« Ceci n’est pas un budget vert » – Manon Massé

C’est avec beaucoup d’étonnement que la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, constate que le premier ministre François Legault n’a pas rempli sa promesse de livrer un budget permettant de s’attaquer à l’urgence climatique et de réduire rapidement et substantiellement les émissions de GES au Québec.

« J’ai vraiment voulu y croire lorsque le premier ministre nous a promis un budget de l’environnement en début d’année. J’aurais été très heureuse de le féliciter aujourd’hui. Je ne suis malheureusement pas en mesure de le faire. Ce budget-là n’est pas un budget vert. C’est un budget d’écoblanchiment comptable.  Le gouvernement nous lance des chiffres imposants, mais en regardant de plus près, on se rend compte qu’il y a peu de choses qui changent à court terme pour répondre à l’urgence climatique », souligne Manon Massé.

Le gouvernement annonce 6 milliards $ sur 6 ans pour lutter contre les changements climatiques, mais il oublie de dire que de ce montant, 4 milliards $ sont des sommes déjà prévues qui viennent de la bourse du carbone. Cela signifie qu’il n’y aura, au mieux, en moyenne, que 350 M$ d’argent neuf annuellement pour lutter contre les changements climatiques. Cela est nettement insuffisant.

« On comprend pourquoi le ministre s’est acheté de nouveaux patins.  Il a fait de très jolies arabesques comptables dans ce budget et beaucoup de fantaisies pour essayer de nous faire croire que son gouvernement prend de grands moyens pour lutter contre les changements climatiques. Mais une analyse sérieuse du budget déboulonne complètement les prétentions environnementales du gouvernement. Ce n’est simplement qu’un grand mirage », explique Vincent Marissal, le responsable de Québec solidaire en matière de justice fiscale et de services publics.

Le député de Rosemont note que le gouvernement prévoit encore dépenser deux fois plus d’argent au Plan québécois des infrastructures (PQI) pour le transport routier que pour le transport collectif. Il faut noter aussi qu’aucun dollar additionnel ne sera versé aux sociétés de transport en commun cette année et l’année prochaine.  

Par ailleurs, le seul nouveau projet de transport collectif inscrit à l’étape de planification au PQI est celui du 3e lien, un projet qui est d’abord un projet autoroutier. Tous les autres projets de transports collectifs structurants ne sont inscrits qu’à l’étape d’étude du dossier. Cela n’engage pas à grand-chose, mais permet au gouvernement de faire une vague annonce d’investissements majeurs dans le futur.

Surplus budgétaire

Québec solidaire profite de ce budget pour réitérer sa demande de mettre en place un directeur parlementaire du budget. Cela permettrait d’avoir un réel portrait de la situation plutôt que de laisser le ministre des Finances jouer avec les surplus à sa guise pour dresser le portrait qui lui convient. 

Par ailleurs, Québec solidaire se demande pourquoi le gouvernement continue à mettre autant d’argent sur la dette ou le Fonds des générations alors que l’objectif de ratio de la dette brute par rapport au PIB est atteint.  Pour Québec solidaire, cet argent aurait dû servir pour le plan de lutte aux changements climatiques puisque c’est ce que réclament les plus jeunes générations.

budget Québec 2020, Manon Massé