Budget provincial 2019-2020: le CPQ donne une très bonne note au bulletin budgétaire de la CAQ

«Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) donne une très bonne note au bulletin budgétaire de la CAQ. Les énoncés contenus dans le budget 2019-2020 sont conformes aux attentes générales du CPQ et font la démonstration d’une saine gestion des finances publiques et d’une préoccupation pour le développement économique », constate Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Parmi les faits saillants du budget, le CPQ retient plus particulièrement les éléments suivants :

·         Le maintien de l’équilibre budgétaire pour les prochaines années et des efforts de réduction du poids de la dette.

·         Une croissance budgétaire significative en éducation et en enseignement supérieur, la priorité nationale suggérée par le CPQ, de même que pour la santé et les services sociaux.

·         Des initiatives bien reçues pour accroitre le potentiel économique du Québec, en particulier pour inciter les travailleurs d’expérience à demeurer au travail, en facilitant l’intégration des immigrants sur le marché du travail et en augmentant la productivité des entreprises. 

·         Divers investissements notables dans les infrastructures publiques, notamment dans les secteurs des transports, de l’éducation et de la santé, ainsi qu’en faveur de la lutte aux changements climatiques. 

Toutefois, même s’il faut se réjouir de plusieurs énoncés contenus dans le budget, le CPQ estime que la plupart des investissements envisagés par le gouvernement sont exposés au même enjeu crucial que pour l’ensemble des employeurs : la disponibilité nécessaire d’une main-d’œuvre en adéquation avec les besoins du marché du travail que ce soit pour l’État/employeur ou que ce soit pour les partenaires et fournisseurs du secteur public.

Plus spécifiquement, le CPQ veut revenir sur certains éléments qui ont été l’objet de ses représentations prébudgétaires.

1-    Finances publiques

Le CPQ se réjouit du maintien anticipé de l’équilibre budgétaire pour les cinq prochaines années tout en maintenant les efforts consentis au Fonds des générations qui devrait permettre de maintenir la cible de ramener la dette brute à 45 % du PIB cinq ans plus tôt que prévu, d’ici 2025-2026.

2-    Défis de main-d’œuvre relatifs à l’évolution du marché du travail

Le CPQ est satisfait que le gouvernement ait fait sienne la priorité économique numéro un des employeurs en consacrant des investissements substantiels de l’ordre de 1,7 G$ par rapport au défi de la main d’œuvre.

À cet égard, il veut saluer plusieurs mesures dont il a fait la recommandation, visant à améliorer l’intégration des personnes immigrantes et à accroître la participation de plusieurs groupes de travailleurs sous représentés dans le marché du travail, notamment les travailleurs d’expérience, l’inclusion des personnes en situation de handicap ou issues des communautés autochtones.

« Par contre, le CPQ regrette que la mesure phare destinée aux travailleurs d’expérience, soit une réduction des charges sur la masse salariale pour les employeurs concernant les employés de 60 ans et plus, se limite aux PME.  Sachant que près de 80% des postes à pourvoir au cours des 10 prochaines années résulteront de départs à la retraite, le CPQ estime qu’on ne devrait pas créer deux classes d’employeurs », constate Yves-Thomas Dorval. « D’autant plus que les grandes entreprises emploient une large proportion des employés et que certaines institutions financières subissent des taxes additionnelles sur la masse salariale. En outre, le Québec devrait miser davantage sur des incitatifs à la formation ».

3-    Investissement et compétitivité des entreprises

Le CPQ voit d’un bon œil les mesures destinées à favoriser l’investissement des entreprises par l’entremise d’Investissement Québec qui voit sa capitalisation augmentée de 1 G$ et la création d’une enveloppe de l’ordre de 1 G$ consacrée à l’accompagnement des entreprises stratégiques et au maintien de la présence des sièges sociaux. À cela s’ajoutent des sommes substantielles pour favoriser l’adoption par les entreprises de technologies en intelligence artificielle. Le CPQ salue également les engagements du gouvernement afin de réduire les délais d’autorisation environnementale pour les projets d’investissement. 

4-    Économie verte et lutte aux changements climatiques

À ce chapitre, le CPQ salue la vision énoncée dans le budget de stimuler les leviers de l’économie verte, qu’il s’agisse de l’acquisition de technologies ou de l’exportation issues des différentes industries reliées aux technologies propres, ou en consacrant des investissements additionnels pour faciliter la transition énergétique des entreprises dans le cadre de la lutte aux changements climatiques, en ciblant autant les procédés, que la mobilité ou les bâtiments.

La reconnaissance des filières industrielles reliées à la valorisation des matières résiduelles ou à la requalification des terrains contaminés est également notable.

5-    Infrastructure

Enfin, le CPQ accueille favorablement l’ajout de 15 G$ au Plan québécois des infrastructures (PQI) pour 2019-2029, dont plus de la moitié de ces sommes seront consacrées à l’entretien des actifs existants.

Conclusion 

« Le CPQ appuie les orientations contenues dans le budget du gouvernement du Québec. Celles-ci répondent à plusieurs demandes formulées par l’organisme. Toutefois, les défis auxquels le Québec fait face, notamment en ce qui concerne la main d’œuvre, sont majeurs, » poursuit, M. Dorval. 

« D’ailleurs, nonobstant les bonnes mesures prévues au budget concernant la main-d’œuvre, l’État/employeur fait face à un enjeu incontournable pour recruter, stimuler, former ou retenir les employés nécessaires à la mise en œuvre de ses stratégies et, surtout, la livraison de ses services, que ce soit en Santé et services sociaux, en éducation et enseignement supérieur ou dans les autres domaines d’interventions. Il en va de même pour les enjeux de la main-d’œuvre nécessaire chez les partenaires et fournisseurs de l’État, comme en construction et en technologie, ainsi que pour les employeurs municipaux. En conclusion, les investissements envisagés et la réalisation des orientations du gouvernement dépendront de la main-d’œuvre disponible pour le faire, » de conclure, M. Dorval.

Teodore pas de H produite par Zone3 en compétition officielle à CANNESERIES

Zone3 est heureuse d’annoncer que sa sérieTeodore pas de H, mettant en vedette Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, a été sélectionnée dans le cadre de la compétition Séries courtes au Festival CANNESERIES, qui se tiendra du 5 au 10 avril prochain à Cannes, en France.

Se déclinant en 6 courts épisodes de 6 à 8 minutes, la série réalisée par Julien Hurteau, écrite par Nathalie Doummar et produite par Frédérique Traversy, sera lancée le 11 avril sur le site teodorepasdeh.comet sur les plateformes Facebooket YouTube. Il s’agit d’une première pour Zone3, qui agit ici à titre de producteur/diffuseur pour cette première fenêtre de diffusion de la série. Dès l’automne 2019, Bell Média profitera d’une deuxième fenêtre de diffusion en rendant la série disponible sur VRAK.TV.

Entre humour et tendresse, Teodore pas de Hraconte l’histoire de Teodore (interprété par Philippe Audrey Larrue-St-Jacques), un jeune homme de 30 ans qui, au moment de retourner sur les bancs d’école pour terminer son secondaire 5, fait face à un diagnostic de TDAH. 

Encouragé par sa mère (Louise Bombardier), une femme complètement désinhibée qui ne possède aucun filtre social, Teo essaie de se frayer un chemin vers le succès. Entouré d’Habib (Daniel Doummar), son coloc égyptien aussi généreux que bordélique, et d’Agathe (Nathalie Doummar), une conseillère pédagogique aussi charmante qu’anxieuse, Teo apprend à s’ouvrir sur le monde, à respirer et à faire le tri des informations qui se bousculent un peu trop vite dans sa tête! 

La bande-annonce est disponible dès aujourd’hui au teodorepasdeh.com

La production de la série Teodore pas de H a été rendue possible grâce à la participation financière du Fonds indépendant de production ainsi que du Fonds Bell. 

À la découverte du Nouveau-Brunswick : une immersion acadienne culturelle, artistique et culinaire!

Dans le cadre du 25e anniversaire du Congrès mondial acadien qui aura lieu du 10 au 24 août 2019, le CMA, en collaboration avec Tourisme Nouveau-Brunswick et Expérience Acadie, se tiendra un 5 à 7 médiatique visant à faire découvrir et mettre en valeur cette destination touristique reconnue mondialement. C’est le 2 avril prochain au Centre Phi à Montréal que tous seront plongés dans l’univers de cette magnifique province aux produits et attraits uniques et incontournables et dont l’un des moments forts cette année sera la tenue du Congrès mondial acadien.

POUR LES OREILLES ET POUR LES PAPILLES
Sacré premier coup de coeur des destinations touristiques mondiales par le Journal Le Monde, le Nouveau-Brunswick charme quiconque le visite par ses paysages à couper le souffle, sa culture et ses merveilles culinaires. « C’est pratiquement un ​road trip en Acadie du Nouveau-Brunswick que les invités vivront durant la soirée. Ils seront plongés dans son univers culturel, gastronomique et artistique, en plus de pouvoir participer à un atelier culinaire, accompagnés par un chef acadien de renom. Nous voulons que les invités aient vraiment l’impression d’être au Nouveau-Brunswick et qu’ils puissent découvrir ou redécouvrir cette destination unique au monde! », affirme Claudette Thériault, présidente du Congrès mondial acadien.

Tout au long de la soirée, des artistes de grand talent d’origine acadienne se succéderont en poésie et en chansons pour le plus grand plaisir des participants. Le poète Gabriel Robichaud, récipiendaire 2019 du Prix littéraire Champlain, agira à titre de maître de cérémonie. De plus, le poète de renommée mondiale Jean-Paul Daoust récitera de ses œuvres, transportant ainsi les participants dans un univers qui lui est propre. La chanteuse Marie-Jo Thério assurera quant à elle le volet musical et fera également voyager l’assistance en musique et en chansons. 

Les papilles seront toutes aussi comblées alors que des produits exclusivement du Nouveau-Brunswick seront offerts. Des bouchées concoctées à partir de produits livrés spécialement de cette province pour l’occasion garniront les plateaux et seront servis en exclusivité. Aussi, tous les cocktails seront composés de spiritueux et d’ingrédients provenant à 100% du Nouveau-Brunswick et plusieurs cidres et bières locales seront proposés, pour une immersion des plus totales.

ATELIER CULINAIRE
C’est le Chef acadien Alain Bossé qui se chargera du volet participatif de la soirée en animant un atelier culinaire auquel tous pourront prendre part. Au menu: la mythique guedille au homard! C’est donc sous sa supervision et guidée par ses conseils (et ses secrets…) que les invités cuisineront ce mets des plus gourmands et typique de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. S’en suivra bien sûr une dégustation en guise de récompense des efforts accomplis.

FORFAITS TOURISTIQUES
Finalement, un guide en tourisme de Groupe Voyages Québec sera sur place au cours de la soirée pour parler des plus belles découvertes de cette région et proposer des options de forfaits touristiques, dont un parcours spécial pour participer au Congrès mondial acadien. Il mettra en lumière les principaux attraits du Nouveau-Brunswick, tant historiques que culturels, sportifs ou culinaires, autant pour ceux qui voyagent seuls, en couple ou en famille.  
 

Un voyage à travers l’Acadie du Nouveau-Brunswick :
une immersion culturelle, artistique et culinaire!
Le mardi 2 avril 2019 dès 17h
Centre Phi, Montréal

 

La 6e édition du Congrès mondial acadien aura lieu du 10 au 24 août 2019 à l’Île-du-Prince-Édouard et dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick. Le Congrès mondial acadien a pour mission de réunir les Acadiens et Acadiennes et tous ceux et celles passionnés par la culture acadienne. Pour plus de renseignements sur la programmation et sur l’événement, rendez-vous au www.cma2019.ca

Pour plus d’informations : www.tourismenouveaubrunswick.ca

Budget fédéral 2019-2020: Des mesures qui répondent à certains besoins, mais qui n’aideront pas les entreprises à améliorer leur compétitivité, selon le CPQ

En général, le CPQ (Conseil du patronat du Québec) accueille favorablement les mesures qui touchent la main-d’œuvre, l’accès à une première propriété, l’aide aux municipalités pour les infrastructures, l’amélioration des crédits pour la recherche et développement ainsi que le coup de pouce aux infrastructures numériques. Il constate cependant que trop peu a été fait pour favoriser la productivité ainsi que la compétitivité de nos entreprises, et que rien n’est fait pour un retour à l’équilibre budgétaire alors que le Canada connaissait une bonne croissance économique.

« En cette dernière année de son mandat, le gouvernement a choisi de déposer un budget qui contient des mesures pouvant être appréciées par certaines clientèles, mais qui engendre plusieurs nouvelles dépenses. Par ailleurs, nous craignons que le manque de mesures concrètes permettant de favoriser un climat d’affaires compétitif et la promesse brisée du retour à l’équilibre budgétaire empêchera de poser les bases d’une économie solide pouvant résister aux chocs », constate Norma Kozhaya, économiste en chef et vice-présidente à la recherche du CPQ.

Main-d’œuvre

Dans le contexte actuel de rareté de la main-d’œuvre, qui représente l’enjeu principal des employeurs, le CPQ accueille de façon positive les mesures permettant de cibler certains freins à l’intégration et à la rétention des travailleurs. Il souligne notamment les incitatifs pour des travailleurs expérimentés, l’élargissement des stages ainsi que l’Allocation canadienne pour la formation, qui permettra d’octroyer aux travailleurs un crédit d’impôt applicable à la formation. Des modifications au régime d’assurance-emploi permettront aussi d’obtenir un congé partiellement rémunéré pour suivre une formation. Le CPQ aurait toutefois souhaité que des crédits de cotisation à l’assurance-emploi soient offerts à tous les employeurs.

Infrastructure

Le CPQ souligne l’enveloppe de 2,2 milliards $ qui donnera de l’oxygène aux municipalités dans le cadre de projets d’infrastructure ciblés, comme des projets favorisant le transport en commun. Il relève aussi les incitatifs en regard de l’achat de véhicules électriques.

Infrastructures numériques

Les investissements annoncés en matière d’infrastructures numériques permettront aussi d’alimenter les régions plus éloignées avec un accès internet, ce qui représente un atout considérable pour les citoyens et les entreprises en région, dans un monde où l’accès informatique représente un maillon essentiel de la productivité.

Accès à la propriété et investissements dans le logement

Le CPQ retient positivement certaines mesures telles que l’incitatif favorisant l’accès à la première propriété par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), ou, encore, la modernisation du régime d’accession à la propriété (RAP), mais il attend de connaître les détails en lien avec l’implantation de ces mesures. Parallèlement, l’organisme voit d’un bon oeil la poursuite des investissements prévus dans la Stratégie nationale sur le logement du Canada ainsi que ceux visant la rénovation écoénergétique des bâtiments.

Un budget qui n’offre pas de réponses concrètes à la productivité et à la compétitivité des entreprises

« Le Canada n’est pas exempt d’un ralentissement économique éventuel et d’une hausse des taux d’intérêt, d’où la nécessité de faire preuve davantage de prudence en évitant les déficits cumulés. De plus, nous aurions souhaité que le gouvernement fasse preuve d’une plus grande compréhension devant la réalité et les défis des entreprises, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières, en mettant en place des mesures concrètes favorisant un climat d’affaires plus compétitif », ajoute madame Kozhaya.

L’organisme déplore que, en dehors de certaines mesures destinées à appuyer l’innovation, la recherche et le développement, le budget ne contienne pas d’initiatives soutenues visant à améliorer la compétitivité du régime fiscal des entreprises. Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur pour les entreprises canadiennes qui font face à la concurrence et à l’agressivité fiscale américaine.

… morale de cette histoire

Au final, le CPQ retiendra surtout qu’en renonçant à sa promesse électorale de revenir à l’équilibre budgétaire, il se place à la manière de la cigale dans la fable de La Fontaine qui aura chanté durant tout son mandat, avec le risque de se trouver fort dépourvu lorsque l’économie canadienne aura à affronter des vents contraires.

Le gouvernement n’a pas profité de l’embellie économique des dernières années pour assainir ses finances publiques. « Même si le niveau de déficit n’est pas catastrophique par rapport au PIB, le gouvernement aurait pu faire des réserves durant la période qui était propice, comme la fourmi dans la fable, afin de bâtir une économie résistante aux chocs. Donc la question qui se pose : aurons-nous des réserves lorsque la bise sera venue? » estime Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ…

LA PLACE DES FEMMES EN THÉÂTRE : CHANTIER FÉMINISTE

« Une femme qui prend la parole et met en scène le monde sur les plateaux de théâtre, c’est loin d’être un acte impartial. »

– Ginette Noiseux, directrice générale et artistique du Théâtre ESPACE GO

Il souffle un vent extraordinaire de mobilisation entre les femmes artistes qui font aujourd’hui appel à toutes les intelligences, femmes et hommes sont sollicité.e.s pour activer le changement!

En 2016, les membres du mouvement des Femmes pour l’Équité en Théâtre (FET) constataient et dénonçaient, travaux et recherches exhaustives à l’appui, les inégalités criantes auxquelles sont confrontées les autrices et les metteuses en scène dans le milieu théâtral québécois.

Avec la collaboration des FET et en continuité avec le travail de grande qualité accompli jusqu’à ce jour par ses membres, ESPACE GO propose aujourd’hui un premier chantier féministe portant sur la place des femmes en théâtre. Cette grande rencontre s’échelonnera du 8 au 13 avril 2019. Toutes les activités seront gratuites et auront lieu au Théâtre ESPACE GO.

Comment faire pour que les réalités limitatives vécues par les femmes en théâtre ne soient pas uniquement le combat des femmes? Comment aller de l’avant et façonner ensemble l’avenir de la profession?

Du lundi au jeudi, la série de conférences Les Savantes et la série de dîners-causeries Les Curieuses permettront aux gens de la profession ainsi qu’au grand public de déboulonner certains mythes : l’égalité entre hommes et femmes est-elle atteinte ou encore loin de l’être? Dans les médias, existe-t-il un double standard si on est un homme ou une femme?

Aussi, doit-on dire « autrice » ou « auteure »? Et que veut vraiment dire « être une femme » aujourd’hui au Québec? Partageons-nous toutes la même Histoire? Comment le féminin est-il devenu une source vive d’inspiration dans le parcours de grandes artistes femmes? Quels sont les nouveaux territoires artistiques initiés par des femmes et des hommes aux valeurs inclusives et féministes?

Les journées du vendredi et du samedi sont réservées aux gens de la profession réunis en ateliers collaboratifs animés par des spécialistes de l’intelligence collective et du design thinking. L’objectif : déterminer ensemble les défis prioritaires du milieu théâtral et dégager des idées à fort impact immédiat pour accélérer les changements.

L’élaboration de ce chantier féministe portant sur la place des femmes en théâtre a fait l’objet de plusieurs rencontres entre praticiennes d’horizons multiples. Il a bénéficié de l’expertise et de l’implication des représentantes des FET et de l’apport des chercheures montréalaises associées au Réseau québécois en études féministes (RéQEF) pour coordonner une première exploration de statistiques.

Au final, comment être des allié.e.s pour mobiliser le public, les influenceuses, les influenceurs et les pouvoirs décisionnels autour de l’importance de la place des femmes en théâtre comme moteur de nombreuses innovations?

MARDI 26 MARS 2019 VENTE AUX ENCHÈRES INAUGURALE

MARDI 26 MARS 2019 À 19H30

NOUVELLE ADRESSE: 1456 SHERBROOKE OUEST 

ART INTERNATIONAL
ART CANADIEN Exposition: Du vendredi 22 mars au jour de la vente, de 10h à 18h à notre nouvelle adresse, au 1456 Sherbrooke Ouest, Montréal, Québec(514) 344-4081

La maison de vente aux enchères IEGOR – Hôtel des Encans fut fondée à Montréal en 1983 par Iegor et Martine De Saint Hippolyte. Elle s’est rapidement positionnée parmi les leaders en Amérique du Nord dans les enchères internationales. Au fil des ans, plusieurs départements ont été développés notamment l’art canadien et international, les arts décoratifs, les bijoux, les collections, les livres rares et l’art asiatique etc. IEGOR a incontestablement contribué au développement du marché de l’art et a su transmettre la passion de l’art et de la collection au long de ses 25 années d’activités.


Pour l’amour de l’art
Emporté par sa passion pour l’art, Iegor De Saint Hippolyte a organisé des ventes à Paris puis, suite à une demande du Prince, à Monaco. L’expansion se poursuit sous l’effigie de IEGOR – Hôtel des Encans, par des ventes prestigieuses à Montréal, New York et Palm Beach. Des œuvres des plus grands artistes de l’histoire de l’art lui sont confiées de par le monde et atteignent des prix records.

En 2004, au terme d’une vente d’œuvres d’art et d’antiquités tenue à l’Hôtel Ritz-Carlton à Montréal, DROUOT, association de Commissaires-Priseurs reconnue mondialement, remarque le potentiel du marché nord-américain. Elle mandate alors IEGOR comme représentant officiel. Des journées d’estimations gratuites sont régulièrement organisées en collaboration avec DROUOT afin de dénicher les trésors de l’art. 

IEGOR est aujourd’hui une entreprise Internationale qui offre des lots exceptionnels, propose une série complète de services et collabore avec les meilleurs spécialistes et experts à travers le monde.

Embauche de travailleurs étrangers : des solutions accessibles

Alors que le Québec s’engouffre dans une crise sans précédent de pénurie de main-d’œuvre contrairement à la France qui compte davantage d’employés que de postes à combler, EEQ Recrutement international offrira dès avril des webinaires gratuits aux employeurs absorbés par la complexité et les frais que génère l’embauche d’employés étrangers dans leurs entreprises.

« Plus de 3 millions de candidats français sont inscrits au Pôle Emploi l’équivalent d’Emploi Québec. Beaucoup de ces chômeurs sont prêts à la mobilité internationale et voudraient travailler et s’installer au Québec, mais la complexité des demandes à remplir représente des dépenses en temps et en argent pour les employeurs du Québec qui font face à une urgence grandissante », a mentionné Arnaud Saeleuve, président-directeur général de Études Québec et VP de EEQ Recrutement international. Ayant acquis une forte expertise au cours des dernières années en développant en France un système de gestion de dossiers de travailleurs immigrants français vers le Québec, toujours en collaboration avec les principaux acteurs européens, M. Saeleuve constate régulièrement l’essoufflement des employeurs lors de ses rencontres à travers la province. « Malgré plusieurs missions économiques en France, les employeurs reviennent épuisés avec des dossiers complexes à compléter et à suivre alors qu’ils ont aussi d’autres tâches administratives », a souligné le président.

Par sa volonté d’aider ces employeurs, M. Saeleuve a choisi de développer à l’aide de son équipe des webinaires gratuits offrant des réponses et solutions concrètes aux nombreuses questions qui surviennent concernant le recrutement de main-d’œuvre en sol français. Ainsi, des webinaires sur les permis disponibles, les délais prescrits et des astuces efficaces de recrutement feront partie des sujets documentés dans ces webinaires. Les employeurs pourront également interroger en tout temps les intervenants afin d’obtenir des réponses claires et précises sur leurs questionnements.

Les employeurs et professionnels en ressources humaines intéressés à suivre les webinaires sont donc invités à s’inscrire gratuitement en ligne https://www.emploisetudesquebec.com/webinaires

Le Tournoi de L’Impro Cirque

Trois jours de compétition riches en surprises !
28 et 29 mars : demi-finales
30 mars : finale

Le Tournoi de L’Impro Cirque (LIC) revient pour une 5e année ! Une formule plus que gagnante qui devient d’année en année un événement incontournable. Au programme, quatre équipes formées de quatre circassiens et d’un comédien s’affrontent sous l’œil imperturbable des arbitres. Chaque improvisation implique une discipline de cirque et doit respecter les thèmes les plus extravagant. Qui emportera la victoire ? C’est au public de voter pour l’équipe gagnante ! Une soirée où l’improvisation, le risque, l’adrénaline et le rire seront au rendez-vous.

Sur scène, on retrouvera des artistes qui se sont déjà produits avec des compagnies d’ici dont Les 7 Doigts, Cirque Éloize, Cirque du Soleil, Les Productions Haut-Vol et Compagnia Finzi Pasca et à l’international avec des numéros maîtrisés à la perfectionUne occasion unique d’assister au processus de création à l’état brut et de retrouver des artistes de cirque dans une proximité inhabituelle, soutenue par la prestation musicale improvisée de Wonder- Trois-Quatre.
 
Afin de rendre le spectacle encore plus incroyable, les 16 circassiens seront accompagnés de quatre comédiens de renoms :
 
Anaïs Favron porte-parole – (animatrice et comédienne) la carrière d’Anaïs bat son plein à la radio comme à la télévision. Forte de son repêchage à l’âge de 20 ans dans les rangs de la LNI, elle fait reconnaître son sens de la réparti en tant que comédienne-maison à l’émission Dieu Merci, à la radio ainsi qu’à la barre de l’émission En route vers mon premier gala Juste pour rire.
 
« L’impro cirque c’est pour moi l’occasion rêvée de pouvoir dire : j’ai fait un spectacle de cirque à la TOHU !! …et aussi de me rendre compte que je ne m’entraîne pas assez ! » Anaïs Favron, animatrice et comédienne.
 
Sylvie Legault – (comédienne) actrice québécoise que nous avons vue au petit écran se démarque particulièrement en improvisation débutant sa carrière en 1982 et intronisée au Temple de de la renommée en 2006. Elle enseigne ses connaissances ici, en France, en Suisse et en Belgique.
 
Noémie Godin-Vigneau – (comédienne) depuis 1997, elle a participé à plusieurs productions à la télévision, au cinéma et au théâtre. Le grand public l’a découverte grâce à son rôle d’Arianne dans la populaire télésérie Diva. Noémie chante aussi régulièrement avec les Wonder-Trois-Quatre
 
Nicolas Pinson – Acteur et animateur hors pair, Nicolas Pinson sait manier l’humour comme personne et ne cesse d’ouvrir les possibles en ajoutant l’écriture et la réalisation à la carte de ses talents foisonnants. Animateur du groupe d’improvisation Les Improductifs depuis plus de 10 ans, il développe le stand up comique et fait deux apparitions au Grand Rire Comédie Club sur les ondes de Canal D, en plus du duo comique franco-québécois Les Garson.
 
L’enjeu est de taille : qui remportera le tournoi? Les artistes ont la pression de livrer une performance sans précédent sur l’impulsion de la thématique imposée par l’arbitre en chef, le célèbre : Roberto Sierra.
 
Au cours du tournoi, les spectateurs seront invités à voter pour déterminer l’équipe gagnante de chaque improvisation et lancer leur nez de clown afin de montrer leur indignation ! Vendus au profit de Clowns sans Frontières, un organisme à but non lucratif qui offre des moments positifs et un certain espace de liberté à des populations en grande situation de précarité, partout dans le monde.
 
Du côté des circassiens, on retrouve :
 
Francis Gadbois (porte-parole) : Il ose beaucoup et c’est ce qui en fait un joueur incontournable de L’Impro Cirque! As du vélo et des boîtes à cigares, il fait beaucoup de spectacles de rue et sait entretenir un public avec panache. C’est l’un des joueurs qui a participé au plus grand nombre de joutes de L’Impro Cirque. « Moi je participe à l’Impro Cirque parce que j’ai toujours rêvé de partager la scène avec des légendes de l’impro Québécoise comme… Les Wonder-Trois-Quatre ! »
 
Nadine Louis : elle a commencé sa carrière en contorsion et équilibres avec le Cirque du Soleil à l’âge de 12 ans Nouvelle Expérience. On l’a aussi vue dans le spectacle Rain, du Cirque Éloize. Elle passe simplement des plus grandes compagnies aux projets les plus audacieux et confidentiels. Cette diversité de répertoire en fait une joueuse de grande valeur pour L’Impro Cirque !
 
Alexis Vigneault : inventeur de la lampe acrobatique, cet artiste de talent collabore avec les plus grandes compagnies de cirque tout en continuant à développer ses projets personnels. On l’a vu plusieurs fois sur la grande scène de la TOHU en 2017 aux Coups de Coeur et au tournoi de L’Impro Cirque. Artiste accompli, cet improvisateur débutant a plus d’un tour dans son sac !
 
Catherine Girard : acrobate, musicienne et chanteuse, Catherine est une nouvelle recrue à L’Impro Cirque. D’abord au Cirque Éloize puis avec la Compagnia Finzi Pasca, elle a participé à la poésie acrobatique de Daniele Finzi Pasca pendant de nombreuses années, partout sur la planète. Multi talentueuse et multi disciplinaire, Catherine apportera une nouvelle discipline sur la scène de L’Impro Cirque avec sa partenaire Nadine Louis : le pole dance.
 
Sylvain Dubois : artiste de cirque, acrobate à vélo, sur la route depuis près de 20 ans avec plusieurs compagnies dont les Parfaits Inconnus, New Pickle Circus et le Cirque Éloize, Sylvain s’est produit à travers le monde, de Montréal à Sydney, en passant par Paris et Bogota après avoir été diplômé de l’École nationale de cirque de Montréal. En 2004, il fait la rencontre qui l’amène à créer sa propre compagnie Les Parfaits inconnus.
 
Marilou Verschelden : Marilou commence le cirque à l’âge de 12 ans. Depuis sortie de l’École nationale de cirque, elle a travaillé pour le Cirque Éloize, Circus Monti en Europe et participé à de nombreux projects artistiques qui l’on menée à voyager à travers le globe. Spécialiste de la roue allemande, elle fait aussi du trapèze duo, et du travaille comme barista à temps perdu ! Joueuse pour la tournée de L’Impro Cirque avec le CAM en tournée depuis janvier, Marilou est gonflée à bloc pour sa participation au tournoi annuel !
 
Andy Giroux : acrobate émérite, il maîtrise les équilibres sur les mains, les acrobaties au sol et la roue Cyr. Formé à l’École nationale de cirque de Moscou et diplômé du Cirkus Piloterna de Stockholm en 2005, Andy Giroux a depuis, tourné plus de 600 spectacles à travers 20 pays dans les plus prestigieux festivals de théâtre de rue, avec entre autres, son duo acrobatique humoristique les LoL Brothers. 
 
Alexis Bernatchez : Alexis est un artiste de cirque fraîchement sorti, en juin 2016, du programme de la formation professionnelle de l’École de cirque de Québec. Il se spécialise en diabolo et en cube de jonglerie. Véritable personnage, il sait jouer et interagir avec le public. Venant du monde de la physique et des mathématiques, Alexis se sert de son esprit logique pour atteindre des niveaux techniques élevés dans ses performances.
 
Julia Perron : finissante 2018 de l’École de cirque de Québec, Julia fait de la scène depuis toujours. D’abord du chant, puis du théâtre, de l’improvisation et puis de la danse. Le cirque lui permet de rassembler tous ses atouts ! Roue allemande, cerceau aérien, manipulation de feu et chant, cette jeune artiste participera pour la première fois à L’Impro Cirque. 
 
Sopha Nem : né au Cambodge, il découvre les arts du cirque dans son petit village. Accepté à l’École nationale de cirque, il débarque à Montréal en 2011, ne parlant ni anglais, ni français et n’ayant jamais vu la neige ! Son histoire unique teinte le travail de cet acrobate spécialisé en main à main et équilibres. 
 
Angela Mcllroy-Wagar : artiste multidisciplinaire spécialisée en cerceau aérien, sangles, tissu et contorsion, elle est diplômée de l’École nationale de cirque de Montréal. Elle collabore régulièrement avec Le Monastère et on peut la voir avec Les 7 Doigts de la main. C’est sa première participation à L’Impro Cirque.
 
Michelle Normand : Michelle est une aérienne, du tissu au trapèze volant en passant par le cerceau… c’est dans les airs qu’elle performe ! Elle enseigne d’ailleurs ces disciplines pour passer sa passion aux plus jeunes et on peut la voir régulièrement avec le cirque Carpe Diem.
 
Restez à l’affût pour connaître la programmation complète !
 
La grande finale aura lieu le samedi 30 mars à 20 h suivi d’un party à ne pas manquer ! 
 
Ce concept a été remarqué lors de la première édition de MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE, en 2010. Depuis ses débuts, la LIC a organisé 50 matchs, a participé 5 fois à MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE, une fois au festival Polo Circo en Argentine ainsi qu’à l’événement Temps Fort Québec organisé par le Cirque-Théâtre d’Elbeuf en France.

LE TOURNOI DE l’IMPRO CIRQUE PRÉSENTÉ PAR BRASSEUR DE MONTRÉAL
Horaire
28 mars, 20 h : Demi-finale
29 mars, 20 h : Demi-finale
30 mars, 20 h : Finale et festivités avec DJ
 
Tarifs : Régulier : 30 $ / Finale : 40 $Étudiants et 25 ans et moins : 25 $15 ans et moins : 15 $Combo 2 matchs : 50 $

3E ÉDITION DU SALON DE L’EMPLOI À LAVAL LE 14 MARS

La Chambre de commerce et d’industrie de Laval est fière de présenter la 3e édition du Salon de l’emploi de Laval qui se tiendra le 14 mars prochain au Château Royal. Grâce à ses partenaires Services Québec et Services Emploi Laval, l’entrée au Salon est gratuite et les chercheurs d’emploi pourront profiter sur place de services d’aide à l’emploi tels que la révision et l’impression de leur C.V. Des conférences sur la rédaction du C.V. et la recherche d’emploi seront présentées toute la journée.

Plus de 60 entreprises seront présentes totalisant plus de 300 postes offerts dans des secteurs d’activités diversifiés : alimentation, commerce de détail, ingénierie, industriel et manufacturier, services, restauration, santé, transport, finances, tourisme, loisirs, secteur public et plus encore.

AIDE-MÉMOIRE

Quand :        Jeudi 14 mars 2019

Heure :         De 9h00 à 18h00

Lieu :           Château Royal (350, boulevard du Souvenir, Laval)

Coût :          Gratuit

Transport :   Stationnement gratuit sur place. Navette gratuite aux 30 minutes du métro Montmorency au Salon.

Plus d’info: http://www.ccilaval.qc.ca/events/salon-de-lemploi-2019/

L’Ultra-Trail Harricana augmente la capacité d’accueil sur le 65 km et le 125 km

Alors que les longues distances étaient sur le point d’afficher complètes, l’équipe de l’Ultra-Trail Harricana est heureuse d’annoncer l’ajout de 100 places sur le 65 km et de 50 places sur le 125 km pour un total de 450 athlètes possibles sur le 65 km et 275 sur le 125 km.  

« On constate un grand engouement en ce moment pour la course en sentiers et particulièrement les courses de longue endurance. Cette année s’enligne pour devenir une période de transition vers un développement qui s’annonce très important pour les prochaines années pour toute la communauté de coureurs en sentier au Québec », croit la directrice générale des Événements Harricana, Marline Côté.

Pour gérer cette croissance sans nuire à la qualité d’expérience des participants, des vagues de départ seront instaurées afin de positionner les athlètes selon leur calibre et ainsi éviter la congestion dans les sentiers. Ces vagues seront déterminées en fonction de la cote ITRA pour le 125km et du temps estimé de course inscrit lors de l’inscription pour le 65 km. Les modalités de ces vagues seront annoncées lorsque les épreuves afficheront complètes ou maximum trois semaines avant l’événement. Les vagues n’auront pas d’impact sur les temps de course réel ou le classement des participants.

Bien que des places ne sont pas ajoutées sur le 42km, il est possible de contacter l’organisation à info@harricana.info pour être tenus informés des annulations sur ce parcours.

La directrice générale de Événements Harricana, Marline Côté, se dit confiante que ces ajouts auront un impact positif sur l’événement. « Notre équipe souhaite offrir une expérience de grande qualité à chacun des coureurs. Nous donnerons la chance à de plus en plus d’athlètes de réaliser un nouveau défi d’envergure mais nous souhaitons par-dessus tout qu’ils puissent le faire dans un cadre toujours plus sécuritaire et festif ».

Rappelons que l’Ultra-Trail Harricana se classait en 2018 comme la course en sentier la plus populaire au Canada, avec plus de 1550 athlètes alignés sur les différentes lignes de départ.

mononews logo white


© Tous droits réservés. Mononews

Back to Top