Sarahmée se dévoile plus que jamais avec ce 3e album en carrière, Poupée Russe

Écrit, produit et réalisé au cours de la dernière année, l’album reflète plusieurs étapes par lesquelles l’auteure-compositrice et interprète est passée. De la première à la dernière chanson, Poupée Russe se dévoile comme une histoire avec des étapes et des épreuves. 

J’ai abordé le sexisme, le racisme, la dépendance et l’amour sans filtre et j’espère que ces messages se rendront à bon port. J’ai voulu aussi que les femmes soient fières d’écouter ce projet, qu’elles s’y reconnaissent, qu’elles se sentent concernées, vues, entendues et écoutées. J’ai décidé d’appeler ce projet Poupée Russe parce que, dans chaque chanson, il y a une facette de moi que je dévoile. Cet album, c’est beaucoup d’amour, d’adrénaline et de sensibilité, explique Sarahmée.

Réalisé par son complice de toujours, Tom Lapointe, l’album s’installe dans des rythmes afro, accompagnés d’un rap urbain sous des structures pop. La création de l’album s’est faite dans un chalet, lors d’un temps d’arrêt et de concentration dans le cafouillis de la dernière année. Musicalement, l’équipe s’est laissé inspirer par les spectacles de la dernière tournée, de ce qu’elle aimait jouer sur scène. On retrouve donc des beats qui bougent et qui reflètent l’énergie qui se dégage lorsque Sarahmée et ses musiciens performent. Quelques collaborateurs se sont joints tels que le guitariste Diego Montenegro, le multi-instrumentiste Lucas Liberatore ainsi que Clément Langlois-Légaré et Adel Kazi (Clay and Friends).

La pièce Bienvenue dans ma vie, parue cet été, ouvre l’album et met cartes sur table, introduisant les thèmes et donnant le ton à l’opus. Dans un texte franc et direct, Sarahmée dévoile ses réflexions des derniers mois et ce qu’elle a envie de transmettre.

Dès la deuxième pièce de l’album, Elle est partie, Sarahmée aborde le sexisme au quotidien. Un clip paru en avril dernier accompagne d’ailleurs l’extrait, mettant de l’avant les contrastes du milieu dans lequel on vit. Depuis des lunes, on s’arrête sur l’image, le bien paraître, mais qu’en est-il en réalité quand la caméra est fermée? 

Sarahmée poursuit sa route, persévère, suit ses instincts (Quand la route est longue) et réussit enfin à se tailler une place respectée avec son art, même si tout reste toujours à prouver (Vilipendées). 

Le texte de la pièce titre de l’album parle de succès, d’egotrip et d’hypocrisie de la part des gens envers la rappeuse, sans oublier le mépris et les propos déplacés.

Ils n’y croyaient pas 

Dès le début

On te l’avait bien dit 

Mais t’as pas cru

Ils découvrent qui je suis comme poupée russe

Objectif: être riches comme Crésus

J’suis bien la preuve que tout est possible

Bébé tu peux monter dans mon bolide

J’suis la compétition, j’le mérite

Meilleur chrono après un tour de piste

Sarahmée fait des réflexions sur sa vie, sur ses rêves et sur ce qui l’a poussée à continuer (De près), sur la dépendance dont elle s’est défaite (Partir plus tôt), sur son esprit de guerrier envoyant un clin d’œil aux Jaloux, ainsi que sur la personne avec qui elle aspire être (Genou à terre).

Avec Superflex, Sarahmée vante ses exploits comme les gymnastes olympiques qui récoltent toutes les médailles. Montant en altitude pour se concentrer sur ce qui est important (Sourde), elle a quitté l’amour et la consommation (Tout quitter) pour se laisser guider par son cœur (Le cœur a ses raisons) vers sa passion.

L’album Poupée Russe sera disponible dès le 3 septembre.

Réalisation: Tom Lapointe

Production: TURN Key Creative sous licence exclusive STE-4

Distributeur: Sony Music Canada / The Orchard

Musique