L’un évolue dans l’industrie de la musique et de l’enregistrement sonore. Les deux autres occupent un poste de gestionnaire et de développeur sénior au sein d’une grande entreprise de jeux vidéo. Leur passion commune les a amené à développer une plateforme web qui vise à concurrencer les grands joueurs internationaux de musique libre de droits: Airfix Musique. Leur arme secrète? Leur tarification, la versatilité de leur contenu musical, la simplicité de leur licence d’utilisation… et l’armée de créateurs québécois qui les alimentent. 
Airfix Musique est une startup québécoise offrant aux créateurs de contenu et tous les types de producteurs audiovisuels de la musique libre de droits de niveau professionnel à inclure dans leurs projets vidéos, publicitaires, cinématographiques et plus encore. L’entreprise offre un catalogue de pièces musicales, avec ou sans paroles, disponibles à l’unité ou par abonnement annuel. Leurs clients varient du grand producteur cinématographique au nouveau YouTubeur à la recherche de trames originales pour ses vidéos, en passant par l’institution scolaire souhaitant permettre à ses étudiants d’introduire de la musique dans leurs productions. “Les demandes sont variées et parfois surprenantes, chaque jour”, raconte Martin Aubin, musicien reconnu et président d’Airfix.
Leur valeur ajoutée?
Exposer les créateurs musicaux d’ici


Airfix se donne pour mission de proposer à ses clients la plus grande variété possible de mélodies afin de satisfaire leurs besoins sur tous les types de productions audiovisuelles. Les trois cofondateurs portent une attention particulière à ce qui les démarque de la compétition: les créateurs musicaux québécois. 
“Le réalisateur d’une publicité doit incorporer de la musique à sa production et ses critères sont souvent précis. Chez nous, le client peut modifier en temps réel la chanson afin d’ajuster la mélodie, retirer ou remplacer un segment de guitare, etc. Nous voulons aussi lui offrir une opportunité supplémentaire: choisir un artiste de chez lui”, mentionne Jean-Pierre Nolin, directeur des technologies et l’un des concepteurs de la plateforme web. 
Un gain intéressant pour les artistes

Le catalogue de musique libre de droits d’Airfix Musique continue de se bonifier, chaque semaine, en offrant une avenue nouvelle et locale aux producteurs à la recherche de musique pour leurs projets. Mais que veut dire libre de droits? “En fait, c’est un terme traduit de l’anglais qui n’est pas exact. Lors de la vente d’une licence de musique pour une production, le créateur de la musique est rémunéré en recevant essentiellement 50% du produit de cette licence pour la période donnée. AirFix représente donc un revenu supplémentaire et appréciable pour nos compositeurs locaux. L’artiste conserve tous ses droits et est rémunéré pour son œuvre« , réplique Benoit Ménard, développeur en chef.
En plus d’être fièrement québécoise, la startup offre actuellement les forfaits les plus abordables sur le marché mondial. Airfix souhaite que l’équité avec les créateurs guident ses actions: l’entreprise vise être la plateforme la plus équitable du marché, tant pour les artistes que pour la clientèle. Même si le catalogue de l’entreprise compte des compositeurs issus des quatre coins du monde, les trois entrepreneurs invitent les producteurs, les créateurs de contenu, les écoles et les gouvernements à se poser la question: est-ce que la mélodie de ma prochaine production a été composée par un talent québécois?