Le Canada participe à la première édition de la Vein Week, du 5 au 11 avril 2021

Sensibilisation aux maladies veineuses, prévention et complications liées à la COVID-19

La COVID-19 affecte-t-elle les veines?

Des maladies veineuses thromboemboliques, des embolies pulmonaires, des maladies artérielles périphériques et des microangiopathies peuvent accabler les patients qui ont testé positif au nouveau coronavirus. Il y a environ 25 % de troubles thromboemboliques qui vont survenir dans la première semaine de la maladie; ce pourcentage peut doubler dans la deuxième semaine. Les médecins vasculaires vont aussi intervenir auprès de patients qui ont développé des problèmes artériels graves pouvant conduire à l’amputation d’un membre, voire leur décès. C’est donc très important durant la pandémie de doubler de précautions et de mettre en pratique les moyens de prévention énumérés ci-dessus… en plus de respecter les consignes sanitaires.

Montréal, 8 mars 2021. Le mois d’avril est consacré à de nombreuses campagnes de sensibilisation reliées à la santé. Alors que se tiendront la Journée mondiale de la santé le 7 avril prochain et la National Public Health Week du 5 au 11 avril aux États-Unis, la VEIN WEEK se tiendra en collaboration avec la vWin Foundation du 5 au 11 avril, un événement mondial auquel participera le Canada. Membre du comité scientifique de vWIN, Dre Pauline Raymond-Martimbeau, phlébologue, ancienne présidente et actuelle vice-présidente de la Société canadienne de phlébologie, profite de cette occasion pour sensibiliser la population aux maladies veineuses et lymphatiques. Leur incidence est très élevée dans les pays occidentaux où autant d’hommes que de femmes en sont atteints.  Considérant l’impact négatif de la Covid-19 sur la santé des veines, la question est plus d’actualité que jamais.

La phlébologie : une spécialité médicale en croissance

Les interventions des phlébologues, médecins spécialistes des maladies veineuses et lymphatiques, ont longtemps été perçues comme étant esthétiques. En effet, plusieurs ont cru à tort que leurs actes consistaient uniquement à faire disparaître des varices, ces veines dilatées visibles sous la peau, en leur injectant un produit sclérosant. 

Or, la phlébologie, qui a connu des progrès fulgurants au cours de la dernière décennie, c’est beaucoup plus que ça!. « Nous analysons l’état et la fonction du système veineux et des vaisseaux lymphatiques. Nous identifions et nous traitons les insuffisances veineuses chroniques (varices), les problèmes de stase veineuse (jambes lourdes, fourmillement, syndrome des jambes sans repos), les maladies thrombo-emboliques (caillots), les ulcères veineux, les malformations veineuses congénitales, les maladies lymphatiques telles que le lymphœdème et ainsi que le lipoedeme » indique Dre Raymond-Martimbeau

On notera que les varices pelviennes (abdominales, vaginales et vulvaires) ne sont pas nécessairement apparentes, mais peuvent causer beaucoup de douleur et de congestion, notamment durant les relations sexuelles. Les varices pelviennes peuvent prendre généralement plus de temps à être diagnostiquées, mais ce délai est appelé à être réduit grâce à la prise en charge par les phlébologues et la sensibilisation de ce problème par les médecins de famille et les médecins spécialistes qui s’intéressent davantage à la science de la phlébologie.    

À cet égard, le Collège des médecins du Québec a formé un groupe de travail afin de bien définir la formation théorique et pratique que les médecins devraient acquérir en phlébologie avant d’entreprendre une pratique dans ce domaine.

L’importance de prendre soin de ses veines

Les phlébologues traitent toutes les veines superficielles, visibles et invisibles, présentes dans le corps humain et diagnostiquent les troubles emboliques des veines profondes. Une personne peut ressentir de la lourdeur dans les jambes sans avoir de varices et l’inverse est aussi vrai : on peut avoir des varices sans avoir les jambes lourdes. Par contre, une personne sur trois peut avoir des varices…à son insu. Ceci s’explique par le fait que les veines saphènes ne sont visibles qu’à l’aide d’un examen d’imagerie médicale. Une fois la veine dilatée, celle-ci est rarement douloureuse; elle l’est plutôt durant le processus où elle se transforme en varice. Un examen approfondi pourrait dévoiler une maladie veineuse qui nécessite une prise en charge. Le phlébologue traite au moyen d’injections, de méthodes thermiques qui brûlent la veine – laser ou radiofréquence – de colle, de technique mécanique et de microondes, ou, dernier recours, par la chirurgie. Dre Raymond-Martimbeau rappelle qu’il est important d’intervenir rapidement car la maladie veineuse évolue malheureusement. Si on la néglige, des problèmes sérieux tels que de l’œdème, un ulcère, une thrombose ou une embolie pulmonaire pourraient survenir… Oui, montrer ses veines à un phlébologue vaut vraiment la peine!

Des actions saines pour les veines

De simples gestes et de bonnes habitudes de vie peuvent aider les gens à améliorer le flux de circulation sanguine qui mène vers le cœur. La marche et les activités aérobiques telles que la natation et le vélo sont à considérer. Les phlébologues recommandent de surélever les jambes fréquemment de même qu’ils préconisent aux personnes qui passent une grande partie de leur journée debout ou assis de monter sur la pointe des pieds plusieurs fois par jour. Cela permet de pomper le plus de sang possible et d’éviter que ce dernier reste au niveau des chevilles. Enfiler des bas de compression contribue également à réduire la stase veineuse. Il existe également sur le marché des suppléments qui s’appellent des veinotoniques que les patients peuvent prendre pour améliorer leurs symptômes.

Les femmes enceintes sont encouragées à porter des bas de compression au début de la grossesse, à cause du haut taux d’hormones dans le sang, et en fin de grossesse, en raison du poids du bébé. On trouve ces bas dans les pharmacies ainsi que dans les boutiques spécialisées en appareils orthopédiques et équipements médicaux. Comme il existe une grande variété de bas avec plusieurs degrés de compression, il est préférable de s’en remettre au médecin pour déterminer quels bas conviennent le mieux, que ce soit à titre préventif ou pour répondre au problème veineux.

À PROPOS 

Pauline Raymond-Martimbeau, MD, CRF, FAVLS, DABVLM

Vice-présidente de la Société canadienne de phlébologie

Présidente pendant 25 ans de la Société canadienne de phlébologie

Membre de l’American Board of Venous and Lymphatic Medicine

Membre du comité éditorial de Journal of vascular surgery

Fellow de l’American College of Phlebology

Membre honoraire de la Société Française de Phlébologie

Membre honoraire du Collège Français de Pathologie Vasculaire

Membre du Collège des Médecins du Québec

vWIN

La fondation créée par Sergio Gianesini, Oscar Bottini et Yung-Wei Chi,

trois spécialistes des veines travaillant dans trois universités différentes

de trois continents différents, se concentre sur la recherche scientifique des maladies veineuses et lymphatiques et les spécialités apparentées.  Des réunions scientifiques internationales sont organisées chaque année afin de faire progresser la diffusion de ces connaissances dans la

communauté médicale et permettre la promotion de la santé veineuse partout dans le monde.

maladie