Le Google Doodle célèbre aujourd’hui la carrière de Jacques Plante en tant que joueur et novateur.

Le 12 février marque le 65e anniversaire du premier match de Jacques Plante avec les Canadiens de Montréal.

Pionnier des gardiens de but modernes, Plante a adopté un style de liberté, patinant souvent derrière le filet pour aider sa défense à contrôler la rondelle. Mais il est surtout connu en tant qu’inventeur du masque de gardien.

En novembre 1959, il est frappé au visage trois minutes après le début d’un match contre les Rangers de New York. Après qu’on ait cousu sa plaie, Plante est revenu portant un masque en fibre de verre qu’il avait utilisé dans la pratique.

Ignorant les objections de son entraîneur, Plante a continué à porter son masque pendant le reste de sa carrière dans la LNH, devenant ainsi le premier gardien à porter régulièrement un masque de protection pendant les matchs. D’autres gardiens ont par la suite adopté le masque. 

Jacques Plante

Joseph Jacques Omer Plante (né le 17 janvier 1929 au Canada, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel ou à Shawinigan Falls, suivant les sources, et mort le 27 février 1986 à Genève en Suisse) est un joueur canadien de hockey sur glace.

Lors de sa carrière qui s’étend de 1947 à 1975, il évolue au poste de gardien de but remportant six coupes Stanley et sept trophées Vézina. Il joue notamment pour les Canadiens de Montréal de 1953 à 1963 avec lesquels il remporte ses six coupes Stanley. Il est considéré comme l’un des innovateurs notables du hockey sur glace. Plante est le premier gardien de la Ligue nationale de hockey (LNH) à porter un masque de gardien de buten match de manière officielle et réglementaire. Il a développé et testé de nombreuses versions de masques. Plante est également l’un des précurseurs dans la LNH à jouer régulièrement la rondelle hors de sa zone du but pour appuyer ses coéquipiers.

Plante est intronisé notamment au Temple de la renommée du hockey en 1978, au Panthéon des sports canadiens en 1981 et au Panthéon des sports du Québec en 1994. Il est choisi comme le gardien de l’équipe historique des Canadiens de Montréal en 1985 et son numéro de maillot est retiré en 1995 par l’équipe.

Les Journées de la persévérance scolaire : tous doivent s’impliquer

Alors que débute la 9e semaine des Journées de la persévérance scolaire(JPS), le CPQ (Conseil du patronat du Québec) est heureux de s’associer une fois de plus au mouvement afin de souligner l’importance de la scolarisation des jeunes pour le Québec de demain.

« C’est dans les écoles que se bâtit l’avenir de notre société et de nos entreprises. Il faut cultiver la soif d’apprendre et d’entreprendre, et ce à tout âge, car ce sont eux qui seront les entrepreneurs ainsi que les travailleurs de demain, » affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. « Les JPS sont le moment pour collectivement se rappeler qu’il faut appuyer et encourager nos étudiants à réussir tout au long de l’année. »

Rareté de main-d’œuvre 

La rareté de la main-d’œuvre est l’enjeu numéro un des employeurs et il est devenu urgent d’apporter des solutions afin de faire en sorte que tous participent au développement économique durable du Québec.  Rappelons qu’au cours des dix prochaines années, c’est environ un million et demi d’emplois au net qui sera à combler et qu’un peu plus de 50% des personnes qui occuperont ces emplois sont actuellement sur les bancs d’école. Il devient donc primordial que tous, incluant le milieu des affaires, contribuent activement à encourager la persévérance scolaire.

« La persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous ! Nous ne devons pas attendre pour aider nos jeunes, il faut les encourager à poursuivre leurs études, et ce, peu importe le domaine », de conclure M. Dorval.

Ce que les Canadiens pensent des demandes en mariage et des ruptures à la Saint-Valentin : Ebates.ca

Un sondage montre que les Canadiens dépensent plus que jamais pour la fête de l’amour

Chaque année, les Canadiens peinent à trouver le cadeau idéal pour leur douce moitié lors de cette occasion devenue indéniablement une des plus importantes fêtes commerciales de l’année. Pour beaucoup, cette journée consacrée à la romance est synonyme de cartes de souhaits, de fleurs et de friandises, mais selon un récent sondage mené par Ebates.ca (une société Rakuten), la Saint-Valentin n’est pas toujours une partie de plaisir. Dix-sept pour cent des Canadiens ont déclaré avoir subi une séparation aux alentours de la Saint-Valentin, et cette statistique grimpe à 26 pour cent chez les moins de 35 ans.

« La Saint-Valentin suscite des opinions bien tranchées chez les Canadiens – c’est une de ces célébrations qu’ils adorent ou qu’ils détestent », déclare Belinda Baugniet, vice-présidente et experte résidente en matière de magasinage à Ebates.ca. « Qu’il s’agisse de trouver le cadeau parfait ou de décider du montant à dépenser ou d’un grand geste romantique (ou plus ou moins romantique) à poser, la Saint-Valentin peut exercer une énorme pression sur une relation. Notre sondage nous permet d’observer l’évolution des tendances en matière de cadeaux et de dépenses d’une année à l’autre et de conseiller les amoureux canadiens sur la manière de faire le bonheur de leur partenaire durant cette journée romantique controversée. »

Malgré les peines d’amour occasionnelles, les Canadiens restent des romantiques dans l’âme si on se fie au fait que deux tiers (68 pour cent) d’entre eux ne considèrent pas la Saint-Valentin comme une « fête ridicule ». Fait intéressant, les hommes sont aussi nombreux que les femmes à être d’accord sur ce point. Cette année, le budget de Saint-Valentin des Canadiens est plus important que jamais, soit en moyenne 60 $ au Québec, une augmentation de 29 pour cent par rapport à l’année dernière.

Faut-il faire la grande demande?
Quand il s’agit de clichés romantiques les jours de fête, le sondage a permis de découvrir que plus de la moitié des Québécois (65 pour cent) conviennent qu’une demande en mariage à la Saint-Valentin est une bonne idée. Ceux qui n’étaient pas certains qu’il s’agisse de la meilleure journée pour la grande demande ont dit qu’on ne devrait pas faire une demande en mariage lors d’une occasion spéciale (49 pour cent) et suggèrent l’anniversaire d’un premier rendez-vous (30 pour cent) comme un moment convenant davantage à cet événement. 

Gagner son cœur
Pour la majorité des gens, la Saint-Valentin est l’occasion de donner et de recevoir, mais quoi, au juste? Trente-trois pour cent des Canadiens ont dit qu’un repas au restaurant gagnerait leur cœur. Les autres articles les plus susceptibles de faire plaisir à votre flamme sont des fleurs (12 pour cent), des billets pour un événement ou une sortie (11 pour cent) et des cartes-cadeaux (11 pour cent). De plus, il semble que les Canadiens aiment l’argent, car 8 pour cent d’entre eux ont dit préférer recevoir de l’argent comptant, et si vous en avez beaucoup, une escapade surprise pourrait bien être ce dont votre relation a besoin (6 pour cent). 

Savoir s’il faut donner un cadeau peut s’avérer difficile; près d’un tiers (30 pour cent) des Canadiens ont affirmé que recevoir un cadeau à la Saint-Valentin leur faisait plaisir. Ce chiffre est plus élevé chez les femmes que chez les hommes (35 pour cent par rapport à 24 pour cent), tandis que 35 pour cent des Canadiens admettent qu’ils n’aiment pas vraiment donner des cadeaux à la Saint-Valentin.

Oubliez les fleurs
Les Canadiens semblent plutôt aimer la Saint-Valentin, ce qui expliquerait pourquoi cette fête n’est pas parmi les occasions pour lesquelles il est le plus difficile de trouver un cadeau. Elle se classe ainsi au sixième rang derrière les anniversaires, les mariages, la fête des Mères, la fête des Pères et les cadeaux d’hôtesse. Le sondage a aussi permis de découvrir que de toute évidence jouer à Cupidon n’est pas donné à tout le monde. Parmi les pires cadeaux de Saint-Valentin jamais reçus par les Canadiens, on trouve une vidéo d’exercice, une brosse à dents, une carte-cadeau pour de l’essence, une boîte de chocolats vide et des haut-parleurs d’occasion. Euh… merci?

Projet de loi nº 9 sur l’immigration : des objectifs qui vont dans la bonne direction

Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) prend acte du projet de loi nº 9visant à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégration réussie des personnes immigrantes déposé ce matin devant l’Assemblée nationale à Québec.

Le projet de loi présenté aujourd’hui par le ministre Simon Jolin-Barrette est un pas dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire afin répondre adéquatement aux besoins des employeurs en matière de rareté de main-d’œuvre. 

Le CPQ est heureux de constater l’ajout de nouveaux éléments dans la nouvelle loi, éléments longtemps demandés par le CPQ. « Les besoins du marché du travail seront pris en compte ainsi que l’importance de la participation des nouveaux arrivants au dynamisme des régions. Pour les employeurs, ceci représente une bonne nouvelle, car leur voix a été finalement entendue », souligne le président-directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval.

D’un autre côté, bien que l’objectif d’accroître le mandat du MIDI soit louable, il est important de s’assurer que les modifications à la loi ne conduisent pas à une augmentation de la bureaucratie et des délais dans le traitement des dossiers. Pour résoudre le problème, la solution passe par l’implication des régions dans le processus, ainsi que l’apport grandissant du secteur privé, qui est déjà très actif dans le domaine.

Concernant la suppression des 18000 dossiers qui ont été déposés avant le 2 aout 2018, bien que le CPQ ait de la compassion pour ceux qui étaient sur la liste, il considère qu’il s’agit d’une bonne mesure. Ces candidatures répondaient aux critères de l’ancien programme, aujourd’hui jugé peu efficace.  « Il ne faut pas perdre de vue que le Québec est un petit joueur sur la scène internationale quand vient le temps de recruter les meilleurs talents. Notre préoccupation demeure à l’effet qu’il ne faut pas limiter le bassin de main-d’œuvre, mais tout mettre en œuvre, et rapidement, afin de trouver le meilleur arrimage possible entre les besoins actuels des employeurs et les qualifications des nouveaux arrivants, » de conclure M. Dorval.

FRAÎCHEMENT JEUDI : une nouvelle émission de radio centrée sur les enjeux de la communauté LGBTQI2+

La communauté LGBTQI2+ aura maintenant sa propre émission de radio pour tout ce qui touche l’actualité, la santé, les voyages, la gastronomie, les arts et spectacles, la politique, etc.! Fraîchement jeudi sera diffusée toutes les semaines, le jeudi de 21 h à 22 h, sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3 FM à partir du 7 février.

«Cette émission se veut émergente et rarement mainstream, audacieuse mais jamais arrogante, anticonformiste tout en étant accessible», a mentionné Philippe Papineau, coanimateur de l’émission. «C’est pour cette raison que nous nous sommes entourés d’une équipe de chroniqueurs chevronnés à qui nous avons donné la mission de parler ”des vraies affaires!”», a ajouté Victor Roberge, coanimateur et chroniqueur: «Victor vous invite à sa table».

Les autres membres de l’équipe sont:

  • Carole Poirier / chronique «Politique»
  • Katia Bouchard / équipe de production, chronique «Saveurs de la semaine»
  • Dr Pierre Côté / chronique «Santé»
  • Yannick Fabre / Actualité sportive d’Équipe Montréal
  • Greg Tudeski / chronique «Art et Spectacle»
  • Mme Simone / chronique «Voyage, Voyage»
  • Donald Picotte / chronique «LGBTQ+ au travail»
  • Jason Noël / chronique «LGBT in the City»
  • Dany Desjardins / chronique «Bien-être»
  • Pascal Chamel / chronique «Voyage organisé»
  • François Forté / chronique «Vivre Mieux»
  • Jean-Claude Lapointe / équipe de production et directeur de la programmation

Les profils et biographies sont disponibles sur la page Facebook de Fraîchement jeudi.


Fraîchement jeudi s’intègre parfaitement dans la mission de Radio Centre-Ville qui est de favoriser le dialogue et de diffuser des émissions radiophoniques destinées aux citoyens de Montréal, cela dans le but de leur permettre de mieux saisir les enjeux de leurs conditions de vie et des problèmes qu’ils vivent ainsi que leur propre épanouissement culturel.

Une émission de ce genre ne pourrait avoir lieu sans l’appui de partenaires majeurs tels que RÉZO (organisme de santé et mieux-être des hommes gais et bisexuels, cis et trans), Équipe Montréal (l’Association des clubs de sports et loisirs LGBT), la Fondation émergence (lutte contre l’homophobie et la transphobie) et le Conseil québécois LGBT (la centrale en matière de défense des droits LGBT).

L’émission Fraîchement jeudi est diffusé sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3 FM chaque jeudi de 21 h à 22 h à partir du 7 février 2019.

Chic, le cidre! Un vendredi soir glamour pour les vrais fans de cidre!

Le Mondial des Cidres SAQ sera de retour à laGrande-Place du Complexe Desjardins de Montréal du 1er au 3 mars prochain. L’évènement s’inscrit encore dans le volet gastronomique MONTRÉAL EN LUMIÈRE. Vous y découvrirez de nouveaux accords cidres et mets qui vous raviront à coup sûr.

Plus d’une vingtaine de cidreries de la province seront au Mondial des Cidres SAQ et feront découvrir leurs produits fins dans toutes leurs déclinaisons : pétillant, doux, sec, de glace, effervescent, aromatisé, etc. Cette année, nous mettrons plus que jamais l’accent sur les accords mets-cidres! Pour cela, nous avons invité 5 chefs du Québec qui mettront en valeur les 5 cidreries qui leur seront associées. Leurs bouchées sauront vous en mettre plein la vue et réjouir vos papilles.

NOUVEAUTÉ! Soirée Chic, le cidre! – vendredi 1er mars, 18h à 21h

Cette soirée glamour avec bouchées gastronomiques, cidres mousseux et cocktails aura lieu dans l’espace médiatique Tapis Rouge. Seulement 200 places seront disponibles, réservez rapidement!

Venez savourer les cocktails de Vincent Vaillancourt-Séguin, professeur à l’École du bar de Montréal. Vous pourrez même apprendre à les réaliser!

Le groupe Tribiant vous offrira ses reprises de chansons populaires tout au long de la soirée.

La Nuit blanche – samedi 2 mars, 21h à minuit

Dès 21h, Debbie Tebbs s’imposera avec des rythmes entraînants. Les amateurs de synth-popet de new wave seront comblés par sa prestation énergique. À ne pas manquer!

Entrée à 5 $ à partir de 21h. Des coupons de dégustation seront disponibles sur place au coût de 1$.

NOUVEAUTÉ! Le Brunch – dimanche 3 mars, 11h à 16h

Pour vous souhaiter la bienvenue, on vous remettra à un cadeau- surprise lors de votre arrivée sur le site!

Chacun dans son îlot, les cinq chefs vous prépareront des tapas ou des bouchées inspirées par le thème du brunch. Soyez prêts à apprécier leur imagination et à découvrir la polyvalence du cidre. Vous constaterez que le cidre accompagne à merveille les mets traditionnels du dimanche matin.

CAMPAGNE « BONBONS » DU BOUCLIER D’ATHENA EN COLLABORATION AVEC LE SPVM

À l’approche de la Saint-Valentin, nous demandons à tous  les Montréalais d’acheter des petites douceurs sucrées pour leurs proches afin de contribuer à un avenir meilleur pour des femmes et des enfants qui  ont survécu à la violence domestique et qui reconstruisent leur vie!

En février 1999, a eu lieu le défilé de mode «Pour l’amour des femmes», au cours duquel des policiers de Montréal et de Laval ont contribué à amasser  50 000 $ pour la maison d’hébergement d’urgence du Bouclier destiné aux victimes de violence familiale.

Des milliers de personnes sont été accueillies chaque année dans les maisons d’hébergement, mais comme la durée maximale de séjour est de 3 mois, certaines n’ont pas d’autre option que de retourner chez le conjoint violent. 

Les ressources d’hébergement de 2ièmeétape offrent  des logements sécuritaires et abordables pour une plus longue période. Le Bouclier d’Athéna ouvrira prochainement l’une des plus grandes ressources de ce type, avec 17 appartements, des services intégrés et une cuisine communautaire!

Vingt ans après la levée de fonds initiale menée par la sergent-détective Sotiria Klironomos,elle a de nouveau contribué à initier la campagne «BonBons» destinée à collecter 25 000 $ pour la cuisine communautaire de la ressource de 2ièmeétape du Bouclier  où les femmes pourront cuisiner ensemble et partager les coûts de la nourriture.

Nous espérons atteindre notre objectif, de la Saint-Valentin à la Journée internationale des femmes!

Nous espérons également que vous pourrez soutenir notre campagne en invitant le Bouclier à un entretien ou en mentionnant la campagne lors de reportages ou sur vos médias sociaux.

Pour plus d’informations, s’il vous plaît contactez: Melpa Kamateros; Directrice exécutive; ou Polly Tsonis; Coordonnatrice @ Le Bouclier d’Athéna 514-274-8117

NOOR ELHUDA EL BAWAB SE JOINT À L’ÉQUIPE DE DIRECTION DE ZÚ

Zú annonce aujourd’hui la nomination de Noor Elhuda El Bawabà titre de directrice des programmes. Noor veillera au développement des différents programmes d’incubation, d’excubation et de commercialisation de Zú, ce nouveau lieu d’échanges et de création qui rassemblera entrepreneurs, créateurs et artistes dans le secteur du divertissement dès l’automne prochain à la Maison Alcan, à Montréal. Mme El Bawab sera également responsable de développer et de maintenir de bonnes relations avec l’écosystème local, national et international.

Noor croit fermement au pouvoir de l’innovation et de l’entrepreneuriat en tant que moteur du développement économique. En 2013, elle a donc rejoint l’équipe fondatrice de Distict 3. Au cours de son mandat à titre de directrice générale, elle a soutenu le développement de nombreuses initiatives permettant de fournir de meilleurs services aux entrepreneurs. Noor siège aussi auconseil d’administration de La MAIN, le Mouvement des Accélérateurs d’Innovation du Québec. Son implication dans l’écosystème d’innovation lui a valu le titre de championne communautaire en 2017.

Noor intègrera pleinement ses nouvelles fonctions à titre de directrice des programmes de Zú dès le 18 février 2019.

« Nous sommes très heureux d’accueillir Noor dans l’équipe. Notre organisme bénéficiera assurément du savoir-faire et de l’énergie contagieuse de Noor. Ce lieu unique que sera Zú permettra aux créateurs, artistes et entrepreneurs d’ici de faire croitre les projets innovants et de nouvelles propriétés intellectuelles dans la sphère du divertissement. De par son expérience et son incroyable talent, Noor est la personne toute désignée pour mener à bien la mission de Zú avec l’équipe déjà en place », explique Guillaume Thérien, directeur général par intérim, Zú.

Reprise des travaux à l’Assemblée nationale : le gouvernement doit assurer des conditions gagnantes pour notre prospérité collective

Alors que reprennent les travaux à l’Assemblée nationale, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) veut revenir sur plusieurs dossiers cruciaux pour les employeurs et pour l’économie du Québec qui devront être mis de l’avant par le gouvernement.

 

« Ayant promis un vent de changement dans la façon de gérer l’État, il est maintenant temps de voir comment et dans quelle mesure le nouveau gouvernement passera littéralement des paroles aux actes », souligne le président-directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval. « Les employeurs du Québec ainsi que les citoyens ont de grandes attentes et les prochaines semaines seront très importantes pour les députés à l’Assemblée nationale ».

 

Parmi les dossiers prioritaires, le CPQ portera une attention particulière à:

 

Rareté de main-d’œuvre : le défi économique numéro un

Bien que le CPQ ait bien accueilli la Grande corvée annoncée par le ministre du Travail, il est clair que des mesures concrètes doivent être mises en œuvre. À ce titre, le CPQ s’attend à ce que le gouvernement donne suite à la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre afin de favoriser un meilleur arrimage entre les besoins du marché du travail et la formation, l’adoption de mesures facilitant l’accueil ainsi que l’intégration des immigrants et l’accompagnement des employeurs dans l’accueil des clientèles éloignées du marché du travail (par exemple les personnes en situation de handicap et les Autochtones).

 

Réglementation du travail : le mieux est l’ennemi du bien

Adopté en juin dernier, le projet de loi 176 apportera des modifications en profondeur de la législation du travail au Québec. Le CPQ suivra de près ce dossier, car plusieurs dispositions découlant de cette réforme auront un impact potentiellement négatif sur les employeurs, notamment en ce qui a trait aux agences de placement et aux clauses de différenciation de traitement.

Économie verte et lutte aux changements climatiques : stimuler les opportunités

Le gouvernement doit mobiliser plusieurs ministères pour créer des outils propices à la réussite de notre transition vers une économie sobre en carbone. À cet égard, le CPQ se tiendra particulièrement actif dans les dossiers reliés à la mise en œuvre de la Politique de mobilité durable, la réforme du Fonds vert, ainsi que les autres leviers financiers à la disposition des industries pour appuyer leur transition énergétique et l’émergence de nouvelles filières.

 

Le CPQ suivra aussi, entre autres, les dossiers suivants :

–       La compétitivité de notre environnement d’affaires, notamment sur le plan fiscal et réglementaire

–       La vitalité économique des régions

–       L’encadrement et le développement de l’économie numérique

–       La diversification des marchés d’exportation

–       L’agilité et l’efficacité de l’État et sa capacité de répondre aux besoins des citoyens, notamment dans le domaine de la Santé

–       La création d’une grappe industrielle dans le secteur de la construction du Québec

 

« Bien que la situation économique actuelle du Québec soit favorable, nous ne sommes pas à l’abri d’un ralentissement économique et le vieillissement de la population pose un sérieux défi. Le gouvernement doit s’attaquer aux moteurs de croissance économique, car les entreprises ont un rôle de premier plan à jouer dans notre prospérité collective : il faut donc garantir la mise en place et le maintien de politiques et de mesures qui soutiennent leur développement et leur compétitivité », de conclure, M. Dorval.

 

Les priorités du CPQ sont directement inspirées de sa plateforme économique 2018-2021.  Pour en prendre connaissance : cliquez ici.

Musique nomade lance Adrenochrome  de Chell P

Musique nomade lance Adrenochrome  de Chell P. Le titre évoque un effet d’adrénaline pure qui coule dans les veines. La chanson est œuvre hip-hop rafraîchissante avec une touche RnB bien assumée.  Avec cette voix souple et un air accrocheur, le jeune artiste métis présente une œuvre complète qui nous fait attendre la suite avec impatience.

Mitchell Paquette aka Chell P est originaire de Dartmouth en Nouvelle-Écosse. Son style musical mélange merveilleusement le RnB, le rap et la poésie. Le travail de Chell P est un ingénieux équilibre de perception  et de prise de conscience. Il travaille présentement sur un album de 13 pièces The Chellogy Vol. 1 qui comportera 3 volets: KillyourTV, Soul Doubt and Thrice Great