Le RED et ses membres réclament le déconfinement de la danse de loisir

Le Réseau d’enseignement de la danse (RED) et ses membres réclament le déconfinement du secteur de la danse de loisir

Team White, Yoherlandy, Alexandre Francoeur et Lakesshia Kiki Pierre ne sont que quelques-unes des figures emblématiques de la danse qui apparaissent aux côtés d’enseignants et d’élèves dans la plus récente campagne de concertation et de sensibilisation du RED. Cette campagne vise à rappeler l’urgence de déconfiner les activités de la danse de loisir pour les quelque 37 000 élèves et 1500 enseignants rejoints par son réseau.

Bien que le RED se réjouisse de l’annonce récente de la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, d’autoriser la pratique supervisée des sports individuels et collectifs à l’extérieur, le réseau explique que cette mesure ne s’applique pas aisément au contexte de l’enseignement ou de la pratique de la danse de loisir.

« Les écoles de danse ont une réalité bien particulière. Beaucoup n’ont pu saisir l’opportunité d’offrir des classes de danse et des camps d’été à l’extérieur, soit par manque d’espace, par manque d’équipement pour assurer la sécurité des élèves ou simplement parce que certaines municipalités ne permettent pas aux écoles de danse d’offrir leurs activités dans les parcs. Si bien que les portes de la plupart des studios doivent demeurer fermées. Comme l’indique le plan de relance que nous avons déposé le 1er juin dernier au ministère de la Culture et des Communications, les membres du réseau s’estiment prêts à reprendre les cours en studio, tout en respectant les règles de distanciation et d’hygiène imposées par le gouvernement et la santé publique », explique Véronique Clément, directrice générale du RED.

Très proactif et au service de ses membres depuis le début de la pandémie COVID-19, le RED collabore aussi avec différents acteurs du milieu, dont le Regroupement québécois de la danse (RQD), et siège sur un comité de liaison avec le ministère de la Culture et des Communications, visant à assurer que l’enseignement de la danse soit déconfiné dès que possible. Cela dit, la danse étant à la fois un art d’interprétation et une activité physique hautement spécialisée, le RED multiplie également les demandes afin d’être inclus dans les discussions entre le ministère de l’Éducation et des Études supérieures (MEES) et les fédérations sportives concernant la relance de l’entraînement sportif encadré à l’intérieur, puisque de nombreuses activités sportives ont des réalités d’entraînement similaires.

Le RED demande que le secteur de l’enseignement de la danse de loisir soit entendu et son plan de relance considéré dans les plus brefs délais, afin que l’enseignement de la danse en studio – dans le respect des normes de santé et de sécurité des élèves et des enseignants – soit de nouveau permis dans un avenir rapproché.

« Notre milieu est en mode survie, il faut que les activités puissent reprendre rapidement, tant pour le bien-être des milliers d’élèves partout au Québec que pour la survie des écoles elles-mêmes », conclut madame Clément.

À propos du Réseau d’enseignement de la danse (RED)

Le RED est un organisme culturel soutenu par le ministère de la Culture et des Communications auquel adhèrent volontairement les écoles de danse de loisir et les enseignants en danse des quatre coins du Québec. Le RED offre de l’accompagnement, du soutien, de la formation continue et de multiples services complémentaires aux écoles de danse, en plus de représenter ses membres auprès des instances gouvernementales.

Pour en savoir plus, visitez le​ ​https://red-danse.ca​.

Le RED et ses membres réclament le déconfinement de la danse de loisir

danse