Transport ferroviaire : le CPQ demande une solution rapide

Mise à jour: Fin de la grève au CN : le CPQ est soulagé.

Le 26 novembre 2019 – « C’est avec un très grand soulagement que le CPQ (Conseil du patronat du Québec) apprend la fin de la grève au CN », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.  « La reprise des activités normales de la compagnie ferroviaire permet de limiter les dommages pour les employeurs ainsi que pour l’ensemble de la société. »

Toutefois, le CPQ souligne qu’il est maintenant clair que le gouvernement fédéral doit revoir la législation fédérale en matière de relations de travail applicable dans les domaines névralgiques économiques et sociaux où il n’existe pas de fournisseurs alternatifs disponibles, notamment dans un contexte où un parlement ne peut siéger, comme ce fût le cas cette fois-ci.  De plus, le CPQ invite les gouvernements provinciaux et fédéral à réfléchir sur de meilleurs moyens afin de sécuriser l’approvisionnement énergétique nécessaire au bon fonctionnement de notre économie et de nos institutions.

« En tant que principal représentant des employeurs du Québec, le CPQ demande à tous les paliers de gouvernement de mettre en place rapidement des mesures concrètes afin de s’assurer qu’une situation semblable ne se reproduit pas. Dans un pays aussi vaste que le Canada, le transport ferroviaire est essentiel pour assurer la stabilité économique ainsi que la fluidité commerciale et nous devons apprendre de la situation des derniers jours », conclut M. Dorval.

Transport ferroviaire : le CPQ demande une solution rapide

Devant la situation conflictuelle qui stagne au Canadien National (CN) entrainant des impacts néfastes notre économie, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) a envoyé une lettre au gouvernement fédéral leur demandant d’agir dès maintenant afin de limiter les dommages.

« En tant que principal représentant des employeurs du Québec, le CPQ est très inquiet des répercussions néfastes qu’entraine l’interruption d’un service aussi essentiel pour l’économie du pays tout entier et pour les entreprises de toutes tailles », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ. « Pilier stratégique et indispensable pour le développement d’un pays aussi vaste que le Canada, il ne faut pas négliger l’impact de la crise dans le transport ferroviaire sur la fluidité commerciale, et ce, même à court terme. »

Ayant reçu plusieurs appels de la part de ses membres qui sont très préoccupés par ce conflit de travail, le CPQ a envoyé une lettre à M. Marc Garneau, ministre des Transports du Canada ainsi qu’à Mme Filomena Tassi, ministre du Travail. 

Dans cette lettre, le CPQ demande au gouvernement et à l’ensemble des parties prenantes de prôner des mesures favorisant le dialogue pouvant aller jusqu’à l’arbitrage exécutoire. Toutefois, devant l’importance du transport ferroviaire pour notre économie, si le conflit ne trouve pas l’issue par la négociation, le CPQ demande des mesures exceptionnelles de la part du gouvernement fédéral pour régler la situation rapidement pouvant aller jusqu’à l’adoption d’une loi spéciale. Bien que ce genre solutions ne soit pas optimal, dans le contexte actuel, elles sont incontournables.

Pour consulter la lettre envoyée aux ministres, cliquez ici.

CN, Grève