Renée Reed dévoile “Neboj”

L’autrice-compositrice et interprète Louisianaise Renée Reed donne suite à la chanson onirique chantée en français « Où est la fée » et à l’envoûtante “Fast One” avec “Neboj”.

La radio française FIP, décrit le titre comme suit: « Beaucoup plus folk, le titre  “Neboj”, à l’origine un mot tchèque et prononcé “nuh-boy” par les Cajuns, est une ballade guitare-voix magnifique sur laquelle Renée Reed aborde “le lâcher prise et le fait de ne pas avoir peur de tomber amoureuse, de simplement faire confiance à son cœur” ». Renée Reed gratte subtilement les notes sur sa guitare qui se marient à sa voix brumeuse et délicate. 

Les chansons de Renée Reed forment une sorte de journal intime qui retrace les trois dernières années de sa vie. Les relations toxiques, les histoires de fantômes, son héritage culturel et ancestral et la rêverie amoureuse se retrouvent au cœur des paroles à la manière de confidences. L’enregistrement naïf s’est d’abord fait sur un enregistreur cassette Tascam à quatre pistes et a ouvert un flot créatif ininterrompu pour l’artiste qui a rapidement composé la totalité de l’album ensuite. L’orchestration est dépouillée, mais regorge d’une richesse qui se manifeste dans le grain et les textures. L’autrice-compositrice et interprète propose des lignes mélodiques d’un calme enveloppant sur lesquelles elle additionne quelques effets qui ajoutent à l’atmosphère lo-fi de l’album.

Les pièces “Out Loud” et “Until Tomorrow” dévoilées au courant de 2020, ont rapidement suscité la curiosité, comparant l’artiste à l’étoffe de Jessica Pratt, Mazzy Star, ou encore Cate le Bon. Avec une certaine douceur amère, la voix aérienne de Reed se fait porte-étendard d’une nouvelle lumière, elle se fait guide pour le somnambule à travers les rêves comme sur “Your Seventh Moon”. Fidèle aux traditions et aux légendes de son patrimoine, elle s’en nourrit sur “Où est la fée” ou encore sur “Drunken Widow’s Waltz”, une chanson écrite et chantée dans le dialecte français cajun de ses grand-parents et qui rend hommage à leur legs.

Hautement introspectif, cette magnifique première offrande, qui oscille brillamment entre la douceur et la colère, l’intime et la rencontre des traditions ancestrales qui l’ont formées, est documentaire d’une période de transition pendant laquelle Renée Reed s’est véritablement trouvée en tant qu’artiste et en tant que personne à part entière. L’album Renée Reed sera disponible dès le 26 mars sous l’égide de Keeled Scales.

Musique

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top