CPQ

« Un plan de match qui va dans la bonne direction », selon le CPQ

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) accueille favorablement l’annonce faite ce matin par le ministre Jean Boulet, concernant le lancement de son plan d’action pour la main-d’œuvre.

« Le CPQ est très satisfait de constater que le gouvernement suive la voie tracée dès 2017 par notre organisation afin que le Québec se dote d’un plan de match structurant et agile afin de contrer les effets de la rareté de la main-d’œuvre », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.

Augmentation de la productivité

Outre les mesures visant à accroître l’intégration au marché du travail des personnes faisant partie des groupes qui y sont sous-représentés, les mesures annoncées dans le cadre de son initiative Objectif productivité sont bien accueillies par les employeurs. À l’aube d’une importante transformation du marché du travail par l’arrivée massive et rapide des technologies numériques, les employeurs ont besoin de tous les outils disponibles afin de maintenir leur compétitivité. « La rareté de la main-d’œuvre est un obstacle à l’implantation des nouvelles technologies et nous souhaitons que les mesures annoncées puissent contribuer à soutenir l’adaptation des milieux de travail ainsi que l’accès à la formation nécessaire pour augmenter la productivité. C’est une mesure qui sera très appréciée des employeurs, pour autant que cette formation puisse être déployée en entreprise et permette le recours à des outils de formation innovants, comme l’alternance travail-étude, tel que le CPQ le réclame depuis plusieurs années ».

Travailleurs expérimentés

Le CPQ apprécie également le coup de pouce offert aux employeurs par l’investissement de près de 7 millions de dollars sur cinq ans pour un nouveau programme de subvention salariale qui soutiendra les entreprises qui embauchent des travailleurs expérimentés à temps partiel. « Il est essentiel dans le contexte actuel de créer un environnement propice à l’attraction et à la rétention des travailleurs expérimentés, car nous ne pouvons nous permettre de perdre une main-d’œuvre aussi compétente. Cependant, tout en appréciant particulièrement l’ouverture de ce nouveau programme pour le travail à temps partiel, le CPQ souligne que l’enjeu du maintien en emploi des travailleurs d’expérience dépasse celui de la subvention salariale, car l’employeur doit aussi être accompagné pour la mise en place de conditions de travail adaptée à cette main-d’œuvre. Le gouvernement provincial doit aussi élargir les mesures de réduction fiscales existantes pour encourager le retour sur le marché du travail de ceux et celle qui sont à la retraite », poursuit M. Dorval.

Appui aux employeurs

L’ajout de nouveaux conseillers en entreprise est aussi bien accueilli par le CPQ. Il est important que le gouvernement soit à l’écoute des employeurs. « Même en augmentant le nombre de conseillers, les défis et les enjeux étant différents d’une région à l’autre, le gouvernement vient en appui aux employeurs, mais ne peut à lui seul être porteur de toutes les solutions. Pour atteindre ses objectifs, il doit faire appel à tous les acteurs ayant un impact sur le milieu de l’emploi. C’est par la force du nombre que nous pourrons faire face collectivement à ce défi. Puisque la majorité des entreprises québécoises sont de petite taille et n’ont habituellement pas les ressources internes nécessaires pour surmonter tous ces enjeux, la question de l’accompagnement des employeurs reste au centre des préoccupations du CPQ », conclut M. Dorval.

 

CPQ, main-d’œuvre, plan de match