Avec déjà quatre sulfureux titres à son actif, l’artiste multidisciplinaire Naomi s’avance avec un initiateur long jeu décoré de son nom, à paraître sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement le 9 septembre, et dont le lancement aura lieu le même soir, au Studio TD à Montréal. 

Armée de mélodies entraînantes et de chaudes ambiances festives qui sauront charmer les amoureux.euses, les esseulé.e.s, les bad guys et les plus tendres d’entre nous, Naomi franchit une étape majeure de carrière. On ne lance un premier album qu’une seule fois. 

Avec ce long-jeu dont elle promet la venue au début du mois de septembre, et lequel inclura les extraits radiophoniques «Tout à nous», «Zéro stress», «Semblant» et «Pas le temps de jouer», l’artiste à la voix souple et au charisme désarmant se donne les moyens d’enivrer par son sillage. Puisant soigneusement dans ses influences RnB, pop et house, les histoires de cœurs brisés qu’elle déploie avec rythme inspirent l’élan de la danse. Particulièrement appréciable lorsqu’on tente de balayer loin derrière soi les éclats d’une peine d’amour, l’alliage des airs caribéens à son propos directement empowering provoque un effet libérateur. Quelque chose comme un antidote contre l’apitoiement. 

Première artiste à avoir rejoint les rangs de la maison de disques Bravo musique, Naomi a rapidement su attirer sur elle les projecteurs grâce à son talent multifacette. Danseuse professionnelle, chorégraphe et actrice, elle a choisi d’ajouter le chant à son curriculum, épaulée par Béatrice Martin. Elle compte d’ailleurs sur l’aide de cette dernière à la co-écriture de son premier disque, en plus de s’y adjoindre les services de Gary Wide à la réalisation et au soutien à la composition. Le mixage et le matriçage ont respectivement été confiés à Tim Buron et à Marc Thériault