Québec solidaire propose des îlots de fraîcheur pour lutter contre les effets des canicules

Alors que le Québec vient de traverser son premier épisode de chaleur accablante très tôt dans l’année, Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire et Ruba Ghazal, porte-parole solidaire en matière d’environnement, proposent de faire des investissements majeurs et annuels dans le verdissement des infrastructures publiques dans les villes. 

«Chaque année, les canicules sont meurtrières et la situation est dévastatrice dans plusieurs quartiers centraux comme le mien. Bien sûr, il faut climatiser de toute urgence les milieux de vie des plus vulnérables comme les CHSLD et les résidences pour aînés, mais il va falloir qu’on soit proactifs et exemplaires en matière d’infrastructures vertes pour diminuer la température des villes en multipliant les îlots de fraîcheur. L’asphalte et le béton ont fait leur temps », a expliqué Mme Massé. 

Les solidaires proposent de consacrer 1 % des investissements annuels en infrastructures publiques, soit 170 M$, au verdissement en région urbaine, notamment sur le terrain des hôpitaux, des CHSLD et des écoles. Cette politique publique permettrait non seulement de diminuer la température dans les villes, mais également de réduire les coûts en santé reliés aux impacts négatifs des grandes chaleurs et d’atténuer l’impact des inondations dans les municipalités.

« Les changements climatiques sont aussi réels que la COVID-19 et leurs effets combinés risquent de ne pas être beaux à voir cet été. Déjà en mai, Montréal et plusieurs régions ont enregistré des records de température. On doit se donner les moyens de transformer les villes. Comme avec le coronavirus, ce sont les plus vulnérables qui écopent et nous risquons d’avoir tout un combo cette année. Il n’y a plus de temps à perdre; le gouvernement Legault doit montrer l’exemple en adaptant les bâtiments et stationnements dont il a la gestion», a exigé Mme Ghazal.

Une étude de l’Institut national de santé publique du Québec révèle que la température dans les villes peut parfois être jusqu’à 12°C plus élevée que dans les secteurs ruraux avoisinants. Ce sont ces zones plus chaudes qui sont habituellement appelées des îlots de chaleur et auxquels Québec solidaire souhaite s’attaquer. 

politique Québec