CPQ

Le CPQ est perplexe quant aux recommandations du rapport sur un régime national d’assurance-médicaments

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) prend acte du dépôt du rapport  du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. « Nous sommes inquiets de la vision centralisatrice de ces recommandations, qui ne répondent pas aux besoins exprimés par plusieurs parties prenantes au cours des derniers mois. Le rapport préconise que des normes nationales soient imposées et que le financement du régime soit lié au respect de ces normes, qui ne tiennent pas nécessairement compte des réalités des différentes provinces » affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ, qui rappelle que le Québec a déjà son propre régime en place.

En fait, ce genre de normes a déjà empêché le Québec d’apporter des modifications au niveau de son régime d’assurance-maladie par le passé. Le CPQ tient à souligner qu’il appuie le principe que tous les Canadiens puissent avoir accès à une assurance-médicaments et à des médicaments sur ordonnance abordables. Cependant la proposition de l’organisme était plutôt de travailler avec l’ensemble des parties prenantes et de se concentrer sur l’enjeu des traitements onéreux, alors que le Conseil consultatif propose une approche universelle à payeur unique.

« Nous allons continuer à analyser le rapport et consulter nos membres avant de commenter davantage les recommandations émises. Mais on doute des économies envisagées, surtout que le rapport est silencieux quant au financement du régime, sauf en ce qui concerne les transferts fédéraux, alors qu’il s’agit d’une pièce centrale dans ce casse-tête », de conclure, M. Dorval.

CPQ, régime d’assurance-maladie