Author: L'équipe

LAROIE SPEED OF LIFE

L’autrice-compositrice et interprète montréalaise confirme la sortie d’un nouveau maxi le 3 septembre prochain. 

La mélancolie séduisante. La vulnérabilité puissante. La voix précise et irrésistible. Laroie s’avance ici, en pleine possession de ses moyens, donnant suite à son initiateur et homonyme EP paru en août 2020, et aux récents extraits «Can’t Let Go» et «One More». La voici qui réitère avec Speed of Life, un mini-album qui s’écoute, s’engloutit, d’un trait. Curieux comme celui-ci revêt à la fois le charme de cette musique familière, qui nous accompagnerait depuis longtemps déjà, et le capiteux parfum de l’inédit. En ce territoire nostalgique et émotif, aux frontières de ses influences, le talent de Laroie brille de pleins feux.

Parcourant habilement des palettes de sonorités iconiques et distinctes sur fond d’électro-pop, l’artiste tisse une toile confortable, apaisante, où s’invitent également le dance, la soul et le R&B de la fin des années 90s et du début du millénaire. De la slow garage et ensorcelante “Elevate” jusqu’à la cathartique et lumineuse “Can’t Let Go”, en passant par “One More”, doucement infusée au trip-hop, la dansante “A Place on Earth“, “Moonlight“, rappelant le meilleur de TLC, Brandy et Monica, et la pièce-titre du EP, avec son addictive mélodie vocale, Speed of Life s’apprécie en boucle. Et cette boucle, elle se nouerait dans la plus soyeuse des étoffes.

«Pour moi le EP est une ode à la vie, à ces défis, à la connexion au moment présent et au fait de créer de l’espace pour la légèreté et la noirceur qui s’y trouve. Le cycle de la découverte et de l’acceptation de soi est infini, et j’ai eu envie d’aborder des thèmes comme la peur, le désir et la pleine conscience, pour en nommer quelques-uns, à travers ces nouvelles chansons», mentionne l’artiste, à l’aube de la sortie de son nouvel effort.

Aux côtés deGene Tellem (G.T), et avec la collaboration de Robert Robert et de Gabriel Rei, sur certains titres, Laroie co-signe, avec brio, la réalisation de chacune des six plages formant le plaisant et très abouti Speed of Life.

LUBALIN CHARLOTTE CARDINEN DUO POUR PHOENIX (REPRISE)

L’ARTISTE CANADIEN LUBALIN JOINT SA VOIX À CELLE DE L’AUTEURE-COMPOSITRICE-INTERPRÈTE CHARLOTTE CARDIN DANS UNE NOUVELLE VERSION DE « PHOENIX », LE PREMIER SINGLE DE L’ALBUM NUMÉRO UN AU CANADA.

L’auteure-compositrice-interprète de renommée mondiale Charlotte Cardin s’est associée à l’artiste viral Lubalin pour « Phoenix (Reprise) », une version en duo réinventée de la chanson titre de son premier album acclamé par la critique. Ce n’est pas un hasard si les deux artistes se sont réunis pour ce single puisque Lubalin a co-écrit le morceau original. 

« Phoenix (Reprise) est probablement ma version préférée de cette chanson sur laquelle j’ai travaillé avec Charlotte à la fois pour l’originale et la reprise. Pour moi, elle a vraiment sa propre histoire qui commence par la version qui se trouve sur l’album de Charlotte. Avant que je devienne ” TikTok famous “, à la fin de 2019, j’ai rencontré Jason Brando chez Cult Nation pour lui faire écouter certaines de mes démos, dont une première maquette de Phoenix. À l’époque, je n’avais que le refrain (“you told me, you loved me… “) et un beat de base avec piano, 808s et batterie. Il y avait aussi les “oohs” que l’on entend dans la partie plus calme avant le dernier refrain. Jason m’a demandé s’il pouvait la faire entendre à Charlotte. En lui donnant mon accord, je ne pensais jamais que quelque chose en sortirait. Quelques semaines plus tard, Charlotte a enregistré la chanson. La chanson a ensuite été retenue pour l’album. Et en plus, cet album portera le nom de la chanson et sera le premier morceau de l’album. Je suis encore absolument stupéfait de la tournure des événements. », dit Lubalin. 

« Pour Phoenix (Reprise), j’ai intégré toutes les belles parties que MAG et Jason ont réalisées sur la version de l’album et je les ai fusionnées avec mon beat original. J’ai réintroduit les crayons de couleur à la peinture à l’huile. J’ai également repris certaines de mes paroles qui n’avaient pas été intégrées à la version de l’album. J’ai travaillé très fort sur ma voix, pour essayer d’être à la hauteur de Cha, dont la performance sur la chanson est simplement remarquable »ajoute l’artiste montréalais.

« Il y a tellement de différentes façons de s’identifier à cette chanson que je ne veux pas vraiment y apposer mon interprétation. J’ai entendu tellement de belles perspectives et je trouve absolument incroyable que tant de gens semblent se reconnaître dans cette pièce. Je suis émerveillé par tous les événements qui ont fait en sorte que cela se produise. C’est une si belle opportunité et je suis extrêmement reconnaissant. », conclut Lubalin. LUBALIN N’EST PAS UN ÉTRANGER !

À la fin de 2020, la notoriété du Montréalais Lubalin est montée en flèche du jour au lendemain grâce à la renommée virale sur TikTok de ses deux parodies vidéos hilarantes, « Internet Drama » (ici et ici), qui lui ont depuis values plus de 150 millions de vues, 27 millions de likes et plus de 3,1 millions de followers sur la plate-forme et des apparitions nationales sur The Tonight Show avec Jimmy Fallon et The Kelly Clarkson Show ainsi que la reconnaissance dans Rolling Stone, BuzzFeed, The Los Angeles Times, Vulture, Mashable, Access Hollywood, Entertainment Tonight, et bien d’autres. Fasciné par le son depuis son plus jeune âge, Lubalin a rapidement développé une facilité à expérimenter les harmonies, les mélodies, les textures et les timbres vocaux. Inspiré par un large éventail de styles, allant des enregistrements obscurs aux grands succès pop, sa curiosité est le moteur de son processus créatif. Ce sont ces éléments qui rendent sa musique unique et qui sont présents tout au long de son premier projet expérimental éponyme, Lubalin EP, sorti en septembre 2020. Alors que Lubalin a encore quelques « Internet Dramas » dans sa manche, il écrit de la nouvelle musique et se prépare pour la sortie d’un nouvel EP à l’automne 2021.

Geronimal

Après des nombreux singles remarqués dans l’univers de la French Touch comme Do you love me, Universe, Funking ou Vamos, le producteur électro Geronimal dévoile son album Touch qui comprend ses dernières compositions agrémentées de onze nouveaux titres à découvrir.Geronimal aime se sentir libre artistiquement de pouvoir exprimer ses émotions, de pouvoir retranscrire celles des autres, mélanger les styles, les genres, les instruments, la richesse et diversité des rythmiques actuelles, des samples, des sons lui ont permis d’aller encore plus loin dans la créativité.En extrait de l’album, on se laisse emporter par le rythme imparable du clip Do you love me.  Ce titre est avant tout un titre dansant et déjanté aux pouvoirs suggestifs. Appuyé par des images vintages toutes plus loufoques les unes que les autres, ce morceau nous déborde par l’érotisme de son message à la première lecture. Ode à la séduction, il tend avant tout à dénoncer l’instrumentalisation du genre féminin.

Pour regarder et diffuser le clip de Do you love me :https://youtu.be/nl1ncwjbnGg

Colle à moi : préparer la rentrée en quelques clics

Pour nombre de parents, les préparatifs en vue du retour en classe s’amorcent bien avant que sonne la cloche de la rentrée. Achat et identification du matériel scolaire, renouvellement de la garde-robe, organisation de l’espace devoirs, la liste est longue et les tâches peuvent s’avérer ardues. Heureusement, l’entreprise COLLE À MOI arrive en renfort avec d’astucieuses solutions grâce auxquelles nos écoliers seront parés pour la rentrée en quelques clics de souris !  Outre les étiquettes personnalisables ayant fait sa réputation, la marque québécoise élargit son offre avec des accessoires pratiques et bien pensés.
 

Le bracelet d’identification, nouveau bras droit des parents
 Qu’ils fréquentent le camp de vacances, participent à une sortie scolaire ou se rendent à l’école à pied, la sécurité de nos enfants est un aspect à ne pas négliger.  Nouveau bras droit des parents, le bracelet d’identification de COLLE À MOI peut servir à y indiquer le nom de l’enfant, son numéro de téléphone ou encore une condition de santé ou allergie dont il faudra se soucier. Proposé en deux grandeurs, soit 2 à 5 ans et 6 à 8 ans, l’accessoire est offert en rose, en turquoise ou en vert phosphorescent. Un outil pratique et rassurant, pour les tout-petits comme pour leurs parents. 
Prix : 7,50 $ l’unité

La plaque à sac – Accessoire multifonctions
Parfait complément aux ensembles d’étiquettes, la nouvelle plaque à sac peut être placée sur un sac d’école, une boîte à lunch ou même une valise et s’offre dans les mêmes motifs et typographies que les étiquettes. Il suffit d’enfiler la lanière de plastique dans l’orifice de la plaque à sac afin de la fixer au sac. La grande taille des caractères permet à l’enfant d’y lire son nom aisément.
Prix : 7,50 $ l’unité

Les étiquettes COLLE À MOI s’illustrent: Robots et Papillons
 Du côté des étiquettes, COLLE À MOI propose deux nouvelles collections illustrées à la main, soit « Robots » et « Papillons ». Fidèle à sa démarche créative, la fondatrice de l’entreprise Annie Nadeau s’est laissée guider par ses élans spontanés afin de créer ces nouvelles illustrations. « Les effets scolaires de nos enfants font partie du quotidien et c’est ce qui m’a orientée vers cette palette de tons neutres de gris, de beige et de vieux rose, qui reflète les tendances actuelles en déco, souligne l’artiste. Une façon pour moi de joindre l’utile à l’agréable. »

Parfaites pour la garderie ou pour l’école, les étiquettes d’identification COLLE À MOI sont imperméables, hyper-résistantes et peuvent servir à identifier tous types de produits. Elles résistent au lave-vaisselle, au four à micro-ondes ainsi qu’à la machine à laver et à la sécheuse. Plus de trente collections illustrées s’adressant aux enfants d’âge préscolaire, aux écoliers ainsi qu’aux adultes sont disponibles.  Le processus de commande en ligne se fait en quelques clics et permet de créer ses propres étiquettes personnalisées en trois étapes faciles soit l’identification, le choix d’un forfait et le choix d’une collection d’illustration. 

Quatre nouveaux ensembles sont proposés afin de mieux répondre aux besoins des familles. Ces assortiments comprennent une variété d’étiquettes thermocollantes (tissus et vêtements) et autocollantes (surfaces rigides) de grandeurs variées :
 Ensemble « La Rentrée » (142 étiquettes et 1 plaque à sac ): 34,45 $

Ensemble « Le Petit » (84 étiquettes): 21,45 $

Ensemble « Le Grand » 168 étiquettes): 35,45 $

Ensemble « Vêtements » (160 étiquettes): 26,45 $

L’une des options d’étiquettes personnalisables les plus abordables sur le marché, les ensembles d’étiquettes COLLE À MOI se détaillent entre 21,45  $ (84 étiquettes) et 35,45 $ (168 étiquettes).

Pauline Croze

Nouvel album Après Les Heures GrisesSortie le 8/10/2021 chez Argentic / Capitol
Pauline Croze revient avec Après les heures grises, son sixième album qui sortira le 8 octobre 2021 et dont on découvre la pochette illustrée par Joann Sfar.Les chansons et les textes de Pauline Croze sont toujours plus vivants et actuels que jamais. On retrouve sur le disque des collaborations avec Fils Cara, Nk.F (Damso, Orelsan), Romain Guerret (Aline, Alex Rossi), Charlie Trimbur (Eddy de Pretto) et Pierrick Devin (Phoenix, Lomepal).Après les heures grises serpente entre les modes et sonne comme le juste équilibre entre le charme de ses premiers pas et une pop d’époque, où la chanson se mêle aux syncopes urbaines. Un album composé entre les confinements, entre légèreté́ et auto-analyse, qui joue autant avec les formes qu’avec les double-sens. Dans un style audacieux, intuitif, elle s’attaque avec distance et ironie aux tremblements du monde contemporain. Une tournée suivra la sortie de l’album, avec, déjà annoncée une date parisienne au Etoiles le 17 novembre 2021. Premier extrait, on découvre le clip de Solution.

Pour regarder et diffuser le clip de Solution :https://youtu.be/MDlkRioIOKE
 

1001 Pots, La 32e édition débute ce vendredi

Le plus grand rendez-vous de la céramique au Canada, 1001 Pots, débute ce vendredi ! Cette année, cette grande exposition extérieure située au cœur du village de Val-David propose, aux adeptes comme aux curieux, une immersion totale dans l’univers de la céramique.

Pour l’occasion, plus de 80 céramistes du Québec seront au rendez-vous pour partager leur savoir-faire et échanger avec les visiteurs. Par l’exposition d’œuvres artistiques de tous genres et formats, d’artistes en résidence, de démonstrations variées ainsi que de prestations musicales, poétiques et théâtrales, l’événement est un incontournable de l’été pour passer un moment en famille et faire le plein de découvertes créatives.

Programmation 2021 :

  • Le Bal des lucioles : illuminé de bougies et bercé au son d’une musique d’ambiance, le site devient, l’espace de la soirée, un monde féerique et chaleureux [9 juillet dès 19 h, places limitées].
  • Démonstration de céramistes au travail [plusieurs dates]
  • Démonstration de dessins par Kinya Ishikawa qui utilise le furoshiki, une tradition japonaise de pliage et de nouage de tissu [plusieurs dates].
  • Séances de jazz du Daniel Green Quartet [les samedis entre 14 h et 18 h, plusieurs performances]
  • Laboratoires publics de la nouvelle création du Puzzle Théâtre BOIS [10, 11, 19, 20, 21, 22, 23 juillet]
  • Écriture sur machine à écrire publique, une installation itinérante de la poète valdavidoise Gabrielle Roberge [29 au 31 juillet]
  • Performances en théâtre de marionnettes [20 au 21 août]

Les visiteurs pourront également profiter d’un moment de détente en admirant des exemples d’art floral japonais (ikebana) ou en dégustant un thé dans un chawan (bol à thé) dans le Jardin de mousse, le Jardin secret ou le fameux Jardin de Silice. Pour en savoir plus sur la programmation : https://1001Pots.com/calendrier-des-activites/.

Passage du flambeau

Après plus de trente ans à la barre des 1001 Pots, le fondateur de l’événement et membre de l’Ordre des arts et des lettres du Québec, Kinya Ishikawa, a passé le flambeau à Sacha Ghadiri et Nouchine Dardachti, qui assurent à présent, avec sa collaboration à titre de directeur artistique, la direction de l’événement. Le couple s’est installé à Val-David il y a plusieurs années, en grande partie pour le dynamisme culturel qu’offre la ville et désire, avec cette reprise, assurer la pérennité et le déploiement de ce rendez-vous annuel unique et précieux pour les citoyens de la région et les touristes.

Info pratique

Date : du 9 juillet au 22 août 2021

Lieu : 2435, rue de l’Église, Val-David (sortie 76 de l’autoroute 15, direction nord)

Horaire : ouvert tous les jours de 10 h à 18 h.

Note : fermeture à 17 h le 22 août

Prix d’entrée : 3,50 $ (gratuit pour les 14 ans et moins)

Info : www.1001Pots.com

Mesures COVID-19

L’équipe de 1001 Pots a à cœur la sécurité de tous. L’événement suit les recommandations de la Santé publique et tout est mis en place pour assurer un bon déroulement dans le respect des mesures sanitaires. Pour ces raisons, les cours et les ateliers ne pourront pas avoir lieu cette année.

vice E roi

Le duo folk vice E roi est sans nul doute l’un des groupes canadiens les plus étonnants du moment. Jayana Auger et Guillaume Lessard nous dévoilent aujourd’hui le clip de Mon poids, mon prix, ma langue, extrait de leur premier album L’enfer chez les autres.Entre pop et folk, la musique de vice E Roi fait la part belle aux arrangements de cordes et aux harmonies vocales ciselées. On savoure leurs textes à la poésie sombre, et grinçante, qui ne sont pas sans rappeler ceux de Pierre Lapointe ou de Klô Pelgag.


Réalisé par FREDELISLE, le clip de Mon poids, mon prix, ma langue s’avère rempli d’action et montre le duo embarqué dans une lutte sans merci… en course d’autos téléguidées. Belle façon d’illustrer nos rapports parfois malsains avec la compétition dans une société où tout le monde veut plaire à tout prix.


Pour regarder le clip de Mon poids, mon prix, ma langue :https://youtu.be/mAn71_QTR1I

Le Festival International du Film sur l’Art est heureux de s’associer au Domaine Forget de Charlevoix pour une programmation estivale consacrée à la musique et la danse

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de s’associer au Domaine Forget de Charlevoix pour proposer une programmation spéciale célébrant la musique classique et la danse. Dans le cadre de cette première collaboration, le programme se compose de trois films qui seront projetés gratuitement en plein air, sur le site du Domaine, les 7 et 21 juillet, puis le 11 août prochain. Il s’agit du long-métrage documentaire Louise Lecavalier sur son cheval de feu de Raymond St-Jean, ainsi que des fictions La chef d’orchestre de la réalisatrice Maria Peters et Le chant des noms du réalisateur François Girard. Chacune des représentations sera précédée d’une rencontre avec un·e artiste ou un·e conférencier·ère (détails à suivre sur www.domaineforget.com).

Mercredi 7 juillet 2021, en plein air, à la tombée du jour.
Louise Lecavalier sur son cheval de feu

Réalisateur : Raymond St-Jean
Distributeur : Filmoption International
Canada | 2018 | 102 minutes
Présenté en français

Ce long-métrage documentaire propose une plongée cinématographique au cœur de l’œuvre et de la vie de la danseuse et chorégraphe canadienne Louise Lecavalier. Il révèle l’histoire inspirante de cette créatrice indomptable, qui a révolutionné la danse contemporaine dans les années 1980 avec le chorégraphe Édouard Lock et qui voit aujourd’hui sa carrière en solo s’épanouir sur la scène internationale. À 62 ans, Louise Lecavalier est une icône de la danse, une créatrice unique dont l’art transcende les limites du corps humain. Des danses spectaculaires, des musiques originales et des entrevues exclusives composent un film inspirant et émouvant qui dessine le portrait intime d’une artiste passionnée et toujours habitée par la quête du mouvement parfait.

Mercredi 21 juillet 2021, en plein air, à la tombée du jour.
La chef d’orchestre 

Réalisatrice : Maria Peters
Distributeur : MK2 MILE END
Pays-Bas | 2021 | 139 minutes
Présenté en flamand | Sous-titrage : français

En 1926, dans la ville de New York, Willy Wolters aspire à devenir chef d’orchestre. La jeune pianiste de formation sait pourtant que cette profession n’est exercée historiquement que par des hommes. Placière dans une salle de spectacles, cette fille d’immigrants hollandais tente coûte que coûte de se frayer un chemin vers ceux qui pourraient lui permettre de réaliser sa plus grande ambition. Sa trajectoire l’amène à connaître la vérité sur son passé familial et sur son identité. Elle développe également une profonde amitié avec Frank Thomsen, un jeune homme de sa génération qui, contrairement à elle, est issu d’un milieu bourgeois. Reprenant son premier nom, Antonia Brico parvient à se produire avec les plus prestigieux orchestres d’Europe et d’Amérique.
 

Mercredi 11 août 2021, en plein air, à la tombée du jour.
Le chant des noms 

Réalisateur : François Girard
Distributeur : Entract Films
Canada | 2019 | 114 minutes
Présenté en français

Ce film entremêle trois époques, avec trois tandems d’acteurs différents, et relate sur une cinquantaine d’années l’histoire d’une harmonie profonde entre deux amis. Adapté du roman éponyme de Norman Lebracht, le récit d’une grande sobriété est porté par une musique envoûtante et se présente sous la forme d’une enquête, en décrivant les tragiques circonstances de la disparition du jeune musicien. Le film met en vedette Tim Roth et Clive Owen.

Omer Klein

Nouvel album « Personal Belongings »

Omer Klein, Piano – Haggai Cohen Milo, Basse – Amir Bresler, Batterie

Dans son dernier album, le plus personnel à ce jour, Omer Klein – “membre du cercle fermé des maîtres du piano“ d’après le Süddeutsche Zeitung – nous offre un regard avisé sur le monde contemporain. Nés en 2020 pendant la pandémie, ces dix morceaux reflètent son point de vue en tant qu’être humain, pianiste, compositeur, leader de formation, père de famille et artiste multi-culturel.

Pour Klein, à l’instar du reste de la planète, la première vague du Covid a été, comme pour nombre de ses confrères ,  particulièrement éprouvante. Né en Israël et résidant aujourd’hui à Francfort, sa vie de musicien itinérant a été brusquement stoppée du jour au lendemain lors du printemps 2020. N’étant pas du genre à broyer du noir, il a profité de ce temps libre pour composer. Une large partie du monde était à l’arrêt, la maladie frappait un grand nombre de personnes et l’époque était marquée par de sombres images – Les idées et les expériences de Klein devaient être recueillies et exprimées.   

En observant le monde extérieur et ses propres sentiments, Klein a peu à peu imaginé un arc narratif extraordinairement profond et vibrant, telle la version miniature d’un tableau. Les directions instrumentales des dix titres de Personal Belongings sont particulièrement révélatrices en décrivant des aller-retours permanents entre la solitude et le besoin de se retrouver.

En plus des six pièces pour piano solo où son attachement à l’instrument est plus fort que jamais, les quatre autres titres de l’album sont interprétés avec ses partenaires de longue date Haggai Cohen-Milo à la basse et Amir Bresler à la batterie. La tension qui en résulte crée des contrastes palpitants entre les instants contemplatifs et l’énergie du trio. Cette vibration unique apparaît dès le début de l’album dans les deux titres enchaînés “Kavana” et “Baghdad Blues”, qui mêlent le romantisme du moyen orient à l’improvisation jazz.

“The Magnets”, qui réunit le Brésil et Brahms, est une chanson d’amour fiévreuse au surprenant final pastoral, et un des titres les plus intimistes du répertoire de Klein. Ce morceau et le lyrique “Sun Girl” s’inspirent de la relation qu’entretient Klein avec sa compagne. Gracieux et plein d’insouciance, “The Flower and the Seed”, est dédié à ses enfants. 

Il va sans dire que la liberté, les liens entre les peuples, les pays, les coutumes et les langues jouent un rôle important dans cet ensemble. Omer Klein et ses partenaires sont des experts du jazz qui essaient sans cesse de se surpasser. Mais la musique de Klein reste divertissante, au sens le plus noble du terme. Le shuffle funky de “Shake It” est complexe, mais ses mélodies pétillantes le rendent immédiatement accessible, y compris pour les non-initiés au jazz. Klein n’a pas l’intention d’impressionner l’auditeur, mais simplement d’élaborer une musique aussi riche que possible.

Il s’inspire parfois de sources littéraires, comme par exemple dans le mystérieux morceau en solo “Najara”, du nom d’un poète liturgique juif dont les vers ont inspiré une de ses mélodies les plus habitées. Klein a délibérément placé à la fin de Personal Belongings une reprise intimiste du classique “What a Wonderful World”. Une déclaration forte, car en étudiant ses paroles, le musicien a réalisé que le charme apparent de cette chanson dissimulait une douleur intense. Après tout, 2020 n’a pas été que l’année du Covid : elle était aussi celle du mouvement #BlackLivesMatter. “The colors of the rainbow, so pretty in the sky”. La beauté des couleurs de peau et des cultures illuminent le dernier titre de Personal Belongings, ainsi que la phrase suivante, si poignante à l’époque du Covid : “I see friends shaking hands, saying how do you do, they’re really saying I love you”.

1. Kavana (Omer Klein)

2. Baghdad Blues (Omer Klein Trio)

3. The Magnets (Omer Klein)

4. The Flower and the Seed (Omer Klein Trio)

5. Good Hands (Omer Klein)

6. Sun Girl (Omer Klein Trio)

7. Najara (Omer Klein)

8. Shake it (Omer Klein Trio)

9. Quarantined with you (Omer Klein)

10. What a Wonderful World (Omer Klein)

La musique du pianiste et compositeur Omer Klein est “sans frontières” (The New York Times) grâce à son assimilation organique de sources d’inspiration très diverses, alors qu’il ne cesse de “propulser les concepts du jazz classique vers l’avenir” (Time Out New York). Interprète et compositeur prolifique, Klein a sorti 8 albums en tant que soliste et publié plus de 100 compositions originales. 

Artiste exclusif de Warner Music, Klein a réalisé deux enregistrements pour le label à ce jour. Sleepwalkers (2017) est une exploration en trio de thèmes liés à la société à l’ère de l’information, pour laquelle le Omer Klein Trio a remporté le prix ECHO 2018. Il a été suivi par Radio Mediteran (2019), en ajoutant des synthétiseurs analogiques et des percussions au format classique du trio, créant ainsi “un album très contemporain, tourné vers l’avenir, plein de grooves subtils et de mélodies fortes” (Hamburger Abendblatt). “Personal Belongings”, le troisième album de Klein pour Warner Music et le neuvième de sa discographie,  sortira en septembre 2021.

Les concerts de Klein ont été largement salués. Il s’est produit en tant que soliste et chef d’orchestre au North Sea Jazz Festival, Nice Jazz Festival, Jazz at Lincoln Center, Queen Elizabeth Hall à Londres, Swing Hall Tokyo, Elbphilharmonie, Alte Oper Frankfurt, Bremen Musikfest, Dresdner Musikfestspiele, Schleswig-Holstein Musik Festival et bien d’autres encore. 

Les points forts à venir en 2021-2022 incluent les débuts de Klein à la Berliner Philharmonie et au Wiener Konzerthaus, ainsi que la première d’une nouvelle composition pour le théâtre et la danse au Schauspiel Frankfurt.

Avec le bassiste Haggai Cohen Milo et le batteur Amir Bresler, Klein a formé le Omer Klein Trio en 2013. Le trio interprète les compositions de Klein et effectue de nombreuses tournées. Leur premier enregistrement, Fearless Friday (2015), est considéré comme “l’une des nouveautés les plus gratifiantes de ces dernières années” (All About Jazz). 

La collaboration de Klein avec le virtuose de la mandoline Avi Avital a été célébrée comme la rencontre créative de deux esprits. Klein a notamment improvisé de nouveaux mouvements pour des pièces de J.S.Bach interprétées par Avital. D’autres collaborations incluent le projet de Klein avec le NDR Big Band en 2019, et un projet de duo à venir avec le percussionniste classique Alexej Gerassimez, suite à leur résidence au Festspiele Mecklenburg-Vorpommern en 2017. 

“L’un des artistes les plus fascinants ayant émergé de ce pays au cours de la dernière décennie », peut-on lire dans le City Mouse Tel Aviv. Les racines de la musique israélienne se font entendre haut et fort dans les créations d’Omer Klein. Il a composé des chansons et s’est produit avec des chanteurs emblématiques comme Arik Einstein, Gidi Gov, Yehudit Ravitz et Rona Kenan. Il est régulièrement présent au Red Sea Jazz Festival et au Tel Aviv Jazz Festival en “élargissant les horizons musicaux du pays”. (Haaretz).

Omer Klein est né en Israël en 1982 et a grandi à Netanya. Il est le fils de parents nés en Israël et le petit-fils d’immigrants venant de Tunisie, de Libye et de Hongrie. Il a commencé à jouer du clavier à l’âge de 5 ans, puis s’est tourné vers le piano à 13 ans, tout en composant et en improvisant dès son plus jeune âge. Il a étudié à la Thelma Yellin High School of the Arts à Givatayim, avant de s’installer aux États-Unis en tant que bénéficiaire d’une bourse du New England Conservatory à Boston, où il a étudié le piano jazz avec Danilo Perez et Ran Blake, et le piano classique avec Alexander Korsantia. En 2005, Klein s’est installé à New York, où il a poursuivi ses études en privé avec Fred Hersch. Depuis 2009, il est basé en Allemagne. Il vit actuellement à Francfort avec sa compagne, l’actrice Viola Pobitschka, et leurs trois enfants. 

ENRACINÉE (GROUNDED) de la cinéaste Annie Leclair en compétition officielle au Diversity in Cannes Short Film Showcase

Le court métrage ENRACINÉE (GROUNDED) de la cinéaste et monteuse québécoise Annie Leclair sera de la compétition officielle au Diversity in Cannes Short Film & Webseries Showcase (DCI Showcase) qui se déroule en marge de la 74e édition du Festival de Cannes.

ENRACINÉE (GROUNDED) est le seul film canadien en compétition et fut sélectionné parmi plus de 209 propositions, émanant de 25 pays par un jury composé de 26 professionnels provenant du Brésil, du Canada, du Japon, du Kenya, de Puerto Rico, de Trinidad, de la Hollande, du Royaume-Uni et des États-Unis. Annie Leclair sera à Cannes du 11 au 16 juillet et  entourée d’une douzaine d’autres réalisateurs étrangers qui participeront au Diversity in Cannes Showcase.

Le DCI Showcase est une initiative indépendante de Yolonda Brinkley – stratège marketing & publiciste américaine – qui, depuis 2009, encourage et fait la promotion de la diversité et de l’inclusion pendant la grande célébration mondiale du 7e art. L’édition 2021 du DCI Showcase se déroulera à Cannes du 6 au 17 juillet en formule hybride (présentielle et virtuelle) en plus d’être au Marché du Film de Cannes.  

Dans son court métrage, Annie Leclair pose son regard et illumine l’artiste et interprète en danse contemporaine québécoise Marie-Hélène Bellavance.  La conversation avec la cinéaste s’amorce avec le défi que représente la danse sur son cheminement vers l’acceptation de son handicap physique et, plus intimement, sur comment ce besoin d’affirmation est devenu viscéral à travers la maternité et l’expérience révélatrice de la parentalité. Un témoignage bouleversant sur la capacité de transformer sa vulnérabilité en force.

Depuis sa sortie en 2020, ENRACINÉE (GROUNDED) touche les cœurs des 4 coins du globe.  D’abord choisi pour représenter le Québec lors d’un festival sur les droits humains en Asie, il reçoit la Mention honorable au Play Short International Film Awards (2020), est finaliste au SIMA Awards de Los Angeles (2021), récolte la Mention spéciale du Jury au FIFA (2021) puis est finaliste au Indie Shorts Awards Cannes (Saison fév-mai 2021). Également en sélection officielle dans les réputés Show Me Shorts de Nouvelle-Zélande et Regard de Saguenay, Enracinée, propulsé par la plateforme ARTS.FILM du FIFA, a fait partie de la programmation estivale du Musée National des Beaux-Arts du Québec, autour des expositions “Picasso. Figures” et “Ouvrir le dialogue sur la diversité corporelle”.

ENRACINÉE (GROUNDED) est un court métrage autoproduit par Annie Leclair qui s’inscrit dans un processus de création d’un plus vaste projet de long métrage qu’elle développe et documente depuis 9 ans avec le soutien de Téléfilm Canada et de la SODEC.  Affranchies, en phase active de financement, sera distribué par Maisons 4 tiers et produit par Lamarche ÀVélo productions.

À PROPOS

ANNIE LECLAIR

Monteuse émérite et maintenant réalisatrice, Annie Leclair est une raconteuse d’histoires reconnue pour le montage de films documentaires qui résonnent auprès du public canadien et à travers le monde. En plus de ses 15 années d’expérience en montage, Annie est une passionnée de son milieu.  Elle a siégé au conseil d’administration de Femmes du cinéma, de la télévision et des médias numériques (FCTMN) et est récipiendaire de la bourse inaugurale du programme américain Still I Rise Films Fellowship, pour les femmes cinéastes oeuvrant en documentaire.

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top