Sagot dévoile « Cendre et descendre »

Après avoir célébré l’intimité avec son premier extrait « Sexe au zeppelin » en janvier, Julien Sagotrevient cette fois-ci avec « Cendre et descendre », une chanson qui expose plutôt l’avidité humaine. Ce deuxième extrait est tiré du quatrième album de l’artiste intitulé Sagot et dont la sortie est prévue le 12 mars prochain via Simone Records. 

Sagot lie étroitement le présent et le passé dans la chanson « Cendre et descendre » sous la loupe des violences perpétrées par les enjeux de pouvoir. La pièce à l’ambiance trip-hop se tend sous les cuivres et s’assouplit sous les choeurs de Frannie Holder. 

Le vidéoclip marque la deuxième partie du triptyque réalisé par Pierre Tremblay, qui s’ouvre et se clôt toujours sur des vers récités par Sagot errant dans la nuit hivernale. Le musicien a puisé dans les vieilles photographies d’archives de son arrière-grand-père au courant de la Première Guerre Mondiale. Ces dernières s’entremêlent et sont trafiquées par Tremblay pour être ensuite intégrées dans un vieux livre d’images de la guerre de 1914-1918 où elles côtoient des tirages d’archives de nombreux conflits (Syrie, Guerre du Golfe, Vietnam, Première et Seconde Guerre Mondiale) afin de souligner l’omniprésence de la guerre dans le temps.

« Je voulais intégrer des vieilles archives photographiques de mon arrière grand père Marius pendant la guerre 14-18 pour faire un lien, un parallèle, avec la chanson “Cendre et descendre”, ce recommencement insatiable de guerre et de violence (« l’homme est un loup pour l’homme »). Dans un premier temps, “cendre et passé/figure cassée”, les « gueules cassées » était le nom que portaient les soldats pendant la guerre de 14-18, puis dans un deuxième temps, “cendre et présent” des images que Pierre a choisi de destruction massive en Syrie et de désespoir. » – Julien Sagot

Musique