Projets Autochtones du Québec annonce l’ouverture du premier programme résidentiel de gestion et de consommation d’alcool au Québec.

Projets Autochtones du Québec (PAQ) annonce l’ouverture de son programme de résidence avec gestion de consommation d’alcool (PGA) le 17 décembre 2020. Cette résidence accueillera huit (8) hommes provenant de la communauté autochtone en situation d’itinérance à Montréal, ayant une dépendance chronique et sévère à l’alcool.

Ce programme résidentiel, offert dans le cadre d’un partenariat clinique et de recherche avec le Service de médecine des toxicomanies du CHUM, est ancré dans des approches de « réduction des méfaits » et de « rencontrer les gens là où ils sont ». Il vise à fournir un espace sécurisé, sans jugement et à réduire les obstacles au logement permanent en atténuant les méfaits aigus, chroniques et sociaux liés à la dépendance à l’alcool.

PAQ a identifié un besoin urgent au sein de la population autochtone urbaine pour ce type d’hébergement avec services « globaux », un besoin exacerbé par la baisse de capacité des refuges d’urgence pendant la pandémie. Les participants au PGA sont particulièrement vulnérables aux dangers de la vie de la rue à cause de leur âge et de la détérioration de leur état de santé physique et/ou cognitive due, en partie, à l’abus d’alcool. Ils se voient souvent refuser l’accès aux refuges et aux services de logement en raison de leur grave dépendance à l’alcool. Les premiers participants au programme ont identifié comme priorités pour eux la tranquillité d’esprit, la sécurité et une connexion avec leur culture autochtone.

Ce nouveau programme de PAQ opère à partir d’une maison récemment rénovée à Ville-Marie avec toutes les commodités nécessaires aux résidents pour assurer à la fois l’intimité et la communauté. À la suite d’une évaluation clinique par le CHUM, les résidents reçoivent des quantités fixes d’alcool selon un plan individualisé dans un environnement supervisé. Ce régime d’alcool contrôlé aide les résidents à éviter les symptômes de sevrage, à stabiliser leur vie et à se focaliser sur d’autres objectifs personnels à court et à long terme.

Autochtones