avenir du tourisme au canada

L’avenir du tourisme au Canada

La crise de la COVID-19 a bouleversé notre quotidien à une vitesse fulgurante et le confinement mondial qui a suivi a grandement modifié le comportement des consommateurs. Les restaurants, les hôtels, les casinos et les centres sportifs sont demeurés vides pendant des mois, et le secteur du tourisme d’accueil au Canada a été l’un des plus durement touchés par le coronavirus.

Lancé aujourd’hui, le rapport de Deloitte intitulé L’avenir du tourisme d’accueil examine comment ce secteur devra se réinventer et s’adapter pour survivre en mettant la sécurité au premier plan, car les consommateurs canadiens recherchent par-dessus tout des expériences sans stress et des protocoles de santé et de sécurité uniformes.

Deloitte a déterminé quatre tendances clés axées sur les consommateurs qui vont refaçonner le secteur du tourisme d’accueil pendant les diverses étapes de redémarrage de l’économie et dans le monde post­pandémie.

La confiance sera essentielle

Les Canadiens se souviendront des entreprises qui se sont montrées attentives et qui ont pris soin d’eux. Les organisations doivent faire preuve de transparence, communiquer les mesures qu’elles mettent en place pour assurer la sécurité des clients et des employés, et démontrer comment elles respectent leur engagement à toutes les étapes des interactions. La crise de la COVID-19 a entraîné une accélération de la technologie, donnant aux entreprises du secteur du tourisme d’accueil l’occasion d’adopter des technologies numériques pouvant bénéficier à leurs clients. Si l’on considère que seulement 1 Canadien sur 3 (34 %) croit qu’il est sécuritaire de fréquenter un restaurant, l’adoption de technologies offrant notamment des capacités d’auto-enregistrement, des services accessibles par application mobile et des services de réalité augmentée ou virtuelle semble vitale pour survivre.

Repenser et réinventer l’expérience client

L’évaluation des comportements changeants des consommateurs sera cruciale pour permettre aux entreprises du secteur du tourisme d’accueil de déceler des occasions de se rétablir et de prospérer. Comme seulement 15 % des consommateurs canadiens croient qu’il est sécuritaire de participer à des événements en personne et que seulement 3 personnes sur 10 (29 %) croient qu’il est sécuritaire de séjourner à l’hôtel, les consommateurs ont des attentes plus élevées à l’égard du secteur et ne sont pas prêts à faire de compromis sur le plan de la santé et de la sécurité. Les hôtels doivent se réinventer afin de cibler les consommateurs qui comptent passer leurs vacances à la maison en faisant la promotion du tourisme dans leur propre région.

Réévaluer la liste des priorités

La crise de la COVID-19 semble avoir incité les consommateurs canadiens à réévaluer leurs priorités globales en matière de dépenses : de nombreux produits indispensables avant la pandémie sont désormais considérés comme des produits souhaitables, au mieux. Selon l’outil de suivi de l’état du secteur de la consommation de Deloitte (en anglais), au cours des quatre prochaines semaines, les consommateurs canadiens s’attendent à dépenser environ la moitié moins (51 %) dans les voyages15 % moins dans les restaurants et les services de plats à emporter, et 14 % moins dans les divertissements comparativement aux quatre semaines précédentes.

Une reprise sans précédent

Les entreprises du secteur du tourisme d’accueil devront appliquer une gestion des opérations tenant compte des réalités de la nouvelle normalité en investissant dans la technologie, en constituant une main-d’œuvre plus agile et en déterminant de nouvelles sources d’approvisionnement pour les produits et services auxquels leurs clients s’attendent. Applications mobiles et outils de balayage thermique non invasifs pour promouvoir la sécurité et alléger le fardeau opérationnel : la technologie jouera un rôle central dans la survie du secteur du tourisme d’accueil et sa capacité de s’adapter aux attentes et aux comportements changeants des consommateurs.

avenir du tourisme au canada

tourisme