Antoine Mainville Banane écrapoue

Sortie Commerciale: lundi, 30 mars 2020

Date de Sortie Radio: lundi, 30 mars 2020

Antoine Mainville avait hâte au printemps et il n’a pas attendu de voir son ombre pour sortir de sa tanière. Il nous arrive avec « Banane écrapoue », un tout nouvel extrait où banjo, guitares, batterie et refrain entraînant proposent un élan bien à propos pour sortir de l’hiver. Dès les premières notes, les « Oh oh oh » et la voix claire de l’auteur-compositeur-interprète donnent envie d’ouvrir les fenêtres. Puis, voilà qu’il nous amène au rythme de sa guitare dans ces moments si précieux où l’enfance et le chaos s’imposent dans un quotidien qui finit par passer bien trop vite.

Six paires de bottes empilées

Un désert de sable sur le tapis d’entrée

Des rires, des larmes et des béqué bobo

Frigidaire tapissé, bol de Craft diner, sans beurre

Sur le mur blanc taché, une vieille horloge sans heure

Un espace où les cris se perdent dans le temps

Où les nez coulent comme érables au printemps

Un clip et une chorale!

Antoine Mainville a entamé l’écriture de « Banane écrapoue » alors qu’il commençait à fonder sa famille. Quatre ans plus tard, la pièce est enfin lancée sur les ondes, et ce, quelques jours seulement après la naissance de son deuxième enfant. Pas étonnant que l’auteur-compositeur-interprète habite autant ses paroles : le chaos qu’il décrit, il le connaît par cœur. C’est avec David Méliès (Coco Méliès) qu’Antoine a choisi de coréaliser sa pièce. En plus de faire appel aux musiciens Julien Thibault et Simon Bilodeau, ils ont confié les chœurs à une chorale d’une cinquantaine d’enfants de Mont-Laurier. Pourquoi Mont-Laurier? Parce qu’après onze ans à vivre à Montréal, le Laurentien d’origine a choisi de s’y installer définitivement. La participation des enfants a été immortalisée en vidéo et fera l’objet d’un clip qui sera diffusé le XXX mars 2020. En attendant, on pourra se procurer « Banane écrapoue » sur toutes les plateformes numériques dès le 23 mars.

Qui est Antoine Mainville?

C’est au Lac-des-Écorces, un petit village en bordure de Mont-Laurier, qu’Antoine Mainville rencontre la musique et découvre sa poésie. Après avoir vécu onze ans à Montréal, il revient à quelques kilomètres de là pour s’enraciner dans cette nature immense dont son folk s’imprègne. Antoine a de nombreux prix et concours derrière la cravate : Saint-Ambroise, Chante en français, la Boîte à chanson de l’Assomption, prix de la chanson primée de la SOCAN et bien d’autres. En 2016, il s’associe à Nicolas Petrowski pour réaliser son deuxième mini-album, Inspirer aux aurores, qui fait le bonheur des radios. En 2018, il lance l’extrait « Fait chaud, ça pue pis on est ben », une bossa-nova qui se taille une place de choix sur les grands réseaux, dont Énergie et CKOI. Ses textes aux images simples et vraies sont la locomotive d’un folk énergique et contagieux qui ne cesse de plaire.

Antoine Mainville, Banane écrapoue