Investissement Québec

Investissement Québec: le moteur d’un bolide* serait mis à la disposition des entreprises

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) salue l’annonce du projet de loi pour la transformation notamment d’Investissement Québec (IQ) qui deviendra un outil de soutien et d’intervention encore plus efficace et ciblé pour le développement économique autant régional qu’international. « Avec cette restructuration et ce rapprochement des opérations d’IQ au Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), et avec les investissements additionnels de 5 milliards de dollars déjà promis dans le dernier budget, on augmente la puissance de ce moteur économique du Québec pour en faire un véritable bolide. La capacité de l’organisme à répondre aux défis des entreprises devrait être ainsi multipliée et encore plus à l’affût de la réalité du terrain, pour favoriser le développement des entreprises, augmenter nos exportations et améliorer notre productivité », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Le CPQ ne peut que souscrire aux objectifs du projet de loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation, il partage complètement les constats et salue les orientations gouvernementales en matière de productivité, d’exportations et d’accompagnement. Le CPQ note aussi l’intention du gouvernement de réduire l’écart de richesse avec nos principaux voisins. « Le Québec accuse un retard de productivité auquel il faut remédier par des mesures concrètes, il faut aussi augmenter et diversifier nos exportations pour que le Québec prospère davantage », de poursuivre M. Dorval. Le besoin d’accompagnement des entreprises fait aussi partie du diagnostic du CPQ, même si plusieurs programmes existent et le projet de loi propose des solutions à cet enjeu. Le CPQ apprécie aussi la création de comitésrégionaux

 

Offrir un service clé en main aux entreprises

L’organisme note également l’intention de favoriser l’allégement réglementaire, qui est un frein à ne pas sous-estimer, surtout pour des PME avec moins de ressources. Les employeurs ont besoin de se retrouver dans le dédale de paperasses et la fusion des bureaux régionaux d’IQ et du MEI seront de véritables guichets uniques pour les entreprises voulant obtenir du financement ou de l’accompagnement.

 

Le CPQ souligne toutefois l’importance de la coordination des acteurs dans les différents domaines notamment la main-d’œuvre. Rappelons que l’attraction des investissements requiert la disponibilité d’une main-d’œuvre adaptée à la réalité du marché du travail en qualité et quantité suffisante.

Augmenter la présence du Québec à l’international et soutenir l’innovation

En alliant les forces d’IQ à Export Québec, l’intention de hausser les exportations et les investissements étrangers sera favorisée par une plus grande présence du Québec à l’international ainsi que la mobilisation des meilleures ressources pour une prospection active.

Le CPQ est heureux de constater l’importance qui a été accordée à l’impact des transformations technologiques chez les entreprises. Plusieurs efforts doivent être consacrés pour stimuler l’innovation, moteur incontournable de productivité et de croissance économique et gage de compétitivité. IQ pourra ainsi exercer un rôle encore plus significatif dans l’accompagnement technologique des PME, dans leur transformation numérique et en automatisation. 

 

Changement d’approche

Les modifications proposées impliqueront nécessairement un changement au niveau de l’approche dans les relations entre le gouvernement et les entreprises. Ceci engendrera une tolérance au risque plus grande de la part des personnes qui offriront des services d’accompagnement aux entreprises. Qui dit changement dit aussi appréhension du changement qu’il faudrait gérer.

 

Tout en appuyant la volonté du gouvernement de doubler les investissements étrangers et d’augmenter les activités à haute valeur ajoutée et de leur contribution indéniable à la prospérité du Québec, le CPQ voudrait aussi souligner l’importance de travailler à la prospérité de l’ensemble des entreprises qui font partie du tissu économique régional. Ces entreprises offrent des services de proximité et ce pas uniquement dans les secteurs à très haute valeur ajoutée. Elles devraient également bénéficier d’accompagnement devant leurs différents défis, par exemple en termes de productivité et de main-d’œuvre.

 

« Grâce au renforcement du rôle d’IQ comme véritable acteur économique de proximité avec des moyens conséquents, les entreprises disposeront d’un soutien encore plus efficace, précis et puissant au service de leur développement économique et de la prospérité de tous » de conclure M. Dorval.

 

Tout en transformant et renforçant le mandat d’IQ, il est important de continuer, voired’accroitre, le partenariat d’IQ avec différents autres acteurs économiques sur le territoire, qu’ils soient financiers, technologiques, municipaux et associatifs. À ce titre, le CPQ tient à assurer à IQ et au gouvernement de son entière collaboration quant à l’atteinte des objectifs de prospérité économique.

*Évidemment, nous parlons d’un bolide électrique.

CPQ, développement économique