L’entreprise québécoise ÉAU (Écosystèmes Alimentaires Urbains) est fière d’annoncer l’ouverture officielle du premier laboratoire d’ampleur en aquaponie au Québec. Situé en pleine zone urbaine de Montréal, le LabÉAU est unnouveau pôle de recherche et de développement technologique qui marque un tournant dans l’émergence de l’industrie de l’aquaponie.

L’aquaponie est une technique de production alimentaire considérée comme l’une des solutions pour une transition vers une agriculture à faible impact environnemental. Il s’agit de la symbiose entre l’élevage d’organismes aquatiques (aquaculture) et la culture de plantes (l’hydroponie). Fondée sur les principes d’économie circulaire, cette technique tente d’imiter au mieux ce qui se produit en nature, où les déchets des poissons deviennent des ressources pour les plantes. Les fermes aquaponiques permettent de produire une grande variété de fruits, légumes et poissons toute l’année, indépendamment des conditions climatiques.

Trois grands axes stratégiques

Le LabÉAU occupe une superficie de 100 moù se trouve un système aquaponique découplé. Il est composé d’un système de production aquacole en recirculation de perchaudes et dorés jaunes, d’un système de minéralisation à deux écosystèmes de traitement, et d’un système de production horticole vertical de verdures, de fines herbes et de plantes à fruits.

Sous la direction de Benjamin Laramée, l’une des références en aquaponie au Québec, le LabÉAU permettra de conduire des activités de recherche et développement en collaboration avec différents instituts et centres de recherche. L’aquaponie repose actuellement sur des technologies éprouvées et le LabÉAU permettra d’aller plus loin dans leur optimisation. Ce nouveau pôle de recherche a trois grands axes stratégiques : la réduction de l’empreinte environnementale, la diversification des produits, autant au niveau aquacole qu’horticole et l’optimisation des procédés afin de réduire les coûts d’opération et de limiter les intrants.

Le gouvernement du Québec appuie le projet en lui attribuant une aide financière de 221 458 $ par l’entremise du Programme innovation, administré par Investissement Québec. « L’autonomie alimentaire et le développement d’une économie verte sont au cœur de notre vision économique. En misant sur une forme d’agriculture à faible impact environnemental, le laboratoire LabÉAU s’accorde parfaitement avec cette vision. Grâce au soutien financier annoncé aujourd’hui, on souhaite aider ÉAU à optimiser ses procédés et à commercialiser des produits locaux », souligne Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable du Développement économique régional.

Véritable vitrine technologique, ce laboratoire mettra en valeur toute l’innovation qui se cache derrière les systèmes aquaponiques afin de faire connaître davantage leurs fonctionnements. 

« Le LabÉAU deviendra un pôle de recherche sur l’aquaponie au Québec, une technologie de production alimentaire en développement partout dans le monde et pour laquelle il y a un intérêt grandissant au Québec depuis quelques années », déclareBenjamin Laramée, cofondateur et directeur scientifique d’ÉAU.