JO & LAZY LANCENT LAST CALL

Jo & Lazy sont enfin prêts à lancer leur tout premier album à titre de duo après une année passée à composer et enregistrer Last Call, une fresque de 12 titres originaux teintés d’échantillonnages typiquement québécois. Les deux premiers extraits radio de l’album, « Disparaître (sur un train) » et « Incendiaire », ont déjà mis la table pour découvrir leur rap tantôt planant tantôt festif qui flirte entre pop et hip-hop, le tout ficelé de textes habiles et syncopés. 
 
Du rap accessible et authentique
Sur une base très rythmée et une ambiance festive, l’intensité de l’album évolue au fur et à mesure que les titres défilent. Le style de Jo, à mi-chemin entre le rap et le chant pop, forme une parfaite symbiose avec le flow hip-hop moderne et la plume soignée de Lazy. L’album s’ouvre sur « Rêver », une ode au moment présent et à saisir l’occasion qui se présente où guitare et basses rythmées donnent l’élan en rendant hommage au passage au groupe Capitaine Révolte. S’ensuit la planante « Revenir en arrière », où la guitare acoustique s’invite sur la basse et la batterie, ce qui donne un ensemble très organique. Jo & Lazy n’ont pas peur d’assumer leurs influences et « Disparaître (sur un train) » en est un bon exemple. Inspiré du mégasuccès de Vilain Pingouin, ce troisième titre fait lever d’un cran l’intensité de l’album avant la sensuelle « Incendiaire », dans laquelle on retrouve la voix unique de Chloé Doyon. Vient ensuite « Paradoxe sale », véritable clin d’œil aux années 1980 et au succès de Joe Bocan, qui était d’ailleurs honorée et agréablement surprise par cette nouvelle version. « Pyramide » prend le contrôle avec un rap classique où Jo & Lazy martèlent leur désir de s’imposer sur la scène, puis c’est le retour de la guitare sur « Everyday », un portrait de cette routine qui nous assaille. Dans « Rôle », une pièce à grand déploiement portée par le piano de Jonathan Harbec, le duo aborde l’importance de se mettre à la place du négligé pour comprendre toute l’horreur du racisme, entre autres. Le duo possède un vocabulaire instrumental impressionnant, mais laisse toujours la place au texte. Avec « Dans ma tête » et « Zen », on goûte à des arrangements majoritairement programmés; une autre corde à leur arc qui fonctionne à merveille. Pour finir, on crinque l’intensité avec « Brouillard » avant de clore les livres avec la festive « Last Call », dans laquelle l’harmonica (Léandre Monette) et la guitare acoustique (le solo est joué par Jean-Michel Soudre de Vilain Pingouin) nous invitent à lever notre verre pour fuir le temps qui court bien trop vite. 
 
Une bière et des vidéoclips
Jo & Lazy ne font pas les choses à moitié. Leur vidéoclip pour « Disparaître (sur un train) » où on retrouve Rudy Caya de Vilain Pingouin a été visionné près de 30 000 fois. Ils ont également mis en image leur collaboration avec Chloé Doyon dans le clip « Incendiaire » et prévoient sortir plusieurs autres clips dans les prochains mois. Jo & Lazy ont aussi collaboré avec la microbrasserie Farnham pour produire une bière à leur nom offerte en quantité limitée à l’achat de leur premier album. Last Call est disponible sur toutes les plateformes numériques dès aujourd’hui.
 
QUI SONT JO & LAZY ?
Jo Harbec et Fred Proulx ont chacun leur carrière distincte et font partie du paysage hip-hop québécois depuis de nombreuses années. Ils ont tous deux fait partie du groupe L.D.F. (Ligne de Front), fondé en 2005, avant de produire un album de part et d’autre. N’ayant pas peur de sortir des sentiers battus, ils décident de se réunir pour présenter Last Call, un premier album authentique et accessible lancé le 18 juin 2021 sous l’étiquette de Faces Productions, et dont les premiers extraits « Disparaître (sur un train) » et « Incendiaire » se sont hissés dans les palmarès radio et de téléchargement dès leur sortie. Ils ont également créé une version rap très appréciée de la chanson-thème de l’émission Ça rentre au poste à Radio Énergie.

Musique