Skip to main content

Vulgaires Machins lance un nouvel album; Disruption

Animé par l’urgence de dire et de jouer, Vulgaires Machins dévoile avec Disruption un premier album de matériel original en plus d’une décennie. 

Inspiré par la pensée du philosophe Bernard StieglerDisruption chemine entre questionnement existentiel et recherche d’ancrages. Dépassant la critique éculée d’un système insoutenable et destructeur, la formation réoriente notamment la réflexion autour du phénomène d’accélération exponentielle de l’évolution technologique et ses effets dévastateurs sur les structures sociales (Moi). Un œil critique sur ces réseaux asociaux qui détruisent relations individuelles, familiales et amicales, Vulgaires Machins pointe l’aveuglement volontaire d’une classe politique qui nous abandonne au consumérisme effréné et à l’individualisme exacerbé (Ok). Dans cette ère où le vide politique, l’absence d’un projet commun et l’ultra-violence se manifestent de façon de plus en plus alarmante, le quatuor aspire à fédérer (Je lève mon verre). Préoccupé par l’effondrement du monde commun, il s’attelle à réfléchir aux issues possibles face à nos pertes de repères et ce sentiment d’impuissance généralisée (Jusqu’à l’aurore). Devant une crise écologique possiblement déjà irréversible et horrifié par l’extrême-droitisation, la désolidarisation et les dérives libertariennes (Liberté)Vulgaires Machins veut trouver le courage d’agir en plein cœur de la catastrophe (Vivre)Disruption se révèle ainsi une invitation à combattre le nihilisme qui nous guette à chaque instant (Obsolète).


C’est un cri du cœur que poussent Guillaume Beauregard (chant, guitare), Marie-Eve Roy (chant, guitare, claviers), Maxime Beauregard (basse) et Pat Sayers (batterie) avec cet album qui marque une forme de rupture au regard de leurs opus précédents. Grâce à la réalisation de Gus van Go (Metric, Les Trois Accords, Arkells, The Stills), la signature punk-rock de la formation est toujours aussi présente mais s’enrichit également d’inclinaisons grunge et synth-pop. Enregistré au Studio Mixart à Montréal et au Giant Recording Studio à Toronto entre octobre 2021 et février 2022, Disruption révèle unVulgaires Machins sans demi-mesure, fort en textes incisifs et cyniques, mais toujours enclin à une introspection sincère.

Musique