ISAAC SYMONDS et YAEHSUN présentent « Natura Sophia » hypnotique premier extrait d’un album à venir le 16 avril

L’histoire débute en mars 2020, alors que deux talents musicaux prolifiques s’associent dans une nouvelle aventure d’écriture. Depuis leur studio respectif et avant même d’avoir une véritable conversation ou de se rencontrer, le processus créatif est mis en branle et en résulte un album de 10 titres. Isaac Symonds, musicien, producteur, auteur-compositeur et ancien membre du groupe indie-rock Half Moon Run, groupe primé et apprécié dans le monde entier, vit à Montréal. Yaehsun, le nom professionnel de Jason Haberman, basé à Toronto, est un génie solitaire du studio qui a collaboré avec une multitude de groupes de rock indie/alternatif, tels que Yukon Blonde, Zeus, Jason Collett, The Wooden Sky et Dan Mangan. 

Isaac + Yaehsun ont créé un tout de 10 paysages sonores ambiants et contemplatifs, qui trouvent refuge sur « Natura Sophia », un premier album qui verra le jour le 16 avril 2021 via Crystal Math/Universal Music.  La pièce titre,  « Natura Sophia » – (« sagesse de la nature » en latin) est lancée aujourd’hui en avant-première avec une sublime vidéo réalisé par l’artiste québecois Yonkers Vidal.

« Natura Sophia » est l’une des premières chansons que Yaehsun et moi avons écrites ensemble » note Isaac.  « Nous avons utilisé un engin appelé le Grendel Drone Commande pour la trame principale. La répétition constante, les changements subtils de son filtre vous entraînent lentement dans une transe. S’ensuit une valse entre les arpégiateurs et les ambiances aériennes. Cette musique me donne l’impression d’être en orbite dans l’espace ou de plonger dans les profondeurs de l’océan. C’est rêveur, c’est doux. J’espère qu’elle apportera à tous un peu de paix et de détente ».Yaehsun ajoute :  « Il y a quelque chose de très méditatif dans la façon dont tout ce processus s’est déroulé. Isaac et moi nous ne nous sommes jamais vraiment rencontrés en personne – et la base de toutes les chansons était que nous enregistrions nos parties seuls sans entendre ce que l’autre personne faisait. Il y a quelque chose de poétique là-dedans. Ce processus nous a vraiment engagés à nous faire confiance, à faire confiance au flux de la nature et à écouter, tranquillement, en laissant de la place à l’autre pour s’épanouir.» 

Musique