Etienne Dufresne revient en force avec “Jolicoeur”

Son vidéoclip rend hommage à l’esthétique basse-fidélité des jeux vidéo des 90’s.
Qu’ont en commun la chanson “Soirs de scotch” de Luce Dufault et la série télé américaine Twin Peaks de David Lynch? A priori, rien en particulier, sauf peut-être ce nouvel extrait “Jolicoeur” que présente aujourd’hui l’auteur-compositeur et interprète Étienne Dufresne.

viens vivre à Jolicoeur
ton coeur meurt au singulier
viens vivre à Jolicoeur
pourquoi t’as peur du sablier 


Jolicoeur” est un blues décalé qui s’ouvre sur la guitare mélancolique, s’accentue d’une rythmique de piano, se ponctue de choeurs dramatiques au refrain et vogue vers les voluptés du saxophone (celui de Felix Petit qui co-réalise le morceau) pour finir sur une voix grave qui se pose au creux de l’oreille (à la manière de Joe Dassin) et qui invite à s’enfuir vers Jolicoeur, cette ville aux mille espoirs.
« Jolicoeur, c’est l’histoire de celui qui, en quête de bonheur, tente de refaire sa vie ailleurs. Il tombe amoureux de la serveuse du restaurant de la petite ville. Un scénario classique comme on le verrait sur Netflix. Le rêve de l’exode est parfois illusoire; un phénomène attrayant qui peut camoufler une crise existentielle. Le vidéoclip dépeint cette envie de s’évader pour fuir l’ennui du quotidien. Hélas, même à l’autre bout du monde, la réalité finit souvent par rattraper celui qui tente d’y échapper. Une fiction «Boy meets girl» sur une trame de cœur brisé et de high de caféine. La signature visuelle du clip est une ode à «Twin Peaks» de David Lynch et aux jeux-vidéos lo-fi de la fin des années 90. » – Etienne Dufresne
Le vidéoclip réalisé par Etienne Dufresne, en collaboration avec Martin Paré à l’animation et Rose Côté pour le travail des textures, prend son inspiration dans les jeux vidéos des années 90 (Golden Eye et Tomb Raider), époque glorieuse où les contours à la définition pixelisée étaient la crème de la crème de l’ère digitale.

Jolicoeur” fait suite à l’extrait “Les Couteaux” paru en novembre dernier, toujours sous l’égide de la maison de disque Chivi Chivi. Etienne Dufresne laisse entrevoir ce qui pourrait se tramer en 2021 avec cette nouvelle carte sortie de son jeu.

Musique