20e édition de Mtl en Arts - Une programmation éclectique pour les petits et grands festivaliers

20e édition de Mtl en Arts – Une programmation éclectique pour les petits et grands festivaliers

Du 26 juin au 1er  juillet 2019, pour la 20e année consécutive, la rue Sainte-Catherine se transformera en immense galerie à ciel ouvert! Véritable célébration de la culture et des arts visuels, le Festival Mtl en Arts est un évènement précurseur dans la démocratisation de l’art dans l’espace public. Pour fêter ses 20 ans, plus de 150 artistes sont attendus dans son parcours d’activités artistiques de plus d’un kilomètre, comprenant entre autres une expo-vente majeure, des expériences participatives et un espace spécialement réservé aux enfants.
Joël Legendre, à qui ces objectifs tiennent aussi particulièrement à cœur, a d’ailleurs choisi de s’associer cette année au festival en tant que porte-parole.

UNE EXPO-VENTE METTANT L’ART À L’HONNEUR
Son expo-vente d’envergure regroupera cette année 75 exposants, dont la moitié sont des artistes émergents et prometteurs qui exposeront leurs œuvres aux côtés d’artistes professionnels et reconnus tels que Pat Cantin, Yvon Goulet et Melsa Montagne. Le public pourra ainsi découvrir une multitude de créateurs, majoritairement locaux (78%), mais aussi issus de la diversité culturelle (20%). Les arts visuels, mais aussi les métiers d’art, seront à l’honneur. Le festival donnera la possibilité à de nombreux artistes d’être vus et entendus, raison pour laquelle l’artiste de renommée internationale Besner a choisi de s’associer à Mtl en Arts en tant qu’ambassadeur de l’expo-vente.

Les festivaliers seront également invités à voter pour leur artiste préféré en courant la chance de gagner 1 000 $ grâce au Prix du Public « Coup de Cœur Desjardins ».

LES VOLETS PHARES DE LA 20E ÉDITION
Deux projets ont été imaginés spécialement pour fêter les 20 ans de Mtl en Arts. Tout d’abord, les visiteurs seront invités à concevoir une œuvre évolutive en collaboration avec l’artiste David Farsi, qui les guidera pendant les 6 jours du festival. L’œuvre d’envergure de 80 pieds de long « Bleu ciel » sera l’activité phare de la 20e édition. Pensée de manière transversale, elle intègre une dimension interactive, éducative et sociale pour aller à la rencontre du grand public. Ce projet a été soutenu par Investissement MSC Canada et Le Bourbon condominiums en collaboration avec le Groupe Paradoxe. Une partie des recettes sur les ventes des œuvres sera redistribuée à Opération Enfants Soleil et au Groupe Paradoxe.

À l’occasion des 20 ans du festival, Mtl en Arts organise aussi une exposition rétrospective pour célébrer cette édition anniversaire. De nombreux artistes ayant remporté des prix depuis le début du festival seront présentés au public dans la galerie éphémère DBC qui ouvrira ses portes rue Sainte-Catherine. Parmi ces récipiendaires, Sébastien Gaudette, Zoltan Veevaete et Hélène Cenedese seront notamment présentés. Ce sera aussi l’occasion de retracer l’historique de Mtl en Arts.

NOS EXPÉRIENCES ET ACTIVITÉS URBAINES
En 2019, les projets d’art urbain seront encore présents en grand nombre. Ces activités participatives proposées aux festivaliers les familiariseront avec le milieu des arts.
Le public pourra aussi s’investir dans la réalisation d’une deuxième murale, style « peinture à numéros », imaginée par l’artiste X-Ray.

L’initiative « L’art qui redonne » permettra de mettre l’art au service d’une bonne cause. Deux grandes murales éphémères seront créées en direct par les artistes MORT et Nicolas Nabonne. Des reproductions miniatures de leur travail seront mises en vente et 50% des profits seront remis à la fondation Émergence, qui lutte contre l’homophobie et la transphobie.

Avec le projet « Ça déménage! », le festival allie créativité et esprit « récup ». Le projet offrira au public la possibilité de faire personnaliser ses meubles par Klor du collectif d’art urbain 123Klan. Grâce au soutien de RECYC-QUÉBEC, cette activité sera offerte gratuitement aux festivaliers.

Le Ring de « Boxe picturale » sera le théâtre d’affrontements créatifs mettant en vedette 14 artistes, comme Zoé Boivin ou Jeik Dion. Les festivaliers pourront parier sur leur artiste favori, avec à la clé de nombreux lots à gagner.

Dans le conteneur « Je t’arrange ton portrait », le public pourra se faire peindre en direct par nos portraitistes Matthew Belval et Cedric Taillon.

Afin de valoriser le talent et la diversité culinaire du Village, Mtl en Arts proposera en collaboration avec 6 restaurateurs du quartier des plats au visuel soigné pour un tarif avantageux : 20 ans, 20 $ ! Ces restaurants sont : le Bistro Culturel Pavillon, le District Vidéo Lounge, le Palme, la Pizzeria Magpie du Village, le Tendresse et la brasserie Rebel.

DE NOMBREUSES ACTIVITÉS POUR LA FAMILLE
Stimuler les plus jeunes et les initier aux arts demeure, depuis toujours, une priorité pour le festival. La « Zone Enfant », pour laquelle Annie Brocoli, très concernée par l’accès des jeunes à l’art, est l’ambassadrice, offrira une grande variété d’activités.
Les enfants pourront participer à des animations encadrées et conçues par des artistes professionnels. Avec « Ma première exposition », ils seront amenés à réaliser une création et la verront exposée pour la première fois. Accessibles gratuitement sur inscription, différents ateliers seront proposés, comme par exemple des initiations au graffiti par Zïlon, ou à la sculpture et au moulage par Karine Giboulo.

L’activité « Ma première galerie d’art Québecor » leur permettra de s’initier à l’art de collectionner. Dans cet espace imaginé sur mesure pour eux, les jeunes amateurs pourront aiguiser leur œil critique et faire l’acquisition d’œuvres uniques créées par des artistes reconnus.

La murale collective éphémère de style « peinture à numéros » conçue par l’artiste X-Ray invitera aussi ces artistes en herbe à s’approprier l’art de la fresque.

LE FESTIVAL SE PROLONGE SUR AMHERST
Le parcours artistique se poursuivra sur la rue Amherst entre les rues Sainte-Catherine et Robin avec l’exposition « Illustrateurs du Québec » qui met en vedette le travail de 12 artistes locaux. Les passants y découvriront entre autres le travail de Luc Melanson, Mügluck, et Pascal Blanchet, jusqu’au 30 septembre 2019.

Entre les rues René-Levesque et Sainte-Catherine, le collectif Flagrant Délice a pour sa part réalisé 24 bacs à fleurs. Leur projet « À fleur de pots » a été sélectionné parmi plusieurs autres propositions déposées lors d’un appel lancé afin de trouver une nouvelle identité visuelle à la rue Amherst.

Ces deux projets ont été menés en collaboration et grâce au soutien financier de la SDC du Village.

DES SOIRÉES À NE PAS MANQUER
Enfin, trois soirées seront également proposées pour faire durer les festivités.
La soirée de lancement aura lieu le 25 juin, avec le vernissage de l’exposition des 20 ans. Elle se déroulera entre les murs de la galerie DBC, au 1387 rue Sainte-Catherine Est.

La soirée festive « Party 20 ans » se tiendra le vendredi 28 juin à la « Galerie Blanc ». Dix artistes y ré-interprèteront en direct leur œuvre préférée de l’exposition TOILET PAPER de Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari !

Le public sera aussi invité à venir prendre un verre avec les artistes pendant la soirée de remise des prix, à la galerie DBC. Le dévoilement des grands gagnants de l’édition 2019 de Mtl en Arts clôturera alors le festival !

Le festival profite notamment du soutien financier de la Société de développement
Commercial du Village, de l’Arrondissement de Ville-Marie, de Patrimoine Canada, Fugues, Hachem, Pébéo, Archibald, Arte, et Publicité Sauvage.

Investissement Québec

Investissement Québec: le moteur d’un bolide* serait mis à la disposition des entreprises

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) salue l’annonce du projet de loi pour la transformation notamment d’Investissement Québec (IQ) qui deviendra un outil de soutien et d’intervention encore plus efficace et ciblé pour le développement économique autant régional qu’international. « Avec cette restructuration et ce rapprochement des opérations d’IQ au Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), et avec les investissements additionnels de 5 milliards de dollars déjà promis dans le dernier budget, on augmente la puissance de ce moteur économique du Québec pour en faire un véritable bolide. La capacité de l’organisme à répondre aux défis des entreprises devrait être ainsi multipliée et encore plus à l’affût de la réalité du terrain, pour favoriser le développement des entreprises, augmenter nos exportations et améliorer notre productivité », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Le CPQ ne peut que souscrire aux objectifs du projet de loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation, il partage complètement les constats et salue les orientations gouvernementales en matière de productivité, d’exportations et d’accompagnement. Le CPQ note aussi l’intention du gouvernement de réduire l’écart de richesse avec nos principaux voisins. « Le Québec accuse un retard de productivité auquel il faut remédier par des mesures concrètes, il faut aussi augmenter et diversifier nos exportations pour que le Québec prospère davantage », de poursuivre M. Dorval. Le besoin d’accompagnement des entreprises fait aussi partie du diagnostic du CPQ, même si plusieurs programmes existent et le projet de loi propose des solutions à cet enjeu. Le CPQ apprécie aussi la création de comitésrégionaux

 

Offrir un service clé en main aux entreprises

L’organisme note également l’intention de favoriser l’allégement réglementaire, qui est un frein à ne pas sous-estimer, surtout pour des PME avec moins de ressources. Les employeurs ont besoin de se retrouver dans le dédale de paperasses et la fusion des bureaux régionaux d’IQ et du MEI seront de véritables guichets uniques pour les entreprises voulant obtenir du financement ou de l’accompagnement.

 

Le CPQ souligne toutefois l’importance de la coordination des acteurs dans les différents domaines notamment la main-d’œuvre. Rappelons que l’attraction des investissements requiert la disponibilité d’une main-d’œuvre adaptée à la réalité du marché du travail en qualité et quantité suffisante.

Augmenter la présence du Québec à l’international et soutenir l’innovation

En alliant les forces d’IQ à Export Québec, l’intention de hausser les exportations et les investissements étrangers sera favorisée par une plus grande présence du Québec à l’international ainsi que la mobilisation des meilleures ressources pour une prospection active.

Le CPQ est heureux de constater l’importance qui a été accordée à l’impact des transformations technologiques chez les entreprises. Plusieurs efforts doivent être consacrés pour stimuler l’innovation, moteur incontournable de productivité et de croissance économique et gage de compétitivité. IQ pourra ainsi exercer un rôle encore plus significatif dans l’accompagnement technologique des PME, dans leur transformation numérique et en automatisation. 

 

Changement d’approche

Les modifications proposées impliqueront nécessairement un changement au niveau de l’approche dans les relations entre le gouvernement et les entreprises. Ceci engendrera une tolérance au risque plus grande de la part des personnes qui offriront des services d’accompagnement aux entreprises. Qui dit changement dit aussi appréhension du changement qu’il faudrait gérer.

 

Tout en appuyant la volonté du gouvernement de doubler les investissements étrangers et d’augmenter les activités à haute valeur ajoutée et de leur contribution indéniable à la prospérité du Québec, le CPQ voudrait aussi souligner l’importance de travailler à la prospérité de l’ensemble des entreprises qui font partie du tissu économique régional. Ces entreprises offrent des services de proximité et ce pas uniquement dans les secteurs à très haute valeur ajoutée. Elles devraient également bénéficier d’accompagnement devant leurs différents défis, par exemple en termes de productivité et de main-d’œuvre.

 

« Grâce au renforcement du rôle d’IQ comme véritable acteur économique de proximité avec des moyens conséquents, les entreprises disposeront d’un soutien encore plus efficace, précis et puissant au service de leur développement économique et de la prospérité de tous » de conclure M. Dorval.

 

Tout en transformant et renforçant le mandat d’IQ, il est important de continuer, voired’accroitre, le partenariat d’IQ avec différents autres acteurs économiques sur le territoire, qu’ils soient financiers, technologiques, municipaux et associatifs. À ce titre, le CPQ tient à assurer à IQ et au gouvernement de son entière collaboration quant à l’atteinte des objectifs de prospérité économique.

*Évidemment, nous parlons d’un bolide électrique.

CPQ

Fixation des tarifs d’électricité : un processus ajusté au bénéfice de tous.

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) accueille favorablement le projet de loi déposé ce matin par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Jonatan Julien. En décidant de simplifier le processus de fixation des tarifs d’électricité et de l’ajuster au taux d’inflation, le gouvernement ajuste le processus au bénéfice de tous.

 

« Pour les entreprises, comme pour les citoyens, il s’agit d’une bonne nouvelle, car tous pourront profiter d’un gel des tarifs dans un premier temps, et ensuite d’une hausse des tarifs stable et prévisible », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. « De plus, cette stabilité des coûts de l’approvisionnement en électricité permettra aux entreprises de mieux prévoir leurs coûts de production, ce qui représente un avantage non négligeable pour tous les employeurs de la province. »

 

Rappelons que la loi qui encadre la gestion d’Hydro-Québec obligeait la société d’État à se soumettre à un processus d’évaluation de la Régie de l’énergie qui valide et approuve les augmentations de tarifs, et ce, presque deux ans d’avance. Il s’agit d’un processus long et complexe dont le résultat s’apparente dans les faits au taux d’inflation depuis près de 60 ans.

 

« Le CPQ voit dans ce nouveau projet, un pas dans la bonne direction en ce qui concerne l’allègement réglementaire pour l’ensemble de la fonction publique. Espérons que le gouvernement continuera dans cette direction et s’attaquera à d’autres processus de ce genre », de conclure M. Dorval.

Dix grandes idées proposées par les membres de l’industrie immobilière pour intensifier la Ville de Québec

Dix grandes idées proposées par les membres de l’industrie immobilière pour intensifier la Ville de Québec

Forum de l’habitation de la ville de Québec

Dans le cadre du Forum sur l’habitation de la ville de Québec, l’Institut de développement Urbain (IDU) propose 10 grandes idées à la ville de Québec pour l’intensification et le développement de la ville autour du réseau structurant de transport en commun.

« Pour attirer plus de ménages sur le territoire de la Ville de Québec, nous devons développer des stratégies qui tiennent compte des réalités de la ville et de l’ensemble des projets majeurs en cours sur notre territoire. C’est l’occasion d’une génération ! Le projet de transport structurant est assurément majeur et nous devons penser le développement de la future offre résidentielle autour de ses principaux pôles », a précisé madame Nathalie Roussin, présidente du conseil régional de Québec de l’IDU.

Ainsi, l’IDU soumet à la ville de Québec les 10 grandes idées qui ont émergé de la démarche IntenCitéQC 2019 qui s’est soldée par une journée de réflexion lundi dernier regroupant plus de 150 leaders. Les 10 grandes idées se déclinent donc comme suit :

1 Attirer plus de ménages sur le territoire de la ville de Québec en travaillant à maximiser ses quartiers centraux, notamment en adoptant une stratégie d’urbanisme qui soutient le développement de milieux de vie complets alentour des gares et principales stations du réseau structurant de transport en commun et y réaliser des quartiers de type TOD (transit oriented development) de moyenne ou haute densité.

2 Faire des quatre pôles à fort potentiel que sont Chaudière, St-Roch / ExpoCité, Lebourgneuf et Ste-Foy / Entrée ouest les principaux vecteurs de croissance de la population en y orientant un important pourcentage des nouveaux ménages.

3 Concentrer les investissements publics en infrastructures dans ces secteurs et veiller à ce que les gouvernements supérieurs développent une offre de service public qui réponde aux besoins des résidents en général et des familles en particulier.

4 Prévoir impérativement l’interconnexion du réseau structurant de transport en commun avec la rive-sud de Québec et relier les principaux pôles de destination par le tramway en priorisantses extensions futures vers l’aéroport de Québec à partir du secteur Chaudière et vers Lebourgneuf à partir du pôle d’échange St-Roch.

5 Favoriser dans les quatre pôles identifiés l’émergence de quartiers qui conjuguent notammentles déplacements actifs, la mixité sociale et le design urbain. Y soutenir la densification de la fonction résidentielle et une planification détaillée visant à adapter l’aménagement selon les caractéristiques et les potentiels spécifiques de chaque pôle.

6 Inviter les autorités publiques à adopter un programme incitatif ayant pour objet de contribuer au développement de logements sociaux et abordables à l’intérieur des aires TOD.

7 Favoriser les développements urbains et immobiliers durables et le verdissement de la ville dans ces aires.

8 Adopter une approche réglementaire plus flexible pour favoriser le développement d’aires TOD de qualité en adoptant des nouvelles approches comme celles du « form based code ».

9 Proposer au gouvernement du Québec et Hydro-Québec d’enfouir les lignes à haute tension dans les secteurs à intensifier et vendre ses terrains ainsi libérés pour payer en tout ou en partie les coûts de l’enfouissement.

10 Établir publiquement une entente-cadre ville-promoteur dans les aires TOD à intensifier afin d’augmenter la prévisibilité des investissements immobiliers et publics ainsi que les retombées fiscales dans ces secteurs.

« Comme nous l’avons fait précédemment dans le cadre de Québec 2050, nous sommes convaincus que nos propositions sauront contribuer au développement de la ville de Québec et de son imposant projet de transport en commun. Nos membres seront au rendez-vous pour travailler avec la ville au bénéfice de l’ensemble de la population. Nous collaborons déjà étroitement avec la ville de Québec et nous sommes aujourd’hui très heureux de lui présenter ces grandes idées », a finalement mentionné le Président- directeur général de l’IDU, monsieur André Boisclair.

CPQ

Grande corvée: une initiative positive pour les employeurs

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) se réjouit de la bonification du Programme de formation de courte durée auquel une enveloppe additionnelle de 45 millions $ sera consacrée sur quatre ans. « L’adéquation des compétences des travailleurs à la réalité du marché de l’emploi est une condition essentielle au développement et à la compétitivité de nos entreprises, et donc à la croissance de notre économie », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. Pour ce faire, un arrimage sera nécessaire entre le milieu de l’enseignement et les besoins des employeurs.

Par ailleurs, l’organisme est aussi heureux d’apprendre que plus de 8 500 d’entreprises de 11 régions du Québec ont pu échanger avec le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale dans la cadre de la Grande corvée quant à leurs besoins spécifiques en matière de main-d’œuvre, qui constitue l’enjeu numéro un des employeurs au Québec. « Nous travaillons de concert avec le gouvernement et les acteurs du milieu économique pour faire valoir les besoins concrets des entreprises québécoises et trouver ensemble des solutions qui leur permettent de prospérer, et ce au bénéfice de tous », de conclure M. Dorval.

LA FONDATION LANCE SON PROGRAMME DE SUBVENTIONS 2019 SUR LA PRÉVENTION ET LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS

COMMENT TRAVAILLER AVEC SES ADVERSAIRES ? UN ÉCHANGE INÉDIT ENTRE DEUX ANCIENS PREMIERS MINISTRES

Lors de son Assemblée générale annuelle, qui se tenait ce lundi 10 juin, la Fondation du Barreau du Québec a dévoilé le thème de sa soirée-conférence, consacrée à la justice participative. Dans un récent sondage effectué par ADAJ, seulement 4,2 % des répondants ont indiqué vouloir résoudre leur différend dans le cadre d’un procès en cas de litige. La majorité a souligné préférer une autre méthode de règlement de différends, hors des tribunaux.

Depuis 2016, le Code de procédure civile oblige les parties à considérer le recours aux modes privés de prévention de règlement de leur différend (négociation, médiation, arbitrage, et les autres mécanismes) avant de s’adresser aux tribunaux. Ces mécanismes en plein développement sont complémentaires à notre système de justice traditionnel et situent les personnes en conflit au cœur de la recherche de solutions.

La Fondation du Barreau du Québec s’inscrit comme partenaire dans ce changement de la culture judiciaire en consacrant une soirée-conférence le 22 octobre prochain sur le thème Comment travailler avec ses adversaires ?. Cet événement regroupera deux avocats et hommes politiques chevronnés, anciens premiers ministres du Québec, de formation politique différente : Lucien Bouchard et Jean Charest.

Cet échange, qui s’annonce riche d’enseignements, permettra à des professionnels de tous secteurs, membres de la communauté juridique et du monde des affaires, de s’inspirer de leur parcours et de leurs bonnes pratiques pour solutionner des différends. En effet, la justice participative est pertinente dans de nombreux domaines d’application (relations de travail, milieu de la santé, entreprises privées, successions etc.) afin de faciliter l’accès à la justice.

La participation à cette soirée-conférence sera également une occasion de soutenir les actions de la Fondation du Barreau du Québec, qui œuvre pour l’avancement du droit dans notre société.

Pour plus d’informations sur la conférence et pour réserver votre place, rendez-vous sur :https://www.jedonneenligne.org/fondationfbq/

CPQ

Augmentation des seuils d’immigration : un pas dans la bonne direction

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) prend acte de la décision du gouvernement provincial d’augmenter les seuils d’immigration. L’organisme croit que cette décision permettra d’alléger la situation de nos employeurs, pourvu que le système d’immigration soit plus rapide et que le processus de sélection reflète les besoins réels du marché du travail.

« Devant la réalité du marché de l’emploi au Québec, toutes les initiatives sont les bienvenues pour augmenter le bassin de main-d’œuvre disponible. Comme la rareté de main-d’œuvre est devenue un enjeu très important pour l’ensemble de la société québécoise, nous estimons que nous devrions hausser les seuils, et ce, plus rapidement », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. « Nous sommes d’avis que nous ne devons pas seulement accueillir un plus grand nombre de personnes, nous devons nous assurer aussi qu’ils répondent aux besoins de nos employeurs. Pour ce faire, il est urgent d’adapter la grille de sélection, tout en rendant le processus plus rapide. »

Le CPQ restera disponible pour travailler avec le gouvernement ainsi que l’ensemble des parties prenantes au cours des prochains mois, pour s’assurer que les besoins des employeurs du Québec soient pris en compte.

Joe Zee chapeaute les 16 top designers canadiens vedettes De la 16e Collection Cashmere annuelle : Légendes de la mode

Joe Zee chapeaute les 16 top designers canadiens vedettes De la 16e Collection Cashmere annuelle : Légendes de la mode

Des top designers d’un océan à l’autre ont puisé leur inspiration d’icônes mondiales de la mode pour créer une tenue haute couture en papier hygiénique Cashmere

dans le but de collecter des fonds pour vaincre le cancer du sein.

Imaginez… des légendes de la mode — Dior, Givenchy, Yammamoto, Versace — paradant sur la passerelle leurs créations haute couture exclusives et avant-gardistes réunies dans une seule et même collection épique, en un même temps et en un même lieu. Maintenant, ouvrez bien les yeux et admirez, ce rêve vient de se réaliser. Et ce ne sont que quatre des 16 icônes légendaires de la mode ayant inspiré les designers de la Collection Cashmere de cette année : Légendes de la mode. Coup d’envoi du Mois de la sensibilisation au cancer du sein en octobre, la collection est une vision unique d’un avenir sans cancer du sein mettant en lumière des tenues haute couture prêtes pour la passerelle, entièrement confectionnées par 16 designers de mode canadiens de renom avec des feuilles duveteuses de papier hygiénique Cashmere, la marque la plus vendue au Canada.

Née sous une bonne étoile

La Collection Cashmere, qui, à ce jour, a mis en vedette plus de 195 designers canadiens, se renouvelle cette année sous l’œil aiguisé de son responsable, Joe Zee, producteur télé, animateur et expert en mode. Apparitions télé récurrentes aux émissions StitchedAccess Hollywood et FAB Life, contributions à Yahoo! Style et ELLE Magazine, et collaborations avec les géants de la mode Annie Leibovitz, Juergen Teller et Patrick Demarchelier, la feuille de route de Joe Zee est impressionnante.

« Je suis un fervent admirateur des designers de mode canadiens de talent, et je suis fier de faire partie de la Collection Cashmere 2019. En plus de soutenir l’industrie de la mode d’ici, elle invite les designers à créer avec compassion pour soutenir la lutte contre le cancer du sein, tout en rendant hommage aux légendes de la mode qui les inspirent le plus », a affirmé Joe Zee à propos de la Collection #Cashmere19.

À vos calendriers!

Le coup d’envoi annuel du Mois de la sensibilisation au cancer du sein en octobre, la Collection Cashmere est produite par Produits Kruger, le fabricant du papier hygiénique Cashmere. La Collection 2019 sera présentée, en primeur, le mercredi 25 septembre au Globe and Mail Centre, lors d’un défilé VIP, sur invitation seulement.

Les designers de la Collection Cashmere 2019 : Légendes de la mode incluent :

Ryan Alexander inspiré par Valentino

Toronto (ON)

Natif de Toronto, RYAN ALEXANDER s’est inspiré de Valentino pour créer sa robe de la Collection Cashmere 2019 : Légendes de la mode, en raison de leur amour partagé pour les designs classiques conférant un pouvoir aux femmes qui les portent. Depuis 2014, il crée des robes cocktail et de soirée qui épousent à merveille la silhouette féminine. « J’ai toujours été attiré par le côté sophistiqué de Valentino, et j’aspire à développer cet art sublime pour l’intégrer à mes propres créations, à ma propre façon ».

 

Chavah Lindsay inspirée par Vivienne Westwood

Grand Bay – Westfield (NB)

En tant que seule propriétaire de Chavah Designs à Grand Bay, CHAVAH LINDSAY dessine, coud, emballage et livre elle-même ses fabuleuses créations conçues sur mesure. Formée au New Brunswick College of Craft and Design et au Humber College de Toronto, Chavah est aujourd’hui reconnue et renommée pour ses robes de filles d’honneur et ses scintillantes robes cocktail « convertibles » des plus flatteuses. Inspirée par l’époustouflante robe de mariée de Carrie Bradshaw dans Sexe à New York, Chavah a choisi la légende de la mode Vivienne Westwood.

 

Arti Gogna inspirée par Versace

Montréal (QC)

ARTI GOGNA conçoit des robes uniques et audacieuses aux lignes épurées pour les occasions les plus importantes pour une femme : bal des finissants, mariages, galas, et même des audiences avec la Reine Élizabeth II… « C’est si enrichissant, voire excitant, d’être témoin de toute la joie et la confiance en soi que mes clientes ressentent quand elles essaient leur robe et se regardent dans le miroir ». C’est exactement l’effet que cette diplômée du Collège LaSalle suscite à travers ses créations fièrement confectionnées à Montréal et disponibles en magasin et en ligne. L’emphase que Versace met sur l’importance de donner le pouvoir aux femmes à travers leur sexualité est ce qui a inspiré sa somptueuse robe de la Collection Cashmere 2019.

 

Adrienne Goodine inspirée par Hubert de Givenchy

Fredericton (NB)

ADRIENNE GOODINE, basée à Fredericton et nouvellement diplômée du New Brunswick College of Craft and Design, a transformé sa passion de toujours pour la mode en une entreprise de vêtements et bijoux fabriqués sur mesure. Ses créations sont aguichantes, parfois même fantaisistes, de tenues de soirée formelles, en passant par des boucles d’oreilles à la fois délicates et imposantes et des pendentifs distinctifs. Il va de soi qu’Adrienne se soit inspirée de Givenchy pour donner naissance à sa création haute couture pour la Collection Cashmere#19, étant donnée sa grande admiration pour le style d’Audrey Hepburn. Givenchy a d’ailleurs aussi été le designer préféré de l’actrice!

 

Lesley Hampton inspirée par Christian Siriano

Toronto (ON)

 

Titulaire de plusieurs diplômes en art et en mode, la native de Terre-Neuve, LESLEY HAMPTON, est plus que qualifiée pour atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé : créer des tenues mode qui « inspirent la positivité, un esprit sain et la diversité ». Elle intègre également des influences de son héritage autochtone et de son identité en tant qu’enfant de troisième culture dans ses vêtements pour femmes, allant de chics ensembles de soirée à faire tourner les têtes à d’élégantes tenues athlétiques. La création de Lesley pour la Collection Cashmere 2019 est inspirée de la légende contemporaine de la mode, Christian Siriano, notamment de ses créations incroyablement complexes.

 

Sarah Haunts inspirée par Zac Posen

Oakville (ON)

La designer SARAH HAUNTS crée des vêtements haute couture sur mesure de style chic bohémien depuis cinq ans de son studio d’Oakville, en Ontario. Depuis qu’elle a obtenu un diplôme avancé en design de mode du Fanshawe College, Sarah est motivée par la croyance qu’« il y a quelque chose de magique dans la façon dont une femme se sent dans un vêtement qui épouse parfaitement son corps et sa personnalité ». C’est le côté audacieux, dramatique et raffiné des créations de Zac Posen, dit-elle, qui a fait de ce dernier sa muse pour la Collection Cashmere 2019.

 

Jillian Joy inspirée par Christian Dior

Toronto (ON)

JILLIAN JOY UBANDO est passée avec brio du simple plaisir de confectionner des robes de bal pour ses amies à une reconnaissance enviable pour ses robes de mariage et de soirée créées sur mesure sous la griffe Jillian Joy Hand Crafted. Ses créations classiques et intemporelles, rehaussées de motifs d’inspiration philippine et épousant à la perfection toutes les silhouettes, sont la force de cette diplômée de Ryerson depuis 2018. La création de la Collection Cashmere 2019 de Jillian s’inspire des robes élégantes et féminines de Christian Dior.

 

Steven Lejambe inspiré par Alexander McQueen

Toronto (ON)

Le célèbre designer torontois, STEVEN LEJAMBE, a dit : « J’aime travailler avec différentes soies, comme le chiffon et l’organza, et j’ai toujours aimé le tulle, beaucoup de tulle! ». Eh bien, maintenant qu’Alexander McQueen lui a servi d’inspiration pour la Collection #Cashmere19 : Légendes de la mode, il a eu la chance d’utiliser tout son romantisme teinté d’audace pour confectionner une splendide robe avec du papier hygiénique Cashmere. Vous pouvez toujours vous attendre à une création sexy, mais non moins raffinée, de ce diplômé de George Brown.

 

Stephanie Moscall-Varey inspirée par Yohji Yamamoto

Toronto (ON)

Plusieurs des plus grands connaisseurs de mode au Canada voient déjà STEPHANIE MOSCALL-VAREY comme une future star – et elle n’a même pas encore terminé ses études! Cette diplômée de Ryerson continue de peaufiner son art en poursuivant une maîtrise en design de vêtements pour femmes au London College of Fashion, au Royaume-Uni. Stephanie, qui a créé sa toute première collection automne/hiver originale au concept audacieux sous sa griffe, Moskal, a puisé son inspiration pour la Collection #Cashmere 2019 dans le talent de Yohji Yamamoto.

 

Sage Paul inspirée par Thierry Mugler

Toronto (ON)

L’activisme et le talent artistique sont les principaux moteurs de la designer primée, Sage Paul. Fière dénée urbaine et membre de la Première nation d’English River, cette diplômée de George Brown est le catalyseur derrière la toute première Semaine de la mode indigène de Toronto. Sa collection se compose de tenues uniques des plus élégantes, souvent ornées de perles et de cuir. Sa vision : « la mode est un médium puissant et inclusif, qui peut donner naissance à quelque chose de significatif s’il elle est abordée avec stratégie, soin et intégrité » va de paire avec le désir de la Collection Cashmere d’appuyer la lutte contre le cancer du sein au Canada. Thierry Muggler a été l’inspiration de Sage pour la Collection #Cashmere19 : Légendes de la mode.

 

Rebecca Rowe inspirée par Diane Von Furstenberg

Ottawa (ON)

Basée à Ottawa, REBECCA ROWE crée des vêtements intelligents, expressifs et fièrement fabriqués au Canada dotés d’un côté intemporel et parfaitement conçus sur mesure, qui les rendent antithétiques à l’évolution de la mode rapide d’aujourd’hui. Ayant débuté ses études en mode au Pratt Institute de New York, pour les terminer à Paris, la relation que Rebecca entretient avec la légende de la mode Diane Von Furstenberg est une emphase partagée sur les vêtements extrêmement portables mettant en lumière la personnalité de chaque individu.

 

Sarah Runnalls inspirée par Junya Watanabe

Victoria (C.-B.)

Spécialiste en confection de vêtements d’extérieur, SARAH RUNNALLS a fondé son entreprise de vêtements pour femmes en 2010, soit un an après avoir terminé ses études en mode à l’école Blanche Macdonald. Paradoxalement, cette designer basée à Victoria s’est mérité une réputation de maîtresse de la coupe au même moment où elle a opté pour la déconstruction de ses créations. « Bien que mon style de design personnel soit minimaliste et plutôt épuré, j’aime le chaos et la beauté de Comme des Garçons. » Le fait qu’elle ait choisi de s’inspirer de la protégée de Rei Kawakubo/CDG, Junya Watanabe, pour créer sa robe de la Collection #Cashmere19 allait donc de soi.

 

Dee Silkie inspirée par Balmain

Toronto (ON)

Ayant grandi à Fredericton, la designer et podcasteuse, DEE SILKIE, s’est exilée à Toronto en 2017 pour élargir Dee Silkie, sa marque de robes en soie remarquables et de shorts en soie contemporains. La collection de cette diplômée du New Brunswick College of Craft and Design est indéniablement sexy et s’adresse aux « femmes audacieuses et dans le vent, qui ont un penchant pour le style, la mode et l’art ». Son choix de designer est fascinant : Balmain.

 

TOMÉ inspiré par Jean Paul Gaultier

Toronto (ON)

Ayant terminé ses études à l’Academy of Fashion Design, TOMÉ KOICHOPOLIS a débuté sa carrière professionnelle en 1988 en dessinant sur mesure des collections pour femmes. En 1992, il a lancé TOMÉ Dress Salon, une ligne de vêtements de soirée pour femmes de qualité haute couture inspirés du rêve, parfois même de la fantaisie, et souvent ornés de perles ou de broderies. Le secret de sa création pour la Collection Cashmere 2019 est son éternelle admiration pour les fameux trench-coats de Jean Paul Gaultier.

 

 

Joan Kelley Walker inspirée par Stephan Caras

Toronto (ON)

JOAN KELLEY WALKER est une journaliste, personnalité télé et ancienne actrice de la série The Real Housewivesof Toronto. Elle est également une fervente fashionista et philanthrope pragmatiqued’où le lancement en 2018 de sa marque caritative éponyme incluant robes, hauts en tricot, vêtements d’extérieur et cache-maillots. Cette dynamo native de Wilcox en Saskatchewan a choisi de se laisser inspirer par la légende de la mode canadienne, Stephen Caras, pour créer sa robe de la Collection Cashmere 2019.

 

Alex S. Yu inspiré par Martin Margiela

Surrey (C.-B.)

Basé à Vancouver, ALEX S. UY a créé sa première collection de vêtements pour femmes ludiques et accrocheurs en 2015, après avoir obtenu son diplôme du London College of Fashion. Ses styles colorés s’adressent à la sous-culture jeune en général avec ses éléments tendance mode harajuku japonaise. Pour sa création de la Collection #Cashmere19, Alex a puisé son inspiration dans le penchant de Martin Margiela pour les tissus non conventionnels au moment de travailler avec du luxueux papier hygiénique Cashmere.

 

À propos de la Collection Cashmere

Fondée en 2004, la Collection Cashmere internationalement primée offre un important soutien à la communauté de la mode canadienne et à la cause du cancer du sein. Maintenant à sa 16e année à succès, la collection a déjà mis en vedette les créations de plus de 195 designers d’ici, toutes confectionnées avec des feuilles duveteuses de papier hygiénique Cashmere, la marque la plus vendue au Canada. Plusieurs des plus grands noms de la mode au Canada ont apporté leur contribution à la Collection Cashmere, incluant Marie Saint Pierre, Denis Gagnon, David Dixon, Stephan Caras, Lucian Matis et UNTTLD, pour n’en nommer que quelques-uns.

Très attendu coup d’envoi du Mois de la sensibilisation du cancer du sein en octobre, la Collection Cashmere marque le retour des activités de sensibilisation et de collecte de fonds de Cashmere en vue d’aider à lutter contre le cancer du sein. Ces initiatives incluent un don de 25 cents par emballage de Cashmere spécialement identifié vendu tout au long du mois d’octobre. Cashmere lancera également de nouveau son initiative Top création. Top cause. VotezMC, mettant en vedette les créations de la Collection Cashmere : Légendes de la mode, sur Facebook tout au long d’octobre. Les Canadiens seront invités à voter pour leur création haute couture en papier hygiénique préférée, et Cashmere fera un don de 1 $ à la cause du cancer du sein pour chaque vote enregistré, au nom du designer gagnant.

À propos de Cashmere et de Produits Kruger

Cashmere, le papier hygiénique le plus vendu au pays, reflète l’engagement continu de Produits Kruger à offrir aux consommateurs le summum des produits en papier de première qualité fabriqués ici, au pays. Produits Kruger est l’un des plus importants fabricants de papier hygiénique et domestique au Canada. Il dessert les marchés québécois et canadien avec des marques populaires telles Cashmere, Purex, SpongeTowels et Scotties, ainsi que des produits hors foyers à usage commercial et industriel, à l’échelle nationale et aux États-Unis.

Un contributeur de longue date fermement engagé envers la cause du cancer du sein, Produits Kruger offre son appui à la Fondation canadienne du cancer du sein (FCCS), maintenant connue sous le nom de Société canadienne du cancer (SCC), depuis les touts débuts de la collection, en 2004. L’entreprise est actuellement l’un des cinq partenaires nationales de la SCC soutenant la lutte contre le cancer du sein.

À propos du cancer du sein et de la Société canadienne du cancer

En 2017, on estimait que 26 300 Canadiennes recevraient un diagnostic de cancer du sein et, en moyenne, 13 Canadiennes mourraient chaque jour de la maladie.

La Société canadienne du cancer (SCC) est fière de son succès et d’être la voix de Canadiennes préoccupées par le cancer du sein. L’organisme caritatif vient en aide à des personnes atteintes de tous types de cancer issues de communautés à l’échelle du pays.

La SCC est le plus important bailleur de fonds caritatif national dans la recherche sur le cancer du sein au Canada et a investi plus de 200 millions de dollars dans celle-ci au cours des 10 dernières années. Ces investissements en recherche, combinés à une détection précoce, à des taux de dépistage plus élevés et à l’amélioration des traitements, ont permis de diminuer de 44 % le taux de mortalité due au cancer du sein depuis la fin des années 1980. Mais il y a plus à faire, puisque le cancer du sein reste le cancer le plus couramment diagnostiqué et la deuxième cause de décès relié au cancer chez les Canadiennes. L’argent recueilli grâce à ce partenariat aidera à financer des activités de recherche, d’éducation et de sensibilisation. Pour plus de renseignements, veuillez visiter cancer.ca/cancerdusein.

Intégration de personnes en situation de handicap : le CPQ salue la stratégie gouvernementale

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) accueille favorablement l’initiative du gouvernement annoncée cet après-midi par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, concernant l’intégration des personnes en situation de handicap au marché du travail.

« Dans le contexte actuel de rareté de main-d’œuvre, il est important de tout mettre en place afin de faciliter l’accès à ceux et celles voulant intégrer le marché du travail, et ce, malgré des difficultés et les besoins d’adaptation », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. « Les 33 mesures annoncées, accompagnées d’une enveloppe de 238,5 millions de dollars sur une période de 5 ans, contribueront à augmenter la représentation de ce bassin de travailleurs sur le marché du travail. »

Le CPQ se réjouit de voir les budgets alloués aux entreprises désirant adapter leur milieu de travail à ces employés. L’organisme tient également à souligner l’importance des mesures visant à accompagner les travailleurs de tout âge dans l’intégration du marché du travail. De plus, le CPQ est satisfait de constater que la stratégie gouvernementale prévoit la création d’outils permettant de sensibiliser et d’accompagner les entreprises dans l’embauche et le maintien de personnes en situation de handicap. 

Rappelons que le CPQ joue un rôle proactif dans le domaine de l’intégration des personnes en situation de handicap. En partenariat avec le ROSEPH (Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées), le CPQ a développé une formation destinée aux gestionnaires afin de les accompagner dans le recrutement de personnes en situation de handicap dans les différents milieux de travail.

« Il s’agit de personnes possédant les compétences et les ambitions nécessaires pouvant occuper des fonctions très variées, allant des tâches manuelles, administratives ou de postes hautement stratégiques, et ce, quel que soit le domaine d’activité de l’entreprise. Nous avons tout à gagner à favoriser l’inclusion de la diversité dans nos milieux de travail, car cela représente une solution honorable au service de la compétitivité et de la productivité de notre économie », de conclure M. Dorval.  

Le CPQ va poursuivre sa collaboration avec différents partenaires afin de sensibiliser, d’informer et d’accompagner les employeurs de tous les domaines et de toutes les régions du Québec dans l’intégration de personnes provenant de bassins de population sous-représentés dans le marché de l’emploi. 

LA FONDATION LANCE SON PROGRAMME DE SUBVENTIONS 2019 SUR LA PRÉVENTION ET LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS

LA FONDATION LANCE SON PROGRAMME DE SUBVENTIONS 2019 SUR LA PRÉVENTION ET LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS

Dans un récent sondage effectué par ADAJ, seulement 4,2 % des répondants ont indiqué vouloir résoudre leur différend dans le cadre d’un procès en cas de litige. La majorité a souligné préférer une autre méthode de règlement de différends, hors des tribunaux.

Depuis 2016, le Code de procédure civile oblige les parties à considérer le recours aux modes privés de prévention de règlement de leur différend (négociation, médiation, arbitrage, et les autres mécanismes) avant de s’adresser aux tribunaux. Ces mécanismes en plein développement sont complémentaires à notre système de justice traditionnel et situe les personnes en conflit au cœur de la recherche de solutions.

La Fondation du Barreau du Québec s’inscrit comme partenaire dans ce changement de la culture judiciaire en privilégiant par son programme d’attribution de subventions 2019-2020 des travaux portant sur le thème de la prévention et du règlement des différends (PRD). Les chercheurs en droit sont invités à proposer leur projet de recherche à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’au 15 octobreprochain autour du thème « Comment les modes alternatifs de règlement des conflits transforment-ils notre système de justice ? ». 

Les PRD concernent tous les citoyens et s’appliquent à de nombreux domaines du droit : droit de la famille, des successions, des affaires, droit international, droit privé… Ce programme de subventions a pour but d’encourager la recherche sur ce sujet, afin que les travaux publiés puissent être un support pour mieux comprendre et améliorer notre système de justice, éventuellement adapter l’offre offerte au public ou faire évoluer la loi en lien avec les modes de prévention et règlement des différends.

Pour en savoir plus et proposer votre projet de recherche : https://www.fondationdubarreau.qc.ca/le-programme-dattribution-de-subventions/regles-du-programme-2019-2020/

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top