Thus Owls – Nouvel Album « Who Would Hold You If The Sky Betrayed Us? » le 4 Mars + Concerts!

Thus Owls reviennent avec un nouveau double-album expansif et audacieux: Who Would Hold You If The Sky Betrayed Us ?un voyage au saxophone de l’un des groupes les plus audacieux du Canada, une explosion d’improvisation, de poésie et de rock’n’roll visionnaire, une recherche autour de la signification d’être – et appartenir.

Fondé à Stockholm, basé à Montréal, Thus Owls est le projet créatif permanent d’Erika et Simon Angell. Le cinquième album du duo les voit poursuivre leur tradition de réinvention, depuis leurs premiers disques indépendants jusqu’à l’EP Black Matter de 2015, chargé de synthétiseurs, et The Mountain That We Live Upon de 2018, qui mettait en scène un ensemble de quatre guitaristes. Ici, ils se sont tournés vers leur collaborateur de longue date Samuel Joly (batterie), mais aussi vers un trio de saxophonistes: Claire Devlin (ténor), Adam Kinner (ténor) et Jason Sharp (sax basse), qui écrivent et se produisent tous en tant que compositeurs indépendants. L’objectif n’était pas seulement de mettre en scène des solistes, ou un étalage brillant de cuivres, mais d’inventer un nouveau langage musical surprenant et agressif, qui reflète les racines des Angells dans le jazz et l’improvisation, et leur rêve d’un son vivant et entrelacé.

Le processus a été long et peu conventionnel, bouleversé par la pandémie. Coupée de sa famille suédoise, Erika avait commencé à écrire des textes qui reflétaient cette distance et ses implications, la tension entre ce que l’on est et comment on est perçu. « Qui suis-je ? » demande-t-elle dans « Lover Mother ». « Que vois-tu ? » S’installer dans un nouveau pays, y créer un foyer – il s’agit de tricoter des liens, tout comme se produire devant une foule consiste à tracer ces lignes. Thus Owls pourraient-ils faire une musique qui fasse ressortir ce sentiment d’interconnexion active, la façon dont nous nous composons et nous recomposons?

Les Angells ont commencé à rencontrer leurs nouveaux collaborateurs, d’abord virtuellement, puis en personne, pour parler non pas de chansons et de solos, mais d’identité et d’appartenance. Ils ont partagé des poèmes, des sons, des chorégraphies et des podcasts, d’Alice Coltrane et M. NourBese Philip à Alexander Ekman et Carl Jung. Si certains des musiciens se connaissaient bien, la plupart n’étaient que des connaissances. Pendant cinq mois, ils ont partagé des secrets, essayé des jeux de confiance, joué aux « Cadavres Exquis ». « La fragilité est un bon point de départ pour la création », explique Erika. Au fur et à mesure que ces discussions se sont transformées en écriture, en répétitions et, finalement, en sessions d’enregistrement avec Radwan GhaziMoumneh de Jerusalem In My Heart, le nouveau groupe a essayé d’entretenir ces sentiments de vulnérabilité, de curiosité et d’ouverture.

Le résultat est 66 minutes de musique exaltante et désinhibée – un double LP qui peut être écouté en entier ou en quatre faces, trois ou quatre morceaux à la suite. « Le disque entier est comme une chanson de Thus Owls », dit Simon, non conventionnel et libre. Tout est là dès la première minute: « Bleeding » s’ouvre sur la poésie parlée d’Erika, les harmoniques rayonnantes de la guitare 12 cordes de Simon, accordées de façon aléatoire, pour les harmoniques et le bourdon, comme une façon de « secouer » ses habitudes. Lorsque les saxophones entrent en scène, ils sont à la fois menaçants et réconfortants, puis le morceau semble s’arrêter, changer de direction et reprendre. Ailleurs, il y a l’éblouissement des cuivres entrecroisés de « Balconies » ; la progression radieuse et artistique de « I Forgot What I Remembered » ; la bourrasque cacophonique de « Perfectly Younger« , imprégnée d’agressivité et de désir. 

À travers tout cela, Thus Owls a créé des compositions qui peuvent être reconfigurées: un matériel qui poursuit le moment de l’invention vers l’extérieur, une création qui évolue au contact de nouvelles relations. Lorsqu’ils reprendront la route, la musique de Who Would Hold You If The Sky Betrayed Us ?changera délibérément avec eux, avec des collaborateurs live et des textes différents. Chaque performance permet une autre transformation: cet enregistrement n’est que le premier, le son d’un groupe en plein essor, inspiré autant par Pharoah Sanders et Patti Smith que Makaya McCraven, Jyoti et Blackstar de Bowie. « Tout se passe en même temps, et moi avec », chante Erika Angell, dont la voix est comme un projecteur. « A quel point une chose peut-elle devenir vraie / et comment faire la différence ? »

Who Would Hold You If The Sky Betrayed Us ? deviendra réalité le 4 mars 2022.

Musique


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :