Tag: COVID-19

QUALITÉ DE L’AIR DANS VOTRE ENTREPRISE: FAITES UN TEST AVEC MONITEUR

Dernièrement, vous avez entendu l’importance d’une bonne qualité de l’air afin d’éviter la propagation de la Covid 19 ou toutes autres problèmes de santé comme maux de tête, problème de respiration etc etc.

Les écoles ont testé les classes par exemple et chaque jour des études  scientifiques internationales nous démontrent l’importance de la ventilation et qualité de l’air. 

Le ministère de l’éducation va d’ailleurs aller de l’avant avec l’achat de 48 000 moniteurs d’air.

Lisez article complet ici

Il est important de tester l’air de votre environnement de travail et vérifier le niveau de qualité de l’air puisque la transmission se fait par différents moyens, soit par contact, par aérosol, par gouttelettes.

Pour vérifier la qualité de l’air, on suggère de mesurer le taux de CO2 entre autres présent dans l’air qui est un marqueur de la qualité de l’air. Un taux trop bas indiquerait un problème de ventilation par exemple.

Nous avons été étonné des résultats que nous avons obtenu dans des tests faits à nos bureaux et dans nos maisons. Malheureusement surpris …. Cela nous a porté à améliorer ventilation, ouvrir les fenêtres pour voir amélioration rapide..

Nous vous présentons aujourd’hui le meilleur moniteur d’air rapport qualité-prix pour un détecteur sur le marché. Celui-ci vous indiquera des données essentielles sur la qualité de l’air dans votre environnement de travail et ce de façon contante à la seconde près.

CARACTÉRISTIQUES

  • CAPTEURS AVANCÉS: Ce moniteur intègre un capteur infrarouge très performant.
  • Pictogrammes faciles à interpréter. On recherche valeur COS entre 400 et 2000 ppm.
  • Vous donne aussi température et humidité.
  • PORTABLE ET FACILE À UTILISER: La petite taille vous permet de l’emporter n’importe où. Il se recharge via un port USB intégré.
  • Prix de lancement 159,95$.

Les résultats de l’étude COLCORONA publiés dans The Lancet Respiratory Medicine

La colchicine pourrait être envisagée comme traitement chez les patients non-hospitalisés avec un diagnostic confirmé de COVID-19 par test PCR et à risque de complications

L’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) annonce que les résultats de l’étude COLCORONA sont publiés aujourd’hui dans The Lancet Respiratory Medicine. L’article intitulé Colchicine pour les patients non-hospitalisés avec la COVID-19 (COLCORONA): un essai multicentrique de phase 3, randomisé, en double aveugle, adaptatif et contrôlé par placebo, conclut que, compte tenu de l’absence de thérapies administrées par voie orale pour prévenir les complications de la COVID-19 chez les patients non-hospitalisés et du bénéfice de la colchicine observé chez les patients avec un diagnostic confirmé de COVID-19 par test PCR, cet anti-inflammatoire pourrait être envisagé comme traitement chez les personnes à risque de complications.

« Dans le contexte actuel de la pandémie, en attendant l’immunité collective par la vaccination à l’échelle mondiale, il persiste un besoin de traitements pour prévenir les complications de la COVID-19 chez les patients qui contractent la maladie », a déclaré le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’ICM, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et chercheur principal de COLCORONA. « Notre étude a démontré que la colchicine pourrait s’ajouter à l’arsenal des thérapies disponibles pour réduire le risque de complications chez certains patients atteints de la COVID-19. »

La colchicine est un médicament anti-inflammatoire peu dispendieux et déjà accessible. Administrée oralement, elle est présentement indiquée pour le traitement de la goutte, la fièvre méditerranéenne familiale et la péricardite. L’étude COLCORONA a évalué le potentiel de la colchicine pour réduire le risque de complications liées à la COVID-19 chez les patients non-hospitalisés de plus de 40 ans présentant au moins un facteur de risque d’aggravation de la maladie.

Le critère principal d’efficacité de l’étude était la combinaison de décès ou d’hospitalisation chez les patients atteints de la COVID-19. Sur un total de 4 488 patients recrutés, y compris ceux sans diagnostic confirmé par test PCR, le critère d’évaluation principal est survenu chez 4,7 % des patients dans le groupe colchicine et chez 5,8 % de ceux dans le groupe placébo, un résultat non statistiquement significatif. Pour les 4 159 patients avec un diagnostic confirmé de COVID-19 par test PCR, le critère d’évaluation principal est survenu chez 4,6 % des patients dans le groupe colchicine et chez 6,0 % de ceux dans le groupe placébo, un résultat statistiquement significatif. Des évènements indésirables graves ont été rapportés chez 4,9 % des patients dans le groupe colchicine et chez 6,3 % de ceux dans le groupe placebo. Nonobstant ces résultats, la réplication d’études comme celle-ci sur des patients non-hospitalisés avec un diagnostic de COVID-19 confirmé par test PCR est recommandée. L’ensemble des résultats de l’étude sont disponibles ici : https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(21)00222-8/fulltext. 

«L’étude COLCORONA élargit nos connaissances sur le rôle que peut avoir le repositionnement de médicaments oraux, abordables et largement disponibles, tels que la colchicine, pour traiter les personnes précocement afin de prévenir les complications graves liées à la COVID-19 et peut aider les praticiens et leurs patients à prendre des décisions de traitement éclairées», a déclaré le Dr Yves Rosenberg, chef de la direction du département d’athérothrombose et de maladie coronarienne au National Heart, Lung, and Blood Institute, qui fait partie des National Institutes of Health des États-Unis.

COLCORONA (NCT04322682) est une étude clinique « sans contact » qui se déroulait à la maison, randomisée, à double insu et contrôlée par placébo. Elle a été déployée au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud ainsi qu’en Afrique du Sud. L’étude a été menée auprès de 4 488 patients de plus de 40 ans atteints de la COVID-19 n’étant pas hospitalisés au moment de l’inclusion, avec au moins un facteur de risque de complications de la COVID-19 (p. ex. diabète, hypertension, maladie respiratoire connue, surpoids, etc.). Les patients ont été randomisés pour recevoir de la colchicine (0,5 mg deux fois par jour pendant 3 jours et une fois par jour par la suite) ou un placébo pendant 30 jours.

COLCORONA a été coordonnée par le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC) de l’ICM, financée par le gouvernement du Québec, le National Heart, Lung, and Blood Institute des National Institutes of Health (NIH) américains, la philanthrope montréalaise Sophie Desmarais ainsi que le COVID-19 Therapeutics Accelerator, une initiative lancée par la Bill & Melinda Gates FoundationWellcome et Mastercard. Les sociétés CGI, Dacima et Pharmascience de Montréal étaient également collaboratrices de l’étude.

Alco Prevention Canada et Unimanix offrent un pulvérisateur électrostatique au Chaînon

Un outil efficace fabriqué au Québec pour désinfecter et économiser temps et argent

Alco Prevention Canada et Unimanix ont remis gracieusement un pulvérisateur électrostatique fabriqué au Québec au Chaînon, cet organisme important qui vient en aide aux femmes en difficulté. Ce don leur permettra d’aider à maintenir un environnement sain tout en réduisant de façon importante les coûts en produits désinfectants et le temps consacré à la désinfection.  

«La pandémie nous amène à adopter des mesures sanitaires encore plus strictes et si nous pouvons aider à notre façon à alléger le travail des personnes oeuvrant pour le Chaînon, nous en sommes très heureux. Nous espérons que notre pulvérisateur leur apportera la satifaction désirée», de mentionner Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prevention Canada.

À propos du pulvérisateur 

La pulvérisation électrostatique constitue certainement une des technologies les plus puissantes sur le marché pour détruire les germes rapidement et efficacement puisq​ue les objets aspergés sont en quelque sorte enrobés de fines gouttelettes de désinfectant, atteignant ainsi toutes les surfaces. Le Pax-100 réduit d’environ 80 % les coûts en produits désinfectants et de 90 % le temps consacré à la désinfection. ​​

Le Pax-100 ressemble à un gros pistolet et il présente des avantages inégalés qui font en sorte que sans dénigrer les appareils similaires provenant de l’extérieur du pays, il n’a aucun point de comparaison possible avec ces derniers. Également, souvent ces appareils présentent des lacunes importantes au niveau du service à la clientèle, ce qui n’est pas le cas avec le Pax-100. Le service s’effectue ici même, à Montréal.

La colchicine réduit le risque de complications liées à la COVID-19

Les résultats positifs de l’étude COLCORONA montrent que la colchicine est le seul médicament oral efficace pour traiter les patients non-hospitalisés

L’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) annonce aujourd’hui que l’étude clinique COLCORONA a fourni des résultats cliniquement convaincants de l’efficacité de la colchicine pour traiter la COVID-19. Les résultats de l’étude ont démontré que la colchicine a réduit de 21% le risque de décès ou d’hospitalisations chez les patients atteints de COVID-19 comparativement au placébo. Ce résultat obtenu pour l’ensemble des 4 488 patients de l’étude approchait la signification statistique. L’analyse des 4 159 patients dont le diagnostic de COVID-19 était prouvé par un test naso-pharyngé (PCR) a montré que la colchicine réduisait de façon statistiquement significative le risque de décès ou d’hospitalisations comparativement au placébo. Chez ces patients avec diagnostic prouvé de COVID-19, la colchicine a entraîné des réductions des hospitalisations de 25%, du besoin de ventilation mécanique de 50%, et des décès de 44%. Cette découverte scientifique majeure fait de la colchicine le premier médicament oral au monde qui pourrait traiter les patients en phase pré-hospitalière.

« Notre étude a montré l’efficacité du traitement utilisant la colchicine pour prévenir le phénomène de «tempête inflammatoire majeure» et réduire les complications liées à la COVID-19 », déclare le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’ICM, professeur de médecine à l’Université de Montréal et chercheur principal de l’étude COLCORONA. « Nous sommes heureux d’offrir le premier médicament oral au monde dont l’utilisation pourrait avoir une incidence importante sur la santé publique et potentiellement prévenir les complications de la COVID-19 chez des millions de patients.»

Traiter les patients à risque de complications avec la colchicine dès la confirmation du diagnostic de COVID-19 par PCR permet de réduire leur risque de développer une forme grave de la maladie et conséquemment diminuer le nombre d’hospitalisations. La prescription de la colchicine aux patients pourrait contribuer à atténuer les problèmes d’engorgement des hôpitaux et de réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements d’ici comme ailleurs.

« Notre programme de recherche innovateur prouve aussi que le Centre de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal sait faire des percées scientifiques rapidement et de manière économiquement viable pour les patients en repositionnant des médicaments déjà existants », poursuit Dr Jean-Claude Tardif. « La colchicine est un puissant anti-inflammatoire avec un bon profil de sécurité déjà utilisé pour le traitement de la goutte » a affirmé le Dr Guy Boivin, microbiologiste-infectiologue au CHU de Québec et co-investigateur de l’étude.

COLCORONA est une étude clinique «sans contact» qui se déroulait à la maison, randomisée, à double insu et contrôlée par placébo. Elle a été déployée au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud ainsi qu’en Afrique du Sud. Elle visait à déterminer si la colchicine pouvait réduire les risques de complications sévères liées à la COVID-19. COLCORONA a été menée auprès d’environ 4 500 patients atteints de la COVID-19 n’étant pas hospitalisés au moment de l’inclusion, avec au moins un facteur de risque de complications de la COVID-19. Il s’agit de la plus grande étude à l’échelle mondiale testant un médicament administré oralement chez les patients non-hospitalisés avec la COVID-19.

COLCORONA a été coordonnée par le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC) de l’Institut de Cardiologie de Montréal, financée par le Gouvernement du Québec, le National Heart, Lung, and Blood Institute des National Institutes of Health (NIH) américains, la philanthrope montréalaise Sophie Desmarais ainsi que le COVID-19 Therapeutics Accelerator, une initiative lancée par la Bill & Melinda Gates Foundation, Wellcome et Mastercard. Les sociétés CGI, Dacima et Pharmascience de Montréal étaient également collaboratrices de l’étude.

L’Institut de Cardiologie de Montréal et ses partenaires mondiaux tiennent à remercier chaleureusement les participants ainsi que les chercheurs pour leur collaboration à l’étude clinique COLCORONA.

Pour plus d’information, visitez fr.colcorona.net.

À propos de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM)

Fondé en 1954, l’Institut de Cardiologie de Montréal vise constamment les plus hauts standards d’excellence dans le domaine cardiovasculaire par son leadership en recherche clinique et fondamentale, en soins ultraspécialisés, en formation des professionnels et en prévention. Il abrite le plus grand centre de recherche en cardiologie, le plus grand centre de prévention cardiovasculaire ainsi que le plus grand centre de génétique cardiovasculaire au Canada. L’ICM est affilié à l’Université de Montréal et compte plus de 2 000 employés, dont 245 médecins et plus de 85 chercheurs. http://www.icm-mhi.org

À propos du Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC)

Le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC) est un organisme de recherche clinique académique de premier plan qui fait partie intégrante de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM). Le MHICC dispose d’un réseau de collaborateurs de 4 500 établissements cliniques répartis dans 35 pays. Il possède une expertise spécifique dans la médecine de précision, les essais cliniques de haute qualité à faible coût et le développement de nouvelles vocations pour les médicaments existants. http://www.mhicc.org

À propos de Pharmascience

Fondée en 1983, l’entreprise Pharmascience est le plus grand employeur pharmaceutique au Québec. Avec son siège social situé à Montréal et ses 1 500 employés, Pharmascience est une entreprise pharmaceutique privée dont la portée mondiale est croissante, entre autres grâce à la distribution de ses produits dans plus de 60 pays. Figurant au 47e rang parmi les 100 principaux investisseurs canadiens en recherche et développement grâce à 49,5 millions de dollars d’investissement en 2018, Pharmascience est l’un des plus importants fabricants de médicaments génériques en vente libre au pays. http://www.pharmascience.com

À propos de CGI

Fondée en 1976, CGI est l’une des plus importantes entreprises de services-conseils en technologie de l’information (TI) et en gestion au monde. À partir de centaines d’emplacements dans le monde, CGI offre un portefeuille complet de services et de solutions : services-conseils stratégiques en TI et en gestion, services d’intégration de systèmes, solutions de propriété intellectuelle ainsi que services en TI et en gestion des processus d’affaires en mode délégué. http://www.cgi.com/fr

À propos de Dacima

Fondée en 2006, l’entreprise Dacima Software Inc. est leader dans la gestion électronique des données dans le domaine de la recherche clinique. Sa solution DACIMA Clinical Suite est un système de Capture Électronique des Données. Elle intègre plusieurs modules pour la randomisation des patients (SRWI), pour la gestion des approvisionnements, ePRO & eDiary, pour la capture électronique du consentement (eConsent) et pour les codages médicaux. La solution DACIMA Clinical Suite est flexible et hautement configurable. Elle facilite la conception de tous types d’études (essais cliniques, registres patients, études observationnelles, enquêtes) via une interface Web intuitive et conviviale. http://www.dacimasoftware.com/fr

SEV SOLUTION ÉNERGIE-VERT possède un appareil unique pour éradiquer les virus par irradiation.

Le président de “SEV SOLUTION ÉNERGIE-VERT”, Daniel Veilleux, est fier de présenter le cabinet “B-AirSafe” un dispositif capable de supprimer les virus et bactéries grâce à la circulation d’air créé par les ventilateurs qui force l’air à passer devant le rayonnement UVC, dans le cabinet, en plus d’offrir une ventilation adéquate.

Depuis 2019 cette entreprise québécoise, spécialisée dans le domaine des systèmes d’éclairage écologique, produit des tubes LED quartz ultraviolets UVC très performants qui peuvent non seulement être installés dans le cabinet ‘B-AirSafe’ mais permettent aussi des solutions UVC adaptées pour des systèmes de ventilation centrale offrant ainsi des résultats intéressants en désinfection de l’air ambiant.

Avec la pandémie actuelle, qui sévit à travers le monde, plusieurs entreprises cherchent des solutions pour lutter contre le virus et “SEV SOLUTION ÉNERGIE- VERT” a décidé de contribuer à cet effort.

C’est dans cette perspective que monsieur Veilleux et son équipe ont créé le cabinet “B-AirSafe”.

L’appareil comprend un meuble à l’intérieur duquel se trouvent des tubes ultraviolets ainsi que des ventilateurs pour forcer l’air ambiant à passer devant les tubes UVC permettant, par l’exposition au rayonnement UVC, d’irradier virus et bactéries dans l’air.

La dimension du cabinet et le nombre de tubes qui s’y trouvent dépend des besoins de la clientèle que ce soit une salle de cours, un gymnase, une clinique, une cafétéria ou tout autre lieu peu importe sa taille et sa forme.

L’appareil comprend aussi une série de prises de courant dans lesquelles peuvent être branchées d’autres instruments.

Le montage du cabinet est relativement facile et ‘SEV SOLUTION ÉNERGIE-VERT’  peut aussi offrir une formation à sa clientèle.

La solution proposée par l’entreprise québécoise se veut sécuritaire et efficace dans le combat que l’Humanité livre à la Covid-19, depuis bientôt un an, mais aussi contre toutes autres formes de virus et bactéries.

Site Web: https://www.sevlights.com/fr/

Entrepreneurs en Action du Québec – le gouvernement Legault doit payer la facture!

L’annonce aujourd’hui d’un énième confinement mettra en péril des milliers de PME. Cette nouvelle tentative de la CAQ pour protéger le système de santé s’additionne aux autres stratégies politiques du gouvernement qui ont causé de lourds dommages collatéraux aux entreprises et aux familles du Québec.

« L’adage dit : si t’aide pas, ne nuis pas. Eh bien la CAQ est passée à côté des deux. Si on me trouve dur, alors qu’on vienne prendre la place de la personne qui voit détruit le travail de sa vie par des décisions politiques», souligne Benoit Girouard, président des Entrepreneurs en Action du Québec (EAQ)

L’élément central, toujours manquant au niveau des PME, est une aide financière directe et conséquente. Les programmes de prêts du ministre Fitzgibbon ne fonctionnent pas en plus d’être déconnectés de la réalité des entreprises. « On se répète, mais ce gouvernement casse le magasin et se sauve sans payer les dégâts. On est toujours en attente d’un soutien direct accessible à toutes les entreprises du Québec vivant les conséquences des décisions de fermeture du gouvernement actuel», ajoute Samuel Grenier, vice-président de l’EAQ.

Les 2200 chefs d’entreprises membres de l’EAQ proviennent de tous les secteurs de l’économie. Nous demandons un soutien direct et urgent afin de sauver le gagne-pain de milliers de familles. « Il n’y a pas d’opposition entre économie et santé puisque les deux sont interreliées tant au niveau physique que mental. On ne peut détruire le tissu social et économique sans nuire à la santé des familles québécoises, affirme Benoit Girouard.

L’EAQ interpelle le gouvernement caquiste afin qu’il se mette au travail dans l’urgence afin de soutenir l’économie réelle, celle des familles du Québec et non à celle d’Amazon. Comme organisation, nous sommes aux premières loges de ce qui, pour l’instant, apparait comme un sabordage de l’économie québécoise. Il faudra bien que quelqu’un paye cette facture! Pour l’instant, c’est nous.

Florence Bouvrot crée Covid News+, un journal en ligne d’articles de presse focalisés sur les nouvelles positives en lien avec le coronavirus

Alors que face à la pandémie due au coronavirus semblent souvent prévaloir la peur ambiante ou au contraire le déni de ce fléau, j’ai préféré opter pour une troisième voie en créant Covid News+, afin de se focaliser sur les nouvelles positives relatives au virus.

Des avancées scientifiques, alors que la recherche mondiale se mobilise de manière totalement inédite, aux innovations technologiques en passant par les initiatives locales, gouvernementales ou de particuliers…
Covid News+ constitue donc un journal en ligne, sorte d’agrégateur d’articles à vocation rationnelle et positive, pour nous permettre de continuer à avancer en entrevoyant la fin de cette épidémie.

Comme le rappelait très justement le Professeur Jérôme Salomon dans Quotidien, apprendre à vivre avec le coronavirus, en se protégeant mutuellement, est aujourd’hui essentiel.

Merci par avance à tous ceux qui viendront consulter le journal à l’adresse suivante, en espérant que celui-ci nous permettra d’envisager ensemble le chemin vers la sortie de cette crise sans précédent.

Florence Bouvrot

Covid News+ est accessible à l’adresse suivante :

Ou via le site officiel de Florence Bouvrot : https://www.florencebouvrot.com/

Journaliste, spécialiste de l’interview d’artistes et de personnalités, Florence Bouvrot est aussi la présentatrice ainsi que la Directrice Artistique de l’émission Cour des Artistes.
Ses centres d’intérêt incluent notamment les arts, la culture, la santé publique ainsi que la préservation de l’environnement et la biodiversité.

Kelloggs

Les répercussions de la COVID-19 se font sentir : un enfant canadien sur trois est à risque de se rendre à l’école le ventre vide en ayant faim cette année

Kellogg Canada renforce son engagement à lutter contre la faim avec la promotion Boîte gratuite et redonnez sur les céréales et barres collation sélectionnées

L’année scolaire à venir suscite des questions préoccupantes quant à la santé et à la sécurité. L’un des défis les plus importants qui attendent les enfants en classe ne peut toutefois pas être relevé avec des masques ou de la distanciation physique. Cette année, un nombre d’enfants plus important que jamais se rendra à l’école le ventre vide, alors que les impacts de la COVID-19 se font ressentir au sein de nombreuses familles partout au pays. Les enfants canadiens ont besoin de notre aide.

Selon le Club des petits déjeuners, un enfant canadien sur trois sera susceptible d’arriver à l’école le ventre vide cette année** – il s’agit d’une augmentation importante alors qu’avant la COVID-19, un enfant sur quatre allait en classe le ventre vide au Canada. Cela représente plus de 2 millions d’enfants en situation d’insécurité alimentaire pendant l’année scolaire. En fait, selon un récent Sondage*** Meilleures journées Kellogg Canada, on apprend que 34 pour cent d’entre nous trouvent plus difficile d’offrir des repas équilibrés à notre famille depuis le début de la pandémie. Ce fait peut empêcher les enfants canadiens de réaliser leur plein potentiel, car la faim peut nuire aux capacités d’apprentissages, à la productivité et aux aptitudes sociales d’un enfant.

En guise de réponse, Kellogg Canada présente une nouvelle façon d’aider les Canadiens à apporter leur contribution avec sa nouvelle promotion Boîte gratuite et redonnez, qui renforce davantage l’engagement de l’entreprise à lutter contre la faim et l’insécurité alimentaire. Lorsque les consommateurs achètent deux boîtes de céréales ou de barres collations Kellogg’s spécialement identifiées, ils recevront un coupon leur donnant droit à une boîte gratuite du produit acheté pour leur foyer et Kellogg Canada donnera 1 $, jusqu’à concurrence de 100 000 $, à ses partenaires engagés dans la lutte contre la faim, qui travaillent à créer de meilleures journées pour des millions d’enfants partout au Canada.

Une urgence nationale

« Un enfant sur trois qui essaie d’apprendre avec un estomac vide, c’est une urgence nationale », déclare Paul Jones, annonceur à la radio et à la télévision pour les Raptors de Toronto et ancien enseignant et directeur d’école primaire. « Comme père, j’ai le cœur brisé en pensant à toutes ces familles qui ont faim, et comme ancien enseignant, je m’inquiète de l’impact de cette réalité sur l’avenir de nos enfants et de notre pays. Tous les Canadiens doivent faire ce qu’ils peuvent pour aider ces enfants vulnérables, que ce soit par le biais de dons en argent ou en temps à des organismes de bienfaisance, ou en apportant leur soutien à des initiatives importantes comme la promotion Boîte gratuite et redonnez de Kellogg. Cette urgence nous concerne véritablement tous. »

Les Canadiens aident les Canadiens dans le besoin

Comme nous l’avons vu en tant que pays pendant la pandémie de COVID-19, nous sommes prêts à nous réunir pour aider nos voisins. Le sondage Kellogg révèle que 77 pour cent des répondants sont susceptibles d’acheter un produit alimentaire assorti d’une offre de don à la communauté. La promotion Boîte gratuite et redonnez de Kellogg Canada contribuera à collecter des fonds très nécessaires et à sensibiliser la population. Jamais une telle aide n’a été aussi essentielle dans l’histoire récente, car de nombreux Canadiens sont confrontés à une pression financière supplémentaire en raison de la crise de santé publique. Le sondage Meilleures journées de Kellogg Canada a montré que :

·         67 pour cent des Canadiens pouvaient identifier au moins un groupe ayant besoin d’aide financière à cause de l’impact de la COVID-19 et des défis que cette crise soulève;

·         près d’un quart des répondants (23 pour cent) a déclaré que leur famille avait besoin d’aide financière et;

·         un tiers des Canadiens (31 pour cent) ont l’impression que les familles de leur quartier ont besoin d’aide.

« C’est inquiétant de voir combien l’insécurité alimentaire a augmenté depuis le début de la pandémie », a déclaré Lisa Clowery, directrice, partenariats corporatifs au Club des petits déjeuners. « Alors que les enfants retournent à l’école, nous ne pouvons laisser la faim prendre toute la place. L’avenir dépend de nous tous et nous devons aider les enfants à commencer leur journée remplis d’énergie avant chaque jour d’école. »

Fournir une nutrition importante

« Chez Kellogg, nous visons à créer de Meilleures journées pour les personnes dans le besoin », déclare Lores Tomé, Directrice, Communications et Affaires générales, Kellogg Canada inc. « Notre promotion Boîte gratuite et redonnez n’est qu’une seule des manières dont nous tentons d’augmenter la sensibilisation envers le soulagement de la faim, et ce, dans notre propre cour, et par laquelle nous invitons les Canadiens à aider leur communauté en aidant leur propre famille, aussi. Cette initiative s’inscrit dans notre engagement constamment renouvelé à fournir une nutrition importante aux gens lorsqu’ils en ont le plus besoin. »

À ce jour, Kellogg a donné plus de 18 millions de dollars en nourriture et en argent à des initiatives visant à lutter contre la faim causée par la pandémie de COVID-19 au Canada et dans le monde. L’objectif de l’entreprise est de créer plus de 3 milliards de meilleures journées pour la population du Canada et du monde d’ici 2030.

La promotion Boîte gratuite et redonnez de Kellogg est en vigueur sur les céréales et barres collation Kellogg spécialement identifiées jusqu’au 25 décembre 2020. Pour obtenir plus de détails sur la promotion, veuillez visiter : https://boitegratuiteetredonnez.ca/Kellogg Canada encourage également tous les Canadiens à partager les façons dont ils aident ceux dans le besoin en cette période difficile en utilisant le mot-clic #MeilleuresJournées sur les médias sociaux. 

covid-19

Stratégie d’alertes régionales et d’intervention graduelle « une prévisibilité essentielle qui va aider les entreprises », selon le CPQ

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) accueille favorablement l’annonce du ministre de la Santé, Christian Dubé, concernant la Stratégie d’alertes régionales et d’intervention graduelle présentée aujourd’hui.

Selon le CPQ, c’est un outil essentiel pour nous permettre de poursuivre nos activités économiques avec une certaine normalité tout en assurant la sécurité de tous.

« Les employeurs de toutes les régions du Québec ont accès aujourd’hui à de l’information qui va leur permettre d’avoir davantage de prévisibilité, de voir les tendances et de s’adapter en conséquence, nous sommes aujourd’hui mieux outillés pour faire face à la crise », affirme Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

La prévisibilité qu’amène cette stratégie est un avantage indéniable également pour toute la population du Québec, chaque individu disposant maintenant de l’information nécessaire pour adapter ses comportements en fonction de l’évolution de la pandémie.

«  Cette annonce ne doit pas nous faire oublier que la responsabilisation de tous les Québécois est la clé pour diminuer les chances de voir apparaitre une deuxième vague, cette stratégie va permettre d’adapter collectivement nos façons de faire pour s’assurer que le virus progresse le moins possible » conclut monsieur Blackburn.

Distanceur Alerte 2 Commerces-500x500

COVID-19: Respectez-vous vraiment la consigne de distanciation sociale?

Comment vous assurer que vous êtes vraiment à 2 mètres d’une autre personne?

Une innovation majeure pour respecter le 2 mètres : le Distanceur Alerte 2

Alco Prevention Canada vient de lancer un tout nouvel outil de distanciation. Ce dispositif esthétique et élégant évalue l’espace qui sépare 2 personnes. Grâce à un voyant lumineux et sonore si désiré, le Distanceur Alerte 2 avertit les 2 personnes lorsqu’elles ne sont pas à 2 mètres (environ 6 pieds) l’une de l’autre. C’est un outil idéal pour tous les commerçants soucieux de la sécurité et de la relation harmonieuse entre leurs employés et leurs clients. 

Un outil idéal pour tous les types de commerces et différentes utilisations

  • Restauration
  • Hôtellerie
  • Établissements de santé et beauté
  • Bureaux
  • Commerces de détail
  • Plateaux de tournage

Le fonctionnement est très simple

  • Lorsque 2 personnes sont à plus de 2 mètres l’une de l’autre, les dessins sur le Distanceur Alerte 2 sont verts.
  • Lorsque 2 personnes sont à moins de 2 mètres l’une de l’autre, les dessins sont rouges.
  • Lorsque 2 personnes sont à moins de 1 mètre l’une de l’autre, les dessins sont rouges et clignotent. Si désiré, une alerte sonore peut également être déclenchée en présence d’une telle distanciation (fonction sonore optionnelle).

«Le distanceur Alerte 2 peut vous éviter la fermeture de votre établissement en raison du non respect de la distanciation sociale. Il évite à vos employés d’intervenir verbalement. Il est un moyen simple et courtois de faire respecter la consigne de distanciation et permet un environnement agréable et plus chaleureux» de mentionner Stéphane Maurais, directeur général d’Alco Prevention Canada.

Le distanceur Alerte 2 donne à l’humanité le moyen de se rassembler, exactement à la bonne distance, non pas en créant des barrières physiques, mais en préservant la conscience, en amenant la vigilance et en offrant un troisième œil qui respecte la consigne de distanciation. En ce temps de pandémie, la société a perdu ses poignées de main, ses câlins et la main encourageante sur l’épaule…, mais elle ne perdra jamais sa dignité…

Visitez  notre site web  pour de plus amples renseignements.