Skip to main content

L’album « De la mort à l’amour » de Jesse Murray est maintenant disponible

L’album De la mort à l’amour de Jesse Murray est désormais disponible sur les plateformes numériques.

Réalisé par Patrick Krief, il renferme une douzaine de chansons inspirées de textes de grands poètes francophones. Le long jeu a été enregistré au Studio Mixart à Montréal.

Les autres créateurs

Jesse est un interprète authentique qui a une approche artistique brute. Pour cet opus fort original, il a composé des pièces qui font penser aux années ‘60 et ‘70.

Liam O’Neill (Suuns, The Stills) a livré la batterie, tandis que Nicolas Ferron (Les Passagers), a joué la base et la guitare. Jeff Louch (Victory Chime) a quant à lui joué du piano sur trois chansons, dont Tristesse d’Alfred de Musset. Pour sa part, la chanteuse Olivia Khoury, compositrice et artiste interdisciplinaire montréalaise, a prêté sa voix sur quelques chansons (dont Le baiser d’Anna de Noailles) à titre de choriste. Jesse a également fait appel au saxophoniste Steven Esteban pour la chanson Femme et chatte de Paul Verlaine.

Par ailleurs, la violoniste Lisa MacIsaac (Madison Violet) a donné une touche Bob Dylan à la chanson country rock Aumône de Mallarmé.

Finalement, l’ingénieur de son, multi-instrumentiste et arrangeur Emre Cords (qui a notamment collaboré avec AC/DC, Jimmy Page, Daniel Lanois, The Tragically Hip, Sam Roberts, Blue Rodeo) a grandement aidé Jesse dans la création des maquettes.

De la mort à l’amour

La mort et l’amour coupent le souffle. Elles allument, consument, et effraient ceux qui s’en approchent de près. Elles aveuglent, déchirent et rendent fou aussi celles et ceux qui l’avalent d’un tout.

Tout existe grâce à ces deux états qui touchent à la fois le corps et l’âme. Chose certaine, la vie est bien navrante sans amour.

Avec ces puissants thèmes en tête, le compositeur-interprète est parti en quête de textes inspirants.

Les poèmes choisis par Jesse Murray sont tantôt dramatiques (La maison paternelle de Léon-Pamphile Le MayDerniers vers d’Alfred de Musset), tantôt romantiques (Se voir le plus possible de Musset). Ils évoquent la passion amoureuse (Madame de Villedieu de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu), le tourment (Le Baiser d’Anna de Noailles) ou encore l’élégance (Femme et Chatte de Paul Verlaine).

Musique