MARINA SATTI CHEZ COLORS

PREMIER ALBUM LE 20 MAI 2022
La musique de la chanteuse, compositrice et productrice greco-soudanaise Marina Satti combine ses influences grecques traditionnelles avec des éléments contemporains créant ainsi un son qui lui est entièrement propre. Après son interprétation de « PONOS KRIFOS » chez COLORS l’année dernière, elle revient pour un intime COLORS ENCORE pour chanter cette foisYIATI POULI M’. Il s’agit d’une reprise d’une chanson traditionnelle sur l’événement historique de la chute de Constantinople (1453) qui raconte  l’incapacité à voler d’un oiseau dont on a coupé les ailes. Le morceau est une lamentation émouvante qui met en valeur la vulnérabilité et la grâce naturelle de l’artiste grecque. Elle livre ici une interprétation acapella. 

Pour Marina Satti la quête d’identité a toujours été un sujet personnel, du fait de son appartenance à deux cultures : sa mère étant grecque orthodoxe et son père soudanais musulman, elle a grandi au milieu de deux langues, deux religions, deux cultures, deux mondes.

« Une incohérence et des contrastes constants que j’ai dû concilier et avec lesquels j’ai dû vivre, une lutte interne pour comprendre, normaliser mon identité et l’accepter. Dans un effort pour lui donner un sens, non seulement pour moi mais aussi pour les autres personnes qui m’entourent, et pour être capable d’aimer, d’embrasser et de vivre en harmonie et en paix avec ces deux parties de moi. »
Marina Satti est connue pour son approche artistique singulière, combinant les sons traditionnels grecs, balkaniques et issus de la Méditerranée orientale avec des sons urbains et contemporains. Dans cet album, elle explore ses références encore plus en profondeur. Ayant parcouru une large partie de la Grèce rurale, elle a déniché et enregistré les sons authentiques de son pays – la zurna et le davul du Nord, les chants polyphoniques de l’Épire, les danses festives crétoises. Inspirée par les montagnes sauvages et la vaste mer Méditerranée, l’artiste-voyageuse a documenté les vibrations primitives de la campagne grecque. Dans un même temps, Marina Satti ose expérimenter sans complexe la musique pop et urbaine, en coécrivant et coproduisant avec une équipe créative aux multiples facettes venant du monde entier.

« Le processus de création a toujours été difficile pour moi. Un ami m’a dit un jour : « Faire naître quelque chose de nouveau dans la vie implique toujours de la douleur, tout comme donner naissance ». C’est ce qui a inspiré le titre de l’album, YENNA [du grec γέννα, qui signifie naissance] et c’est ainsi que tout a commencé. J’ai décidé de faire un album sur le processus de création d’un album. Mon premier album. Tant de nouvelles choses à apprendre, tant de dépassements – personnels et artistiques – tant d’émotions nouvelles ressenties. J’ai appris à être patiente, à oser, à faire confiance, mais surtout à accepter le changement et à ne plus le craindre. Seulement me sentir plus forte et plus libre. »

Musique


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :