Tag: santé

L’étude BRAIN-AF reçoit la bourse des Instituts de recherche en santé du Canada

Cette somme permettra d’étendre, à distance, le recrutement de participants pour cette recherche qui vise à traiter le cœur et aider le cerveau
L’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) annonce que l’étude BRAIN-AF a reçu une bourse de 1,4 million $ des Instituts de recherche en santé du Canada. Cherchant à mieux comprendre les effets des maladies cardiovasculaires sur le déclin cognitif du cerveau, l’étude pourra, grâce à cette somme, déployer à distance le recrutement de participants.

BRAIN-AF étudie un trouble fréquent du rythme cardiaque appelé fibrillation auriculaire (FA).
C’est la première étude au monde à analyser les effets de la fibrillation auriculaire sur le déclin cognitif de jeunes patients de 65 ans et moins. « Notre hypothèse est que les microcaillots d’origine cardiaque endommagent le cerveau des jeunes patients souffrant de fibrillation auriculaire », mentionne Dre Lena Rivard, cardiologue surspécialisée en électrophysiologie à l’ICM et instigatrice principale de l’étude BRAIN-AF lancée en 2015 avec ses collègues, les docteurs Denis Roy et Paul Khairy.

Bien qu’il existe une indication de traitement anticoagulant pour les personnes plus âgées (de plus de 65 ans) ou avec un facteur de risque additionnel (comme l’hypertension, le diabète, l’insuffisance cardiaque ou un antécédent d’accident vasculaire cérébral) atteintes de fibrillation auriculaire, celui-ci n’est pas indiqué pour les personnes plus jeunes vivant avec ce trouble en raison du risque hémorragique associé. En analysant le potentiel d’un anticoagulant nommé rivaroxaban, l’équipe de recherche espère réduire le risque de déclin cognitif du cerveau et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les jeunes patients. Si cette nouvelle thérapie s’avérait efficace, elle pourrait profiter à 125 000 personnes au Canada.« Nous pensons que le traitement anticoagulant préviendra la survenue et la progression de troubles cognitifs, autrement dit, en traitant un trouble du rythme cardiaque, nous développerions une nouvelle approche pour prévenir les troubles de la mémoire et la démence », poursuit Dre Lena Rivard.BRAIN-AF est une étude clinique à double insu contrôlée par placebo, approuvée par Santé Canada.

La phase pilote de l’étude de 500 patients démontre un bon profil de sécurité et les résultats préliminaires révèlent d’ailleurs que le déclin cognitif chez ces patients serait plus important qu’anticipé. Près de 40 % des patients nécessaires (plus de 800 patients) ont été recrutés dans 44 centres au Canada, dont une vingtaine se trouvent au Québec.La fibrillation auriculaire et le déclin cognitif

La fibrillation auriculaire touche environ 200 000 personnes au Canada. Cette maladie cardiovasculaire affecte les deux cavités supérieures du cœur appelées oreillettes. Ces dernières sont les cavités de réception du cœur qui assurent, grâce à des signaux électriques réguliers, la circulation efficace du sang vers les ventricules du cœur puis le reste du corps. En présence de fibrillation auriculaire, les signaux électriques sont rapides, irréguliers et désorganisés, ce qui réduit l’efficacité du cœur à pomper le sang.

Si la fibrillation auriculaire n’est pas traitée, elle peut occasionner la formation de caillots sanguins dans les oreillettes. Ces derniers peuvent causer des AVC et, selon les chercheurs de l’ICM, peuvent être responsables de troubles de la mémoire et de démence. D’ailleurs, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la démence affecte plus de 50 millions de personnes. Au Canada seulement, c’est plus de 747 000 personnes âgées qui sont touchées par cette condition.

À propos de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM)Fondé en 1954, l’Institut de Cardiologie de Montréal vise constamment les plus hauts standards d’excellence dans le domaine cardiovasculaire par son leadership en recherche clinique et fondamentale, en soins ultraspécialisés, en formation des professionnels et en prévention. Il abrite le plus grand centre de recherche en cardiologie, le plus grand centre de prévention cardiovasculaire ainsi que le plus grand centre de génétique cardiovasculaire au Canada. L’ICM est affilié à l’Université de Montréal et compte plus de 2 000 employés, dont 245 médecins et plus de 85 chercheurs. www.icm-mhi.org

Alco Prevention Canada lance une enseigne électronique pour aider à gérer la circulation dans les commerces!

Un outil pratique fabriqué au Canada qui informera bien la clientèle

Depuis les débuts de la pandémie, Alco Prevention Canada offre des produits de protection personnelle variés et répondant aux besoins de sa clientèle. Cette semaine, elle lance un nouvel outil qui sera fort apprécié par plusieurs établissements commerciaux, dont la réouverture s’effectue cette semaine.

Il s’agit dune enseigne électronique qui indique clairement aux clients s’ils peuvent entrer ou non dans le commerce puisque l’appareil comporte les mentions OUI et NON. Selon le cas, une lumière verte ou rouge sera émise indiquant la situation. Le fonctionnement est aussi simple à comprendre qu’un panneau de signalisation et l’employé désigné n’a donc plus à intervenir verbalement pour informer les clients.

« Dans le contexte actuel et du respect des normes en vigueur, il devient difficile de compter le nombre de personnes à l’intérieur d’un commerce. Pour les clients, attendre à l’extérieur peut être pénible et dire à ces derniers de ne pas entrer est un processus peu intéressant pour l’employé attitré. Mais grâce à cette innovation, le message passe sans avoir à intervenir. Nous croyons que cet outil plaira autant aux commercants qu’à la clientèle,» de mentionner Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prevention Canada.

Fonctionnement de l’enseigne électronique L’enseigneest un outil de circulation qui peut être contrôlé en mode manuel ou compteur. Le mode compteur permet de définir le nombre maximal de clients permis et d’ajuster votre limite au besoin. Lorsque les clients entrent, vous les ajoutez au décompte jusqu’à ce que le nombre maximal soit atteint ce qui fera passer l’affichage du vert au rouge (OUI au NON). Au fur et à mesure que les gens quittent, vous soustrayez du total et la lumière redeviendra verte. Ce n’est pas un système automatique, mais un processus manuel alternatif fort utile et surtout visuel pour la clientèle.L’application TraffikFlo peut être téléchargée via Google Play ou App Store et se synchronise par Bluetooth®. Pour plus de sécurité, l’accès est contrôlé par un code PIN que le comerce de détail aura préalablement défini.Notre enseigne électronique est fabriquée au Canada et répond aux règles, règlements et pratiques standards nord-américains et aux normes FCC. De plus, des tests supplémentaires ont été effectués pour en garantir sa sécurité.
Tous les établissements peuvent bénéficier de l’enseigne électronique pour un contrôle efficace de la circulationNon seulement les commerces de détail ​​​​​​voudront profiter des avantages que procure notre enseigne, mais également plusieurs autres types d’entreprises, tels que :RestaurantsMuséesCentres sportifsBibliothèquesPour de plus amples renseignements, visitez le www.alcoprevention.com

Comment la pandémie va-t-elle transformer nos vies?

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) présentera, jeudi, le premier entretien en ligne de sa nouvelle série Les porte-voix.

Comment la pandémie va-t-elle transformer nos vies?

Ce jeudi, 28 janvier 2021, à 19 h

Si la pandémie de COVID-19 bouscule nos vies depuis bientôt un an, l’arrivée d’un vaccin permet d’entrevoir la lumière au bout du tunnel. Mais les Québécois pourront-ils retrouver ce qu’ils ont perdu? La solidarité sera-t-elle plus forte après la crise? Celle-ci va-t-elle entraver notre lutte aux changements climatiques?

Animée par la journaliste, animatrice et chroniqueuse Marie-Pier Élie, cette rencontre permettra d’entendre différents points de vue sur le sujet et d’échanger avec le public.

Les trois panélistes seront pour l’occasion :

   • Mathieu Bélisle, essayiste et professeur de littérature au collège Jean-de-Brébeuf;

   • Melissa Mollen Dupuis, activiste et artiste multidisciplinaire d’origine innue;

   • Philippe Gauthier, spécialiste des enjeux énergétiques, chargé de cours à l’École supérieure de commerce de Clermont (France) et membre du groupe de recherche Polémos sur la décroissance

La participation à cette activité est gratuite. La conférence pourra aussi être vue en rattrapage sur la chaîne télé et le site web de Savoir média. 

Information et accès à la conférence : bit.ly/391tw35

Prochains rendez-vous

Trois autres discussions sont prévues dans le cadre de cette série d’entretiens:

   • À la rencontre des cultures noires – le jeudi, 25 février 2021;

   • Les jeunes et le développement durable – le jeudi, 18 mars 2021;

   • Peut-on rire de tout au Québec? – le jeudi, 29 avril 2021.

1 million pour le mieux-être des personnes atteintes de cancer du sein

La Fondation cancer du sein du Québec est fière de dévoiler les six lauréats 2020 du « Concours 1 million pour aider ». Ce concours, lancé par la Fondation en janvier 2020, permet de soutenir financièrement des projets qui visent à améliorer la qualité des soins et les programmes éducatifs en cancer du sein au Québec. Cette initiative a été rendue possible en partie grâce au soutien de la Banque Nationale, Grand partenaire de la Fondation.

La Fondation verse près d’un million de dollars à six chercheurs québécois, dont les travaux révolutionneront la prise en charge des personnes atteintes en améliorant leur qualité de vie et leur expérience-patient.

«La Banque Nationale est fière de reconnaître le travail audacieux et innovateur de six experts du milieu de la santé. Leurs réalisations font toute la différence pour les personnes touchées par le cancer du sein et poussent encore plus loin la lutte contre la maladie. Nous félicitons les six lauréats et saluons l’impact positif qu’ils ont dans notre communauté», a déclaré Lucie Blanchet, première vice-présidente à la direction, Particuliers et Expérience client à la Banque Nationale.
Le « Concours 1 million pour aider » s’inscrit comme une initiative du Fonds de soutien et d’éducation de la Fondation cancer du sein du Québec qui a été créé en 2014 pour améliorer les soins et l’éducation en cancer du sein dans la province du Québec. Plus de 7 millions de dollars ont été investis dans ce programme pour permettre la réalisation de 30 projets ciblant différents aspects de la trajectoire du cancer du sein. 

«Cette importante initiative permettra une meilleure collaboration entre les équipes pluridisciplinaires dans le réseau de santé et les organisations communautaires afin d’améliorer les soins du cancer du sein. Par le fait même, ces 6 projets amélioreront la qualité de vie et l’expérience-patient des personnes touchées à travers le Québec, tout en générant de nouvelles connaissances en matière de soins du cancer du sein.» a ajouté Jida El Hajjar, Vice-présidente Investissements et promotion de la santé à la Fondation.
Découvrez les 6 lauréats du «Concours 1 million pour aider»

1.       Dr Jean-François Boileau de l’Hôpital général juif 

Projet : Ganglion sentinelle et dissection axillaire ciblée chez les patient.e.s avec un cancer du sein.

1 femme sur 7 atteintes de cancer du sein subit inutilement une dissection axillaire, intervention chirurgicale, qui cause des morbidités tels que le lymphœdème et la perte de sensibilité au niveau de l’avant-bras. L’étude du Dr Boileau vise à diminuer ces morbidités reliées aux traitements chirurgicaux du cancer du sein grâce à une nouvelle technique de guidage per-opératoire. 

Budget : 200 000 $ 

2.       Dr Julie Lemieux du Centre hospitalier universitaire de Québec

Projet : Application mobile pour le suivi et la prise en charge des effets secondaires associés aux traitements antinéoplasiques oraux.

Fatigue, diarrhée, rougeurs sur la peau ; les chimiothérapies orales et les nouvelles thérapies ciblées prises par voix orales, et administrées à la maison, occasionnent parfois ces effets secondaires. Le projet pilote orchestré par Dr Julie Lemieux permettra, entre autres, aux personnes prenant ces médicaments de mieux comprendre et gérer leurs effets secondaires grâce à une application mobile.

Budget : 199 814 $ 

3.       Dr Sylvie Lambert du Centre de recherche de St. Mary

Projet : e-IMPAQc, un programme de détection des symptômes livré à l’aide d’une application mobile.

Sous le leadership du Dre Sylvie Lambert et Rosanna Faria, e-IMPAQc offre aux femmes avec un cancer du sein des questionnaires sur leur téléphone mobile avant leur visite médicale pour identifier la sévérité des symptômes éprouvés. Un rapport est ensuite transféré au clinicien-traitant pour adapter les soins prodigués selon les réponses des patientes. Les patientes reçoivent aussi un rapport pour faciliter une prise en charge de leurs symptômes, ce qui est soutenu par des matériels éducatifs, adaptés à leurs besoins.

Budget : 199 970 $  

4.       Pr Angelo Tremblay de l’Université Laval

Projet : Intervention virtuelle favorisant de saines habitudes de vie.

Favoriser une saine alimentation et la pratique de l’activité physique chez les personnes atteintes de cancer du sein, tel est le cœur du projet coordonné par le professeur Angelo Tremblay. Le Pr Tremblay et son équipe développeront une plateforme web via laquelle des services avec des médecins de famille, des kinésiologues et des nutritionnistes seront offerts. 

Budget : 199 500 $ 

5.       Dr Sarkis Meterissian du Centre universitaire de santé McGill 

Projet : Retour à la vie active après un cancer du sein : quel est l’impact d’un coach de vie ? 

Une fois les traitements terminés, naviguer à travers la période de récupération physique et psychologique peut s’avérer difficile chez les patient.e.s touchées par un cancer du sein. Ces personnes se sentent trop souvent laissées à elles-mêmes. Le Dr Sarkis Meterissian et son équipe étudieront l’impact d’un coach de vie après les traitements d’un cancer du sein dans l’objectif de mieux vivre avec les défis reliés à l’après traitement : anxiété, retour au travail et sexualité, par exemple.

Budget : 109 374 $ 

6.       Dr Paquito Bernard de l’Université du Québec à Montréal 

Projet : Activité physique adaptée pour les patient.e.s rapportant une détresse émotionnelle majeure.

Jusqu’à 35 % des personnes touchées par un cancer du sein vivent une forme sévère de détresse émotionnelle. Pourtant, à ce jour aucune intervention d’activité physique adaptée (APA) n’a été spécifiquement développée pour les personnes avec une détresse émotionnelle importante et un diagnostic de cancer du sein. Ce projet a pour objectif d’évaluer les effets d’une intervention APA sur les symptômes anxio-dépressifs et le sommeil des personnes atteintes faisant état de détresse émotionnelle.

Budget : 68 700 $ 

La CTSQ vous accompagne dans vos résolutions – Pour une remise en forme ou un maintien de la forme en 2021!

L’année 2021 est à nos portes et c’est le moment de l’année où plusieurs d’entre nous inscrivent notre liste de ‘résolutions’ que nous aimerions tenir pour toute la durée de la nouvelle année.

La santé est un élément important de nos vies et demeure un thème populaire dans la liste des buts que nous nous fixons en cette période de l’année.

Que ce soit pour maintenir le niveau de forme que vous possédez déjà ou pour vous lancer dans ce projet de mise en forme, les membres de la CTSQ vous proposent de vous accompagner.

Nos quelque 400 membres, répartis au Québec, sont des professionnels de la santé qui peuvent vous encadrer dans votre projet.

Ils peuvent vous établir un plan de mise en forme fait ‘sur mesure’ selon vos capacités et vos objectifs. Ils pourront assurer un suivi dans votre démarche tout au long de l’année.

De plus, dans le cas malheureux de blessures votre thérapeute du sport sera en mesure de vous offrir de précieux soins et conseils pour vous permettre de reprendre vos activités dans les plus brefs délais.

Le confinement que nous subissons depuis le mois de mars 2020 n’empêche aucunement la remise ou le maintien de la forme. Il est encore possible de pratiquer une activité physique autant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en respectant les consignes de la ‘santé publique’.

Pour communiquer avec l’un de nos membres, visitez notre site internet : https://ctsq.qc.ca/

NOUVEAUTÉ: Un pulvérisateur électrostatique de désinfectant fabriqué au Québec.

Un outil efficace pour désinfecter et économiser beaucoup de temps et d’argent.

Alco Prevention Canada, détenteur d’une licence de Santé Canada, lance cette semaine le seul pulvérisateur électrostatique fabriqué au Canada, ici même, à Montréal. Notre pulvérisateur Pax-100 présente des avantages inégalés qui font en sorte que sans dénigrer les appareils similaires provenant de l’extérieur du pays, il n’a aucun point de comparaison possible avec ceux-ci. Également, souvent ces appareils présentent des lacunes importantes au niveau du service à la clientèle, ce qui n’est pas le cas avec le Pax-100. 

La pulvérisation électrostatique constitue certainement une des technologies les plus puissantes sur le marché pour détruire les germes. Ce travail s’effectue donc avec un pulvérisateur, un outil qui ressemble à un gros pistolet.

«En fait, notre pulvérisateur Pax-100 vous permettra de désinfecter rapidement votre milieu de travail puisqu’il distribue également et efficacement le désinfectant hydrosoluble, contrairement à plusieurs autres pulvérisateurs. De plus, vous profiterez d’économies substantielles de près de 80 % sur les coûts de désinfectant et des études ont démontré que vous sauverez 90 % du temps dédié à la désinfection. C’est un outil de désinfection dont nous sommes fiers d’offrir en raison de sa qualité, sa fiabilité, du service à la clientèle et bien entendu, de sa fabrication québécoise», de mentionner Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prevention Canada. 

Pulvérisateur électrostatique Pax-100

  • Pile intégrée
  • Fonctionne sans fil, ni câble
  • Couvre 6000 pi 2 / réservoir
  • Compact et léger
  • 8 heures d’utilisation
  • 3 à 4 heures pour la recharge
  • Fabriqué au Québec

Tous les milieux de travail peuvent bénéficier du pulvéristeur électrostatique Pax-100

Que vous proveniez du secteur du transport en commun, des cliniques médicales, des établissements d’enseignement, des commerces de détail, des centres de conditionnement physique, du transport aérien, des établissements hôteliers ou tous autres types d’entreprises, notre pulvéristeur électrostatique vous aidera à maintenir votre environnement de travail plus sécuritaire. 

spi safe day

Une application gratuite rehausse l’efficience des mesures de contrôle COVID-19 en milieu de travail.

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les experts en santé et sécurité de NeXafe SST Solutions et les spécialistes chez SPI Santé Sécurité ont co-créé une application pour soutenir la mise en oeuvre des mesures de contrôle en milieu de travail.

Offerte gratuitement sur les plateformes iOS et Android — sur appareil mobile et ordinateur, la nouvelle application SPI SafeDay appuie les entreprises et organisations dans leurs efforts quotidiens pour lutter contre la COVID-19 et rencontrer les règles prescrites par les autorités gouvernementales.

Informations: Patsy Tremblay 1-873-200-5893 patsy.tremblay@nexafe.com

Rendez-vs-num 2020_BAnQ_cr_iStockphoto

Zoom sur la santé : du 3 au 8 novembre, BAnQ offre des conférences numériques gratuites avec des experts du milieu de la santé

C’est sur le thème Zoom sur la santé que se dérouleront les Rendez-vous numériques de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) cette année. Du 3 au 8 novembre, une série de conférences gratuites seront offertes par des experts de l’Université de Montréal, de l’Université McGill, du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que de la Régie de l’assurance maladie du Québec. La deuxième édition de cette semaine d’activités grand public se déploiera entièrement en ligne.

Quatre conférences en ligne pour les adultes

Quatre conférences numériques réuniront des spécialistes qui répondront aux questions suivantes : comment obtenir de l’aide médicale fiable en ligne? Le Carnet santé, qu’est-ce que c’est? Quels outils, applications et plateformes technologiques permettent d’obtenir des informations ou des soins virtuels en télésanté? Quelles technologies d’assistance rendent le numérique plus accessible aux personnes ayant des problèmes de vision?

Les conférences auront lieu sur la plateforme Zoom et les participants pourront poser leurs questions en direct au moyen de la section Q et R. Pour ceux qui auront manqué ces rendez-vous, il sera possible de les regarder en différé sur banq.qc.ca.

Deux activités numériques auxquelles participer en famille!

Les jeunes aussi auront de quoi se mettre sous la dent : une Heure du conte spéciale sur le thème de la santé est au programme. De plus, et alors que les fausses nouvelles prolifèrent sur le Web depuis le début de la pandémie, un atelier leur sera proposé pour apprendre à les débusquer au moyen d’exemples liés à la santé! Cet atelier pourra aussi être vu en rattrapage sur banq.qc.ca.

Citation

« Cette année, nous avons pensé nos Rendez-vous numériques annuels en fonction du thème incontournable de la santé. Où que vous résidiez au Québec, nous vous invitons à profiter de ces activités grand public et des informations pratiques que les spécialistes que nous avons invités partageront avec vous. »

Jean-Louis Roy, président-directeur général de BAnQ

Programmation pour les adultes

Le mardi 3 novembre à 19 h
Santé futée en ligne
Invités :

  • Docteur Pierre Pluye, professeur au Département de médecine de famille de l’Université McGill;
  • Vera Granikov, coordinatrice de recherche à l’Unité de soutien SRAP du Québec et étudiante au doctorat en sciences de l’information à l’Université

En collaboration avec le Département de médecine de famille et l’École des sciences de l’information de l’Université McGill.

Le mercredi 4 novembre à 19 h
Carnet santé Québec : l’outil de suivi de votre santé!
Invités :

  • François Boulanger, chargé de projet affaires – Projet Carnet santé Québec à la RAMQ;
  • Julie Dupont, Direction de la coordination, des connaissances stratégiques et de la performance clientèle à la RAMQ;
  • Julie Mercier, chargée de projet affaires à la RAMQ.

En collaboration avec la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Le jeudi 5 novembre à 19 h
La télésanté, c’est maintenant !
Invitées :

  • Mélanie Caron, responsable de la télésanté au ministère de la Santé et des Services sociaux;
  • Marie-Josée Paquet, responsable du Centre de coordination de la télésanté pour les établissements du territoire du RUISSS de l’UdeM.

En collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux et le Centre de coordination de la télésanté du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

Le samedi 7 novembre à 14 h 30
Santé oculaire: les technologies d’assistance
Invitée :

  • Ariane Chalifoux, bibliothécaire au Service québécois du livre adapté (SQLA) de BAnQ

Programmation pour les jeunes et leurs parents

Le samedi 7 novembre à 10 h 30
L’Heure du conte virtuelle – Spécial santé (13 ans et moins)
Avec :

  • Julie Robert, bibliothécaire à la Grande Bibliothèque

Quand tu ne te sens pas bien, il n’y a rien de mieux que d’être bien bordé dans ton lit et d’écouter de belles histoires. Pour cette heure du conte très spéciale, l’équipe de l’Espace Jeunes de la Grande Bibliothèque travaille main dans la main avec les créateurs et les éditeurs pour te présenter des livres au sujet de la santé et de ceux qui y travaillent. C’est un moment à ne pas manquer : la passion des bibliothécaires pour la lecture est contagieuse!

Le dimanche 8 novembre à 14 h 30
À la chasse aux fausses nouvelles en santé (8 ans et plus)
Avec :

  • Anne Gaignaire, journal Le Curieux

Pars à la chasse avec nous! Nous sommes aux trousses de bêtes dotées de puissants pouvoirs de dissimulation : les fausses nouvelles en santé. Apprends à les reconnaître pour qu’elles ne soient plus un danger!

En collaboration avec le journal Le Curieux.

Au sujet de BAnQ

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) rassemble trois institutions vouées à l’enrichissement du savoir et de la culture de tous les Québécois.

La Bibliothèque nationale acquiert, traite et conserve l’ensemble de l’édition québécoise, tout en assurant la mise en valeur des collections patrimoniales qu’elle a constituées auprès du plus grand nombre.

Les Archives nationales assurent la conservation d’archives publiques et privées et en facilitent l’accès à travers 10 centres répartis sur tout le territoire québécois, en plus d’encadrer les organismes publics dans la gestion de leurs documents.

La Grande Bibliothèque, située au cœur de la métropole, est un lieu de rendez-vous culturel permettant un accès libre et gratuit à la plus grande collection de livres et de documents en français en Amérique. En tant que bibliothèque publique de tous les Québécois, elle propose également de nombreuses ressources numériques.

BAnQ participe activement au rayonnement de la culture québécoise dans l’univers numérique. banq.qc.ca

phonesoap 3

Des appareils de désinfection qui éliminent 99,99 % des germes* pour les entreprises et les consommateurs.

Alco Prévention Canada met sur le marché 4 appareils visant à désinfecter les cellulaires, clés, cartes de crédits et autres en seulement 10 minutes. Ces appareils de marque PhoneSoap utilisent la technologie des rayons UV-C pour une désinfection éprouvée et testée en laboratoire et efficace à 99,9 % contre plusieurs germes domestiques*. Plusieurs études américaines ont déterminées que les cellulaires par exemple avaient 18 fois plus de bactéries que les toilettes publiques.

Tout au long de la journée, toutes les bactéries que vous touchez sur les chariots d’épicerie, les pompes à essence, les poignées de porte et même d’autres personnes sont transférées et stockées sur votre téléphone.Lorsque nous utilisons nos téléphones, les germes sont transférés vers nos mains, nos visages et nos objets du quotidien comme la nourriture.

En plus d’assainir votre cellulaire, les 4 modèles de PhoneSoap peuvent également le recharger en même temps. Faciles à utiliser, les assainisseurs offrent des options pour satisfaire différents besoins, allant d’un modèle de base à un modèle autonome fonctionnant à pile, en passant par un modèle ultra rapide, désinfectant en 5 minutes et finalement un modèle pouvant désinfecter jusqu’à 6 cellulaires et 2 tablettes en même temps! «Ce dernier modèle est particulièrement intéressant pour les famillles et les entreprises qui veulent donner la possibilité à leurs employés de nettoyer en profondeur leurs appareils. Un petit geste à poser à leur égard, en cette période particulièrement difficile pour nous tous» de mentionner Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prevention Canada. 

*Les appareils PhoneSoap ont été testés en laboratoire et il a été prouvé qu’ils tuent 99,99 % des germes domestiques suivants : Escherichia coli (E. Coli), Salmonella typhimurium (Salmonella), Staphylococcus aureus (Staph), Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (MRSA), Influenza A H1N1 (grippe), rhinovirus (rhume).

Le HomeSoap
Grand modèle qui permet de désinfecter jusqu’à 6 cellulaires et 2 tablettes en même temps ou tout autre petit objet. Pour les entreprises et les familles.
CPQ

Notre santé collective, c’est l’affaire de tous les citoyens

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) a pris acte de l’annonce faite aujourd’hui concernant le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés sur l’ensemble du territoire québécois. Étant en accord avec les principes de cette mesure et les objectifs visés, le CPQ émet toutefois des réserves en ce qui concerne son applicabilité.

« Il est devenu clair que nous devons tous adapter nos comportements pour assurer la sécurité de tous et l’imposition du port du masque dans les lieux publics partout au Québec est devenue nécessaire pour réduire la propagation du virus et assurer la relance durable et sécuritaire de notre économie », affirme Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ. « Bien que la santé des citoyens doit rester prioritaire, le CPQ se questionne quant au fardeau imposé aux employeurs et commerçants du Québec. Le CPQ estime que cette responsabilité doit être partagée entre le client et l’employeur, qu’il soit restaurateur, commerçant ou autre, car notre santé collective, c’est l’affaire de tous les citoyens. »

Par ailleurs, le CPQ croit que le gouvernement devrait mettre encore plus l’accent sur la sensibilisation que sur la sanction. De plus, l’imposition du masque dans les lieux publics fermés ne doit pas faire oublier les autres mesures importantes de prévention telles la distanciation et les mesures d’hygiène de base.  Finalement, le CPQ rappelle que ce processus doit pouvoir être évolutif et s’adapter alors que de nouvelles données et informations deviendront disponibles.

CPQ
mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top