Tag: entreprises

Gagnez un audit CIO 360 de vos besoinsen technologie de l’information grâce à EFICIO

EFICIO est très heureux de déployer une initiative pour redonner au suivant ! L’entreprise de solutions numériques invite les PME de 100 à 3000 employés de partout au Québec à soumettre leur candidature pour courir la chance de gagner un audit d’une valeur de 20 000 $ pour évaluer leurs besoins en technologie de l’information (TI). Comme plusieurs PME n’ont pas les ressources nécessaires pour accéder à ce genre de service, cette initiative est l’occasion tout indiquée de bénéficier de l’expertise d’une équipe de professionnels de haut niveau pour faire des recommandations à haute valeur stratégique. Les entreprises peuvent s’inscrire dès aujourd’hui à eficio.ca. Les inscriptions se poursuivront jusqu’au 7 novembre et le nom de l’entreprise sera dévoilé le 15 novembre. 

L’importance de dresser un portrait de ses technologies de l’information
L’audit CIO360 représente la base d’une évaluation des TI au sein d’une organisation. Il consiste en un portrait des TI actuelles sur 20 axes, accompagné d’une liste de recommandations prioritaires et d’une évaluation du degré de maturité de l’entreprise sur chacun de ces axes. Suivant cette analyse, EFICIO remet un plan détaillé échelonné sur trois ans qui permet de poser rapidement des actions. L’objectif : réduire son retard technologique, sécuriser ses systèmes, et augmenter son efficacité. La pandémie qui réveille les technologiesL’arrivée soudaine du télétravail obligatoire au début de 2020 a poussé les entreprises à mettre des solutions en place pour poursuivre leurs activités. Vu l’urgence de leur implantation, ces solutions avaient souvent des lacunes sur le plan de l’efficacité et de la sécurité, et reflétaient le retard technologique accusé depuis de nombreuses d’années.
Heureusement, les entreprises d’ici ont pu compter sur l’expertise éprouvée EFICIO pour un accompagnement personnalisé. « Les derniers mois ont tenu nos équipes bien occupées, affirme Jean-François Thériault, associé principal et chef des opérations chez EFICIO. Les enjeux reliés à la sécurité des données et à la continuité des affaires, entre autres, sont devenus incontournables. Nous avons eu le privilège de conseiller les entreprises pour activer des solutions de protection en technologie de l’information, et en mettant en place des plans de continuité, comme elles l’auraient fait en prévision d’un incendie ou de dégâts d’eau. Bien que la majorité de notre clientèle se croyait à l’abri d’une cyberattaque, environ le quart nous a avoué l’avoir vécu dans les dernières années. Cela confirme la pertinence des investissements en TI, même pour les PME. »
Combler le fossé numérique de nos entreprisesSi les opérations des entreprises ont subi les contrecoups de la pandémie, les aspects technologiques sont quant à eux devenus une préoccupation générale dans tous les secteurs d’activité. Une étude a d’ailleurs récemment démontré que seulement quatre entreprises sur dix au Canada avaient développé une stratégie de transformation numérique avant que frappe la pandémie. Un récent sondage Harvey Nash/KPMG a quant à lui mis en lumière que les chefs de file du numérique canadiens investissent généralement de 25 à 50 % plus dans les technologies que leurs concurrents. Heureusement, le retard accusé peut être rattrapé grâce à des équipes chevronnées comme celle d’EFICIO. Car en plus d’améliorer l’expérience et la confiance des clients et des employés, ses actions contribuent généralement à augmenter les revenus, les profits, et l’efficacité opérationnelle des entreprises. 

Redonner au suivant pour générer de l’impact
Chez EFICIO, les valeurs d’entraide sont au cœur de la culture de l’entreprise. L’équipe de direction et les employés s’impliquent dans leur communauté grâce à des initiatives de bénévolat pour des organismes variés, dont la Fondation Noël au printemps, Futurpreneur Canada et Réseau Action TI. À propos d’EFICIOEFICIO est une entreprise montréalaise fondée en 1995. Elle regroupe une équipe de 20 CIO (directeurs des systèmes d’information) et d’experts en transformation numérique. En plus de développer des stratégies pour ses clients – notamment des audits en technologie de l’information, des plans numériques et des revues diligentes –, elle offre des services de CIO (Chief Information Officer) sur demande. Son mandat : démocratiser l’excellence en gouvernance TI pour apporter de la valeur aux PME québécoises et les propulser à un niveau supérieur. eficio.ca
Déménagements : une entreprise à la rescousse

Déménagements : une entreprise à la rescousse

Bloc Solutions, une entreprise innovante en immobilier et spécialisée dans la production et la signature de baux à distance, s’est retroussé les manches depuis le début de la pandémie au Québec pour faire connaître son innovation. L’entreprise a vu ses ventes exploser dans les derniers mois! En effet, depuis le début de la Covid-19, l’achalandage sur la plateforme a augmenté de 300 % et le nombre d’utilisateurs a plus que doublé. La raison d’être de Bloc Solutions vient du constat d’un grand retard technologique en matière d’immobilier résidentiel. Or, la pandémie a été un énorme révélateur de cet état de fait. De plus en plus de propriétaires et de locataires ont besoin d’une solution pour signer leur bail à distance.

« On a entendu des histoires de toutes sortes dans les dernières semaines à propos de gens qui se rencontrent dans des endroits inusités comme des parcs ou des stationnements pour leurs signatures de bail! Les gens sont déjà en situation de stress à cause de leur déménagement. Les aider à réduire des rencontres non nécessaires est une de nos grandes forces chez Bloc Solutions », mentionne Mathieu Loiselle, VP, ventes et marketing chez Bloc Solutions.

Voilà pourquoi Bloc Solutions est une ressource indispensable qui permet notamment de signer un bail accrédité par la Régie du logement complètement en ligne.

Malgré l’assouplissement des mesures sanitaires, les solutions numériques resteront à privilégier puisqu’elle permettent à la fois d’éviter une rencontre inutile, mais aussi de sauver temps et argent tant pour les propriétaires que les locataires.

Déménagements : une entreprise à la rescousse
CPQ

COVID-19 : le CPQ salue l’annonce du gouvernement fédéral

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) salue l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement fédéral.

« Nous tenons à saluer les actions prises par le gouvernement fédéral qui fait preuve d’écoute devant les préoccupations du milieu des affaires ainsi que de celles des citoyens », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ. « Les mesures annoncées aujourd’hui viennent injecter une bonne dose d’oxygène autant pour les employeurs que pour les travailleurs dans ce contexte qui crée de l’anxiété chez beaucoup de citoyens. »

Toutefois, comme plusieurs détails restent à venir, le CPQ tient à rappeler que certaines de ces mesures doivent s’appliquer à l’ensemble des entreprises. « Force est de constater que c’est l’ensemble des entreprises, quelles que soient leurs tailles, qui subissent les impacts négatifs de la situation difficile que nous traversons. Il faudra s’assurer que tous reçoivent l’aide dont ils ont besoin pour leur permettre d’assurer une continuité de leurs activités. »

De plus, malgré l’importance d’aider toutes les personnes touchées par la crise, il faut s’assurer que les différentes mesures proposées ne créent pas de réticences à travailler dans certains secteurs. Le gouvernement devra s’assurer de limiter les incongruités entre les différents secteurs économiques et les différents programmes.

Pour terminer, le CPQ tient à souligner que plusieurs de ces mesures faisaient partie de plusieurs demandes énoncées lors de discussions avec différents intervenants gouvernementaux, notamment la subvention salariale et le report des versements de TPS/TVH qui permet de dégager des liquidités pour les entreprises.

Fin des travaux parlementaires à Ottawa : « Des efforts sincères par certains ministres, mais très peu d’attention aux préoccupations des employeurs en matière de travail », selon le CPQ

Fin des travaux parlementaires à Ottawa : « Des efforts sincères par certains ministres, mais très peu d’attention aux préoccupations des employeurs en matière de travail », selon le CPQ

Alors que les travaux parlementaires de la Chambre des communes du Canada sont sur le point de se terminer à Ottawa, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) tire le constat général que certains ministres ont contribué de manière positive à la prospérité économique du Canada, mais qu’en ce qui concerne les dossiers en matière de travail, les préoccupations légitimes des employeurs n’ont pas été prises en considération et, à cet égard, le fardeau réglementaire indu s’alourdit de plus en plus.

 

« En début de session parlementaire, nous avions attiré l’attention sur le fait que le gouvernement doit démontrer qu’il comprend véritablement la réalité ainsi que les défis de compétitivité des entreprises, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières. Force est de constater que, malgré quelques mesures positives, cette démonstration n’a pas encore été faite, mettant à risque la croissance économique durable du Canada », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

 

Législation du travail

Au niveau de la législation du travail, c’est là que le bât blesse le plus fort. Le CPQ trouve déplorable de voir à quel point le gouvernement fédéral n’a porté aucune attention aux préoccupations des employeurs ainsi qu’à l’équilibre qui doit exister entre les besoins des travailleurs et ceux des employeurs. Les mesures adoptées par Ottawa témoignent d’un parti pris en faveur des syndicats et ont été teintées d’un préjugé défavorable au sujet des employeurs tout au long du mandat, mais plus spécifiquement cette année.

 

Main-d’œuvre et immigration  

La disponibilité de la main-d’œuvre est un enjeu prioritaire pour les entreprises et le CPQ constate que, malheureusement, il n’y a pas eu d’avancées en ce qui concerne une entente entre le fédéral et le Québec sur l’immigration, tout en mentionnant que cette question concerne les deux paliers de gouvernement. Alors que les délais sont toujours aussi et même plus longs, surtout en ce qui concerne l’immigration temporaire, nous aurions aimé voir plus de souplesse dans la manière de traiter les dossiers, une simplification dans la lourdeur administrative et une accélération des délais de traitement.

En ce qui a trait à la formation de la main-d’œuvre, bien que nous apprécions l’accent mis sur la formation dans le dernier budget, dont l’offre aux travailleurs d’une allocation pour la formation, le CPQ aurait souhaité que des crédits de cotisation à l’assurance-emploi soient aussi offerts à tous les employeurs qui offrent de la formation. Toutefois, nous nous réjouissons de l’annonce faite hier sur l’entente entre le fédéral et le Québec.

 

Finances publiques

Le CPQ regrette de voir que le gouvernement n’a toujours pas de plan pour le retour à l’équilibre budgétaire, alors que pointent à l’horizon des signes de plus en plus préoccupants de récession économique.

 

Défis publics

Le CPQ souligne les investissements en infrastructures, dont ceux pour le transport en commun, et dans les infrastructures numériques, surtout en régions. Par contre, nous déplorons que l’élaboration d’ententes satisfaisantes en matière d’infrastructures prenne toujours plus de temps avec le Québec qu’ailleurs au pays, un exemple étant l’atterrissage du financement pour le Projet de réseau structurant de la Capitale-Nationale. Toutefois, le CPQ tient à féliciter le ministre Champagne pour son dévouement. Motivé par le désir de trouver des solutions, il a été actif et à l’écoute des besoins du Québec.

 

Environnement et changements climatiques

Concernant la taxe sur le carbone, nous étions favorables à ce que le gouvernement établisse un prix sur le carbone pour l’ensemble du Canada, et croyons que la proposition du gouvernent fédéral permettait au Québec d’avoir un environnement d’affaires compétitif au Canada à ce chapitre. Or, en ce moment, le système est défavorable pour le Québec en raison de ses mesures fiscales uniques mises en place pour taxer le carbone. En outre, malgré la volonté de travailler sur l’allègement réglementaire, en ce qui concerne la réglementation environnementale, nous sommes toujours aux prises avec un double système d’évaluation environnementale et nous aurions espéré voir les processus simplifiés.

Moteurs de croissance

La création par le gouvernement fédéral des supergrappes représente un réel potentiel très intéressant, mais peut également être victime de dédoublement en raison d’initiatives similaires qui se font au niveau provincial. Espérons qu’un environnement efficient sera trouvé rapidement afin de pouvoir en profiter pleinement.

 

Sur une note positive, le CPQ tient à souligner à nouveau les efforts du gouvernement fédéral pour l’élaboration de la modernisation de l’accord de libre-échange du marché de l’Amérique du Nord ainsi que sur le dossier des tarifs douaniers. Tout au long de la période d’imposition des tarifs douaniers sur l’aluminium et l’acier par les États-Unis, le gouvernement a été attentif aux besoins des secteurs touchés. Par contre, beaucoup d’inégalités subsistent dans le dossier du bois d’œuvre qui aurait besoin de plus d’attention. De plus, le fédéral doit continuer à diversifier les marchés étrangers et d’accompagner les entreprises, car il est nécessaire que notre économie s’émancipe davantage de sa dépendance face aux États-Unis.

 

« Il restait quelques mois au gouvernement en place pour faire la démonstration qu’il peut aider le Canada à rester compétitif et productif. Selon nous, malgré des initiatives louables de certains ministres, les besoins des employeurs n’ont pas reçu l’écoute qu’ils méritent ni les mesures nécessaires afin de participer pleinement au développement économique du pays. La pause estivale fera place à un automne électoral rempli de promesses. Soyons pragmatiques : les besoins des employeurs du Québec doivent aussi être pris en compte. Notre prospérité collective en dépend », conclut M. Dorval.