-réalisées par Salomé Leclerc, Simon Kearney et lui-même, les chansons de ce premier album ont été presque toutes enregistrées en groupe, en une seule prise, avec quelques surimpressions de mellotron, de voix et de piano. Ledit groupe, c’est Étienne Coppée (voix, piano, mellotron), Guillaume Chartrain (basse sur Rien de plus grand, prise de son et mixage), Bruno Saint-Laurent (synthétiseurs, orgue, aide au mixage), Simon Kearney (guitare, chant), Salomé Leclerc (percussions, guitare, chant), Flavie Melançon et Sabrina Fournier (choeurs) ainsi que Jacob Lainesse (chant sur Je voudrais voir New York) et les colocs et parents d’Étienne (en choeur sur Rien de plus grand). 

Et on pleurera ensemble, c’est se réapproprier « je t’aime » pour l’amitié.

Festival du Monde Arabe de Montréal

C’est aujourd’hui que le Festival du Monde Arabe de Montréal a dévoilé la programmation de sa 22e édition, qui se tiendra du 29 octobre au 13 novembre 2021 en format hybride.

Arts de la scène, Salon de la Culture, Cinéma et « Espace Aleph »

La vaste et diverse programmation du FMA mettra en valeur des artistes, cinéastes et penseurs de tous horizons, à travers les volets Arts de la ScèneEspace Aleph (volet présentant des spectacles gratuits), Salon de la Culture et Cinéma. Une programmation numérique, qui pourra être visionnée via la nouveau site web du Festival, se tiendra également à travers une série de spectacle, débats et conférences impliquant des artistes, journalistes et penseurs internationaux. 

Les spectacles des Arts de la Scène

  • Damas, du Nil à l’Euphrate – soirée d’ouverture : Une odyssée musicale en hommage à une Syrie plurielle, explorant l’immense richesse et diversité de cette région du monde. A travers la voix d’or de l’illustre chanteuse Lubana Al Quntar, les chants araméens, soufis, arméniens, kurdes et turcs seront mis à l’honneur, en plus du répertoire classique -> 29 octobre à la 5e  Salle.
  • Sommet soufi  – soirée de clôture: Une rencontre au sommet de l’art sacré, un voyage mystique avec des artistes d’exceptions issus de traditions soufies différentes avec Khaled Al Hafez (Syrie), Abir Nasraoui (Tunisie), Habib Hosseini (Iran), Abdelkarim Shaar (Liban) et Mushfiq Hachimi (Afghanistan/Pakistan) -> 13 novembre au Rialto.
  • Bassem Youssef : Le célèbre satiriste égyptien, icône absolue de la liberté d’expression, dans un one-man-show exclusif en anglais -> 30 octobre au National.
  • Oum par lui : Un hommage à l’immense diva du chant arabe Oum Kalthoum porté par une voix masculine, celle du grand Abdelkarim Shaar qui maîtrise avec brio le répertoire de la légende du chant arabe -> 30 octobre à la 5e  Salle.
  • Beyrouth, mon étoile : une immersion, à travers la superbe voix de la chanteuse Ranine Chaar, dans la scène musicale libanaise, entre chants patriotiques et nostalgiques, reflétant une ville lumineuse mais dévastée par la guerre et les conflits-> 5 novembre à la 5e  Salle.
  • El Far3i : un concert en solo du co-fondateur et vedette du célèbre groupe palestinien 47soul -> 11 novembre au Club Soda.
  • Raconte-moi la Palestine : Un parcours des diverses traditions musicales palestiniennes, des poèmes de Mahmoud Darwich aux célébrations de mariage, avec la chanteuse montréalaise Ghada Derbas -> 7 novembre à la 5e  Salle.
  • Cantiques de la Sainte Syrie : Un concert du groupe Taraf Syriana qui nous livre 2000 ans de chants de Noël des terres des premiers chrétiens d’Orient en langues syriaques, araméen, arabe et grec -> 12 novembre à l’Eglise du Gesù.
  • Ahmed Moneka Arabic Jazz : Un mélange subtil entre les racines afro-irakiennes du chanteur Ahmed Moneka et les improvisations du jazz et du blues -> 6 novembre à la 5e  Salle.
  • La diva du désert Une interprétation lyrique du répertoire maghrébin et arabe par la soprano canado-algérienne Fairouz Oudjida -> 31 octobre à la 5e  Salle.
  • Abbas Righi : Le maître du malouf de retour au FMA pour un concert de musique andalouse encore plus exalté -> 12 novembre au Gesù.
  • Lila Gnawa : Une invitation à redécouvrir le guembri, instrument typique de la culture gnawa, dans un spectacle explosif et enivrant, porté par un jeune maître du genre, Amine Benraqia -> 31 octobre à la Sala Rossa.
  • Tarab, du Maghreb au Machrek : un concert virtuel de la chanteuse tunisienne Meherzia Touil qui reprendra les grands classiques musicaux des plus grands artistes du monde arabe -> Disponible pour visionnement en ligne du 1er au 13 novembre.

Espace Aleph – Arts de la Scène à accès gratuit

La série des Arts de la Scène à entrée libre, rebaptisée « Espace Aleph », mettra l’accent sur la création originale des artistes de la relève et des artistes confirmés : L’Ensemble Tessala nous emmène, entre traditions et modernité, au cœur des chants arabo-andalous et des musiques juives, l’Ensemble Al Zahawi nous plonge dans les traditions vibrantes du maqam irakien, alors que le Syrian Trio & Jad Estifo nous livrent un bouquet de Muwashahat, poèmes chantés originaires de Syrie et d’Andalousie. Le groupe Mashreq quartet (Toronto) explore les croisements entre musique arabe, flamenco et perse, le trio Moussafir navigue entre mélodies des Balkans et sonorités orientales et indiennes, Ayham Abu Ammar et Mona El Mestrany rendent un hommage poignant aux géants de la chanson libanise Wadih El Safi et Ziad Rahbani. Trois chanteuses aux voix remarquables – Miray DahabMona Buhmaid et Najlaa Jaffal – interprètent, chacune à sa façon, les incontournables du tarab et de la chanson classique, de Fairouz à Oum Kalthoum. Le raï algérien sera aussi de la partie avec Cheb Fayçal qui reprend la scène dans une décharge festive. 

Salon de la Culture – Présenté par TV5

Forum de rencontres mettant un coup de projecteur sur la richesse culturelle de la société québécoise, le Salon de la culture du FMA œuvre, à travers l’ensemble de ses activités, à développer une plus grande curiosité culturelle et ainsi, à une meilleure compréhension de l’Autre. 

Une panoplie d’intellectuels, de journalistes et d’artistes nationaux et internationaux, aux univers et aux opinions différents, seront invités à enrichir le débat et à partager leurs visions du monde. Parmi les activités proposées en présentiel ou en ligne : Un hommage à de grandes figures du monde arabe comme la féministe égyptienne Nawal El Saadawi ou le « poète de l’ivresse » Omar Khayyam ; un débat sur la situation de la gauche politique dans le monde avec la participation du politicien français et ex-candidat aux présidentielles Benoit Hamon ; une réflexion sur la démocratie au Liban et en Tunisie ainsi que sur les problématiques de l’identité libanaise ; des projections inédites de documentaire ou de webséries comme Tenir Salon (TV5)Matrimoine (TV5) ou Des femmes (de Merzak Allouache) ; des discussions autour de livres passionnants comme Azag et les enfants (de Rita Amabili) reflétant le vécu des enfants en Palestine ou La tristesse est un mur entre deux jardins (de Wassyla Tamzali et Michelle Perrot) qui réfléchit sur  le féminisme, la France et l’Algérie ; une causerie sur l’apprentissage de la langue arabe en Occident, ainsi que des témoignages d’artistes montréalaises sur leur parcours d’immigrantes.

Cinéma – Au cinéma du Musée

200 meters d’Ameen Nayfeh (Palestine) met en scène une famille habitant à distance de seulement 200 mètres, mais scindée par un mur, celui de la frontière israélo-palestinienne. L’homme qui a vendu sa peau de Kaouther Ben Hania (Tunisie), nominé aux Oscars dans la catégorie du « Meilleur film étranger », revisite le parcours presque faustien d’un réfugié syrien contraint à tatouer son corps pour émigrer en Europe. Le film Hendi et Hermoz d’Abbas Amini (Iran) porte une réflexion sincère et touchante sur les mariages précoces arrangés comme échappatoire aux conditions sociales intenables, alors que Between the two seas d’Anas Tolba (Egypte) met en lumière les différents problèmes de société auxquels sont confrontées les femmes, en particulier dans les zones rurales. Enfin, Vent divin de Merzak Allouache plonge dans le quotidien et le parcours psychologique de deux jeunes gens avant un attentat suicide.

Festival du Monde Arabe de Montréal – 22e édition numérique

À la Place des Arts et en salles : du 29 octobre au 13 novembre 2021

www.festivalarabe.com

La présentation de l’événement se fera dans le respect des consignes émises par la santé publique afin d’assurer la santé et sécurité des festivaliers, des artistes et des employés.

YOHANN FRANCOZ LANCE “RADIO RUELLE”

Après deux ans de travail, Yohann Francoz, qui porte les rôles d’auteur, de compositeur, de mult-instrumentiste, de réalisateur et producteur publie sur la toile le fruit tant attendu d’une intense période de création. Avec « Radio ruelle », nous plongeons dans un univers francophone coloré, loufoque, original et rock and roll. À travers une esthétique franco-pop, cet album de cinq pistes musicales regroupe un condensé d’éditions radio de chansons écrites entre 2018 et 2021.

QUI EST YOHANN FRANCOZ  ?
Yohann Francoz a grandi en Estrie où il s’est formé musicalement d’abord au violon par sa famille de musiciens, puis à la guitare par différents professeurs. À l’âge de 20 ans, il s’établit à Montréal pour s’épanouir en se lançant corps et âme dans la création musicale. En résulte déjà deux EPs et un album, réalisés avec les moyens du bord. À travers un canevas pop/rock alternatif, ses textes surréels, parfois presque automatiques, se marient avec des mélodies par lesquelles veulent s’exprimer les plaisirs de l’imagination et de la fantaisie musicale. 

Yohann Francoz adore créer ses propres arrangements. Ainsi le jazz, la musique à tradition classique et même parfois le trad y jouent un rôle s’assumant volontiers, souvent avec une touche d’audace expérimentale. On peut l’entendre jouer avec son band dans les bars et les petites salles, parfois en formule solo. Plongé dans l’avenir, l’artiste commence déjà les préparatifs d’un opus à plus grand budget qui réunira de nombreux musiciens de Sherbrooke et de Montréal, et qui verra le jour en 2022.

Divina Dali

Surréaliste! Prolongation de l’exposition Divina Dalí au Grand Quai du Port de Montréal, jusqu’au 28 novembre.

C’est pour donner la chance au plus grand nombre de personnes de voir les 101 œuvres de Divina Dalí que Félix Bélanger, l’instigateur de cette exposition d’envergure internationale, a décidé de prolonger d’un mois la présentation de l’exposition à Montréal. “Après cette date, il sera trop tard pour les québécois car l’exposition débutera sa grande tournée mondiale. On a déjà des demandes qui viennent de partout. L’exposition pique la curiosité! C’est un intérêt qui est très gratifiant. Mais qui peut réellement s’en étonner? Après tout c’est une exposition qui réunit deux génies, soit le poète Dante Alighieri et Salvador Dalí, l’un des peintres les plus populaires du 20e siècle ” ajoutait fièrement le fondateur de la Girafe en feu.

Les éloges sont touchants de la part des visiteurs qui ne manquent pas de qualificatifs pour partager leur appréciation des œuvres présentées, qui font découvrir, selon plusieurs, de nouvelles facettes jusque-là méconnues du talent du peintre polyvalent. Certains autres ont partagé leur fascination pour la façon dalinienne de les faire voyager dans l’inconscient, tout en les faisant vivre une vaste gamme d’émotions. Même la presse italienne et américaine parle de cette grande première. Et, plusieurs qualifient de mémorable et d’incomparable ce grand événement ambitieux et inédit.

Divina Dali est un événement rendu possible grâce à la collaboration de Raynald Michaud, commissaire et muséologue, ainsi qu’à la générosité de Frank Hunter, expert international et archiviste officiel de Salvador Dali.

Rappelons que Divina Dalí raconte l’histoire de l’humanité imaginée par Dante et mise en images par l’un des plus grands maîtres du surréalisme, Salvador Dalí convie le visiteur à vivre un voyage en soi – un sujet universel et intemporel. Cette expérience multimédia et surréaliste le fera plonger dans trois univers: l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis. Une invitation singulière qui fait appel à l’imaginaire et qui suscite les émotions parmi les plus grandioses. Un retour enchanteur sur

L’exposition Divina Dalí qui a été lancée le 16 juillet dernier en grande première mondiale est prolongée au Grand Quai du Port de Montréal jusqu’au 28 novembre avant de reprendre la route vers Toronto juste à temps pour la sortie du film Dalí Land prévue en

septembre 2022. 200 rue de la Commune Ouest, Montréal.


Les visiteurs peuvent acheter leurs billets en ligne dès vendredi le 22 octobre à Divina Dali.

Credit: Alexi Hobbs

Beatrice Deer dévoile “HISTORY” 

Figure importante de la pop “inuidie”, l’auteure-compositrice et interprète indépendante Beatrice Deermarque son retour avec l’extrait “HISTORY”, qui se retrouvera sur SHIFTING, son sixième album en carrière à paraître le 10 décembre 2021. D’origine moitié Inuite et moitié Mohawk, Beatrice Deer est née et a grandi au Nunavik, dans le village de Quaqtaq au nord du Québec. Elle a migré vers Montréal au début de sa carrière, où elle s’est entourée d’une communauté artistique forte, composée par des piliers de la scène locale tel que: Leif Vollebekk, Land of Talk, Stars, The Barr Brothers, Bell Orchestre, Little Scream, Besnard Lakes, et Suuns.Son nouvel album SHIFTING explore le parcours traversé pour aller à la rencontre de sa destinée. « C’est une transition perpétuelle vers notre soi authentique, qui se vit tant sur le plan émotionnel, spirituel que physique » explique Beatrice Deer. « Alors que j’avance dans ce cheminement, je souhaite utiliser cet apprentissage pour aider les autres. »  Pour Deer, la musique et le chant sont une vocation, une manière de prendre la parole pour exprimer en chansons un panorama beaucoup plus large d’émotions ressenties et transmettre un message positif à travers celles-ci. Le premier extrait “HISTORY”, trace la ligne de fuite entre le passé et l’avenir et invite à regarder vers l’avant afin de mieux cheminer vers son destin. La basse définit d’entrée de jeu une belle cadence et la batterie porte le refrain avec vivacité. Les guitares s’affolent vers la fin dans un joyeux crescendo et la voix diaphane de Beatrice Deer propulse les paroles: “Get out of your history and into your destiny / Get out of your history”, tel un mantra.

L’épanouissement est un thème central de l’album SHIFTING.  « On n’arrive pas à un endroit dans la vie en se disant : “Ça y est, je sais tout maintenant”. Non. La vie est une expérience de croissance. Et quand on meurt, c’est seulement physique et l’esprit continue. L’âme continue. En ce moment, je suis dans une période de changement pendant laquelle j’ai l’impression de me déplacer vers une nouvelle étape, vers un niveau plus élevé. »​​ SHIFTING aborde la façon dont l’amour entre dans nos vies, la force de résilience et les réalités du deuil.