Zilon et le Montreal underground

Zïlon et le Montréal underground

Exposition du 26 juin au 1er septembre 2019

La culture underground des années ‘80 a eu un impact significatif sur l’essor culturel de Montréal et du Québec. L’exposition Zïlon et le Montréal underground pose un regard sur cette époque à travers l’évolution de l’œuvre de Zïlon, ses collaborations avec plusieurs autres artistes marquants et les divers lieux alternatifs emblématiques qui en ont été témoins, du Village gai au Quartier des Spectacles. L’exposition est à l’affiche du 26 juin au 1er septembre 2019, à l’Écomusée du fier monde.

Un mouvement multidisciplinaire
L’underground montréalais qui émerge dès les années ’70 est caractérisé par l’improvisation et l’art performatif et multidisciplinaire : musique, danse, théâtre, arts visuels. Plusieurs artistes de ce mouvement, aujourd’hui reconnus, ont largement contribué à la modernisation de la culture du Québec et son rayonnement actuel dans le monde. Artiste fondamentalement multidisciplinaire et fortement ancré dans l’histoire du quartier Centre-Sud, Zïlon en aura été ici un de ses précurseurs et de ses principaux témoins. 

À travers des artefacts, des œuvres, des photos, des vidéos, des documents de presse, l’exposition propose au visiteur d’explorer le Montréal underground des années ’80 autour de plusieurs thématiques : l’évolution de l’œuvre de Zïlon, ses collaborations avec des artistes majeurs de toutes disciplines, les avancées technologiques favorisant la multidisciplinarité, les lieux alternatifs emblématiques liés au mouvement underground et enfin le Village gai comme lieu de création alternative et engagée.

Zïlon
Figure emblématique de l’underground montréalais, Zïlon est un artiste autodidacte et polyvalent qui se fait remarquer dès les années 70 par ses visages dessinés au hasard de différents lieux publics. Jouant des médiums et des technologies, mariant souvent sa musique au processus, les œuvres de Zïlon n’ont cessé de se renouveler au fil des années. Elles sont les mille et un visages de l’être humain en lutte contre ses angoisses et ses démons. Ses œuvres font partie de plusieurs collections à travers le monde.

Chantier Davie

Montréal se mobilise pour Chantier Davie et une véritable politique de construction navale québécoise

Un regroupement composé d’entreprises et d’acteurséconomiques de la métropole unissent leur force afin de mettre sur pied le comité des fournisseurs de Chantier Davie de Montréal (AFCDC-Montréal).

La mission de ce nouveau comité régional sera de défendre et promouvoir les intérêts des fournisseurs présents et futurs de Chantier Davie Canada ainsi que de leurs partenaires régionaux du développement économique de la métropole. L’AFCDC-Montréal se retrouve ainsi à représenter les intérêts de la métropole au sein de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada (AFCDC). Rémy Franzoni, représentant de Montréal au conseil d’administration de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada, dirigera ce comité régional. Président du Groupe Engram, Rémy Franzoni envisage ce regroupement régional comme une opportunité de se faire entendre et influencer les décideurs gouvernementaux en parlant d’une même voix tout en appuyantl’association au niveau provincial et fédéral. Ses membres se sont donnés comme missionpremière de convaincre le nouveau gouvernement du Québec de se doter d’une véritable politique de construction navale afin de maximiser les retombées économiques descontrats de l’État québécois dans l’industrie de la construction navale québécoise. Cette industrie est un formidable véhicule d’enrichissement collectif qui assure des salaires payants dans 13 régions administratives du Québec.

Le comité régional de Montréal est composé des personnalités suivantes : Alain Thériault, président de Navamar, Richard Gadoury, vice-président corporatif DCM, Kévin Poitras, directeur général à la Chambre de Commerce et d’industrie de Montréal-Nord, M. Stéphane Clermont et Mme Diane Maheu, représentants de STIQ, Joseph Tuccinardi, commissaire au Développement économique de Saint-Laurent, Frank Gregory, président de Les Aventures E2, et Rémy Franzoni, président du Groupe Engram. Montréal devient ainsi la troisième région à mettre en place une aile régionale de l’AFCDC. Plusieurs autresrégions du Québec suivront son exemple au cours des prochains jours et semaines.

Citation

« En s’associant avec des partenaires socio-économiques, l’AFCDC-Montréal entend participer à une vaste mobilisation économique visant à appuyer l’expertise du NouveauChantier Davie et ses fournisseurs et, de manière large, à la création, la mise en place et la consolidation d’une grappe maritime de la construction navale au Québec. Nous souhaitons que notre demande de rencontre avec la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, soit considérée dans les plus brefs délais. »

Rémy Franzoni, président de l’AFCDC-Montréal

« Toutes les nations qui se respectent et qui ont compris l’importance stratégique del’industrie de la construction navale se sont toutes dotées d’une robuste politique deconstruction navale. Nos impératifs nationaux, tant au chapitre de la souveraineté que des retombées économiques importantes qui en découlent, demande un changement de cap important de la part du nouveau gouvernement du Québec pour rectifier l’anciennestratégie maritime du Québec afin d’assurer des emplois payants dans toutes les régionsdu Québec. »

André Komlosy, président de l’AFCDC

mascotte scotties

Un nouveau visage sympathique! Scotties®, le mouchoir no 1 au Canada présente sa nouvelle mascotte nommée Scottie et son nouveau logo assorti

Scotties, le mouchoir favori au pays, lance une nouvelle campagne de marketing intégrée pour présenter son adorable nouvelle mascotte

Un nouveau toutou débarque chez nous! Scotties, le mouchoir favori au pays, est fier de présenter le petit nouveau de la famille, Scottie, adorable chiot et nouvelle mascotte, la métaphore parfaite pour un mouchoir qui vous suit partout, et aussi doux que résistant. Scottie fera le beau sur le nouveau logo de la marque à compter de la fin mai. Fièrement fabriqués au Québec par Produits Kruger, les mouchoirs Scotties ont été lancés pour la première fois sur le marché en 1955 et dominent aujourd’hui la catégorie.

« Scotties a créé un nouveau visage mémorable pour son produit afin de consolider son leadership au Canada et d’accroître sa notoriété auprès des consommateurs », affirme Nancy Marcus, directrice du marketing chez Produits Kruger. « Le marché des mouchoirs représente plusieurs millions de dollars au Canada et, en tant que chef de file dans le marché, notre but est de renforcer le lien déjà solide qui relie le cœur et l’esprit des Canadiens à la marque. Notre étude de marché a démontré qu’un personnage de marque attachant nous permettra d’attirer et de fidéliser les consommateurs. »

« Lors de notre recherche sur le concept global, Scotties a obtenu la note impressionnante de 84 % en termes d’appréciation et une intention d’achat élevée », poursuit Mme Marcus.

Le nouveau logo de Scotties met en vedette le fameux ovale bleu de la marque et le joli minois de la nouvelle mascotte. Une campagne de marketing intégrée, incluant une publicité télé, des publications sur les réseaux sociaux, de l’affichage en magasin et des relations publiques, viendra soutenir le nouveau premier rôle de Scottie à compter du 27 mai prochain. La publicité télé, qui met en vedette Scottie et souligne le côté à la fois doux et résistant de la marque, sera diffusée sur des réseaux nationaux et sur les réseaux sociaux. Les nouvelles boîtes à l’effigie de Scottie seront disponibles dès ce mois-ci dans les grands magasins, les épiceries, les pharmacies et les magasins entrepôts à l’échelle du Canada.

must société à Laval

MUST SOCIÉTÉ S’INSTALLE À LAVAL

65 000 PIEDS CARRÉS – LE MEILLEUR DU DESIGN
SOUS UN MÊME TOIT

C’est aujourd’hui que le tout nouveau magasin Must Société ouvre ses portes à Laval. La troisième succursale de ce concept multiboutiques met en lumière le talent et le design local. L’éventail complet de styles et de modèles disponibles est soigneusement réparti sur les quelque 65 000 pieds carrés qu’occupe Must Société. De plus, l’ouverture de cette destination shopping permet la création d’une soixantaine d’emplois.

Must Société est un concept multiboutiques qui présente une large sélection de meubles et d’accessoires soigneusement choisis et mis en scène par une équipe d’experts. Riche de plusieurs décennies en expérience de vente au détail, l’équipe de Must Société s’assure de proposer aux clients ses découvertes locales et internationales. Le magasin Must Société de Laval offre un choix incroyable de meubles et d’accessoires à la fois design et abordables, qui plaisent aux adeptes de décoration, de design et d’architecture.

On retrouve, réunis sous un même toit, la gamme complète de produits Must et Must Jardin, de même que plusieurs boutiques partenaires, dont Céragrès, qui propose un très grand choix de carreaux, comptoirs de pierre de qualité et fine plomberie et C&M Textiles, qui présente de magnifiques habillages de fenêtre. Les clients peuvent également découvrir l’espace cuisine CoQuo, qui propose des meubles multifonctionnels, intemporels et conçus avec des matériaux durables. Enfin, les visiteurs peuvent aussi savourer les délices de La Bête à pain et découvrir les plantes et les bouquets uniques de Prune Les Fleurs, lors d’une visite à l’improviste, ou encore lors des nombreux ateliers culinaires et floraux qui sont offerts. Finalement, il est également possible de visiter la réplique d’une maison dans laquelle les meubles et accessoires, ainsi que les produits d’extérieur Must Jardin sont mis de l’avant.

Contemporain, classique, art déco, styles scandinaves et autres, on y trouve tout le nécessaire pour satisfaire nos désirs et meubler notre chez-soi avec goût. « Must Société maximise les possibilités de personnalisation en proposant une combinaison de produits design, artisanaux et locaux. Ainsi, les possibilités sont infinies et le client peut facilement se créer un chez-soi unique, qui lui ressemble », explique Éric Corbeil, coprésident de Must et de Maison Corbeil, propriétés de g2mc.

Quand la rue Sainte-Catherine se transforme en galerie d'art!

Quand la rue Sainte-Catherine se transforme en galerie d’art!

– 20e édition de Mtl en Arts –

Mtl en Arts est de retour cette année pour une édition spéciale, puisque le festival s’apprête à souffler sa vingtième bougie. Du 26 juin au 1er juillet 2019, la rue Sainte-Catherine, de Saint-Hubert à Papineau, sera entièrement mobilisée pour célébrer les arts visuels, la créativité locale, la richesse de la diversité et le dynamisme de notre relève.

Depuis 20 ans maintenant, Mtl en Arts participe à la démocratisation des arts visuels en amenant les artistes dans la rue, à la rencontre du public. C’est un événement artistique populaire qui replace l’art au centre de la vie des citoyens, en mettant en valeur le travail des artistes.

Mtl en Arts : célébrer l’été et les arts visuels en famille

Le festival se caractérise avant tout par son exposition en plein air, qui permettra aux visiteurs de rencontrer les créateurs et d’échanger avec eux autour de leurs oeuvres. De nombreuses autres animations seront également organisées lors de cette longue fin de semaine placée sous le signe des arts. Le public sera invité à prendre part à des ateliers participatifs, l’immergeant au coeur du processus de création, mais aussi à soutenir le milieu des arts et ses acteurs. Les activités proposées ne laisseront personne en reste et sauront convaincre les jeunes (avec une zone dédiée aux enfants), comme les plus grands.

Plus que 10 jours avant la première mondiale de PY1

Plus que 10 jours avant la première mondiale de PY1

La pyramide imaginée par Guy Laliberté et Lune Rouge Entertainment et son premier spectacle, Au-delà des échos/Through the Echoes, seront ouverts dès le 1er juin

Dès le 1er juin, le spectacle Au-delà des échos/Through the Echoes, présenté par TELUS et Accenture,  sera dévoilé en grande première mondiale dans la pyramide PY1, la nouvelle salle de spectacle nomade et immersive conçue par Lune Rouge Entertainment et Guy Laliberté. Cette structure de 25 mètres de haut a élu domicile sur le Quai de l’Horloge de Montréal et y sera pour quatre mois seulement, après quoi elle débutera sa tournée à l’international.

Vaste fresque multimédia conçue par l’artiste multidisciplinaire Gabriel Coutu Dumont, Au-delà des échos/Through the Echoes est une odyssée technologique et émotionnelle qui raconte l’évolution de la vie, du Big Bang à aujourd’hui. Le public y tient le rôle principal et se tient debout au centre de la pyramide, en plein cœur du spectacle. Entourés de lasers, de projections à 360°, d’éléments de décor aériens cinétiques, d’effets spéciaux atmosphériques et d’éclairages grandioses, les spectateurs explorent le fil de l’espace et du temps, de nos origines à nos possibles futurs, comme dans un rêve éveillé.

Pour Guy Laliberté, il était important de confier la mise en scène du premier spectacle présenté par PY1 à un artiste capable de marier technologie et image. « Gabriel possède à la fois une grande sensibilité artistique, beaucoup de créativité et une excellente compréhension des possibilités infinies des arts, des technologies numériques et de la vidéo. Il connaît la force et la puissance des images », a-t-il affirmé. « Combiné à une musique originale et aux effets visuels, ce premier spectacle sous la pyramide est un incroyable travail d’équipe », a-t-il conclu.

Le metteur en scène, Gabriel Coutu Dumont, exprime quant à lui le plaisir qu’il a eu à collaborer avec l’équipe de créateurs et de concepteurs dont il s’est entouré : « J’ai eu la chance de travailler avec une équipe de gens formidables, avec qui j’ai entrepris la création d’une œuvre qui tente d’aller au cœur de la conscience humaine. Guidés par la musique, les images et la poésie, nous avons eu envie de questionner nos origines, nos corps et leur temporalité, notre esprit et notre évolution », a-t-il expliqué.

Le propos d’Au-delà des échos/Through the Echoes a été fortement influencé par la pensée du philosophe d’origine britannique Alan Watts. Son fils, Mark Watts, a remis à l’équipe de création des enregistrements sonores inédits de son père, que l’on pourra entendre pour la toute première fois dans le spectacle. « Alan Watts réfléchit, à travers son œuvre, à la place de l’être humain dans l’univers et à son impact sur la nature. On retrouve dans plusieurs aspects de sa pensée les balbutiements d’une conscience écologique. C’est un visionnaire et ses propos sont d’une actualité désarmante, même s’ils datent de plus de 40 ans » a affirmé Jean Guibert, directeur de création du spectacle.

Dès le 1er juin au Vieux-Port de Montréal 
Au-delà des échos/Through the Echos sera présenté du mardi au dimanche dès le samedi 1er juin, à raison de plusieurs représentations par jour. Des tarifs familiaux et des forfaits de groupe sont disponibles. L’expérience est d’une durée d’une heure et les spectateurs sont invités à apprécier le spectacle debout. Quelques sièges seront mis à disposition pour ceux qui souhaiteraient s’asseoir.

L’imaginaire des créateurs prendra vie en plein cœur du Vieux-Port, l’un des endroits les plus innovants au Canada grâce aux investissements soutenus de TELUS. Le déploiement d’une technologie de calibre mondiale sur le site emblématique permet aux créateurs d’ici de repousser les barrières et favorise l’émergence d’une nouvelle génération d’expériences de divertissement à Montréal.

C’est pour soutenir la collectivité, réinventer le divertissement et fournir une plateforme afin que les plus grands talents du Québec rayonnent de nouveau sur la scène internationale qu’Accenture a choisi de faire équipe avec Lune Rouge Entertainment.

Les Soirées PY1 – Une offre distincte
Tout au long de l’été, la pyramide PY1 sera également l’hôte – les vendredis et samedis soirs – des Soirées PY1, des expériences thématiques représentées par sept mondes visuels et musicaux distincts, mettant en vedette des artistes d’ici, dans un univers immersif à 360 degrés et composé de musique électronique, de projections et de moments théâtraux.

CURIOSITÉS DU MONDE NATUREL La conception du monde en constante évolution

CURIOSITÉS DU MONDE NATUREL. La conception du monde en constante évolution.

Au 18e et 19e siècles, des expéditions britanniques sillonnent les océans avec à leur bord certains des plus grands esprits scientifiques de l’époque. Grâce aux milliers de spécimens différents qu’ils recueillent et étudient, ils vont bouleverser à jamais les différentes conceptions du monde naturel de leurs contemporains. Le Musée de la civilisation à Québec trace le parcours passionnant de plusieurs de ces grands naturalistes dans l’exposition Curiosités du monde naturel. Après Tokyo, Singapour et Taipei, cette exposition conçue du Natural History Museum de Londres, l’un des plus prestigieux musées de sciences naturelles au monde, est une première nord-américaine. L’exposition a été adaptée par le Musée de la civilisation pour sa présentation jusqu’au 5 janvier 2020.

Ainsi, assortis de trésors canadiens judicieusement choisis, plus de 200 trésors provenant du vaste registre mondial de la nature que forment les immenses collections du Natural History Museum de Londres sont mis en valeur dans une scénographie épurée qui permet, pour la première fois, de les admirer sous tous leurs angles. Unique ou rarissime, mystérieuse ou étonnante, chacune de ces précieuses pièces a été soigneusement sélectionnée pour son importance historique et scientifique, et pour l’avancée sur les sciences naturelles qu’elle représente.

Un parcours jalonné d’objets fascinants

Point de départ à cette fabuleuse exposition : les travaux de Charles Darwin illustrés par des spécimens qu’il a lui-même recueillis lors de ses voyages, et qui constitueront les fondements de son travail de recherche pour la rédaction de L’Origine des espèces, plusieurs années plus tard. Une rare page de ce fameux ouvrage, écrite de la main du père de la théorie de l’évolution, est exposée. Se succèdent ensuite les travaux, recherches et découvertes d’explorateurs, artistes, naturalistes, paléontologues, géologues, botanistes, zoologistes et collectionneurs. La présence d’objets pour le moins exceptionnels en témoigne : une grande étoile de mer prélevée par l’équipage du Challenger entre 1872-1875, un poulpe en verre magnifiquement soufflé par les modélistes Leopold et Rudolf Blaschka, le squelette de moa trouvé par le paléontologue Richard Owen, à qui l’on doit l’introduction du terme « dinosaure » ainsi qu’une tête de girafe acquise par le grand collectionneur Walter Rothschild. Seulement quelques objets de ce corpus ne sont pas issus directement de la nature : par exemple, l’imposant lion de terre cuite provenant du majestueux bâtiment du Natural History Museum ouvert en 1881.

Pour faire écho aux avancées britanniques, le Musée de la civilisation a déployé plusieurs pièces provenant de ses collections et de celles d’autres institutions canadiennes. Elles démontrent hors de tout doute que les scientifiques d’ici comme William Dawson, géologue et premier recteur de l’Université McGill, ou encore le naturaliste Léon Provencher ont eu un impact indéniable sur les sciences naturelles d’ici. Ces quelques spécimens locaux exceptionnels démontrent également que le territoire nord-américain regorge de trésors naturels. C’est notamment le cas du parc national de Miguasha en Gaspésie, où ont été trouvés de nombreux spécimens fossilisés de poissons tétrapodes, ancêtres des vertébrés terrestres, datant de millions d’années.

La préservation de la biodiversité : un sujet chaud

Cette exposition consacrée aux sciences naturelles n’aurait pu être complète sans aborder ce sujet d’actualité qu’est la préservation de la biodiversité. Des espèces disparues – tigre à dent de sabre, tigre de Tasmanie et dodo – ou en voie de l’être – tigre du Bengale et béluga – font réfléchir le visiteur sur l’impact de la pollution, des changements climatiques ou de la déforestation sur la nature.

Citations :

« Sensibiliser ses visiteurs à leur environnement est dans l’ADN du Musée de la civilisation. Cette exposition est une rencontre avec des individus qui, par leur curiosité et leur détermination, ont changé complètement notre conception du monde. Une conception qui est en constante évolution si l’on en juge par le rapport alarmant déposé tout récemment par d’experts de l’ONU sur l’avenir de la biodiversité. Des millions d’espèces sont menacées, dont l’être humain. À la sortie de l’exposition, nous souhaitons que nos visiteurs prennent conscience de l’importance de chaque petit geste et l’urgence d’agir. »

Stéphan La Roche, directeur général, Musée de la civilisation

« En partageant ces trésors au-delà de Londres, nous visons à inspirer un plus large public et à encourager la collaboration scientifique mondiale. À une époque où l’humanité doit répondre à des questions importantes concernant son impact sur la planète, nous pensons qu’il est essentiel de comprendre le monde naturel pour le protéger. Nous espérons que les visiteurs de l’exposition apprécieront de voir certains des exemples les plus emblématiques et les plus significatifs sur le plan scientifique de la collection duNatural History Museum de Londres. Ils seront peut-être même inspirés à devenir les scientifiques de demain œuvrant pour un avenir durable pour nous tous. » Sir Michael Dixon, Director, Natural History Museum

Faits saillants :

  • Sept zones forment l’exposition : la théorie de l’évolution de Charles Darwin, les explorateurs, les artistes, les naturalistes (botanistes, géologues, paléontologues, et zoologistes), les collectionneurs, la fondation du Natural History Museum et la préservation de la biodiversité;
  • Objets phares :
     Étudiés par Darwin ou prélevés lors de ses voyages : Des coléoptères, brachiopodes, des pouces-pieds (crustacés), des pinsons; Une dent de Toxodon (environ 15 000 ans);
     Unejeunetortuegéante,compagnedevoyagedeDarwin. Un orang-outan rapporté par Alfred Russel Wallace, figure marquante dans l’élaboration de la théorie de l’évolution; Une météorite venant de Mars;
     Une griffe de dinosaure Baryonyx walkerii (environ 120 millions d’années);
     Un crabe-araignée géant du Japon; Un papillon de la Reine Alexandra (le plus grand papillon diurne du monde);
     Un mérou géant;
     Deux cornes de buffle d’Asie (les plus longues jamais mesurées chez un buffle d’Asie); Un panache de Mégalocéros, le plus grand cervidé, disparu il y a 8 000 ans;
     Un œuf d’autruche de Syrie (qui aurait peut-être été offert à Lawrence d’Arabie).
  • Objets canadiens : Un squelette d’ours polaire (Musée canadien de la nature);
     Des objets ayant appartenu aux scientifiques William Dawson et Léon Provencher; Une dent de mammouth laineux (Musée Redpath);
     Un fragment de poisson fossilisé du parc national de Miguasha en Gaspésie.
  • L’activité De quelle nature êtes-vous? est une nouvelle approche de médiation éducative permettant au visiteur de découvrir les expositions Venenum, un monde empoisonné et Curiosités du monde naturel – en se questionnant sur les différentes relations que l’être humain entretient avec le monde naturel;
  • Conférences, spectacles, et autres activités culturelles pour tous seront proposées tout au long de la présentation l’exposition;
  • Le Natural History Museum de Londres a ouvert ses portes le 18 avril 1881, mais ses origines remontent à 1753 lorsque les riches collections d’un médecin de renom, Sir Hans Sloane, insatiable collectionneur, furent acquises par le Gouvernement britannique. Aujourd’hui, il abrite plus de 80 millions de spécimens, dont une grande partie des collections scientifiques de Darwin. L’ensemble des collections de cette prestigieuse institution demeure une référence pour les chercheurs du 21e siècle;
  • Cette collection unique jumelée à une expertise inégalée font du Natural History Museum de Londres l’un des principaux centres de recherche scientifique au monde. Il se penche sur les plus grands défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui. Il contribue à la sécurité alimentaire, à l’éradication des maladies et à la gestion de la rareté des ressources. Il étudie la diversité de la vie et le délicat équilibre des écosystèmes pour assurer la survie de notre planète. Chaque année, plus de cinq millions de personnes visitent le Natural History Museum de Londres.Conçue et réalisée par le Natural History Museum de Londres, l’exposition Curiosités du monde naturel a été adaptée par le Musée de la civilisation avec le soutien financier du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec, dans le cadre de l’Entente de développement culturel. Présentée avec la participation de Radio-Canada et la collaboration de l’Office du tourisme de Québec ainsi que du Fairmont Le Château Frontenac, à titre d’hôtel officiel.Liens connexes :
    Musée de la civilisation : www.mcq.org et www.youtube.com/user/mcqpromoNatural History Museum : www.nhm.ac.uk

PRÉPAREZ-VOUS À JOUER! UN MÉGACOMPLEXE ESPORTS PLACE LE CANADA PARMI LES GROS JOUEURS

Esports Central, le premier complexe de divertissement en sports électroniques au Canada ouvre ses portes à Montréal

Une croissance fulgurante et une forte popularité ont fait des sports électroniques une industrie dont il faut tenir compte. Pour la première fois en 2019, l’industrie mondiale des sports électroniques atteindra 1 milliard de dollars et comptera plus de 400 millions d’amateurs à l’échelle mondiale selon Newszoo, une entreprise de renseignements commerciaux. Désormais, les amateurs de jeux vidéo ne sont plus relégués au sous-sol de leurs parents; ils obtiennent enfin le fabuleux nouveau complexe dont ils osaient à peine rêver en réalité virtuelle. Esports Central, le premier mégacomplexe de divertissement en sports électroniques au Canada, ouvrira enfin ses portes le 31 mai au cœur du centre-ville de Montréal.

En montant les escaliers mécaniques vers le complexe, vous êtes immédiatement plongé dans un vaste univers de jeux vidéo de 14 000 pieds carrés et l’émotion vous envahit : par où commencer? Les très grandes fenêtres allant du sol au plafond qui ornent l’immense devanture baignent les joueurs d’une lumière accueillante. Des rangées successives de 94 ordinateurs haut de gamme vous invitent à entrer dans leur réalité virtuelle. La tête vous tourne de voir ces 20 magnifiques consoles toutes neuves et ces 6 simulateurs de course D-Box à couper le souffle. Et pour compléter la surcharge sensorielle, deux impressionnantes stations de RV Omni Virtuix vous invitent à entrer dans le feu de l’action!

L’engouement de préouverture a déjà commencé. Grâce à de solides liens avec des chefs de file de l’industrie, Esports Central a déjà conclu de nombreux partenariats et obtenu la tenue d’événements durant le mois d’ouverture. L’entreprise est particulièrement fière d’être commanditée par ASUS ROG, une première internationale. Il est aussi question d’une collaboration prometteuse avec la société de F1 Aston Martin Red Bull Racing; du tournoi de championnat national canadien Red Bull Player One League of Legends 1v1;d’un lien avec le jeu Rainbow Six Siege d’Ubisoft;de l’hébergement du Rebellion de Montréal, le club-école du Defiant de Toronto à Overwatch;et d’une étroite collaboration avec l’Impact de Montréal.

Delilah Kanou, présidente d’Esports Central, est à la barre de ceterrain de jeu ultime. Preuve que les femmes aussi peuvent être joueuses, MmeKanou met ses années d’expérience en commerce de détail et en technologie au service du complexe de sports électroniques afin d’y mettre sur pied une expérience complète. « Ce n’est pas simplement du divertissement; nous sommes ici pour réunir la communauté des joueurs sous un même toit », indique MmeKanou.« C’est un endroit pour grandir et s’épanouir au sein d’un réseau solidaire de joueurs aux vues similaires. C’est l’endroit d’où les futurs champions de sports électroniques émergeront. »

En plus d’être un complexe de sports électroniques, l’endroit se veut un lieu accueillant de socialisation. Prenez un verre ou une bouchée au resto-bar du complexe, ou assoyez-vous confortablement pour regarder les derniers événements liés aux jeux vidéo sur un des nombreux écrans de diffusion en continu. Esports Central offrira également de nombreuses occasions de diffusion en continu et de lancements de produits en passant par la tenue d’ateliers et de tournois. L’endroit compte aussi des salles privées pour événements d’entreprise et célébrations d’anniversaires.

Les passionnés de jeux vidéo seront aussi heureux de trouver sur place un point de vente au détail où ils pourront se procurer le matériel, les accessoires et les appareils les plus haut de gamme qui soient. Tout le matériel avec lequel ils adorent jouer au complexe, ils pourront l’acheter! Des spécialistes des jeux vidéo seront sur place pour personnaliser des ordinateurs en fonction des préférences et du budget de chaque joueur.

Esports Central ouvrira officiellement ses portes le vendredi 31 mai 2019. Un événement médiatique et VIP privé sur invitation seulement se tiendra le soir du jeudi 30 mai 2019. Esports Central est situé au 2e étage du 1231, rue Saint-Catherine Ouest à Montréal au Québec. Pour connaître les heures d’ouverture et tous les détails, consultez le site Web www.esportscentral.ca.

Les Éleveurs de Dindon du Canada lancent la campagne Pensez Dindon(MC) Quebec

Les Éleveurs de Dindon du Canada lancent la campagne Pensez Dindon(MC) Quebec

L’objectif de Pensez DindonMC Québec est d’augmenter la consommation de dindon au pays

Les Éleveurs de dindon du Canada, un organisme national représentant plus de 500 éleveurs de dindons canadiens, et les membres du Conseil canadien des transformateurs d’œufs et de volailles (CCTOV), secteur de transformation du dindon ont lancé ensemble la campagne Pensez Dindon MC Québec/Think TurkeyTM, première campagne nationale bilingue visant à promouvoir la consommation de dindon depuis 2004. 

Le programme quinquennal entièrement intégré, qui comprend des éléments publicitaires, numériques et expérientiels, des relations publiques, des influenceurs, des médias sociaux payés, et plus, se concentrera sur ceux qui planifient les repas afin de les sensibiliser aux bienfaits du dindon, d’augmenter la demande tout au long de l’année et d’accroître la consommation et la disponibilité globales. 

« Le dindon est une protéine extrêmement polyvalente qui s’adapte facilement aux régimes alimentaires et aux plats diversifiés des Canadiens, et aux occasions de tous les jours », affirme Darren Ference, président du conseil des Éleveurs de dindon du Canada. « Au cours des cinq prochaines années, nous aurons la stimulante mission de faire plus de place au dindon dans l’assiette, de modifier les perceptions et de montrer aux Canadiens que le dindon est un choix délicieux de tous les jours pour nourrir leur famille tout en soutenant nos éleveurs locaux. »  

La campagne a été initiée le 6 mai par un volet national de six semaines d’affichage extérieur afin de favoriser la notoriété spontanée au moyen de placements à portée étendue dans 10 marchés qui produiront 122,4 millions d’expositions. Les éléments créatifs des panneaux extérieurs et des abribus s’attaquent de façon ludique à d’autres protéines, invitant les Canadiens à #PensezDindon pour leurs recettes préférées de tous les jours comme des burgers de dindon, feta et grenade, des kebabs de dindon à l’ananas, en passant par le dindon adobo et les boulettes de viande farcies sucrées et épicées. On peut trouver toutes les recettes au Pensezdindon.ca

La campagne printanière d’affichage extérieur sera amplifiée par une campagne nationale intégrant du référencement payant, les médias sociaux payants, les vidéos en ligne (dont des messages de prélancement de 6 secondes sur YouTube), les relations publiques et la participation d’influenceurs.  

Les Éleveurs de dindon du Canada ont retenu les services de Zeno Group comme agence de référence afin de planifier et d’exécuter la campagne intégrée de cinq ans. True Media sera le partenaire média responsable de la gestion des achats d’affichage extérieur, de référencement payant et de télévision.   

Suivez la campagne au PensezDindon.ca et ThinkTurkey.ca, avec les mots-clics #PensezDindon et #ThinkTurkey, et sur les médias sociaux.

https://dindoncanadien.ca

S’unir pour développer la recherche sur le Parkinson

Parkinson Québec est heureux d’organiser la 4e édition du symposium de recherche Saucier – van Berkom le 22 mai 2019, à l’Université de Montréal. Cet événement est réalisé en collaboration avec les étudiants Parkinson UdeM, le Réseau Parkinson Québec, et les grands donateurs de Parkinson Québec.

Une communauté de la recherche sur le Parkinson engagée

Lors du symposium de recherche Saucier – van Berkom, une présentation du projet de recherche du Pr Martin Lévesque sera faite, rendant ainsi les données de recherche accessibles au plus grand nombre et intégrant la personne vivant avec la maladie de Parkinson dans le processus.

Parkinson Québec et le Réseau Parkinson Québec sont fiers de s’associer pour transmettre l’espoir que constituent les avancées de la recherche. L’amélioration du quotidien des personnes touchées par la maladie et le développement d’un traitement peuvent passer par le soutien de la recherche et de ses acteurs que sont les chercheurs, les patients et leurs cliniciens.

Le financement duRéseau Parkinson Québec (RPQ) a été renouvelé par le Fonds de Recherche du Québec Santé (FRQS) pour un nouveau mandat de 4 ans. Les activités du RPQ seront donc bonifiées au cours des prochaines années afin d’accélérer le recrutement de patients et mettre à disposition l’ensemble des données collectées tout en développant les activités scientifiques du Réseau.

Le FRQS vient ainsi réaffirmer sa confiance dans le modèle de recherche collaborative développé au Québec. Partager l’ensemble des ressources pour faire avancer la recherche en Parkinson n’est aujourd’hui plus une option, ni un espoir, mais bien une réalité.

Pr Martin Lévesque | Martin Lévesque, Ph. D., est professeur au Département de psychiatrie et de neurosciences de l’Université Laval. L’équipe de recherche de Martin Lévesque a récemment découvert de nouveaux mécanismes qui interviennent dans le développement et la santé des neurones dopaminergiques. En effet, certaines protéines jouent des rôles clés dans l’activation de gènes qui contrôlent le branchement des neurones entre eux (circuits dopaminergiques), leur source d’énergie (mitochondries), et leur survie. Ces résultats prometteurs sont issus des plus récentes méthodes d’analyse du génome. L’application de ces découvertes devrait permettre de trouver de nouvelles cibles pour des traitements pouvant protéger les neurones, mais aussi à remplacer ceux qui sont déjà perdus.

Rdv au https://cervo.ulaval.ca/fr/martin-levesque